Décès de l’artiste Ronan Olier (1949-2020).

Ronan Olier
Ronan Olier (cliché le Télégramme).

L’artiste originaire de Tréboul, Ronan Olier (1949-2020) est décédé. Il avait été nommé Peintre Officiel de la Marine en 2001. En 2012, il avait collaboré avec la manufacture Henriot-Quimper pour créer des assiettes et plats pour les Fêtes maritimes de Douarnenez (Temps-Fêtes), en monochrome bleu. En 2015, la galerie de la manufacture, lui avait consacré une exposition sur la thématique des voyages.

Ronan Olier
Ronan Olier – Men Joliguet – Bréhat.

Nous reproduisons ici, quelques articles publiés dans la presse locale ces dernières années.

Ronan Olier
Signature de Ronan Olier avec l’encre de marine.

De la faïence avec Henriot et Ronan Olier (Le Télégramme).

Ronan Olier 2012
Sur une idée de Julien Celton, Ronan Olier a décoré des assiettes estampillées «Temps-Fêtes Douarnenez 2012» et fabriquées en série par la faïencerie Henriot dirigée par Jean-Pierre Le Goff.

Alors que Temps-Fêtes 2012 arrive à grand pas, l’association lance, cette année, une série de faïences signées Henriot et décorées par le peintre de la Marine Ronan Olier.

C’est un peu par hasard que le peintre de la Marine installé à Tréboul, Ronan Olier, met sa patte dans les Fêtes maritimes et se retrouve surtout à peindre des motifs d’assiettes et de plats fabriqués par la faïencerie quimpéroise Henriot. «Je connais bien le vice-président des Fêtes maritimes Julien Celton qui, lui-même, connaît bien Jean-Pierre Le Goff; patron de la faïencerie», expliquait, hier, dans son atelier, Ronan Olier.

Une série «Temps-Fêtes 2012»

Dès lors, le faïencier a rencontré l’artiste et l’idée de créer une collection pour les Fêtes maritimes de Douarnenez 2012 a fait son chemin. Résultat: «Une série de sept assiettes sur ce thème des Fêtes maritimes et des bateaux». En monochrome bleu, yole («à cause des superbes lignes»), voiles latines («car nous recevons cette année la Catalogne»), chaloupe sardinière, Belle plaisance ou encore bateaux de la Marine, font désormais partie du catalogue du faïencier «en exclusivité pour les Fêtes maritimes 2012», soulignent Jean-Pierre Le Goff et Ronan Olier.

L’artiste et la faïence

Décorer des plats et des assiettes est une première pour le peintre de la Marine trébouliste. Durant plusieurs mois, Ronan Olier est parti travailler dans les ateliers quimpérois avec les peinteuses, pour peindre les modèles de la série. Un «vrai plaisir», disait-il en expliquant que ce travail dans les ateliers lui permettait de «sortir de la solitude de son atelier d’artiste» et «de se retrouver comme en résidence avec d’autres peintres».

«Retour aux sources»

Pour le faïencier, «cette opération marque notre volonté de renouer avec la bonne tradition de la faïence car nous voulons renforcer les liens qui existent entre les artistes et la faïencerie; comme cela se faisait au début du siècle dernier», expliquait Jean-Pierre Le Goff. De même, les faïenceries ont souhaité être présentes aux Fêtes maritimes 2012. Car, «c’est comme un retour aux sources de la faïence, de la mer et de la voile», poursuivait Jean-Pierre Le Goff qui citait l’exemple des «Études de la mer» de Mathurin Méheut.

Dessins originaux

Ces assiettes, estampillées «Temps-Fêtes 2012» sont des pièces originales. Les dessins de Ronan Olier sont uniques. Ils seront reproduits «toujours à la main, par les peinteuses de la faïencerie», et les assiettes seront mises en vente (de 35 € à 37 € selon la quantité), au bureau des Fêtes maritimes, à la faïencerie Henriot et seront proposées sur le site de Temps-Fêtes en juillet. Quant à la couleur bleue très particulière et se rapprochant du bleu de Delphes, «c’est ce que j’appelle le Glaz Pale Marc’h Mazoutig», répond en souriant (et mystérieusement) Ronan Olier.

Publié le 05/06/2012 – Le Télégramme ©


En novembre 2012, l’artiste exposait des faïences originales réalisées chez Henriot-Quimper à la galerie 26 à Paris. Le galeriste, Jean-Luc Couillaud présentait son travail en vidéo.


