Jeanne Malivel exposée à Paris auprès des plus grands (Le Télégramme).

Jeanne Malivel
Une assiette originale de Jeanne Malivel est exposée au Musée d’art moderne à Paris.

Une céramique de Jeanne Malivel est présentée au Musée d’art moderne de Paris dans le cadre de l’exposition « Les flammes. L’art vivant de la céramique », qui se tient jusqu’au 6 février 2022. Cette assiette octogonale à motif géométrique jaune et noir, créée dans le cadre d’un service de table pour sa sœur et réalisée en 1922 par les Ets Henriot de Quimper, est prêtée par un des membres de l’Association des Amis de Jeanne Malivel. « La présence de cette œuvre dans une exposition internationale allant du paléolithique à nos jours, à côté de travaux de Gauguin, Matisse, Picasso ou Dali, témoigne de l’importance prise par Jeanne Malivel dans le paysage culturel français et de sa reconnaissance », déclare Marie-Claire Nageotte, membres de l’association. Née à Loudéac en 1895, Jeanne Malivel, après les Beaux-Arts de Paris et des recherches en histoire et art celtique, s’attache au renouveau de l’expression artistique bretonne dans les domaines de la gravure et des arts appliqués. Disparue à 31 ans, elle laisse un mouvement artistique, les « Seiz Breur », qui lui survivra.

Publié le 15 octobre 2021 – Le Télégramme ©

La faïence moins cotée, mais toujours collectionnée (Ouest-France).

Le musée de la faïence de Quimper a fêté ses trente ans du 3 au 5 septembre. Mais la faïence quimpéroise a-t-elle encore la cote aujourd’hui ?

Bernard Jules Verlingue
Bernard Verlingue en 2018, avec un magnifique vase bleu de glaz (Photo Bernard GALERON).

Entretien

Bernard Verlingue, expert de la faïence depuis 1991 et conservateur du musée.

Comment se porte le marché de la faïence ?

Si certains collectionneurs vendaient, la cote de la faïence quimpéroise ne serait pas si basse. Cela relancerait la machine.
Le profil des collectionneurs d’aujourd’hui est plutôt âgé. Le jeune s’intéresse, mais n’a pas les mêmes moyens. Dans les salles de vente, la cote de la faïence de Quimper a flambé entre 1980 et 2000. Aujourd’hui, les prix ont chuté, sauf pour les créations d’artistes.

Pourquoi la faïence a-t-elle connu un tel essor ?

La faïence s’est développée dans les années 1985-1986 quand deux grands antiquaires se sont installés à Quimper. Ils ont suscité de véritables vocations et vendu beaucoup aux collectionneurs.
En 1990, le tricentenaire de la naissance de la faïence à Quimper avec une grosse exposition au musée des Beaux-Arts et la sortie d’un livre ont contribué à sa notoriété. Cela a été un véritable engouement. Acheter de la faïence, c’était comme acheter trois siècles d’histoire.

Y avait-il des importateurs étrangers ?

Dans les années 1980, il y avait un marché énorme aux États-Unis (25 %), il y avait deux gros importateurs et une bulle de collectionneurs. Des Belges, des Anglais achetaient. Les prix ne cessaient de grimper. Les Américains étaient friands du décor soleil yellow et du mistral blue. Là-bas, ils vendaient une assiette plate, une creuse, une à dessert et un mug, c’était assez astucieux.
Quand on avait des invités, on se devait de racheter un ensemble. Ce qui nous a pénalisés. c’est le décor main. Nous n’avions pas assez de personnel et les antiquaires ont fini par prendre le dessus.

Avez-vous découvert des joyaux lors d’expertises au musée ?

