Artiste peintre attaché à la baie de Douarnenez, René Quéré est décédé (France 3 Bretagne).

Décédé à l’âge de 89 ans, René Quéré a partagé à travers son œuvre picturale son attachement aux paysages bretons et aux travailleurs de la mer.

René Quéré
Le peintre René Quéré en 2008.

Né à Ploaré en 1932, le peintre René Quéré donnait à voir à travers sa peinture la vie des marins de la baie de Douarnenez, son port d’attache.

René Quéré
Marins aux pavillons, René Quéré.

Son œuvre, à la limite de l’abstraction, reconnaissable à ses aplats de couleurs et à ses silhouettes aux contours simplifiés, a fait l’objet de nombreuses expositions en France, en Belgique et en Allemagne, notamment d’une exposition à la galerie Françoise Livinec à Paris en 2008.

Peinture à l’huile et à l’acrylique, contraste du jaune des cirés et des bleus de la mer, traits au crayon gras soulignant les lignes de force de ses tableaux, René Quéré redonnait vie à cet univers des travailleurs de la mer qu’il avait côtoyé.

René Quéré sera inhumé ce samedi 21 août, après une cérémonie à 10h30 en l’église Saint-Joseph de Tréboul.

Publié le 18 août 2021 par Céline Serrano – France 3 Bretagne ©

Le peintre douarneniste René Quéré s’est éteint à l’âge de 89 ans (Le Télégramme).

Né à Ploaré en 1932, l’artiste-peintre douarneniste René Quéré s’est éteint, en début de semaine, à l’âge de 89 ans. Très attaché au territoire et au monde de la pêche, il était considéré par ses pairs comme un artiste de grand talent.

René Quéré
René Quéré devant la porte de son atelier de Tréboul, en 2001.

« Pour moi, c’était le meilleur peintre du coin » : le peintre douarneniste Charles Kérivel n’y va pas par quatre chemins à l’heure de décrire le travail de René Quéré. Ce dernier, artiste-peintre né à Ploaré il y a 89 ans, s’est éteint en début de semaine, à Douarnenez.

Issu d’une famille de marins-pêcheurs, son œuvre est « une chronique de la fin du monde de la pêche à Douarnenez », explique Françoise Livinec, galeriste d’art contemporain, qui expose régulièrement les œuvres de René Quéré à Huelgoat, où elle a créé l’École des filles. « Il a eu peur lors de son premier voyage en mer, d’autant qu’à cette époque, des récits effrayants d’hommes péris en mer circulaient dans de nombreuses familles à Douarnenez. C’est pour cela qu’il a toujours cherché à rendre hommage au monde de la mer dans ses peintures », poursuit la galeriste.

« Un génie de la peinture et des couleurs »

D’après elle, l’artiste douarneniste, passé par l’école des Beaux-Arts de Quimper dans les années 1950, éprouvait même une certaine forme de culpabilité à ne pas être devenu pêcheur, si bien qu’il n’a pas signé pas de son nom ses premières toiles. « Au lieu de mettre ses initiales, il a mis celles de sa femme, Henriette », indique Françoise Livinec, qui salue « un génie de la peinture et des couleurs, qui travaillait comme un peintre abstrait ».

« Quand on voit une peinture de René Quéré, on sait que c’est du René Quéré. »

« Son grand mérite, c’est d’avoir fait fi des remarques étonnées quant à sa palette de couleurs et son graphisme », estime Charles Kérivel, qui retient notamment de son œuvre « ses bleus, très profonds. Quand on voit une peinture de René Quéré, on sait que c’est du René Quéré ». Exposé à de nombreuses reprises en Bretagne comme à l’international, il a également réalisé, entre 1986 et 1988, les vitraux de la chapelle Saint-Jean, à Tréboul (quartier où il vivait), en compagnie du maître-verrier quimpérois Jean-Pierre Le Bihan.

« Un très grand céramiste aussi »

Outre la peinture, le Douarneniste, père de quatre enfants, excellait également dans le domaine de la céramique, apprise à la manufacture Keraluc, une faïencerie quimpéroise, aux côtés de Pierre Toulhoat, Jos Le Corre, Xavier Krebs et Paul Yvain. « C’était aussi un très grand céramiste, il faisait de très belles choses », salue Bernard Verlingue, conservateur du musée de la faïence de Quimper, à qui René Quéré avait fait don d’une dizaine de céramiques et d’une huile sur panneau, en 2016. Deux entreprises bretonnes emblématiques, la Brittany Ferries et Armor Lux, avaient d’ailleurs fait appel à ses talents en la matière au début du XXe siècle.

