Le musée de la faïence cherche de nouveaux mécènes (Ouest-France).

C’est l’un des principaux musées de Quimper mais, à la différence des autres, il est privé. Le musée de la faïence fonctionne sans financement public mais grâce au mécénat et aux visites. Il cherche à développer et renforcer ses soutiens financiers.

Jérémy Varoquier
Jérémy Varoquier, assistant de Bernard Verlingue, le conservateur du musée de la faïence à Quimper.

Le projet

Beaucoup de visiteurs s’en étonnent en poussant la porte du musée de la faïence : il ne s’agit pas d’un musée public. Il a vu le jour il y a trente et un ans, impulsé et porté par la famille Verlingue.
Le lieu culturel, ouvert au grand public six mois par an, expose une collection unique d’œuvres d’art. Il est logiquement installé en plein cœur du quartier de Locmaria à Quimper, berceau de la culture faïencière de la ville. Cette année particulièrement, il bénéficie d’une fréquentation en hausse.

Le mécénat au cœur du musée

Depuis le départ, le musée est privé. Ses finances en témoignent : « La billetterie apporte environ un quart de notre budget. Tout le reste, c’est-à-dire près des trois quarts de nos ressources, vient de nos mécènes », explique Jérémy Varoquier, assistant de Bernard Verlingue, le conservateur. Pour une année de fonctionnement, le budget global est de « 150 000 € à 200 000 ». Cela couvre les trois emplois, les expositions permanentes et temporaires, le catalogue. les factures courantes…
Le musée existe donc grâce au mécénat. Ces généreux donateurs sont actuellement une cinquantaine : une vingtaine d’entreprises (qui peuvent défiscaliser à hauteur de 60 %) et une trentaine de particuliers (pour qui la défiscalisation est de 66 %). Comme tous les ans, le musée accueille mécènes et partenaires, lors d’une soirée, vendredi.
Mais ces derniers mois, la situation a évolué : « Certains mécènes nous sont toujours fidèles et nous les en remercions. Mais avec le Covid-19, d’autres ont dû arrêter de donner, décrit Jérémy Varoquier. Et puis le mécénat, c’était la partie de Jean-Yves Verlingue… » Celui qui a été de l’aventure du musée depuis le début s’est éteint en janvier.
« Il nous faut donc impulser et trouver une nouvelle dynamique pour attirer de nouveaux mécènes », projette Jérémy Varoquier. Et retrouver ainsi une sérénité confortable afin de se lancer dans de nouveaux projets.

Un appel du pied à la Ville

Les lieux ne bénéficient donc d’aucun financement public. Une subvention de « 1 400 € » est cependant versée, non pas au musée, mais à l’association des Amis du musée et de la faïence de Quimper, pour le catalogue édité chaque année avec la nouvelle collection temporaire. Elle représente « environ 10 % » du coût total de production du catalogue.
Pour le musée, il n’est pas question de faire du profit : « Nous sommes dans une logique de valorisation, de partage et d’animation de la culture faïencière pour tous. Et l’argent que nous utilisons ruisselle aussi localement : pour le catalogue, nous travaillons avec l’agence So HO ! de Quimper, Cloître Imprimeurs à Brest… » Le musée sait que les financements publics ne lui sont pas possibles mais participe à tous les événements culturels gratuits (Journées du patrimoine, Nuit des musées, festival Quimper céramique…). Il aimerait pouvoir engager une réflexion avec la Ville : « Nous pourrions parler de comment être plus visible dans l’espace public de la Ville par exemple. Ou, pourquoi pas, imaginer tarif spécial pour les écoles. Car pour l’instant, aucune classe ne passe découvrir nos collections alors que la faïence, c’est l’histoire de Quimper… », illustre Jérémy Varoquier.


Journées du patrimoine. Au musée de la faïence à Quimper, des ateliers pour peindre sur des bols.

À Quimper, le musée de la faïence participe aux Journées européennes du patrimoine, samedi 17 et dimanche 18 septembre 2022. Il propose, entre autres, des ateliers « Pas de bol ! » où chacun peut exprimer sa créativité.

