Expositions 2019 – P. Abadie-Landel, R. Micheau-Vernez, P. Moal et X. de Langlais.

Nous avons réalisé pour vous une sélection des expositions à voir à partir du mois de mai 2019.
Tous ces artistes ont travaillé pour les faïenceries quimpéroises.


Pierre Abadie-Landel (1896-1972)

  • Pierre Abadie-Landel
  • Pierre Abadie-Landel

Une rétrospective de l’œuvre du peintre Pierre Abadie-Landel (1896-1972), artiste éclectique, membre des Seiz Breur bien que résidant à Paris, qui fit des ports du Finistère sud l’un de ses thèmes favoris.

Port-musée de Douarnenez – Salle d’exposition du hall d’accueil
du 19 mai 2019 – 30 juin 2019 (ouvert de10h-12h30 / 14h-18 h)
Fermé le lundi sauf vacances scolaires, entrée libre.


Ô Couleurs ! Robert Micheau-Vernez (1907-1989)

  • Robert Micheau-Vernez Malicorne
  • Robert Micheau-Vernez Malicorne

L’exposition présente les œuvres du coloriste breton Robert Micheau-Vernez. Dessinateur, peintre, coloriste, illustrateur, céramiste et artisan de l’Art Sacré, Robert Micheau-Vernez s’est intéressé à tous les domaines de l’art.

Musée de la Faïence de Malicorne (72)
du 18 mai au 11 novembre 2019
D’avril à fin septembre, le musée est ouvert tous les jours de 10h à 12h30 et de 14h à 18h (19h en juin, juillet et août). Ouvert tous les dimanches et les jours fériés
.


Exposition Paul Moal – peintures et céramiques

L’exposition réunira des huiles, des pastels, des faïences, des aquarelles et des dessins de l’artiste.

  • Paul Moal
  • Paul Moal
  • Paul Moal

Paul Moal est né en 1948 à Douarnenez. Très tôt, il est attiré par les arts plastiques. Il achète son premier matériel de peinture à l’âge de 15 ans. Il aime se rendre sur les ports d’Audierne et de Douarnenez, aller observer les peintres, nombreux à cette époque, à poser leurs chevalets sur les quais. Il n’aspire qu’à une chose : leur ressembler !

Tout naturellement, il réfléchit à suivre des études à l’école des Beaux-Arts. Mais, sur les conseils de ses professeurs et après un engagement de 3 ans dans l’Armée de l’Air, il reprend des études scientifiques à l’Ecole Nationale Supérieure de Mécanique de Nantes, qui lui permettent de devenir professeur de technologie au lycée du Likès à Quimper. Lors de ses temps-libres, il ne cesse de peindre dans son atelier aménagé par ses soins dans sa demeure quimpéroise. Il aime à rappeler « qu’il n’aime pas dessiner mais peindre ».

Artiste autodidacte, il s’essaie au pastel, technique moins contraignante et plus accessible que l’huile. Il teste également l’aquarelle. Pourtant, il revient toujours à ses techniques de prédilection : le pastel et la peinture à l’huile.

Depuis 2014, il expérimente le collage ; pour ce faire, il récolte des affiches, il arrache des fragments d’affiche dans les rues au gré de ses balades.

Curieux de tout, intéressé par de nombreux domaines, Paul Moal aime fréquenter les expositions et les musées, découvrir ou redécouvrir des artistes, des univers, des techniques. Il est constamment à la recherche d’inspiration, d’idées pour faire évoluer sa peinture, son art.

Dans les années 90, il commence à s’intéresser à la faïence qu’il découvre à l’atelier du Steir à Quimper. Il débute par la peinture sur céramique puis il s’essaie à la réalisation de rondes-bosses. Celles-ci deviennent de moins en moins figuratives, de moins en moins colorées au fil des années, les notions de volume et de monochromie prennent toutes leurs places.

Comme sur ses peintures, Paul Moal préfère s’attacher aux postures, aux mouvements, aux gestes qui montrent l’effort des personnages, la rudesse des métiers qu’aux détails des visages ou des vêtements. Il exécute des pièces pour la Faïencerie d’Art Breton (F.A.B) de Quimper, la Faïencerie Henriot de Quimper puis pour la Faïencerie d’Art de Malicorne (F.A.M) dans la Sarthe.

