Jeanne Malivel, pionnière de l’art moderne breton (le télégramme).

Bernard Verlingue

Bernard Verlingue, conservateur du Musée de la faïence de Quimper, devant des pièces dessinées par Jeanne Malivel et réalisées par la Faïencerie Henriot.

Elle fut l’un des membres fondateurs du mouvement du renouveau de l’art breton, Seiz Breur, dans les années 20. Le Musée de la faïence de Quimper consacre sa prochaine exposition à Jeanne Malivel, qui sera visible à partir du 16 avril.

C’est la première exposition consacrée à cette figure du renouveau de l’art breton, dans les années 20. Du 16 avril au 29 septembre prochains, des œuvres de Jeanne Malivel, créatrice aux multiples talents, seront rassemblées au Musée de la faïence de Quimper. « Elle a été l’une des premières à travailler à la rénovation de l’art et de l’artisanat breton, explique Bernard Verlingue, conservateur du musée. Sa particularité est d’avoir été touche à tout ».

Éclectique et d’avant-garde

Dans l’espace consacré à l’artiste, les pièces prêtées par l’association Jeanne Malivel, des collectionneurs et sa famille reflètent l’éclectisme de sa création. Si l’on retrouve quelques-unes de ses premières toiles sages à l’huile ou au fusain, les faïences élaborées avec la collaboration de la maison Henriot, les broderies (dont certaines ont été réalisées par les élèves de l’école Pascal Jaouen, à partir de projets de l’artiste), les gravures sur bois, les vitraux, les meubles ou encore les motifs de tissus géométriques témoignent d’une grande modernité. « Elle s’inscrit vraiment dans les mouvements artistiques avant-gardistes de l’époque », précise Bernard Verlingue.

Un parcours atypique

Jeanne Malivel, née en 1895, à Loudéac, dans une famille de notables ouverts d’esprit, suit en effet un parcours atypique pour une jeune fille au début du XXe siècle. Adolescente, elle prend des cours de dessin à Rennes, auprès d’une cousine, Louise Gicquel, qui éveillera son esprit artistique. À la fin du lycée, elle part suivre des cours à l’académie Julian de Paris, l’une des rares préparations à l’école des Beaux-Arts ouverte aux filles. Elle revient ensuite en Bretagne, où elle s’engage comme infirmière, pendant la guerre. L’exposition présente notamment une série de dessins de soldats blessés, réalisés à l’hôpital de Loudéac.

Fondatrice des Seiz Breur

La jeune femme tente et réussit ensuite, à deux reprises, le concours des Beaux-Arts de Paris, en 1917, puis en 1919, car la guerre la coupe dans ses études. À cette époque, Jeanne Malivel fréquente les milieux bretons. Elle rencontre notamment les autres membres fondateurs des Seiz Breur, « les sept frères », un groupe de créateurs militants qui révolutionne l’art breton dans l’entre-deux-guerres. Le mouvement est créé en 1923, avec René-Yves Creston, Suzanne Candré et Georges Robin, entre autres.

Exposée à Paris en 1925

Dans les années 20, elle produit une œuvre foisonnante. L’exposition présente de nombreuses gravures de Jeanne Malivel, illustrant « L’Histoire de Bretagne » écrite par Claude Danio, en 1922. Plusieurs meubles aux motifs modernes sont également exposés. En 1923, elle contacte Jules Henriot pour réaliser des pièces aux motifs traditionnels réinterprétés, mais aussi un service aux formes octogonales jaunes et bleus. Ce dernier, également présenté au musée, sera exposé en 1925 au pavillon breton de l’Exposition internationale des arts décoratifs de Paris. Cette année-là, Jeanne Malivel se marie et réduit ses activités artistiques. Un an après, en 1926, sa vie et son œuvre s’achèveront prématurément. L’œuvre éclectique et résolument moderne de Jeanne Malivel mérite le détour, d’autant qu’elle témoigne de la force de caractère de cette femme engagée dans son temps.

Pratique
Exposition « Jeanne Malivel, pionnière de l’art moderne breton », visible au Musée de la faïence, du 16 avril au 29 septembre. Tarifs : 5 €, réduit, 4 €.

Publié le 12 avril 2018 par Emmanuelle GENOUD – Le Télégramme ©

Suivez-nous sur :

Jeanne Malivel, l’œuvre interrompue (le Télégramme).

Originaire de Loudéac, Jeanne Malivel a marqué l’histoire artistique de la Bretagne du XXe siècle. Fondatrice des Seiz Breur, elle laisse une œuvre foisonnante, hélas interrompue en raison de son décès prématuré à l’âge de 31 ans.

Jeanne Malivel

Jeanne Malivel. Photo Raphaël Binet

De Jeanne Malivel, on retient sa frêle silhouette presque évanescente, mais surtout une œuvre artistique d’une grande puissance et d’une forte intelligence. Elle naît en 1895 dans une famille de notables de Loudéac. Ses parents, Albert et Marie Malivel, sont des commerçants plutôt prospères. Curieux et ouverts, ils ont développé une conscience régionaliste.

Jeanne Malivel

Jeanne Malivel en compagnie de son père (DR).