Jérémy Varoquier
À Quimper (Finistère), le musée de la faïence participe aux Journées du patrimoine. Il propose, entre autres, des ateliers « Pas de bol ! » où chacun peut exprimer sa créativité.

À l’occasion des Journées européennes du patrimoine, samedi 17 et dimanche 18 septembre 2022, le musée de la faïence à Quimper (Finistère) sera ouvert de 10 h à 18 h. L’entrée sera gratuite. Seront par exemple proposés des ateliers « Pas de bol ! » où chacun pourra peindre, dessiner… sur un bol et repartir avec ses créations. Des visites guidées de l’exposition temporaire Les Merveilles de la faïencerie Porquier-Beau sont aussi prévues (à 11 h 30, 14 h 30 et 15 h 30 samedi ; à 11 h 30 et à 14 h 30 dimanche).

Réservations en ligne, sur le site de la Ville de Quimper (www.quimper.bzh/1584-reservez-vos-visites-du-patrimoine.htm).

Publié le 6 septembre 2022 par Rose-Marie DUGUEN – Ouest-France ©

Le compte rendu du 10ème Festival Céramique de Quimper.

Depuis 4 ans, l’association des Amis du Musée & de la Faïence de Quimper est partenaire du Festival Quimper Céramique.

Festival Céramique Quimper 2022
Le stand de l’association sur la place du Stivel à Locmaria.

L’évènement se tenait le week-end des samedi 3 et dimanche 4 septembre 2022, sur la place du Stivel.

Festival Céramique Quimper 2022
Les publications de l’association des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper.

Nous avons tenu notre stand pendant ces 2 jours, en proposant nos publications. L’opération spéciale de « déstockage » des anciens catalogues a été un succès.

Festival Céramique Quimper 2022
L’opération déstockage des anciens catalogues.

Le Musée proposait des places gratuites pour visiter l’exposition « Les merveilles de la faïencerie Porquier-Beau », pour l’achat d’une céramique durant la tenue du Festival 2022.

Festival Céramique Quimper 2022
de gauche à droite : Nathalie Barbet (Prix du Musée de la Faïence) et Françoise Dufayard (Prix des Amis du Musée départemental breton).

Le directeur du Musée de la Faïence de Quimper, Bernard Verlingue a remis le prix 2022 à Nathalie Barbet, le 3 septembre 2022, dans le cadre du Festival Quimper Céramique.
Son travail figurera dans les collections du Musée, dans la vitrine des œuvres contemporaines.

Festival Céramique Quimper 2022
Vitrine des œuvres contemporaines au Musée de la Faïence.

Le jury de ce prix était constitué par M. Jean-Paul Alayse (Président des Amis du Musée), Mme Annic Constanty, M. Guenhaël Le Moing (vice-président des Amis du Musée), M. Hervé Maupin (Président du Fonds de dotation du Musée) et M. Bernard Verlingue (Directeur du Musée de la Faïence).

Festival Céramique Quimper 2022
L’inauguration du Festival le 3 septembre 2022, de gauche à droite : Maryvonne Blondin (vice-président des Amis du Musée départemental breton), Valérie Durrwell (adjointe au maire, chargée de l’attractivité, du commerce et des métiers d’art), Bernard Verlingue (directeur du Musée de la Faïence), Jean-Paul Alayse (Président des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper), Bernard Kalonn (adjoint au maire, chargé de la culture), Hervé Maupin (Président du Fonds de dotation du Musée de la Faïence), Isabelle Assih (maire de Quimper), Jeanne-Sarah Bellaiche (co-présidente de l’association Quimper Céramique), Philippe Bernelle (organisateur du festival) et Mathieu Casseau (co-président de l’association Quimper Céramique).

La céramiste Jeanne-Sarah Bellaiche a retracé l’histoire du Festival de la céramique, qui fête cette année sa 10ème édition.

Le Prix du Musée de la Faïence de Quimper 2022 – Nathalie BARBET (en vidéo).


Le Prix des Amis du Musée départemental breton 2022 – Françoise DUFAYARD (en vidéo).