Le tour du monde scintillant de Ronan Olier (Le Télégramme).

Ronan Olier 2015
Ronan Olier montre un vase sur lequel il a reproduit la scène sénégalaise peinte quelques années plus tôt.

L’exposition Ronan Olier, inaugurée samedi à la galerie de la manufacture Henriot-Quimper est superbe. L’artiste douarneniste a sélectionné des peintures déclinées en faïences aux couleurs chatoyantes où les parfums de l’Orient se mêlent aux embruns de la Bretagne.

Ces trois-là étaient faits pour s’entendre : l’artiste, l’entrepreneur, l’élu ou, au choix le voyageur, le créateur, le passeur ou encore le Douarneniste, trois fois… Ronan Olier, Jean-Pierre Le Goff, Jean-Michel Le Boulanger, réunis samedi matin à la faïencerie Henriot pour le vernissage d’une somptueuse exposition du premier, représentaient bien l’alchimie bretonne évoquée par le troisième, celle qui est résumée par la phrase célèbre d’Eugène Guillevic : « Plus on est enraciné plus on est universel ». Caractère, humour, quête de sens et des sens : les affinités entre les trois étaient évidentes, nourries dans le grand bain de la baie de Douarnenez qu’ils ont en commun. On comprend donc l’émotion de Gwenaëlle Gouzien, qui avait le redoutable privilège de faire l’éloge de l’exposition du jour. « Mon premier discours ! ». L’élue chargée du patrimoine et des métiers d’art s’en est sortie avec élégance. Elle a rappelé brièvement quelques faits d’armes de Ronan Olier : sa participation sous la forme de BD à Charlie Mensuel à la demande de Wolinski en 1976, sa médaille d’or en 2001 pour sa première participation au Salon de la Marine, ce qui lui vaudra la même année de rejoindre son professeur des Beaux-Arts de Quimper Jean Le Merdy dans le corps prestigieux des Peintres de la Marine. Ronan Olier en a profité pour courir le monde sur des bateaux gris. Mais le Douarneniste n’a jamais renoncé à son métier d’enseignant, autre accroche avec la réalité. « Les Cornouaillais voient loin, vont loin et le plus souvent reviennent », a rappelé Gwenaëlle Gouzien. La perche était tendue à un autre Douarneniste inspiré.

Ronan Olier
Ronan Olier – Route de Hanoï vers Halong.

« Henriot Quimper est sur la bonne voie »

« La rencontre du ciel, de la terre, de la mer et du vent fonde la Bretagne dans une alchimie étonnante et Ronan Olier est de ceux qui identifient cette rencontre des immensités, a souligné Jean-Michel Le Boulanger. Ce qui fonde cette identité c’est aussi la relation à l’autre ». Simplicité et humour sont en la matière les armes du peintre. « C’est notre neuvième exposition en quatre ans, a rappelé Jean-Pierre Le Goff. Henriot Quimper n’est pas encore sauvé, mais nous sommes sur la bonne voie. Je suis raisonnablement confiant ». Cette exposition illustre la dynamique croissante de la faïencerie de plus en plus associée aux artistes contemporains. La collaboration avec Ronan Olier a débuté lors des Fêtes maritimes de Douarnenez il y a deux ans. L’artiste s’est pris au jeu de reprendre sur des assiettes, des vases, des bols des tableaux déjà réalisés. Une centaine de pièces uniques sont ainsi exposées à côté des tableaux d’origine. Le visiteur sera emporté par l’exubérance des couleurs de scènes saisies au Cambodge, au Vietnam, au Sénégal, la profondeur tourmentée des ciels et des mers bretonnes, le tout exhalant les senteurs du voyage.

Ronan Olier
Ronan Olier – Le Caïlcédrat.

Publié le 11/05/2015 – Le Télégramme ©

Maurice Fouillen, le propriétaire de la maison jaune, n’est plus (Le Télégramme).

Maison Maurice Fouillen, place du Stivel.
Le père de Maurice Fouillen, Paul Fouillen, avait installé son atelier de décorateur puis sa faïencerie dans cette ancienne guinguette qu’il avait achetée en 1928. Elle a fermé en 1980.

