Gens de justice et scènes de prétoire sous le regard d’un magistrat – Pierre CAVELLAT (1901-1995) – Annick Le DOUGET.

Pierre CAVELLAT (1901-1995) a collaboré avec les manufactures HB et Henriot. Après une exposition estivale au Musée des Jacobins de Morlaix en 2015, un ouvrage lui est consacré en cette fin d’année : « Gens de justice et scènes de prétoire sous le regard d’un magistrat », d’Annick Le DOUGET (Société des Amis de Louis Le GUENNEC).

Couverture du livre d'Annick Le DOUGET

La revue de presse.


Annick Le Douget s’intéresse à Pierre Cavellat, magistrat et artiste (Le Télégramme).

Le nouvel ouvrage d’Annick Le Douget est consacré à Pierre Cavellat. Magistrat, ce dernier a exercé à Quimper et dans plusieurs villes de l’Ouest. Il est devenu président de la Cour d’appel de Caen en 1956. Dès 1929, le jeune juge Pierre Cavellat, qui démontrera toute sa vie qu’il est un homme de robe mais aussi un artiste à part entière, dessine le peuple fréquentant les tribunaux. Ces croquis, commentés par Annick Le Douget dans son dernier ouvrage qui vient de paraître « Gens de justice et scènes de prétoire sous le regard d’un magistrat. Pierre Cavellat (1901-1995) », racontent beaucoup sur la vie judiciaire et sur ceux qui peuplent les salles d’audience en quête d’émotions fortes.

Photo article du Télégramme

Jean-François Cavellat et sa sœur, Bruno Le Gall, archiviste, Annick Le Douget et Yann Celton. Tous ont œuvré pour que naisse ce beau livre.

Un portrait évolutif

Tout d’abord, Pierre Cavellat trace un portrait de son père, Pierre. L’homme est né en 1901 à Pontrieux (Côtes-d’Armor). Son grand-père, officier de marine, peintre talentueux, lui a peut-être transmis ses dons d’artiste. Les caricatures et dessins de Pierre Cavellat permettent à Annick Le Douget de dresser un portrait évolutif de la vie des tribunaux. Elle rappelle qu’entre les deux guerres, dans cette Bretagne bretonnante, des interprètes intervenaient pour traduire les propos des prévenus, des témoins, des jurés… Les femmes ne deviendront magistrates qu’en 1946. Et jurées en 1946, après avoir eu le droit de vote.

Pierre Cavellat, comme les autres magistrats, ne voyait pas d’un bon œil celles-ci envahir les prétoires. Ses dessins les représentent avec un humour grinçant. Le livre est aussi une belle occasion pour l’ancienne greffière de « rattacher un dessin » à une affaire criminelle qu’elle a évoquée dans l’un de ses livres. Ces histoires de prétoires sont les mêmes aujourd’hui… La femme qui refuse la maternité et enferme son bébé mort dans une valise, celui ou celle qui vole, qui tue… Parfois, la plume de Pierre Cavellat montre la fatigue, la détresse d’un témoin, d’un prévenu. Les avocats plaident et la force de leurs paroles se devine sur le papier.

Une mine d’informations

Édité par la Société des Amis de Louis Le Guennec « qui était un ami », écrit Bruno Le Gall, président de cette société, ce beau livre, qui doit aussi beaucoup à Yann Celton, archiviste, est une mine d’informations à la fois drôles et tragiques.

Publié le 11 décembre 2017 par Éliane Faucon-Dumont – Le Télégramme ©.


Elle présente les croquis d’un magistrat breton (Ouest-France).

Ancienne greffière au tribunal de Quimper, Annick Le Douget propose, dans un livre, les dessins de Pierre Cavellat. Magistrat du grand Ouest, il les réalisait pendant les audiences.

