La Grande Vigne faite Maison des illustres (Ouest-France).

La demeure de l’artiste Yvonne Jean-Haffen, située au port de Dinan, vient de recevoir le label du ministère de la culture.

La Grande Vigne à Dinan.
La Grande Vigne, la maison d’Yvonne Jean-Haffen, au port de Dinan.

Créé par le ministère de la Culture en 2011, le label Maisons des illustres avait déjà été attribué à quatre lieux du secteur : le manoir de Limoëlou, près de Saint-Malo, qui abrite le musée Jacques-Cartier ; le château de Combour, sur les traces de Chateaubriand ; la maison de Louis Guilloux à Saint-Brieuc ; et la villa Les Rhumbs, à Granville, qui abrite le musée Christian-Dior.
La Grande Vigne, la maison que l’artiste peintre Yvonne Jean-Haffen (1895-1993) a léguée à la Ville de Dinan, vient de l’obtenir à son tour.
Ce label signale des lieux dont la vocation est de conserver et transmettre la mémoire de femmes et d’hommes qui se sont illustrés dans l’histoire politique, sociale et culturelle de la France. À ce jour, le réseau compte 230 Maisons des illustres, dont quelques-unes à l’étranger.
Attribué pour une durée de cinq ans, renouvelable, il constitue une reconnaissance officielle de l’intérêt patrimonial du lieu, qui se doit d’être ouvert au moins quarante jours par an.
La Grande Vigne, qui abrite aujourd’hui un musée consacré à Yvonne Jean-Haffen, répondait parfaitement aux critères définis par le label.
Elle sera désormais mentionnée dans les documents diffusés par le ministère de la Culture. Celui-ci pourra, par ailleurs, aider à monter des dossiers de demandes de soutiens financiers européens.
La maison prépare déjà l’exposition de l’été 2019 :  » Je vous le dessine par la Poste « . Elle explorera la correspondance de Mathurin Méheut à Yvonne Jean-Haffen.

Publié le 29-30/12/2018 – Ouest-France©


Retrouvez le reportage consacré par France 3 Bretagne : « À Dinan, la maison de l’artiste Yvonne Jean-Haffen se visite ».

Suivez-nous sur :

Quand les brodeurs inspiraient les faïenciers

3 danseurs Bigouden de l’artiste Robert Micheau-Vernez.

Une des particularités des costumes de Bretagne est la richesse des couleurs des broderies ou des motifs traditionnels qui les ornent. Les faïenciers quimpérois ne sont pas restés insensibles à ce phénomène et ont largement puisé dans ce fonds quasi inépuisable pour décorer leurs pièces. Il s’agit là d’une démarche, certes d’esthétisme pur, mais également une volonté active de retrouver d’authentiques racines bretonnes, s’inscrivant ainsi dans la revivification d’un art décoratif moderne, cher aux Seiz Breur.

La période de l’entre-deux-guerres voit, dans les campagnes, la désaffection du costume traditionnel mais, parallèlement, de nombreux contemporains s’intéressent à cette culture et tentent de la valoriser. L’Union Régionaliste Bretonne luttera pour un maintien, très conservateur, des modes locales. Plus tard, René-Yves Creston portera un regard ethnographique sur ce costume, suivi dans ce domaine par d’autres artistes comme Robert Micheau-Vernez.

Quand les brodeurs inspiraient les faïenciers
Quand les brodeurs inspiraient les faïenciers.

Dès 1918, la manufacture HB crée le décor «broderie», technique nouvelle qui permet de retrouver la notion de relief, mettant en avant la richesse du travail des brodeurs. L’atelier de Pierre Poquet en est l’illustration. Les chefs d’atelier ayant un droit de création, naîtront ainsi de nombreux décors, particulièrement variés, reprenant principalement les motifs bigoudens mais aussi les éléments floraux du costume de Fouesnant. Jean Caër restera plus traditionnel dans le traitement de ses compositions, osant toutefois des emplois de couleurs audacieux.

Devant une telle débauche d’ingéniosité, nous allons tenter de faire un tour de Bretagne du costume à travers la faïence.


Musée de la Faïence de Quimper ©Bernard Jules Verlingue

Suivez-nous sur :

Lettres de Mathurin Méheut à Yvonne Jean-Haffen.

Anne de Stoop – éditions Ouest-France ©

Suivez-nous sur :

Les publications à paraître en cette fin d’année 2018.

Nous avons sélectionné pour vous, une liste de livres à paraître en cette fin d’année.


Jeanne MalivelLes actes de la journée d’étude Jeanne Malivel
Philippe Bonnet, Denise Delouche, Olivier Levasseur, Daniel Le Couédic, Françoise Le Goaziou, Philippe Le Stum, Bernard Verlingue
Préface Gwen Lecoin & Postface Jean-Michel Le Boulanger

Editeur ASIA (André Soubigou Impressions d’Arts) – Collection Jeanne Malivel

ISBN 978-2918202-30-1 – tarif 20 € – Paru en septembre 2018.