Son travail a été mis à l’honneur lors de nombreux salons et expositions : musée de la pêche de Concarneau en 2013, musée des Thoniers d’Etel en 2015, Yacht Club de France à Paris en 2016 et musée de la Faïence et de la Céramique de Malicorne en 2016, musée de la Faïence de Quimper en 2017.

Il expose en permanence à la galerie Philippe Théallet de Quimper, à la galerie Regard de Brest et à la galerie des Glaces de Nantes.

Salle des fêtes de Douarnenez
du 17 Juin au 10 Août 2019
Ouvert du lundi au samedi de 10h à 12h30 et de 15h à 18h30, entrée libre.


Xavier de Langlais (1906-1975)

Xavier de Langlais

Exposition de tableaux, gravures et dessins de Xavier de Langlais.
Sélection d’œuvres sur le thème de Surzur et ses alentours.

Médiathèque Marguerite Lohézic – Surzur (56)
du 16 juillet au 24 août 2019
Entrée libre.

Suivez-nous sur :
error

Le compte-rendu de l’assemblée générale 2019.

AG 2019.

C’est dans l’ancien magasin de la Faïencerie d’Art Breton (FAB), que se tenait l’assemblée générale de l’association cette année.

M. Jean-Paul ALAYSE président de l’association a tout d’abord félicité l’équipe du Musée pour le succès de l’exposition 2018 consacrée à l’artiste Jeanne Malivel (plus de 9000 visiteurs).

L’association est forte d’environ 180 adhérents. Vous pouvez nous rejoindre en remplissant notre bulletin d’adhésion (lien).

Micheau-Vernez - Costume Quimpérois.
Exposition 2019 – « Quand les brodeurs inspiraient les faïenciers » (Patrice Cudennec, « Glazik » dessin préparatoire, Robert Micheau-Vernez, groupe de trois danseurs de Quimper – Gilet d’homme glazig).

Le président fait le rapport d’activités de l’association.

Nous avons organisé les journées européennes du patrimoine en septembre 2018 (lien), avec une présentation des productions quimpéroises sur la thématique des provinces françaises.

L’association a également participé au salon antiquités brocantes à Quimper en novembre. Bien que notre stand était plus modeste que pour la précédente édition, il a rencontré un vif succès, notamment les très représentatifs grès HB Odetta (lien).

La publication de notre catalogue 2018 (Jeanne Malivel), s’est très bien vendue (lien).

L’année 2018 a été l’occasion de sonder les adhérents, par le biais d’une enquête. Le résultat est décevant, avec très peu de retour.

AG 2019.
Présentation de la Gazette des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper par M. Philippe Théallet.

M. Philippe Théallet présente la gazette des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper (lien). C’est un semestriel qui repose sur le bénévolat, et qui rend compte de l’actualité et des dernières recherches dans le domaine de la céramique quimpéroise.

La mise en forme de la revue est réalisée par la société « Mot compte triple », et éditée par l’agence Soho à Quimper.

M. Guenhaël Le Moing évoque la présence de l’association sur internet et sur les réseaux sociaux. Le bilan est très positif, la fréquentation du site est en très forte hausse. Les nouvelles pistes de développement sont présentées aux adhérents.

AG 2019.
Les administrateurs de l’association : Jean-Paul Alayse, Philippe Théallet et Daniel Georges (de gauche à droite).

M. Daniel Georges assure la logistique de l’association. Il évoque le stock des gazettes et des catalogues détenus par notre association. Vous pouvez acheter ces publications à l’accueil du Musée, et chez notre revendeur à Quimper, la galerie P. Théallet pour les catalogues.

Les mécènes sont présentés, notamment un nouveau venu, la société : « Quimper Enchères », l’étude de Me Nadine Jaouen.

AG 2019.
M. Patrick Monéger trésorier, et le secrétaire de l’association M. Jacques Duvet.

Le rapport financier est présenté par M. Patrick Monéger, membre fondateur de notre association.

Un nouvel administrateur est élu à notre bureau. Il s’agit de M. Jacques Brénéol.