Mme Maryvonne Blondin, vice-présidente de l’association des Amis du Musée départemental breton a remis son 3ème prix à Françoise Dufayard.
Ce prix est doté d’une somme de 200 €, il récompense des pièces usuelles.


L’association tient à remercier l’ensemble des adhérents qui se sont relayés pour assurer notre présence tout au long de ce week-end. Un grand merci à eux !

Festival Céramique Quimper 2022
Les bénévoles de l’association.

2022 – Association des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper ©

Au Festival céramique de Quimper, Pascale Morin cherche à « capter l’émotion du vivant » (Le Télégramme).

Pascale Morin
Pascale Morin présente ses belles porcelaines.

Samedi et dimanche, le désormais traditionnel festival de la céramique rassemble, place du Stivel à Quimper, 39 artistes exposants et de nombreux visiteurs.

Les propositions sont nombreuses, témoignant de la vitalité de l’art de la céramique dans la région. Poupées, finement sculptées, bols, méduses… Il y en a pour tous les goûts. Près de l’Odet, le stand de Pascale Morin, laisse voir des objets quelque peu uniques. Sur l’étal, des coraux, des fleurs, des vases de porcelaine, attirent le regard et suscitent la curiosité. Installée depuis le mois d’avril, à Plouha, dans les Côtes d’Armor, Pascale Morin confie sa passion pour la porcelaine. « Ce matériau, translucide me permet de perpétuer une tradition et d’effectuer un travail sur la nature. J’ai une formation de céramiste, mais une fois, on m’a suggéré de m’intéresser à la porcelaine, un matériau délicat, au caractère affirmé. Par ce côté, il me ressemble », raconte-t-elle.

« Je cherche son mouvement dans la pluie qui tombe, dans la chaleur du soleil où l’éclat des vagues »

Des pièces uniques

« Pour débuter, je devais acheter un four. Le financement participatif que j’avais proposé sur internet a recueilli les dons de cent personnes. Petit à petit un réseau s’est constitué autour de mon travail. Aujourd’hui j’ai des fidèles », se réjouit-elle. Pascale Morin se promène toujours avec son carnet de notes. Pour créer ses pièces uniques, elle observe attentivement la nature. « Entre végétal et minéral, mon travail s’approche de la nature, de son rythme, de sa composition et parfois de sa dégénérescence. Je cherche son mouvement dans la pluie qui tombe, dans la chaleur du soleil où l’éclat des vagues. J’essaie de capter l’émotion du vivant. Mais aussi les cicatrices, les traces qui nous façonnent en permanence. Ainsi, beaucoup de mes sculptures sont montées sur un socle confectionné à partir d’une des grosses poutres qui étaient initialement dans ma maison », explique-t-elle.

Le festival se poursuit ce dimanche toute la journée.

Nathalie Barbet & Bernard Verlingue
Bernard Verlingue, remet le prix du Musée de la faïence à Nathalie Barbet. La Musée lui achètera une œuvre.
Françoise Dufayard & Maryvonne Blondin
Maryvonne Blondin, vice présidente des Amis du Musée Départemental, remet le Prix de la Céramique utilitaire à Françoise Dufayard.

Publié le 3 septembre 2022 – Le Télégramme ©

Bernard Verlingue – Le service « la Mer » de Mathurin Méheut.

Autour de l’exposition « Mathurin Méheut, arpenteur de la Bretagne », le Musée de Pont-Aven a créé quelques podcasts.
Le conservateur du Musée de la Faïence à Quimper, Bernard Jules Verlingue nous présente le service « la Mer » créé par l’artiste pour la manufacture Henriot.

2022 – Musée de Pont-Aven ©

Göring, homard, oiseaux : les insolites du musée de la faïence de Quimper (Ouest-France).

Le musée de la faïence de Quimper est un incontournable. Pour autant, connaissez-vous les petites particularités et anecdotes sur les différentes pièces exposées ? Nous vous proposons un rapide tour dans ce joyau d’histoire.