Et si Charles Kérivel évoque un homme « un peu taiseux », Bernard Verlingue décrit « quelqu’un de contemplatif et d’assez extraordinaire ». Quant à Françoise Livinec, elle retient de lui ses talents d’enseignant d’art dans les écoles douarnenistes. « Tous les ans, nous recevons la visite d’anciens élèves à lui, très émus en découvrant ses toiles à l’école des filles », confie-t-elle. « Il a éveillé beaucoup de générations à l’art et à la peinture ».

Pratique

Les obsèques de René Quéré seront célébrées le samedi 21 août, à 10 h 30, en l’église Saint-Joseph de Tréboul.

Publié le 18 août 2021 par Dimitri L’Hours – Le Télégramme ©

René Quéré, peintre de la mer et des marins, est décédé (Ouest-France).

Il est né et vivait dans le Finistère. L’artiste peintre René Queré est décédé, à l’âge de 89 ans, dans la nuit du 16 au 17 août 2021. Il est notamment connu pour ses peintures immortalisant la mer.

René Quéré
Affiche en couleurs « Douarnenez juin 1980 – 2e mois de la mer », de René Quéré.

Le bleu et la mer sont indissociables de l’œuvre de René Queré. Né à Ploaré (commune depuis rattachée à Douarnenez) le 26 mai 1932, René Queré est décédé à l’âge de 89 ans, dans la nuit du 16 au 17 août 2021. Le peintre était aussi illustrateur et céramiste.

René Quéré - Yvain
Également céramiste, René Quéré a esquissé le portrait de son ami artiste Paul Yvain.

Il avait étudié les beaux-arts à Quimper au début des années 1950. Dans cette même ville, il avait aussi fréquenté la faïencerie Keraluc « à l’invitation de deux de ses professeurs, Jos le Corre et Pierre Toulhouat », est-il rappelé dans le catalogue de l’exposition Keraluc, une faïencerie au service des artistes. Il a notamment exposé en Bretagne, à Paris, en Belgique et en Allemagne. À Quimper, plusieurs de ses œuvres font partie des collections du musée des Beaux-Arts, du Musée départemental breton et du Musée de la faïence.

René Quéré
Une des œuvres de l’artiste peintre René Quéré, qui a immortalisé les couturières d’Armor-lux à Quimper (Finistère).

De son œuvre, ressort « le côté humain ». « C’était aussi un peintre libre, dont l’univers allait au-delà du monde maritime. Certaines de ses œuvres tendaient vers l’abstrait », salue Philippe Théallet, de la galerie éponyme à Quimper.

Une cérémonie religieuse sera célébrée samedi 21 août 2021, à 10 h 30, en l’église Saint-Joseph à Tréboul à Douarnenez.

Publié le 18 août 2021 par Rose-Marie Duguen – Ouest-France ©

La manufacture Keraluc exposée au Musée de la faïence (le Télégramme).

Jérémy Varoquier
Jérémy Varoquier, assistant principal du musée de la faïence, présente la nouvelle exposition de l’été : « Keraluc, une faïencerie au service des artistes ».

Cet été, le Musée de la faïence de Quimper met, à travers 150 pièces uniques, un coup de projecteur sur la manufacture Keraluc, la maison de Lucas, créée en 1946. « C’est la dernière manufacture de Quimper », souligne Jérémy Varoquier, assistant principal au musée.

Victor Lucas, passé un temps par Henriot et la maison HB, attend l’après-guerre pour lancer sa propre manufacture. Située dans la montée du Frugy, proche du quartier des faïences de Locmaria, la manufacture Keraluc est dédiée à la liberté artistique. « Victor Lucas laisse les artistes créer leurs pièces de A à Z, chacun met sa patte. Ce qui tranche avec la plupart des autres manufactures où un artiste dessine une pièce, ensuite éditée par d’autres, de la même manière qu’un livre. Ce sont surtout, d’ailleurs, des peintres qui découvrent un nouveau support », explique Jérémy Varoquier, l’assistant du conservateur.

Une nouvelle génération de créateurs

L’exposition présente cinq artistes d’une nouvelle génération, qui malgré des techniques différentes, ont en commun leur originalité. Yvain, dessinateur de presse et ses assiettes humoristiques ; Jos Le Corre et ses motifs du quotidien, agrémenté de son trio favori, lapin, oiseau, poisson ; Xavier Krebs, son art abstrait et ses influences africaines et asiatiques ; puis enfin les étudiants en arts, André Helguen et ses sculptures en matière brute, comme la crèche de Locmaria ; ainsi que René Quéré et son style aquarélique. « Ils font ce qu’aucun artiste de la faïence de Quimper n’a jamais fait jusqu’alors », insiste Jérémy Varoquier.