Dans un second temps, M. Jacques Duvet synthétise les retours de notre enquête auprès des adhérents, puis s’instaure un débat avec les membres présents à cette assemblée générale.

Quelques projets sont présentés par notre président. Il est demandé aux adhérents de participer, un groupe de travail sera constitué.

M. Mikaël Micheau-Vernez présente la future exposition consacrée à son père par le Musée de Malicorne (72), à partir du début du mois de mai jusqu’au 11 novembre 2019. Un livre sur l’oeuvre en céramique de Robert Micheau-Vernez sera édité par Groix éditions.

L’artiste Paul Moal présente la rétrospective de son oeuvre qui se déroulera à Douarnenez du 17 juin au 18 août 2019. Elle comprendra des céramiques réalisées chez Henriot Quimper, à la FAB et à Malicorne.

AG 2019.
Jean-Paul Alayse et Hervé Maupin, président du fonds de dotation.

M. Hervé Maupin rappelle le rôle du fonds de dotation du Musée de la Faïence de Quimper, dont il est le président.

AG 2019.

La composition du bureau de l’association est la suivante :

  • M. Jean-Paul Alayse (Président).
  • M. Guenhaël Le Moing (Vice-président, en charge du site internet).
  • M. Patrick Monéger (Trésorier).
  • M. Bernard Verlingue (Trésorier adjoint).
  • M. Jacques Duvet (Secrétaire).
  • M. Daniel Georges (Administrateur, en charge de la logistique).
  • M. Philippe Théallet (Administrateur, en charge de la gazette des Amis du Musée).
  • M. Antoine Maigné (Administrateur – la gazette des Amis du Musée).
  • M. Jacques Brénéol (Administrateur).

N’hésitez pas à nous rejoindre !

Suivez-nous sur :
error

Le travail des bretons mis en lumière dans la dernière exposition (Côté Quimper).

Depuis près de trois mois se tient, au musée de la faïence à Quimper, l’exposition Armor, Argoat, la Bretagne au travail. Le travail en mer ou sur terre est mis à l’honneur.

Vitrines de l'exposition thématique de l'année 2017.

Une partie des œuvres actuellement exposées au Musée de la faïence à Quimper (Photo Côté Quimper).

Un vaste choix d’œuvres

Plus de 310 pièces réalisées par une cinquantaine d’artistes différents sont exposées au Musée de la faïence. Tous ne sont pas bretons de naissance. C’est notamment le cas de Georges Renaud, artiste à la faïencerie HB à Quimper. Né à Paris mais passionné par la Bretagne, il s’en inspirera pour ses œuvres. Un peu plus loin encore, Alexander Goudie est né en Angleterre. Il épousera une loctudiste et passera près de 40 ans sur la côte bretonne.
Sur une période s’étalant de 1873 à aujourd’hui, les œuvres exposées retracent l’évolution du travail maritime et de celui de la terre dans la région. Mais pas seulement. Des scènes de la vie quotidienne sont aussi à découvrir. Toutefois la visite ne se déroule pas chronologiquement. C’est le travail des artistes qui est mis en avant, comme nous le confirme Bernard Verlingue, le conservateur du Musée de la faïence :
Nous ne voulions pas dresser une suite chronologique des œuvres. Le but est d’offrir une vue globale du travail de chaque artiste afin d’en conserver la plus grande authenticité. 

Le labeur de l’armor

Débarquement de poissons, pêche à pied, gardien de phare ou encore Marine nationale. Tous ces métiers aux caractéristiques régionales en ont inspiré plus d’un. La vie maritime bretonne du début du siècle est peinte, gravée, sculptée. Son évolution l’est aussi. On passe du ramassage manuel dans les filets à la représentation de systèmes de pêche mécanisés.
Les quelques œuvres contemporaines tranchent avec celles plus traditionnelles. C’est notamment le cas avec le travail de l’artiste brestois Paul Bloas. Cet éclectisme dans le genre et dans les dates confère une impression de « décalage horaire » à cette exposition.

