Des faïences de Quimper inspirées par l’exposition coloniale en vente samedi à Brest (Le Télégramme).

François Victor BAZIN
Groupe de deux Égyptiennes porteuses d’eau, une faïence HB Quimper signée François Victor Bazin (1897-1956).

Une collection de faïences de Quimper inspirées par l’art colonial sera dispersée, ce samedi, par la société Thierry-Lannon à Brest.

En attendant la grande vente de tableaux du 12 décembre, la société de ventes Thierry-Lannon propose une vente artistique, ce samedi 5 décembre, comprenant un peu moins de 400 pièces, parmi lesquelles une collection de douze faïences de Quimper réunies par l’antiquaire et expert Michel Roullot, décédé en 2012.

Trente ans pour réunir douze pièces

Michel Roullot était né l’année même de l’exposition coloniale qui s’est tenue en 1931, à Paris. Est-ce la raison pour laquelle il s’est passionné pour les faïences produites à Quimper à l’occasion de cet événement ? Parmi les douze pièces qui vont être dispersées, les deux Égyptiennes porteuses d’eau sont d’une modernité saisissante. Ce grès de la manufacture HB de Quimper est l’œuvre de François Victor Bazin (1897-1956), estimé de 10 000 à 15 000 €. « Bazin a fait trois versions de ce groupe, l’une de 90 cm est au musée de la faïence de Quimper, une autre plus petite fait 30 cm avec un seul sujet et il y a ce groupe intermédiaire de 45 cm qui est le plus rare, et d’une beauté transcendante qui traverse les styles », souligne Gilles Grannec, commissaire-priseur. Michel Roullot avait mis une trentaine d’années à réunir cette collection, qui comprend aussi des faïences de personnages africains de Gaston Broquet, chez Henriot, estimés à environ 1 000 €.

Un livre d’heures du XVe siècle

La vente commencera à 10 h, samedi, par une centaine de bijoux, puis de l’orfèvrerie. À partir de 14 h, place aux faïences, aux livres, dont un livre d’heures du XVe siècle, des meubles, dont un salon de Pierre Paulin, ou encore un tableau cubiste et africaniste de Raoul Hynckes.

En ce début de déconfinement, la salle des ventes pourra accueillir 30 personnes. La vente se déroulera en parallèle sur deux réseaux d’enchères en live, drouotonline.com et Interenchères.com.

La visite de l’exposition avant la vente, à partir de mercredi, sera limitée en temps et en nombre de personnes. Les conditions sont précisées sur le site de la société Thierry-Lannon.

Publié le 1er décembre 2020 – Le Télégramme ©

Belle vente artistique – Thierry-Lannon & associés, le 5 décembre 2020 – Brest.

L’hôtel des ventes de Brest (étude Thierry-Lannon & associés) présente une belle vente artistique le samedi 5 décembre 2020 à partir de 10h.

François Victor BAZIN
François Victor BAZIN (1897-1956) « Deux égyptiennes porteuses d’eau » groupe en grès bleu avec rehauts d’or et de platine. Manufacture HB Quimper circa 1931 (H : 45 – L m : 28 – l : 14 cm).

Cette vacation comprend uniquement 20 lots de faïence de Quimper.

Néanmoins, elle intéressera les collectionneurs avertis. En effet, 12 faïences et grès produits par les manufactures quimpéroises à l’occasion de l’exposition coloniale de 1931 seront dispersés.

Émile Adolphe MONIER
Émile Adolphe MONIER (1883-1970) « Scène Africaine » plaque Henriot (54,5×41).

On retrouve le nom des grands artistes ayant collaboré à cette production : François Victor BAZIN (1897-1956), Gaston BROQUET (1880-1947), Émile Adolphe MONIER (1883-1970) et Anna QUINQUAUD (1890-1984).

Ces pièces sont rares et toujours très recherchées par les collectionneurs. Deux pièces emblématiques de la période sont inclues dans la vente : les deux égyptiennes porteuses d’eau de François BAZIN et une version de la Femme de Fouta-Djallon d’Anna QUINQUAUD.

Gaston BROQUET
Gaston BROQUET (1880-1947) « Le Chamelier Maure » Henriot (21 x 27).

La provenance de ces pièces est irréprochable. Elles faisaient partie de la collection personnelle de Michel Jean Roullot, qui nous a quitté en 2012.

Il fut un des tout premiers historiens de la faïence de Quimper et expert auprès de l’hôtel des ventes de Morlaix.

Anna QUINQUAUD
Anna QUINQUAUD (1890-1984) « Femme de Fouta-Djallon » faïence 1957.

Il a tenu durant de longues années un magasin bien connu des collectionneurs, au 56 Quai de l’Odet à Quimper. Il a été la cheville ouvrière des célébrations de 1990. Michel J. Roullot était un membre de notre association.