Gens de justice et scènes de prétoire sous le regard d’un magistrat, Pierre Cavellat est un beau livre illustré. Il répertorie les innombrables croquis d’audience que le juge a dessinés tout au long de sa carrière, passée notamment en Bretagne. Un travail réalisé par Annick Le Douget, ancienne greffière au tribunal de Quimper, et passionnée de justice.

Photo article de Ouest-France

Annick Le Douget, au centre, entourée d’Anne Hecquet puis Jean-François Cavellat (à gauche) et de l’archiviste Bruno Le Gall ainsi que de Yann Celton, bibliothécaire de l’évêché de Quimper.

Né en 1901, dans ce qu’on appelait encore les Côtes du Nord (aujourd’hui Côtes-d’Armor) et mort dans le Finistère quatre-vingt-quatorze ans plus tard à Carantec, le magistrat Pierre Cavellat a eu une vie bien remplie. Tant dans les cours qu’en atelier. Car s’il a fait du droit son métier, il fut un grand passionné de peinture. Il a ainsi laissé derrière lui 750 dessins illustrant le monde de la justice, faits depuis les différents tribunaux dans lesquels il a pu officier dont Quimper en 1932. Grâce à son fils, une partie de l’oeuvre est conservée au Musée départemental breton et y a été exposée en 2006. « À la mort de mon père, explique Jean-François Cavellat, j’ai pensé que son travail avait une valeur documentaire ».
Encore fallait-il contextualiser les dessins retrouvés, un travail titanesque réalisé par Annick Le Douget. « Certains sont datés, mais pas tous. Parfois, il y a juste un mot permettant d’être relié à la vie judiciaire ». L’ex greffière a pris plaisir à « remonter le fil d’histoires criminelles », satisfaite de « mettre enfin des noms sur des têtes ».

L’œil de son temps

L’originalité des dessins est due au regard surplombant de Pierre Cavellat, estime Annick Le Douget. « Ce n’est pas un observateur externe, il fait partie du monde de la justice, avance la retraitée. Depuis son estrade, il avait une vue plongeante sur les prévenus, les avocats et le public ». Un regard original pour mieux montrer « l’articulation entre les justiciables, la justice et la société ».
Anne Hecquet, sa fille, précise que son paternel dessinait « quand il était assesseur, pas quand il présidait ». De temps en temps, il reprenait un croquis pour y mettre des couleurs à l’aquarelle, mais « ‘opérait jamais de repentir ». Ce qui l’intéresse, « c’est l’instant » dessiné sur le vif.
« Fascinée par cette justesse », Annick Le Douget a également exhumé des caricatures. Celles-ci représentent notamment l’arrivée, après la Seconde Guerre mondiale, des femmes dans le monde de la justice, « un cénacle masculin ». La gent féminine est ainsi représentée comme « un trouble à l’ordre moral ». Sur une des caricatures, trois magistrates sont dessinées : l’une tricote, une autre lit une revue et la troisième se met du rouge à lèvres. D’aucuns parleraient de misogynie… d’autres évoqueraient l’œil de son temps

Gens de justice et scènes de prétoire sous le regard d’un magistrat, Pierre Cavellat. 22€ en librairie et sur le site de la Société des Amis de Louis Le Guennec : https://amisleguennec.wixsite.com/amisleguennec

Publié le 12 décembre 2017 par Aymeric Malonga – Ouest-France ©.

Suivez-nous sur :

Le sens de la couleur de Robert Micheau-Vernez (Le Télégramme).

Coop Breizh consacre à Robert Micheau-Vernez un ouvrage magnifiquement illustré, signé Jean-Marc Michaud. L’occasion de redécouvrir l’œuvre de cet artiste brestois, dont la peinture colorée traduit son admiration pour Chagall, Cézanne ou Bonnard.

Robert MICHEAU-VERNEZ COOP BREIZH 2017 - Photo le Télégramme.