Les métiers de l’argoat

De la moisson à la récolte, la représentation du travail de la terre tient elle aussi une grande place. Mais l’argoat ne se résume pas qu’au ramassage de pommes de terre. Les gardiennes de moutons de Ouessant, les lavandières ou les laitières ont droit à leurs œuvres. Les tisseuses, brodeuses ou autres tailleuses ne sont pas en reste non plus.
Plus que la représentation du travail en Bretagne c’est plus largement la vie régionale qui est dépeinte. Le rôle social des marchés, comme celui de Quémeneven, est mis en avant par plusieurs artistes. On achète, on dépense, on festoie ou on va voir le médecin, le jour du marché était « jour de fête » comme nous le confie Bernard Verlingue.
Toutes ces pièces sont à découvrir au Musée de la faïence à Quimper. L’exposition Armor, argoat, la Bretagne au travail a débuté le 18 avril dernier et doit durer jusqu’au 30 septembre prochain.

Publié le 21 Juillet 2017  par Yuna Drogou – © Côté Quimper.

Suivez-nous sur :
error

La faïencerie met le labeur en relief (Ouest-France).

Jusqu’au 30 septembre, le musée de la faïence propose « Armor Argoat, la Bretagne au travail », une exposition riche de 310 représentations.

Exposition thématique de l'année 2017.

Bernard Verlingue, directeur du musée de la faïence, ouvre ses portes aux créations menées autour du travail.

Les gens d’ici

L’exposition « Armor Argoat, la Bretagne au travail » donne à voir 310 pièces collectées, au musée de la faïence, jusqu’au 30 septembre prochain.

Du XIXe à nos jours, le travail en mer, et sur terre, a inspiré des créations prolifiques.

Avec pour dominantes les manufactures HB & Henriot et Porquier-Beau, les faïenceries de Quimper ont largement vu la notion de travail insuffler les productions artistiques. Le grand nombre d’auteurs exposés va permettre de découvrir une vision du travail parfois très localisée, ou même très personnelle. Quand l’un tend à évoquer l’éreintement, l’autre focalise son dessin sur le pain, ou autrement encore sur une sorte de repos de guerrier.

Méheut, Moal, Goudie…

« Armor argoat, c’est, en français, la mer et la terre éclaire Bernard Verlingue, le directeur du musée. L’une et l’autre vont nourrir des travailleurs en tous genres à travers les âges » et littéralement « apporter le pain aux bouches » analyse-t-il, ajoutant que « c’est ce travail-là qui est exposé, celui qui paye ».

L’expert en faïencerie vous guide dans une caractérisation intrinsèque à chaque artiste et à chaque pièce, dont le détail ne manque parfois pas de sel.

Scènes de vie d’antan

Du naturalisme des années 20 par Mathurin Méheut, à la réalité d’une bigoudène apportant le casse-croûte à l’heure de l’embarquement par George Renaud, on plonge dans des scènes de vie ayant largement alimenté les productions de céramistes. Plusieurs artistes contemporains posent le ton des années que nous vivons. À l’instar de Paul Bloas, signant distinctement un lamaneur dont il décrit le travail dans une fiche explicative, ou encore de Paul Moal, aussi incontournable pour ses oeuvres que pour un passé d’équipier de chalutier. Mais c’est dans une approche thématique que le musée de la faïence nous fait traverser les âges du travail. Marins d’État, filets et outils de pêche par René-Yves Creston, Henri Bouchard ou Jos Kervella. Débarquement du poisson par Mathurin Méheut et Alexander Goudie…

Le même Alexander Goudie, tout comme Georges Robin ou Robert Micheau-Vernez, se sont aussi tournés vers la période des récoltes. À côté, il y a de la place pour le tailleur et les fileuses, de quoi mettre en vitrine les métiers de la broderie. Dans le thème « Foires et marchés » on trouve, entre le marchand de veau et le marchand de cochon, le médecin de ville et le joueur de bonneteau.

De quoi embarquer le spectateur dans une atmosphère d’antan, avec un attroupement de métiers hétéroclites sur place publique. Gendarme, ramoneur, laitière, curé, bistrotier… Si ces métiers ont nourri les bouches de ceux qui les pratiquaient, ils ont aussi alimenté l’histoire de la faïencerie.

Jusqu’au 30 septembre, exposition temporaire Armor Argoat, la Bretagne au travail, visites guidées tous les samedis, à 15 h.

Publié le 13/07/2017 – © Ouest-France

Suivez-nous sur :
error