Pratique :

Exposition visible jusqu’au 26 septembre minimum, prolongation prévue jusqu’à fin octobre. Le musée est ouvert du lundi au samedi, de 10 h à 18 h. Des visites commentées sont possibles le samedi, à 15 h 30, sur réservation. Tarifs : 5 € (adulte) ; 4 € (18-25 ans) ; 3 € (enfant).

Publié le 15 juillet 2020 par Eva Dumand – Le Télégramme ©

Coup de projecteur sur la manufacture Keraluc au musée de la faïence de Quimper (Côté Quimper).

Le musée de la faïence, à Quimper, consacre son exposition temporaire à la faïencerie Keraluc, créée en 1946 par Victor Lucas. De nombreuses pièces inédites sont présentées.

Jérémy Varoquier - René Quéré
Jérémy Varoquier, assistant principal du musée de la faïence, devant des œuvres de René Quéré.

À Quimper, le musée de la faïence a pu rouvrir avec le déconfinement. Il consacre actuellement une exposition à la faïencerie Keraluc.

Victor Lucas en avait longtemps rêvé. En 1946, il a pu enfin créer sa propre manufacture de faïence, Keraluc, sur la colline du Frugy, proche de Locmaria, quartier des faïenciers de Quimper.

Ingénieur céramiste, artiste, enseignant, Victor Lucas a travaillé 17 ans pour la manufacture Henriot puis 4 ans à la faïencerie de la maison HB. Il a participé, à la Libération, à la reconstruction de l’industrie céramique. Mais avec toujours le projet de créer sa propre entreprise.

Il a cherché à se démarquer des autres manufactures et a délaissé l’édition de pièces pour offrir aux artistes collaborant avec Keraluc, la possibilité de créer eux-mêmes les œuvres qu’ils imaginaient. Il leur a ouvert son atelier et leur a apporté les conseils techniques et artistiques nécessaires à la réalisation de leurs pièces.

En soutien aux artistes novateurs

Désireux de soutenir ces artistes novateurs, il assurait la commercialisation de leurs productions. Une aubaine pour ces artistes qui n’avaient qu’à penser à leur travail de création. Victor Lucas a veillé sur ces artistes, les conseillant, les encourageant dans leurs créations, leur permettant d’évoluer, de se renouveler sans cesse.

L’exposition présentée au musée de la faïence met en valeur la première génération d’artistes de Keraluc.

Jérémy Varoquier, assistant principal du musée, précise :

« Les pièces que ces artistes ont réalisées font date dans l’histoire de la faïence de Quimper. Yvain, Xavier Krebs, Pierre Toulhoat, Jos Le Corre, André L’Helguen et René Quéré ont trouvé chez Keraluc un moyen d’expression qu’ils ont su transcender et transposer à leur image en toute liberté ».

De nombreuses pièces uniques, jamais montrées, sont exposées. Comme cette série réalisée par Victor Lucas, La descente de l’Odet. Onze bas-reliefs polychromes en faïence chamottée. Une bande dessinée de cases modelées de 40 x 40 cm qui raconte l’histoire de la rivière Odet, de sa source à Saint-Goazec jusqu’à la plage de Bénodet.

Victor Lucas
Deux des onze carreaux de La descente de l’Odet signée Victor Lucas.

Le travail de Xavier Krebs

Une part importante de l’exposition du musée est consacrée au peintre Xavier Krebs. Ses premières pièces sont plutôt graphiques. « Il suit une thématique suggérant des éléments figuratifs issus d’un environnement maritime qui lui est familier ».

Ses œuvres deviennent au fil du temps techniquement de plus en plus élaborées et maîtrisées, exploitant les nombreux aspects offerts par la céramique. Son travail s’est très vite tourné vers l’abstraction. Xavier Krebs est reconnu comme un céramiste important du mouvement abstrait de l’après-guerre.

Xavier Krebs
Xavier Krebs s’est vite tourné vers l’abstraction.

Infos pratiques :
Jusqu’au 26 septembre 2020 au musée de la faïence de Quimper,
14 rue Jean-Baptiste-Bousquet. Tél. 02 98 90 12 72.
Ouvert du lundi au samedi de 10 h à 18 h.
Entrée : 5 euros.
Visite guidée le samedi à 15 h 30 pour 6 personnes maximum. Se renseigner auprès du musée. Plusieurs visites peuvent être organisées.

Publié le 21 Mai 2020 par Sylvie Béchet – Côté Quimper ©