Mikaël Micheau-Vernez, Jean-Marc Michaud, Bernard Verlingue, directeur du musée de la Faïence, et Trifin Le Merdy, responsable des éditions Coop Breizh.

« Peintre de la lumière, tu es resté dans l’ombre toute ta vie », dit de lui son fils Mikaël, qui rend hommage à Robert Micheau-Vernez en préambule de ce beau livre de 240 pages, illustré entre autres de 260 reproductions en couleur des 500 tableaux référencés à ce jour d’un peintre prolifique. Robert Micheau-Vernez (Brest, 1907-Le Croizic, 1989) fut diplômé des Beaux-arts de Brest et de Nantes avant de suivre, aux Beaux-arts de Paris, les cours du peintre Lucien Simon et, en parallèle, ceux des Ateliers d’arts sacrés de Maurice Denis. Celui qui fut professeur de dessin en lycée à Bastia, Brest, Grasse, Pont-l’Abbé et Quimper n’a cessé ensuite de consacrer tout son temps libre à son œuvre. Natures mortes, paysages, bouquets de fleurs, les thématiques abordées dans ses tableaux ne sont pas uniquement liées à la Bretagne et son folklore, mais abordent aussi les rivages de Venise, du Midi ou de l’Orient, l’univers du cirque ou encore l’art sacré et religieux.

Un sens de la couleur qui apparaît très tôt

Des œuvres nouvelles découvertes par l’association Robert Micheau-Vernez et des archives inédites, les carnets que l’artiste a tenus pendant trente ans, ont permis à l’auteur Jean-Marc Michaud, conservateur en chef du patrimoine, d’étoffer la première monographie qu’il lui avait consacré, lors d’une exposition au Musée du Faouët en 2009. « C’est un artiste pluridisciplinaire, longtemps connu pour sa faïence produite à la manufacture Henriot et plus particulièrement pour avoir introduit le mouvement dans la céramique. C’est un peu l’arbre qui cache la forêt », relate l’auteur. Et de poursuivre : « Dès l’âge de 14 ans, il copie les grands maîtres au musée des Beaux-arts de Brest et se distingue par son talent précoce. Il y a un antagonisme entre la peinture classique et son sens de la couleur, qui apparaît très tôt et naît de la familiarité avec les costumes bretons, qu’il retrouve chez des peintres comme Gauguin, Cézanne, Bonnard mais aussi Matisse ». Le célèbre galeriste du Faubourg Saint-Honoré, à Paris, Armand Drouant qui avait exposé entre autres Chagall, lui a consacré une grande exposition en 1978, estimant qu’il était l’un des grands coloristes de la seconde moitié du XXe siècle. Le livre permet de redécouvrir le talent du peintre, mais aussi d’autres facettes de l’artiste, qui a appartenu au mouvement des Seiz Breur de 1932 à 1946. Dessinateur, affichiste, il s’est aussi illustré par la réalisation de vitraux, dont ceux de Saint-Michel-en-Grève et du Conquet, qui sont désormais inscrits à l’Inventaire des monuments historiques.

Pratique :
« Micheau-Vernez, alchimiste de la couleur », aux éditions Coop Breizh. Prix : 35 €.

Publié le 13 décembre 2017 par Delphine TANGUY –  © Le Télégramme

Suivez-nous sur :

Jacques en a du bol – Insolite (le Télégramme).

Jacques Gorin est un collectionneur peu commun. Depuis plus de 30 ans, le Plozévetien recherche des bols à oreilles signés de la faïencerie HB Henriot. Il en possède plus de 700 à son domicile ! Pour la première fois, il dévoile son trésor.

Photo le Télégramme - Steven Lecornu

Rencontre.

Quand avez-vous commencé cette collection ?

C’était il y a une trentaine d’années. J’ai d’abord collectionné des moulins à café avant de m’intéresser à la faïence de Quimper. J’ai commencé par acheter de la vaisselle avant de me concentrer essentiellement sur les bols à oreilles. J’ai pas mal voyagé mais même de Tahiti, j’en achetais. Je faisais livrer des colis chez des amis.