Jérémy Varoquier
Jérémy Varoquier, assistant de Bernard Verlingue, conservateur du musée de la faïence à Quimper.

Le musée de la faïence de Quimper accueille une exposition temporaire sur les merveilles de la faïencerie Porquier-Beau, jusqu’au 1er octobre 2022.

Elle met à l’honneur plus de 650 aquarelles accompagnées des faïences arborant le même décor. Rapide tour d’anecdotes rocambolesques.

1. Quand Hermann Göring a failli voler Henriot

Nul n’ignore le vif amour, ou plutôt l’obsession malsaine, du régime nazi pour les œuvres d’art. L’ombre du maréchal Hermann Göring, haut dignitaire nazi, continue à planer sur l’histoire de certaines pièces. Au musée de la faïence, Jérémy Varoquier, assistant du conservateur, interpelle sur un plat de Pierre Rocuet, peint avant 1922. « II se raconte que le maréchal Göring avait flashé dessus, qu’il souhaitait l’embarquer. Alors, la faïencerie Henriot aurait caché toutes ses pièces,pour éviter qu’elles soient volées par les nazis. »
Si l’anecdote a le mérite d’attirer l’oreille, « c’est une légende, une histoire qui traîne. On ne sait pas réellement si c’est avéré », précise l’assistant. On sait pourtant qu’à Paris, Göring s’était intéressé au musée du Jeu-de-Paume, où il déposait en transit les œuvres spoliées, ses « prises de guerre », constituant l’une des plus grosses collections d’art jamais pillées dans l’histoire.

Homard Porquier-Beau
Une assiette arbore un homard. cependant, ne trouvez-vous pas que quelque chose cloche ? regardez ses pattes…

2. Un homard extraordinaire

Observez attentivement cette assiette. Rien ne vous étonne ? Au contraire, grand amateur de fruits de mer ou passionné de la biodiversité marine, vous percevez une certaine déformation du homard ?
En effet, d’ordinaire, les pattes du crustacé sont placées bien plus en avant. Sur cette pièce, elles sont placées à l’arrière. « Un important décalage, souligne Jérémy Varoquier. C’était peut-être pour faire rentrer le motif dans l’assiette, ou peut-être une boutade de l’auteur, on ne sait pas… »
Cette pièce, réalisée par Camille Moreau, qui a rejoint la manufacture Henriot en 1891, fait partie d’une large collection de peintures de scènes marines. Autre anecdote : l’homme, formé par Alfred Beau, devint à sa retraite le premier pilote du canot automobile reliant Quimper à Bénodet et Beg Meil.

René Quillivic
La dame de Fouesnant.

3. La femme de Fouesnant

Remontons dans le temps : à la fin de la Première Guerre mondiale, afin de se souvenir du sacrifice de millions d’hommes pour le pays, de nombreux monuments aux morts sont édifiés. En Finistère, on fait souvent appel au sculpteur René Quillivic. Loin de se cantonner au célèbre poilu à la baïonnette ou au coq, il a une originalité : il choisit toujours la personne du village qui a le plus souffert. Pour le monument aux morts de Fouesnant, Quillivic choisit une femme qui a perdu cinq de ses sept fils au combat.
Aujourd’hui, l’histoire perdure. « C’est une histoire qui court encore dans sa famille. Ils savent tous qu’une sculpture à son effigie est présentée ici, raconte Jérémy Varoquier. La petite fille de la femme est venue récemment. C’est toujours la même émotion. »

assiettes Porquier-Beau
Des assiettes examinées par la ligue de protection des oiseaux (lpo).

4. Des assiettes fantaisistes

La maison pour tous de Penhars accueillera une exposition en octobre dans le cadre du festival Le temps de l’arbre. Une quinzaine de planches sur le thème des oiseaux y sera exposée, en partenariat avec la Ligue de protection des oiseaux. loi, « des pièces aquarellées. Quelques fantaisies ont été prises, notamment sur la forme des becs, nous a affirmé la LPO. Ça prête toujours à sourire », déclare Jérémy Varoquier.

Publié 26 août 2022 par Carla PLOMB – Ouest-France ©