Une femme est venue en 1995 avec un grand sac plastique et des objets emballés dans du papier journal. Elle a sorti un cornet estampillé Exposition universelle 1889 Paris signé Porquier Beau. Je lui ai demandé si elle en avait d’autres, elle m’a présenté une coupe sur pied décorée par Alfred Beau (estimée à 150 000 francs à l’époque). Et un vase du même acabit. Des objets qu’elle avait gagnés dans une kermesse à Locmaria. Il faut dire qu’Henriot avait racheté Porquier. Il prenait des pièces qu’il offrait pour la kermesse. Il n’y avait pas de cote à l’époque.
À une vente aux enchères à Brest, deux des faïences se sont envolées à 250 000 francs l’une et 300 000 francs l’autre.

Quel style de faïence recherche-t-on aujourd’hui ?

Depuis 2000, les Américains se désintéressent de la faïence quimpéroise. Ils viennent beaucoup moins en salle de ventes. La cote s’est affalée.
J’ai lu dans un livre que cet engouement était un phénomène de mode et la mode, ça passe. Aujourd’hui, ce sont les pièces des artistes quimpérois du XXe siècle qui sont recherchées. Ils ont été 260 à travailler à la faïencerie. Ce sont eux qui ont contribué à la moderniser, sans eux elle n’aurait pas passé le XXe.
Les très belles pièces signées Mathurin Méheut ou encore Quillivic se vendent bien, mais les collectionneurs hésitent à s’en séparer.

Recueilli par Véronique MOSSER – Le 6 septembre 2021 – Ouest-France ©

Robert Micheau-Vernez – Alchimiste de la couleur (été 2021).

Robert Micheau-Vernez

Redécouvrez en images l’exposition consacrée au peintre Robert Micheau-Vernez, à l’espace culturel les Coureaux (Larmor-Plage).

Association des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper ©

Le FIL s’ancre à Larmor-Plage avec une exposition de Micheau-Vernez (Le Télégramme).

Une exposition de Robert Micheau-Vernez est présentée à Larmor-Plage, à l’occasion du Festival interceltique de Lorient.

Exposition Robert Micheau-Vernez à Lamor-Plage
De droite à gauche : Mikael Micheau-Vernez ; Réjine Le Normand, adjointe à la culture ; Justine Wasson, qui accueillera les visiteurs et Jean-Jacques Valy ont participé à l’accrochage des tableaux.

On lui doit l’affiche de la première édition du Festival interceltique de Lorient (FIL). Mais en Bretagne, il est surtout connu pour ses faïences réalisées par la manufacture Henriot à Quimper : Robert Micheau-Vernez, disparu en 1989, est mis à l’honneur à l’espace culturel Les Coureaux par la ville. Inscrite au programme du FIL, l’exposition regroupe 98 œuvres très diverses.

Un Breton artiste plutôt qu’un artiste breton

« La faïencerie, c’est l’arbre qui a caché la forêt du peintre. Et pas seulement, car il était pluridisciplinaire : peinture, dessin, illustration… il était même sonneur de cornemuse ! », s’amuse Mikaël Micheau-Vernez, son fils. Les peintures, très colorées, ne se limitent pas à la Bretagne. « Chez lui, tout est prétexte à la couleur. Il peint autant la Provence que la Bretagne. Il n’est pas un artiste breton, mais plutôt un Breton artiste », sourit Mikaël Micheau-Vernez, qui sera régulièrement présent pendant l’exposition.

Pratique

Espace culturel Les Coureaux, du 5 au 29 août, du mardi au dimanche, de 10 h à 13 h pendant le FIL, puis de 16 h à 19 h. Entrée libre et gratuite.

Publié le 4 août 2021 – Le Télégramme ©

À Quimper, et si la faïence de mamie valait une fortune ? (Le Télégramme).

Avez-vous un trésor dans votre maison ? Samedi 7 août, rendez-vous au musée de la faïence de Quimper pour faire estimer votre céramique. Mais, comment savoir si votre objet a de la valeur ?

Jérémy Varoquier
Comme le montre Jérémy Varoquier, assistant du conservateur, c’est sous la pièce qu’on trouve généralement les signatures.