Pourquoi les bols ?
Parce qu’il existe une multitude de décors que l’on ne trouve pas ailleurs. Certains ornements, réalisés par des artistes, sont très fins. Je les ai classés par thèmes : animaux, couple danseurs/sonneurs, bustes de femmes/hommes, fleurons, publicitaires (offerts aux clients), cérémonies… Et par tailles, de 5 à 25 cm de diamètre. C’est une partie du patrimoine breton.

J’arrêterai quand je n’aurai plus de place

Où trouvez-vous vos pièces ?
Dans les brocantes, les commerces de souvenirs, aux enchères et de plus en plus sur internet. Ils doivent être tous signés. Je dépense en moyenne entre 20 et 25 € par unité. Jamais plus de 50 €, c’est ma limite. La plupart des bols n’ont plus trop valeur, les gens n’en veulent plus. Ces objets sont passés de mode depuis les années 80. Ici pourtant, plusieurs familles en possèdent. On m’en donne et j’en achète.

Êtes-vous nombreux à partager cette passion ?
Non, je dois être le seul en France à posséder une telle collection. Jean-Pierre Le Goff, le patron de la faïencerie HB Henriot, est venu chez moi, il n’en revenait pas. Je connais très peu de collectionneurs. J’aimerais créer un réseau pour pouvoir échanger avec d’autres passionnés.

Vous en avez plus de 700, en recherchez-vous encore ?
Oui, j’ai déjà identifié plus de 200 bols que j’aimerais posséder. Il n’existe pas de catalogue officiel, impossible de savoir combien d’unités sont sorties des ateliers Henriot. C’est une quête permanente, c’est ce qui me passionne. J’arrêterai quand je n’aurai plus de place.

Possédez-vous des pièces rares ?
Oui, j’ai un bol qui date de la fin du XIXe siècle et quelques-uns du début du XXe. Je possède aussi des pièces uniques offertes par la faïencerie. Ce sont des essais qui n’ont jamais été commercialisés.

Quelle est votre pièce fétiche ?
J’ai une préférence pour le style Fouillen et plus particulièrement le fils, Maurice. Il a peint des motifs celtiques très originaux entre tradition et fantaisie. Ces pièces ne sont pas simples à trouver.

Les bols sont ressemblants. Comment faites-vous pour ne pas vous méprendre et acheter des doubles ?
J’ai photographié la totalité de mes bols. Tous les clichés figurent dans un catalogue que je transporte avec moi.

Est-il possible de voir votre collection ?
C’est impossible d’organiser une exposition car la collection, trop fragile, n’est pas transportable. Du coup, j’ouvre les portes de mon domicile pour la présenter. Il suffit de me contacter au préalable (tél. 06.19.69.29.63).

Publié le 30 octobre 2017 par Steven Lecornu – © Le Télégramme.

Suivez-nous sur :

Antiquités. Un salon très couru (le Télégramme).

80 à 90 exposants passionnés d’art, d’antiquité et de design ancien se donnent rendez-vous, du 10 au 12 novembre à Quimper. Cette 40e édition d’un salon très couru sera marquée par deux expositions mettant à l’honneur la faïence et ses artistes.

Photo le Télégramme - D. Tanguy

Philippe Kergonna, organisateur du salon aux côtés de Bernard Verlingue du Musée de la faïence, Jean-Paul Alayse, président des Amis du musée de la faïence et du fils de Micheau-Vernez.