Maurice Fouillen est décédé mardi dernier à l’âge de 92 ans. Céramiste lui-même, il avait consacré ses dernières années à la promotion de l’œuvre de son père, le faïencier quimpérois Paul Fouillen. « C’est une page qui se tourne, commente Philippe Théallet de l’association des Amis du musée de la faïence de Quimper. Il était le gardien du temple ».

Maurice Fouillen ne quittait plus depuis quelque temps la fameuse maison jaune familiale de la place du Stivel. « Il n’avait jamais voulu partir, souligne Philippe Théallet. Il avait aménagé un petit musée des œuvres de son père dans une pièce qu’il ouvrait à la demande aux passionnés ». Sur la porte de la maison aux couleurs défraîchies on voit encore l’affiche de la dernière exposition consacrée au père et au fils en 2015.

Paul Fouillen (1899-1958) était arrivé à Quimper au début des années 1920. Il a rejoint la manufacture HB comme peintre, puis a travaillé dans la décoration avant d’ouvrir en 1928, un atelier de décoration dans l’ancienne guinguette qu’il a rachetée place du Stivel. À la fin des années 1940, il y installera sa propre faïencerie qui comptera jusqu’à 18 salariés.

« Affranchi de toute contrainte, il donne libre cours à son génie créatif, empreint de celticisme, de cubisme, et d’un monde onirique qui lui est particulier. Il forme son fils, Maurice, à l’Art céramique avant de s’éteindre en 1958. Lui succédant, Maurice se montrera le digne continuateur de l’œuvre de son père », lit-on sur le site des Amis du Musée de la faïence.

Maurice Fouillen a arrêté son activité professionnelle en 1980 mais il a continué à créer et jusqu’à ces dernières années à peindre dans un style « plus moderne et plus sobre » que son père. Il restait en relation avec de nombreux collectionneurs du monde entier et notamment d’Amérique du Nord.

Reste à savoir maintenant ce que va devenir la fameuse maison emblématique de la place du Stivel.

Publié le 17/12/2020 par Ronan Larvor – Le Télégramme ©

Disparition de Maurice Fouillen (1928-2020).

Aujourd’hui, nous avons appris avec tristesse le décès de Maurice Fouillen. Nous reproduisons quelques articles parus en 1990, lors des célébrations du tricentenaire à Quimper.


Paul et Maurice Fouillen

Maurice Fouillen
Maurice Fouillen (cliché ArMen).

Salut les artistes…

Si la qualité première d’un artiste est d’être imprévisible, Paul Fouillen en était un sacré ! Sa vie et son œuvre semblent n’être qu’une suite de pieds de nez à la logique, de fantaisies inspirées. Sa venue à Quimper, déjà. Il y est arrivé en 1920. Parce que ce Pontivien, ancien élève de l’école des Beaux-arts de Rennes aimait la musique et que la Lyre quimpéroise cherchait un flûtiste. Un peu comme ça se passe aujourd’hui dans les clubs de football, on chercha un emploi à cette nouvelle recrue. On lui en trouva un chez HB, dans la faïence.

Paul Fouillen
Sur cette vieille photo, on peut voir Paul Fouillen, à l’époque où il était chef décorateur chez HB.

Une discipline qu’il découvrait, mais qui lui permit d’exprimer ses talents de décorateurs. Il devint chef décorateurs. Et dès 1929, il créa sa propre entreprise, dans un petit atelier sur les bords de l’Odet, à l’ombre de la « Grande maison ». « C’est sa femme qui l’incita à se mettre à son compte », raconte Maurice Fouillen, son fils. Anna Patéour, chef-magasinier chez HB avait, elle, le sens pratique.

Maurice Fouillen
L’ancienne guinguette sur les bords de l’Odet.

Pas de four

Il lui en fallait pour suivre son artiste de mari ! Au début, par exemple, l’atelier ne pouvait fabriquer de la faïence, faute de… four. « Il n’a pu acheter son premier four qu’en 1948, lorsque sont apparus les premiers modèles fonctionnant à l’électricité. En attendant, mon père s’est lancé dans le travail du bois… »

Dans son atelier du Styvel, Maurice Fouillen garde précieusement quelques uns des meubles conçus et décorés par son père. Du mobilier pur style Arts-déco. Inutilisable, inclassable, mais débordant d’invention, d’originalité. « Mon père était avant tout un décorateur », explique Maurice Fouillen, qui évoque toujours avec beaucoup de tendresse et d’émotion ce père extraordinaire.