Belle vente artistique – Thierry-Lannon & associés – le 5 décembre 2020 à Brest.
Samedi 5 décembre 2020 à 10 h – Faïence de Quimper (20 lots) – Expert : Bernard J. Verlingue

Catalogue de la vente

Vente Thierry-Lannon, du 5 décembre 2020

2020 – Étude Thierry-Lannon & associés ©


Michel Roullot (1931 – 2012) – Antiquaire précurseur

Michel Roullot est devenu antiquaire assez tardivement, s’étant occupé, auparavant, de la fonderie paternelle, venelle de Kergos à Quimper. Il s’agit là d’une vraie passion, qu’il partageait avec sa sœur aînée.

Installé au 56, Quai de l’Odet, il avait pris la suite de Bodivit, antiquaire réputé, qui approvisionnait toute la bourgeoisie locale. Ce dernier lui avait vendu son fonds de commerce.

Il sut le développer avec dynamisme.

Michel Roullot a été le tout premier promoteur de la faïence de Quimper. A ce titre on lui doit l’ouvrage : « Les faïences artistiques de Quimper au XVIIIe et XIXe siècles », paru le 1er janvier 1980 et qui reste un ouvrage de référence.

Il se spécialisa très rapidement dans les productions de la manufacture Porquier-Beau, ouvrant ainsi la porte du « Quimper » à de nombreux collectionneurs, français et étrangers.

C’est à cette époque qu’il se passionne, à titre personnel, pour les productions de Quimper à l’occasion de l’Exposition coloniale de 1931. Sa première acquisition, dans ce domaine bien spécifique, fut réalisée auprès des Commissaires-Priseurs Brestois à l’Hôtel des ventes
de Douarnenez, à l’occasion de la dispersion du fonds Théodore Botrel.

Une douzaine d’autres achats suivirent dans des ventes où il lui arrivait de mandater un ami ou un proche, de façon à ne pas attirer l’attention et la convoitise d’éventuels concurrents en se faisant repérer. Les acheteurs observaient les faits et gestes de Michel car, si il s’intéressait à un objet, il y avait sûrement une excellente raison…

Il est également à l’origine de la grande manifestation qui eu lieu en 1990, commémorant trois siècles d’histoire de la faïence à Quimper. Cette Exposition, première du genre par son envergure, permit de montrer au nombreux public des productions dont beaucoup ignoraient l’existence. Pour lui, il était facile de retrouver la trace de ce qu’il avait vendu.

L’Exposition connut un succès retentissant, dont tout le mérite revient à l’Association « Faïences de Quimper 1690-1990 » qu’il avait créé avec deux amis. Elle se tint au Musée des beaux-arts de la ville, et la Mairie s’impliqua comme il se doit dans cet évènement qui aura aussi eu le mérite incontesté de susciter la même année d’autres manifestations dont la fameuse vente du tricentenaire des Faïenceries de Quimper, à l’Hôtel des Ventes de Douarnenez, que j’ai eu la chance et l’honneur d’accompagner, en tant qu’Expert, voici 30 ans ! Merci Michel.

Outre ses activités d’antiquaire, Michel Roullot était également expert renommé, en faïence de Quimper, auprès du Conseil National des Experts spécialisés. A ce titre, il officiera bientôt auprès de Mes Boscher et Oriot, puis de leurs successeurs Me François et Sandrine Dupont à l’Hôtel des Ventes de Morlaix.

En cet instant précis, il m’est très émouvant de parler de Michel et de réaliser le catalogue de la vente de sa collection, sans penser à tous les bons moments que nous avons passés ensemble à échanger sur telle ou telle pièce. L’un comme l’autre, nous ne manquions pas de nous contacter quand un doute à propos de l’attribution d’un modèle.

Je garde de lui le souvenir d’un professionnel passionné par cette période de la
faïence de Quimper.

Bernard Jules Verlingue
Conservateur du Musée de la Faïence de Quimper

Bulletin d’information de l’association « Faïences de Quimper 1690-2090 » n°8 – Novembre 1991.

Alphonse Chanteau

Brochure de 8 pages (noir et blanc).

Sommaire :

  • Assemblée générale du 7 mai 1991 – Résumé du compte rendu (p 1).
  • Rapport du Président (p 2).
  • Le Musée de la Faïence Jules VerlingueBernard Jules VERLINGUE (p 3 à 6).
  • Alphonse CHANTEAUJacqueline MALRIEU (p 7 à 8).

Télécharger le document

Association « Faïences de Quimper 1690-2090 » ©

Deux rendez-vous au Musée de la faïence pour « limiter la casse » (Le Télégramme).

Jérémy Varoquier
Jérémy Varoquier, assistant de Bernard Verlingue, se démène pour bien finir la saison qui s’achèvera le 26 septembre.

