Robert Micheau-Vernez – Alchimiste de la couleur (été 2021).

Robert Micheau-Vernez

Redécouvrez en images l’exposition consacrée au peintre Robert Micheau-Vernez, à l’espace culturel les Coureaux (Larmor-Plage).

Association des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper ©

Artiste peintre attaché à la baie de Douarnenez, René Quéré est décédé (France 3 Bretagne).

Décédé à l’âge de 89 ans, René Quéré a partagé à travers son œuvre picturale son attachement aux paysages bretons et aux travailleurs de la mer.

René Quéré
Le peintre René Quéré en 2008.

Né à Ploaré en 1932, le peintre René Quéré donnait à voir à travers sa peinture la vie des marins de la baie de Douarnenez, son port d’attache.

René Quéré
Marins aux pavillons, René Quéré.

Son œuvre, à la limite de l’abstraction, reconnaissable à ses aplats de couleurs et à ses silhouettes aux contours simplifiés, a fait l’objet de nombreuses expositions en France, en Belgique et en Allemagne, notamment d’une exposition à la galerie Françoise Livinec à Paris en 2008.

Peinture à l’huile et à l’acrylique, contraste du jaune des cirés et des bleus de la mer, traits au crayon gras soulignant les lignes de force de ses tableaux, René Quéré redonnait vie à cet univers des travailleurs de la mer qu’il avait côtoyé.

René Quéré sera inhumé ce samedi 21 août, après une cérémonie à 10h30 en l’église Saint-Joseph de Tréboul.

Publié le 18 août 2021 par Céline Serrano – France 3 Bretagne ©

Le peintre douarneniste René Quéré s’est éteint à l’âge de 89 ans (Le Télégramme).

Né à Ploaré en 1932, l’artiste-peintre douarneniste René Quéré s’est éteint, en début de semaine, à l’âge de 89 ans. Très attaché au territoire et au monde de la pêche, il était considéré par ses pairs comme un artiste de grand talent.

René Quéré
René Quéré devant la porte de son atelier de Tréboul, en 2001.

« Pour moi, c’était le meilleur peintre du coin » : le peintre douarneniste Charles Kérivel n’y va pas par quatre chemins à l’heure de décrire le travail de René Quéré. Ce dernier, artiste-peintre né à Ploaré il y a 89 ans, s’est éteint en début de semaine, à Douarnenez.

Issu d’une famille de marins-pêcheurs, son œuvre est « une chronique de la fin du monde de la pêche à Douarnenez », explique Françoise Livinec, galeriste d’art contemporain, qui expose régulièrement les œuvres de René Quéré à Huelgoat, où elle a créé l’École des filles. « Il a eu peur lors de son premier voyage en mer, d’autant qu’à cette époque, des récits effrayants d’hommes péris en mer circulaient dans de nombreuses familles à Douarnenez. C’est pour cela qu’il a toujours cherché à rendre hommage au monde de la mer dans ses peintures », poursuit la galeriste.

« Un génie de la peinture et des couleurs »

D’après elle, l’artiste douarneniste, passé par l’école des Beaux-Arts de Quimper dans les années 1950, éprouvait même une certaine forme de culpabilité à ne pas être devenu pêcheur, si bien qu’il n’a pas signé pas de son nom ses premières toiles. « Au lieu de mettre ses initiales, il a mis celles de sa femme, Henriette », indique Françoise Livinec, qui salue « un génie de la peinture et des couleurs, qui travaillait comme un peintre abstrait ».

« Quand on voit une peinture de René Quéré, on sait que c’est du René Quéré. »

« Son grand mérite, c’est d’avoir fait fi des remarques étonnées quant à sa palette de couleurs et son graphisme », estime Charles Kérivel, qui retient notamment de son œuvre « ses bleus, très profonds. Quand on voit une peinture de René Quéré, on sait que c’est du René Quéré ». Exposé à de nombreuses reprises en Bretagne comme à l’international, il a également réalisé, entre 1986 et 1988, les vitraux de la chapelle Saint-Jean, à Tréboul (quartier où il vivait), en compagnie du maître-verrier quimpérois Jean-Pierre Le Bihan.

« Un très grand céramiste aussi »

Outre la peinture, le Douarneniste, père de quatre enfants, excellait également dans le domaine de la céramique, apprise à la manufacture Keraluc, une faïencerie quimpéroise, aux côtés de Pierre Toulhoat, Jos Le Corre, Xavier Krebs et Paul Yvain. « C’était aussi un très grand céramiste, il faisait de très belles choses », salue Bernard Verlingue, conservateur du musée de la faïence de Quimper, à qui René Quéré avait fait don d’une dizaine de céramiques et d’une huile sur panneau, en 2016. Deux entreprises bretonnes emblématiques, la Brittany Ferries et Armor Lux, avaient d’ailleurs fait appel à ses talents en la matière au début du XXe siècle.