Maurice Fouillen

De la broderie

Avec son four électrique et le démarrage véritable de son atelier de faïence, en 1948, il allait donner libre cours à cette inspiration qui tranchait avec le style traditionnel des autres ateliers. « Venant d’une autre région, mon père avait été frappé par la richesse des costumes cornouaillais et de leurs motifs. Il trouvait cela beaucoup plus intéressant que les figurines habituelles. C’est ça qui est à l’origine de son style. C’était presque de la broderie… »

La sonnette d’entrée de l’atelier : « C’est la première chose que mit en place mon père lorsqu’il s’installa ! »

Il changea aussi les couleurs, adoptant des marrons que viennent éclairer des bleus d’une extraordinaire intensité. De temps à autre, les broderies laissaient place à des personnages, des portraits remplies de vie. « Comme les autres artistes de sa génération, Méheut ou Creston. Il se promenait toujours un crayon à la main, prêt à saisir des scènes quotidiennes que l’on retrouvait sur des assiettes, de meubles… »

Cette passion de la création, Paul Fouillen ne l’exprimait pas que dans son atelier. « Il était passionné de théâtre. En fait, il aurait voulu être décorateur. Il a même fondé une troupe à Quimper et écrit une opérette pour le plaisir d’avoir à concevoir des décors. » Sans parler d’un dessin animé et nombreuses peintures réalisées sur des carton d’emballage, dont certaines ornent encore les murs de l’atelier du Styvel. « Il est mort trop tôt. Juste au moment où, libéré du poids de son entreprise, il aurait pu donner libre cours à son inspiration. Il avait encore beaucoup de choses à donner. » Pouvait avancer, innover. Mais, bien sûr, il ne fallait pas dévier, il fallait qu’on puisse dire : « C’est du Fouillen ! ». Chez nous, on a toujours fait quelque concessions aux clients, mais jamais sur les décors. »

Paul & Maurice Fouillen
Affiche de l’exposition « Paul Fouillen faïencier quimpérois, Maurice Fouillen » en 2015.

Mais, au fait, c’est quoi du « Fouillen » ? « C’est une liberté de création, mais qui puise dans notre patrimoine celtique. A mon avis, l’Art-déco, c’est la vraie originalité du Quimper. Parce que les artistes qui le pratiquaient savaient s’inspirer de la tradition locale. Ce qu’ils faisaient ne pouvait être fait ailleurs. »

Mort en 1958, Paul Fouillen n’aura pas vécu la fin de son atelier, qui employa jusqu’à une vingtaine des personnes. Avant de fermer ses portes. Pas tout à fait, pourtant. Aujourd’hui, Maurice Fouillen continue, seul, à maintenir la tradition Fouillen. « J’ai commencé à travailler avec mon père en 1959. Je me souviens toujours de la première pièce qu’il m’a confiée. C’était un service à huîtres. Il me laissait ma liberté ».

Maurice Fouillen
Maurice Fouillen – Jeune bretonne debout (2001).

Des Fouillenistes fidèles

Ce style, en tout cas, les « Fouillenistes » savent le reconnaître. « Ce sont des collectionneurs, des gens qui suivent notre production, qui reviennent quatre ou cinq après avoir acheté une pièce, parce qu’ils savent qu’ils en trouveront d’autres qui ne seront différentes, avec un décor unique… »

C’est pour eux que Maurice Fouillen, à 61 ans, continue à cuire, à peindre, à travailler ses émaux. En recherchant l’inspiration dans les centaines de motifs créés par son père. Sans dévier, mais, aussi, sans copier.

Publié le 24/04/1990 par Jean LALLOUET – Ouest-France ©


Rencontre avec Maurice Fouillen – Deux traditions : quimpéroise et familiale

Maurice Fouillen
Maurice Fouillen présente une pièce unique exposée à Trévarez à Noël dernier, sur le bar fabriqué et décoré par son père et marqué par Charles Aznavour lui-même !

Faïence, un nom : Quimper. Une des trois grandes signatures : Fouillen.

En poussant la porte de l’atelier, cette ex-guinguette 1900 de la place du Styvel, qui servit de décors au film de Chabrol, « Les fantômes du Chapelier », la certitude s’empare aussitôt du visiteur : c’est un placement que de posséder un « Fouillen ». Héritier du talent de son père Paul, ex-chef décorateur chez HB et créateur de son entreprise, Maurice continue à satisfaire sa clientèle extrêmement demandeuse parmi les professionnels de la vente.