« Il y a deux écoles, explique Jérémy Varoquier, assistant du conservateur. Soit les gens pensent avoir un trésor et on les refroidit, soit on nous ramène des pièces, que les gens pensent sans valeur, et qui se révèlent être des pièces d’artiste ».

Chaque année, le musée de la faïence de Quimper propose de faire estimer sa céramique par le conservateur, Bernard Verlingue. Chaque année, il y a des surprises. Il y a 2-3 ans, un couple a notamment apporté un objet, un trio de sonneurs bigoudens, qu’il pensait sans valeur, qui n’allait pas avec leur déco, et qui s’est révélé être une pièce de Micheau-Vernez estimée à 2000 €. « Le but de cette journée est de remettre les pendules à l’heure et d’éviter que ce patrimoine parte à la benne ».

Avoir la bonne signature

Pour savoir si un objet a de la valeur, il faut commencer par chercher les signatures. D’abord celles de la manufacture. Des marques qui apparaissent au milieu du XIXe siècle : Henriot, HB, Porquier, Fouillen et Keraluc. Puis celles de l’artiste qui commencent à signer courant XXe. Et il y a du monde. Plus de 240 artistes ont collaboré. Certains ont fait une seule pièce et d’autres des centaines !

Signatures des manufactures
Voici à quoi ressemble les signatures des différentes manufactures.

Mais attention, s’il n’y a aucune signature, l’objet peut aussi avoir de la valeur. En effet, s’il est ancien, il peut dater de la période d’avant signatures. Et donc remonter jusqu’à la création de la première manufacture, la Grande Maison HB, en 1699. À ce propos, la pièce la plus ancienne du musée est le drageoir de mariage de Pierre Clément Caussy et de Marie-Jeanne Bellevaux. Il date de 1749.

Pierre Clément Caussy et de Marie-Jeanne Bellevaux
La pièce la plus ancienne du musée est le drageoir de mariage de Pierre Clément Caussy et de Marie-Jeanne Bellevaux. Il date de 1749.

Un marché de l’art qui évolue

Parmi les objets les plus recherchés : les pièces de forme. « Il y a eu tellement de services de table qu’ils ont généralement peu de valeur. Il n’y a pas de marché pour ça », avoue Jérémy Varoquier. Des objets qui peuvent être en terre cuite (souvent ancien, qui servait pour la création de pièces de base), en grès (souvent plus brun, mat et dans un style art déco) et en faïence (Des pièces émaillées ou vernissées, ordinairement à fond blanc). Des objets à base d’argile. Le secteur n’ayant pas de kaolin, il n’y a pas eu de porcelaine à Quimper.

« Le marché de l’art évolue. Peut-être qu’un jour, à force de jeter les services de table, ils auront de la valeur. C’est pour ça qu’il ne faut pas hésiter à venir faire estimer ses objets. On n’a pas d’exigence. On est là pour renseigner les gens et, peut-être, découvrir un trésor ».

Un marché qui se renouvelle avec la faïencerie Henriot présente juste à côté du musée. À côté des objets traditionnels, on peut découvrir et acheter des pièces d’artistes. Des objets qui vaudront peut-être leur petit billet dans quelques années…

Pratique

Les estimations se tiendront au Musée de la faïence samedi 7 août de 10 h à 13 h. Elles se feront normalement en extérieur. Le masque sera obligatoire. Réservation et prise de rendez-vous indispensables au tél. 02 98 90 12 72. Entrée, estimation et visite du musée : 5 €.

Terre cuite
Les premiers objets, souvent des pièces de base, étaient en terre cuite.
Odetta
Les pièces en grès, souvent dans un style art déco, ont un aspect plus brun et mat.
Victor Lucas
Milieu du XXe, ces pièces en faïence de Victor Lucas, créateur de la manufacture de Kerluc, représentent la descente de l’Odet.
Xavier Krebs
Des pièces en faïence de Xavier Krebs, plus modernes, datant du milieu du XXe.

Publié le 4 août 2021 par Enora Heurtebize – Le Télégramme ©