L’Artimon, hall moderne et spacieux du parc des expositions de Penvillers, accueillera cette nouvelle édition qui devrait réjouir les amateurs de meubles anciens et oeuvres d’art, d’argenterie, de tapis persans, d’objets de marine, de faïence de Quimper ou de livres anciens. La librairie ancienne Quadra’arts Ela & Plublishers de l’experte internationale Léoda Scale récemment installée à Carnac et spécialisée dans les beaux livres anciens et les éditions originales viendra notamment présenter une sélection de livres de l’école de Paris, alors qu’au début du siècle dernier, se croisaient dans la capitale une colonie de peintres étrangers tels que Chagall, Picasso, Modigliani et les poètes Apollinaire, Cocteau, Prévert ou Max Jacob, ainsi que des livres rares illustrés par les peintres bretons : Mathurin Méheut, Dauchez, Géo-Fourier ou Adolphe Beaufrère. « Ce sont de véritables pièces de musée qu’elle vend un peu partout dans le monde », précise Philippe Kergonna, organisateur de ce salon, l’un des plus importants de Bretagne, principalement axé sur les antiquités mais qui s’ouvre aussi au design ancien, avec du mobilier vintage ou « indu » très prisé des intérieurs branchés.

Deux expositions pour les 40 ans

Pour marquer les 40 ans de ce salon, dont le succès ne s’est pas démenti puisque près de 8.000 visiteurs sont attendus sur trois jours et que la qualité et la diversité des exposants promettent d’être à nouveau au rendez-vous, deux expositions sont prévues. Le Musée de la faïence et l’association des Amis du musée de la faïence se sont associés à l’événement pour proposer une rétrospective de trois siècles d’histoire de la faïence de Quimper à travers 130 pièces. L’idée est en effet de montrer la forte présence des artistes, une tradition qui se perpétue jusqu’à aujourd’hui. « On a souvent de la faïencerie de Quimper que l’image du petit breton. Or, elle a eu une production très diversifiée. Il y a eu 260 artistes recensés. Je ne connais pas un site industriel français qui puisse se vanter d’en avoir eu autant », souligne Bernard Verlingue, responsable du Musée de la faïence. Parmi ces artistes les plus connus, Mathurin Méheut mais aussi Robert Micheau-Vernez, qui travailla pour Henriot de 1930 à 1960 et réalisera quelque 140 créations. Une exposition de reproductions photographiques d’une soixantaine de ces oeuvres sur le thème des fêtes bretonnes permettra de découvrir la diversité de son travail (peintures, dessins, affiches, illustrations, faïences) et le talent de coloriste de cet artiste passé par les Beaux-Arts de Brest, Nantes et Paris où il a eu pour maître Lucien Simon et suivra en parallèle les cours des Ateliers d’art sacré du peintre Maurice Denis.

Pratique
Salon des antiquités, de la brocante et du design, du 10 au 12 novembre au parc des expositions de Penvillers. Ouvert de 10 h à 19 h. Entrée : 6 €, pass trois jours 10 €, gratuit pour les moins de 16 ans accompagnés. Restauration sur place. Renseignements : 06.63.58.45.86

Publié le 30 octobre 2017 – © Le Télégramme.

Suivez-nous sur :

Des histoires de trésors familiaux (Le Télégramme).

Photo Ronan Larvor

Le propriétaire de cette belle statue de Quillivic attend le verdict de l’expert.

Une centaine de personnes, maniant avec délicatesse les trésors apportés dans des sacs et cabas : la séance d’expertise gratuite des faïences proposée hier matin par Bernard Verlingue, au Musée de la faïence, a attiré une nouvelle fois une foule de curieux, désireux de connaître l’inestimable valeur des vases et assiettes hérités des grands-parents. Michel et Marie-José sont venus de Concarneau. Ils patientent dans la file d’attente qui s’étire à l’extérieur du musée. Dans leur sac, deux assiettes et deux bols, ornés de motifs originaux. « Il s’agit d’un cadeau qui a été fait au grand-père, sans doute dans les années 1920, explique Michel. L’auteur des dessins, qui a signé Herr, a représenté notamment la maison de Liziria près de Morlaix. C’est une femme qui était peintre amateur ». Les pièces sont passées au four chez Henriot, comme le confirme la signature qui apparaît sous la peinture noire qui a été grattée au cul du bol. Outre la maison, les autres motifs représentent des ruches, des compositions peu banales sur de la faïence. « L’ensemble a une valeur sentimentale, dit Michel. Mais je vais rendre compte à mes frères et soeurs de l’estimation qui sera faite ». Le tour de Michel et Marie-José arrive. Bernard Verlingue est effectivement intrigué par le motif. « C’est très surprenant, commente l’expert. Il est difficile de donner une valeur. Disons, 60 € pièce ».