Jérémy Varoquier croise les doigts. Il reste une vingtaine de jours au Musée de la faïence pour limiter la casse cette saison. Deux événements devraient drainer les visiteurs sur le site mais la fréquentation ce début septembre est bien en deçà de l’habitude. « Nous avons fait – 80 % en mai, – 50 % en juin, juillet a été dans la moyenne et août juste un peu dessous. Septembre s’annonce très calme ». L’assistant du conservateur Bernard Verlingue, absent depuis l’été 2019 pour des raisons de santé, se démène pour tenir le musée avec une personne à temps partiel à l’accueil et l’appui de bénévoles. « C’est fatigant, nous n’avons aucun repère, dit-il. La billetterie représente un tiers de notre budget. Je pense que nous aurons un manque de 40 % cette année. Les deux autres tiers viennent de mécènes. Et nous ne savons pas non plus comment ils auront passé la crise sanitaire ».

Festival de la céramique ce week-end

Le musée doit fermer le 26 septembre pour six mois. Jérémy Varoquier compte donc sur le Festival de la céramique, dont il est partenaire ce week-end, pour attirer le public. « Nous serons ouverts samedi et dimanche, de 10 h à 18 h, explique-t-il. L’entrée sera gratuite pour tout achat sur le festival. Il y aura un stand des Amis du musée avec vente de catalogues, qui donnera aussi le droit à l’entrée gratuite au musée ». Comme l’an passé, un Prix du Musée de la faïence (500 €) sera décerné par un jury à une œuvre sculptée présentée au festival. Un autre prix sera décerné par le Musée breton pour une pièce utilitaire.

« Il y a une nouvelle génération qui peut être intéressée par ce travail de la terre, propre, historique, patrimonial et très créatif ».

Journées du patrimoine

Le deuxième rendez-vous du Musée est donné pour les Journées du patrimoine, les 19 et 20 septembre. Cette fois, l’entrée sera gratuite tout le week-end. « Nous voulons resensibiliser le public local à la faïence, dit Jérémy Varoquier. Il y a une nouvelle génération qui peut être intéressée par ce travail de la terre, propre, historique, patrimonial et très créatif ». Des visites guidées gratuites seront proposées sur réservation.

Le musée fermera quelques jours plus tard, avant une reprise en avril 2021 pour une saison pleine d’inconnues qui sera aussi celle du 30e anniversaire.

Publié le 4 septembre 2020 par Ronan Larvor – Le Télégramme ©

À Quimper, la faïence révèle encore des trésors (Le Télégramme).

Annic Constany
Les amis du musée de la faïence ont renseigné une quarantaine de propriétaires, ce samedi.

Invités chaque année à présenter leurs pièces, les particuliers se sont pressés, ce samedi dans la cour du musée de la faïence. L’occasion de révéler quelques trésors.

Des pièces de vaisselles chinées à un troc et puces, des plats et autres sculptures transmises de génération en génération ou trouvées dans un grenier. Masqués pour cause de crise sanitaire, une quarantaine de collectionneurs et autres héritiers de pièces de faïences de Quimper se sont relayés dans la cour du musée de Locmaria, ce samedi, pour connaître l’histoire de leurs biens et souvent avoir une idée de leur valeur.

« C’est notre rôle », souligne Jérémy Varoquier, l’assistant principal du musée. En l’absence de Bernard Verlingue, le conservateur des lieux, ce sont les amis du musée qui ont orienté les propriétaires de pièces de faïence.

Du Quimper du XVIIIe siècle ?

Tout au long de la matinée, près de 200 pièces sont ainsi passées entre les mains de ces fins connaisseurs. Beaucoup de vaisselle. Mais parfois quelques belles pièces comme ce couple de sonneurs. Son propriétaire est reparti avec un précieux conseil en poche : le numéro de téléphone d’un restaurateur quimpérois. Au-delà du renseignement, l’objectif, pour le musée quimpérois, est « d’éviter la dispersion des pièces et de préserver » ce patrimoine.

« Au fur et à mesure, le conservateur pensait que ça allait se tarir. Mais nous faisons des découvertes tous les ans », se réjouit Jérémy Varoquier. Outre plusieurs pièces d’artistes – Micheau Vernez, Nicot, Fouillen, Keraluc – les amis du musée ont eu de la faïence du XVIIIe siècle entre les mains, ce samedi. « Il pourrait s’agir de « vieux Quimper ». Cela reste à confirmer parce qu’il n’y avait pas de signatures à l’époque ». Des œuvres historiques susceptibles d’entrer dans les collections du musée de Locmaria. Pas par le biais d’achats. Le lieu n’en a pas les moyens. Mais par l’intermédiaire de dons. Les pièces datées de 1769 pourraient ainsi rejoindre le musée.

Publié le 8 août 2020 par Jean Le Borgne – Le Télégramme ©