Et si Charles Kérivel évoque un homme « un peu taiseux », Bernard Verlingue décrit « quelqu’un de contemplatif et d’assez extraordinaire ». Quant à Françoise Livinec, elle retient de lui ses talents d’enseignant d’art dans les écoles douarnenistes. « Tous les ans, nous recevons la visite d’anciens élèves à lui, très émus en découvrant ses toiles à l’école des filles », confie-t-elle. « Il a éveillé beaucoup de générations à l’art et à la peinture ».

Pratique

Les obsèques de René Quéré seront célébrées le samedi 21 août, à 10 h 30, en l’église Saint-Joseph de Tréboul.

Publié le 18 août 2021 par Dimitri L’Hours – Le Télégramme ©

Avec Robert Micheau-Vernez, « une explosion de couleurs » (Ouest-France).

Une centaine d’œuvres de Robert Micheau-Vernez sont exposées à l’espace culturel des Coureaux, à Larmor-Plage (Morbihan), jusqu’au dimanche 29 août 2021. Connu pour ses faïences, l’artiste breton excelle surtout en peinture, créant des toiles hautes en couleurs.

Régine Le Normand-Bernier - Mikaël Micheau-Vernez
Régine Le Normand-Bernier, adjointe chargée de la culture à la mairie de Larmor-Plage, et Mikaël Micheau-Vernez devant trois des œuvres du père de ce dernier exposées à l’espace culturel des Coureaux.

La grisaille et la pluie de ce début de mois vous ont irrité au cœur de l’été ? Alors filez vaille que vaille à Larmor-Plage, près de Lorient, pour découvrir les couleurs vives, intenses, si bien utilisées par Robert Micheau-Vernez.

Dans le cadre du Festival Interceltique, la municipalité accueille, jusqu’au dimanche 29 août 2021, une exposition rassemblant une centaine d’œuvres de l’artiste né à Brest (Finistère), en 1907.

Des peintures donc, mais aussi ses célèbres faïences ainsi que des affiches, illustrations et dessins composent cette exposition assez hétéroclite, prouvant la grande diversité de la création de Micheau-vernez.

« Mon père était l’un des grands coloristes de la seconde moitié du XXe siècle », vante Mikaël Micheau-Vernez, fils admiratif et attelé à la préservation et à la mise en valeur de l’œuvre de l’artiste, disparu en 1989 au Croisic (Loire-Atlantique).

Inspiré par les grands peintres de l’époque, Gauguin, Cézanne et Bonnard notamment, Robert Micheau-Vernez ne lésine pas sur les couleurs, de telle sorte que l’on repère la matière peinte sur la toile. « Une explosion de couleur ! », s’exclame Régine Le Normand-Bernier, adjointe chargée de la culture à la mairie de Larmor-Plage, visiblement ravie.

Faïences de Robert Micheau-Vernez
Certaines faïences de robert Micheau-Vernez sont exposées en août 2021 à l’espace culturel des Coureaux à Larmor-Plage (morbihan).

« Pas un peintre breton »

Le peintre brestois représente des planches, des voiliers, des plages bondées ou encore des bigoudènes. Plusieurs tableaux illustrent la Bretagne d’il y a plusieurs décennies et trouvent donc toute leur place dans le Festival Interceltique de Lorient.

Toutefois, Robert Micheau-Vernez ne se cantonne pas à cela. Son fils précise un peu la chose : « Mon père n’était pas un peintre breton mais plutôt un Breton qui peint. » Ainsi, certains tableaux montrent la Provence, où il vécut, ou alors Venise, où il passa, ainsi que Jérusalem.

La diversité de la création de Robert Micheau-Vernez dépasse de beaucoup le cadre de ta peinture. L’exposition montre cela en comportant certaines des faïences réalisées pour l’entreprise Henriot, à l’origine de la renommée de l’artiste en Bretagne. « Comme un bel arbre cachant la forêt », philosophe son fils, souhaitant rendre justice aux autres créations de son père comme ses dessins et illustrations.

Ainsi, l’espace culturel accueille quelques affiches réalisées par l’artiste, dont celle de la première édition de la Fête des cornemuses, qui avait eu lieu à Lorient en 1971. Un important symbole puisque cet événement devient, l’année suivante, le Festival Interceltique des cornemuses et, en 1979, le Festival Interceltique de Lorient. Cinquante ans après, cette exposition a donc le goût doux retour aux sources.

Exposition visible, ce 10 h à 13 h et de 16 h à 19 h, espace culturel des Coureaux à Larmor-Plage.

Publié le 10 août 2021 par Valentin Chomienne – Ouest-France ©