Déjà sur le « coup de l’été prochain », il décore vases, assiettes, plats et objets divers de son inspiration celtique aux couleurs profondes. Passionné par son métier, cet artiste véritable et modeste évoque cet autre grand artiste que fut son père et les différentes étapes qu’il dut franchir avant de monter enfin son premier four électrique en 1945. « Il a dû décorer différentes choses en verre, bois, cuir, etc ».

Certaines représentent une valeur inestimable, puisque sentimentale en plus de la formidable beauté. Charles Aznavour lui-même en fut pour ses… frais en se voyant refuser la vente d’un splendide meuble. Les arguments sonnants du comédien ne firent aucunement trébucher l’attachement à la mémoire paternelle de Maurice Fouillen.

Maurice Fouillen dans sa salle d'exposition.
Maurice Fouillen dans sa salle d’exposition.

Trois fois cent et trois fois vingt

Cette année, l’on fête le 60ème anniversaire d’un établissement fondé en 1929 et qui compta jusqu’à 18 salariés. Témoin d’une époque florissante et captivante qui se prolonge à l’échelle du toujours grand art, l’atelier Fouillen sera bien entendu représenté à sa juste valeur l’an prochain, à l’occasion de la célébration du tricentenaire de la faïencerie quimpéroise. Expo prévue, comme il se doit, au musée breton. Le pape Jean-Paul II y prêtera-t-il le vase issu de cet atelier et offert en 1981 par une congrégation de religieuses, qui en firent spécialement la commande.

Maurice Fouillen décorant un plat
Maurice Fouillen décorant un plat

Publié le 14/09/1989 – Le Télégramme ©

Les publications à paraître à la fin de l’année 2020.

L’association a sélectionné pour vous, les nouvelles publications éditées à la fin de l’année 2020.

Véronique Le Bagousse journaliste au quotidien le Télégramme est responsable de la rubrique des ventes aux enchères.
Elle publie un ouvrage généraliste sur les arts populaires bretons. Le livre est composé autour de grandes thématiques : les objets du quotidien, de fête, religieux, les meubles et décoratifs. La faïence de Quimper est présente (les biberons en faïences, les secouettes, les bénitiers, les statuettes de Saints, pièces d’artistes, …).

Trésors bretons - Véronique Le Bagousse

Trésors bretons, Objets prisés de vos greniers
Véronique Le Bagousse
21,5 x 27 cm – 160 pages – ISBN : 2843468825
éditions Coop Breizh – Novembre 2020 – 35 €

Fiche détaillée de l’ouvrage


Daniel Le Couédic publie aux éditions du CRBC un ouvrage sur les artistes, les intellectuels et les idéologues au 20ème siècle en Bretagne.
Architecte et professeur émérite à l’UBO, M. Le Couédic a créé l’Institut de géoarchitecture. Il consacre ses recherches à l’architecture en Bretagne, aux mouvements régionalistes et identitaires de la péninsule au 20ème siècle.
On retrouve dans cet ouvrage l’évocation de quelques artistes : James Bouillé, René-Yves Creston, Joseph Savina. Ce livre vient compléter la collection lire/relire.

Construire un pays - Daniel Le Couédic

Construire un pays
Daniel Le Couédic
16 x 24 cm – 334 pages – ISBN : 979-10-92331-50-9
éditions du centre de recherche bretonne et celtique – Décembre 2020 – 17 €

Fiche détaillée de l’ouvrage


Le musée départemental de la Seine-et-Marne à Saint-Cyr-sur-Morin présente jusqu’à la fin du mois de décembre 2020, une exposition sur l’écrivain Pierre Mac-Orlan (1882-1970) et les peintres. Nous vous présentons le catalogue publié à l’occasion. On retrouve un passage sur le peintre Jim Sévellec.

Voyage en couleurs. Mac Orlan et les peintres

Voyage en couleurs. Mac Orlan et les peintres
sous la direction d’Évelyne Baron
22 x 29 cm – 152 pages – ISBN : 978-2-35906-320-2
éditions Lineart – Septembre 2020 – 24 €

Fiche détaillée de l’ouvrage

Vous pouvez consulter le dossier de presse de cette exposition.


Il y a 50 ans, nous quittait Pierre Mac-Orlan. Notre ami, Patrick Monéger membre fondateur de notre association coordonne cet ouvrage, avec la participation de l’historien Alain Boulaire et de nombreux auteurs.
Ce livre s’attache à décrire la relation entre l’écrivain et la ville de Brest. On y croise notamment l’artiste Pierre Péron.