Au moins 3.000 € la statue

Au suivant. Toute la matinée, l’œil affûté du conservateur du musée jauge rapidement la majorité des assiettes, bols, statuettes de faïence. Parfois, il s’arrête. Ce couple de Quimperlé ouvre une valise. À l’intérieur deux belles pièces d’une cinquantaine de centimètres. « Elles sont très belles et en parfait état » constate l’expert. Il a tout de suite identifié un travail de René Quillivic (sculpteur, graveur et céramiste, 1879-1969). Les deux statuettes datent des années 1920 et sont numérotées, chacune ayant été réalisée en une vingtaine d’exemplaires. « Le grand-père tenait un magasin de produits bretons à Quimperlé, explique le visiteur. C’est lui qui les a acquises. Il y en avait une de chaque côté de la cheminée ». Verdict de Bernard Verlingue : 3.000 à 4.000 € pièce.

Drôles de crevettes

Les particuliers se succèdent devant la petite table où ils déballent leurs biens. Parfois, ça va vite, 5 € ces assiettes ou bols de facture classique, même s’ils ne sont pas récents. Bernard Verlingue offre à chaque fois des détails précieux, sur l’époque, le style, l’origine. Ah, encore une pièce étonnante ! Elle est apportée par une dame de Treffiagat. Sans surprise, la grande assiette qu’elle sort de son papier protecteur est ornée de motifs maritimes : six crevettes disposées en cercle. « C’est un décor que je ne connaissais pas, avoue Bernard Verlingue. Il n’y a pas de signature. C’est un peut-être un travail d’Alphonse Chanteau (1874-1958) dont on connaît le goût pour les Arts déco. C’est étonnant. Il est de plus en plus rare de découvrir des choses que l’on n’a jamais vues ». Il avance une estimation à 500 €, ce qui fait sourire la propriétaire. « Je vais voir avec mon père ce qu’on va en faire », dit-elle.

Gare aux fêlures

Les pièces défilent, souvent légèrement ébréchées ou fêlées. « Ces défauts font très vite baisser les valeurs de 20 à 30 % », dit l’expert. C’est le cas pour ce vase Odetta. La marque a été créée au début des années 1920 par la manufacture HB, pour sortir des motifs folkloriques traditionnels et proposer des formes Art déco. « Dommage qu’il y ait des coulures, dit Bernard Verlingue. Elles sont très pénalisantes ». Le vase est quand même estimé 300 à 400 €. Ces deux soeurs douarnenistes repartent satisfaites. Le couple de Bretons présenté a été estimé entre 800 et 1.000 €. « Il est dans la famille depuis longtemps, disent-elles. C’est peut-être un cadeau de mariage ». Marie-Thérèse présente un couple d’enfants qui semble assez classique, daté des années 1960. Mais il est signé Micheau Vernez. 500 à 600 €. « Tant que ça ! » s’exclame la visiteuse, heureusement surprise. Tous les ans, Bernard Verlingue propose ce genre d’expertise gratuite. Il est probable qu’il y ait encore dans les greniers, sur les cheminées et les étagères bretonnes, bien des trésors à découvrir, qui racontent tous une histoire personnelle, ce qui n’a pas de prix.

Publié le 13 août 2017 par Ronan LARVOR – © Le Télégramme

Suivez-nous sur :