Le samedi 29 septembre 2018, l’association des Amis de Jeanne Malivel organisait une journée d’étude (programme). Elle se tenait dans l’auditorium du Musée départemental breton.
Les actes de ce colloque sont désormais disponibles chez l’éditeur ASIA. C’est le quatrième ouvrage publié sur l’artiste cette année. Les auteurs incontournables étaient réunis pour évoquer la vie et l’oeuvre de la cofondatrice du mouvement Ar Seiz Breur.
Ce livre est complémentaire du catalogue édité par notre association pour l’exposition du Musée de la Faïence de Quimper (lien).

MalivelPour l’occasion le Musée départemental breton avait agencé l’espace consacré aux Seiz Breur, par une présentation des oeuvres de Jeanne Malivel.


Méheut - Jean-HaffenLettres de Mathurin Méheut à Yvonne Jean-Haffen
« Je vous le dessine par la poste »

Denise Delouche, Anne de Stoop
Préface de Philippe Le Guillou

Editeur Ouest-France

ISBN 978-2-7373-7913-0 – tarif 30 € – Date de parution : 19 octobre 2018

Cette correspondance s’échelonne de 1926 à 1954. On connaît ainsi 1400 lettres auxquelles s’ajoutent près de deux cents cartes postales, le tout précieusement conservé par Yvonne Jean-Haffen dans sa propriété, aujourd’hui La Maison d’artiste de la Grande Vigne, léguée en 1987 à la Ville de Dinan. Mathurin Méheut détruisait les réponses de son élève, très chère égérie et active collaboratrice, ces échanges épistolaires ayant lieu à l’insu de Marguerite Méheut, l’épouse de l’artiste.
Les illustrations à la gouache sont d’une exceptionnelle qualité, l’image primant toujours sur le texte qui sert de toile de fond graphique.
Cette correspondance, établie par Denise Delouche et Anne de Stoop, en collaboration avec la conservation des musées de Dinan, a une valeur à la fois documentaire et esthétique remarquable. Elle est composée de 150 lettres choisies, et de nombreuses reproductions.


Pierre ToulhoatToulhoat, l’œuvre de métal
Armel Morgant

Editeur Locus Solus – Collection Beaux Livres

ISBN 978-2-36833-200-9 – tarif 25 € – Date de parution : 16 novembre 2018

Pierre Toulhoat (1923-2014) est connu pour sa collaboration avec la manufacture Keraluc. Armel Morgant avait publié la première biographie de l’artiste en 2007 aux éditions Coop-Breizh. Aujourd’hui, il s’attache à présenter son travail du métal.
Toulhoat créa un atelier de bijoux, après avoir collaboré avec la marque Kelt. Il travailla également pour la monnaie de Paris, et exécuta divers travaux (plaques, sculptures, un jeu d’échecs, …).

Suivez-nous sur :

Quimper-Henriot s’exporte au château de Kerdurand (Ouest-France).

Dans le cadre du festival d’hiver « Deizioù » organisé par Emglev Bro An Oriant, l’Espace culturel de Kerdurand à Riantec (56) accueille une exposition de la faïencerie Henriot-Quimper du 30 janvier au 18 février 2018.

Dans le cadre des Deizioù.

Affiche de l’exposition des faïenceries Henriot – Quimper du 30 janvier au 18 février 2018 – l’espace culturel de Kerdurand à Riantec.


Dans le cadre des Deizioù, la commune a choisi de mettre à l’honneur un monument de la culture bretonne : la faïencerie Henriot de Quimper.

Photo Ouest-France

François Le Goff, directeur de Quimper-Henriot, détaille pour les visiteurs les étapes de fabrication.

Le président de la faïencerie Henriot-Quimper (appellation qui date de 2011), Jean-Pierre Le Goff, a bien voulu, ce qui est tout à fait exceptionnel, prêter toute une exposition. Elle est présentée dans la salle d’honneur du château de Kerdurand, à Riantec.

Comme à Quimper
C’est en quelque sorte une simulation de la visite de la faïencerie, « comme à Quimper », qui a été installée. Les visiteurs pourront voir un échantillonnage d’œuvres, qui mettent l’accent sur des exemples de réalisations récentes, ou traditionnelles comme le fameux bol breton à oreilles.
Ils pourront aussi parcourir des petits ateliers qui montrent les différentes étapes de la création (moulage, fabrication, décoration, émaillage…).
« Nous avons voulu montrer ce que Quimper-Henriot réalise aujourd’hui, en s’adaptant au goût du jour, aux besoins et aux envies, et avec des formes plus modernes », explique Jean-Pierre Le Goff.

Photo Ouest-France

Toute une table dressée, avec des décors de Claudine Kerbrat.

Une création de Claudine Kerbrat
Les visiteurs ne manqueront pas d’admirer au centre de la salle, une superbe réalisation de Claudine Kerbrat, céramiste, qui a son atelier à Quimper. C’est toute une table qui est dressée, dont le décor de la nappe est exactement le prolongement des décors des différents plats et assiettes.

Toute une œuvre d’art, qui demande une précision dans le placement, avec un décor de fruits de mer, dont des homards… bleus !

Jusqu’au 18 février, exposition accessible gratuitement, au château de Kerdurand, du lundi au vendredi, de 14 h à 17 h 30 et le dimanche, de 15 h à 18 h (fermé le samedi).

Publié le 04/02/2018 – Ouest-France ©

 

Suivez-nous sur :