Les Brest de Mac Orlan

Les Brest de Mac Orlan
sous la direction de Patrick Monéger – Alain Boulaire
21,80 x 23,90 cm – 144 pages – ISBN : 978-2-36833-305-1
éditions Locus Solus – Novembre 2020 – 25 €

Fiche détaillée de l’ouvrage


Dans la même collection chez Locus Solus, André Cariou propose une nouvelle version de sa biographie « bretonne » de Jean Moulin.
De 1930 à 1933, Jean Moulin fut sous-préfet à Châteaulin. Durant son séjour dans le Finistère, il fréquente les poètes Saint-Pol-Roux et Max Jacob. Le livre évoque également ses amis artistes Quimpérois : Lionel Floch, Giovanni Léonardi, …

Jean Moulin, les années bretonnes - André Cariou

Jean Moulin, les années bretonnes
André Cariou
21 x 23 cm – 144 pages – ISBN : 978-2-36833-304-4
éditions Locus Solus – Novembre 2020 – 25 €

Fiche détaillée de l’ouvrage


Nous vous avions présenté, il y a quelques semaines la réédition de l’ouvrage de référence sur l’artiste Mathurin Méheut (lien). Cette nouvelle version augmentée présente toutes les facettes de l’œuvre du peintre originaire de Lamballe.

Mathurin MÉHEUT

Mathurin Méheut
Denise Delouche, Anne De stoop, Patrick Le tiec
23 x 30.5 cm – 376 pages – ISBN : 978-2-7373-8415-8
éditions Ouest-France – Octobre 2020 – 70 €

Fiche détaillée de l’ouvrage

Association des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper ©

Des faïences de Quimper inspirées par l’exposition coloniale en vente samedi à Brest (Le Télégramme).

François Victor BAZIN
Groupe de deux Égyptiennes porteuses d’eau, une faïence HB Quimper signée François Victor Bazin (1897-1956).

Une collection de faïences de Quimper inspirées par l’art colonial sera dispersée, ce samedi, par la société Thierry-Lannon à Brest.

En attendant la grande vente de tableaux du 12 décembre, la société de ventes Thierry-Lannon propose une vente artistique, ce samedi 5 décembre, comprenant un peu moins de 400 pièces, parmi lesquelles une collection de douze faïences de Quimper réunies par l’antiquaire et expert Michel Roullot, décédé en 2012.

Trente ans pour réunir douze pièces

Michel Roullot était né l’année même de l’exposition coloniale qui s’est tenue en 1931, à Paris. Est-ce la raison pour laquelle il s’est passionné pour les faïences produites à Quimper à l’occasion de cet événement ? Parmi les douze pièces qui vont être dispersées, les deux Égyptiennes porteuses d’eau sont d’une modernité saisissante. Ce grès de la manufacture HB de Quimper est l’œuvre de François Victor Bazin (1897-1956), estimé de 10 000 à 15 000 €. « Bazin a fait trois versions de ce groupe, l’une de 90 cm est au musée de la faïence de Quimper, une autre plus petite fait 30 cm avec un seul sujet et il y a ce groupe intermédiaire de 45 cm qui est le plus rare, et d’une beauté transcendante qui traverse les styles », souligne Gilles Grannec, commissaire-priseur. Michel Roullot avait mis une trentaine d’années à réunir cette collection, qui comprend aussi des faïences de personnages africains de Gaston Broquet, chez Henriot, estimés à environ 1 000 €.

Un livre d’heures du XVe siècle

La vente commencera à 10 h, samedi, par une centaine de bijoux, puis de l’orfèvrerie. À partir de 14 h, place aux faïences, aux livres, dont un livre d’heures du XVe siècle, des meubles, dont un salon de Pierre Paulin, ou encore un tableau cubiste et africaniste de Raoul Hynckes.

En ce début de déconfinement, la salle des ventes pourra accueillir 30 personnes. La vente se déroulera en parallèle sur deux réseaux d’enchères en live, drouotonline.com et Interenchères.com.

La visite de l’exposition avant la vente, à partir de mercredi, sera limitée en temps et en nombre de personnes. Les conditions sont précisées sur le site de la société Thierry-Lannon.

Publié le 1er décembre 2020 – Le Télégramme ©