Gallo, catholique et féministe

À Loudéac, Jeanne Malivel s’imprègne de la culture gallèse qui a joué un rôle important dans son œuvre. Contrairement à bon nombre d’intellectuels et d’artistes bretons de l’époque, plus attirés par la Basse-Bretagne, elle a toujours revendiqué son identité gallèse. Dans les années 1920, elle projetait d’ailleurs d’éditer un dictionnaire de gallo. Elle laisse également toute une série de bois gravés sur les arbres de Haute-Bretagne. La famille de Jeanne Malivel est aussi catholique. La jeune femme a conservé toute sa vie une foi profonde, et elle a participé à plusieurs mouvements chrétiens ; ce qui n’implique pas une posture traditionaliste. La famille Malivel est ainsi proche de Marie Le Gac-Salonne, l’une des pionnières du féminisme dans la péninsule. « Toute sa vie, remarque l’historien de l’art, Olivier Levasseur, elle a lutté pour s’imposer comme une femme artiste ».

Adolescente, Jeanne Malivel part à Rennes au lycée de l’Immaculée Conception afin de poursuivre ses études. Elle y est formée par une cousine, Louise Gicquel, professeur de dessin, qui contribue à l’éclosion de sa vocation artistique. Au printemps 1914, Louise accompagne Jeanne pour une formation d’un mois à l’académie Julian de Paris, l’un des rares organismes qui acceptent les femmes. Après le déclenchement de la guerre, Jeanne Malivel officie comme infirmière, avec sa sœur, à l’hôpital de Loudéac. Elle continue à dessiner et retourne en 1916, à Paris, suivre sa formation à l’académie Julian. Les bombardements aériens et l’avancée des Allemands, en 1917, l’obligent à faire des va-et-vient avec la Bretagne. En 1917, elle expose au salon des artistes de Pontivy, où elle y est remarquée.

Jeanne Malivel

Bretons de Paris

Entre 1917 et 1919, elle prépare le concours de l’école des Beaux-Arts à Paris et y est reçue… deux fois : tout d’abord en 1917, mais elle avait dû rentrer en Bretagne et avait donc été contrainte de repasser, brillamment, l’examen en 1919. L’enseignement très académique ne la passionne pas, mais, à Paris, elle visite les musées et fréquente les milieux bretons de la capitale, notamment les leaders du jeune mouvement nationaliste, Olier Mordrel ou Morvan Marchal. Elle adhère dès 1919 au Groupe régionaliste breton (GRB), et les réunions du groupe parisien se tiennent dans son atelier. Jeanne Malivel fait partie des membres fondateurs des Seiz Breur, un groupe qui révolutionne l’art breton dans l’entre-deux-guerres. En 1925, ils déclenchent l’enthousiasme à l’Exposition internationale des arts décoratifs de Paris. Pendant un an, ils ont en effet préparé le mobilier et les arts ménagers qui sont exposés au pavillon Ty Breiz. René-Yves Creston et Jeanne Malivel ont réalisé l’Ostée (« La pièce commune » en pays gallo) qu’ils décorent de meubles, tissus imprimés et de faïences. Leur production étonne et détonne.
Dans les années 1920, Jeanne Malivel produit une œuvre foisonnante et diverse. Elle installe son atelier à Loudéac et se fait un nom avec ses bois gravés illustrant « L’Histoire de Bretagne » de C. Danio. Le texte, très antifrançais, suscite de vives réactions, mais les illustrations de Jeanne Malivel provoquent l’unanimité. Dans ces années-là, elle crée également des meubles, des tissus d’ameublement ou de la céramique. Son engagement qui a développé un artisanat moderne breton avait aussi un but économique, visant à faire renaître le travail local, introduire dans les foyers des objets utiles de couleurs gaies et combattre l’émigration des jeunes filles. En 1925, elle se marie. L’année suivante, enceinte, elle est victime d’une paratyphoïde et décède à l’hôpital de Rennes, à l’âge de 31 ans.

Pour en savoir plus
Olivier Levasseur, «Jeanne Malivel », Coop Breizh, Spézet, 2013.
Le musée de la Faïence de Quimper lui consacre une exposition du 16 avril au 29 septembre 2018, « Jeanne Malivel, pionnière de l’art moderne breton ».

Publié le 01 avril 2018 par Erwan Chartier-Le Floch – Le Télégramme ©

Suivez-nous sur :

Deux plats HB Henriot offerts au Musée breton (Le Télégramme).

Photo le Télégramme.

Les deux nouveaux plats signés HB Henriot offerts au Musée départemental breton par Paul Janssens (ci-dessus deuxième à partir de la droite), venu des Etats-Unis.

« Quimper est ma deuxième maison », déclare, ému, Paul Janssens en lisant la traduction du discours qu’il a préparé. À présent à la retraite, il fut le président des Faïenceries de Quimper HB-Henriot, vieilles de 300 ans, de 1984 à 2003. Il était présent lundi aux faïenceries, arrivé tout droit des États-Unis, où il réside. Et il n’est pas venu les mains vides puisqu’il a fait don de deux plats en faïence au Musée départemental breton. Un geste aussi symbolique, car ce lundi 12 mars marquait le 34e anniversaire de la reprise de l’entreprise par M. Janssens, qui a déjà offert trois autres pièces au musée en 2004. Les deux nouveaux plats viendront enrichir la collection du musée qui compte 1.725 pièces en céramique, dont 90 % proviennent de faïenceries quimpéroises. L’ancien directeur a dit son admiration pour le musée et son personnel, les « gardiens de l’Histoire de la Bretagne ». Il faudra cependant attendre l’aval de la commission scientifique régionale, en mai, pour voir les pièces exposées.

88 employés en séjour aux États-Unis !

Chacun de ces plats vient dire quelque chose du parcours de Paul Janssens. Le premier était un cadeau de l’ensemble de ses collaborateurs, en guise de remerciement pour un voyage aux États-Unis organisé pour toute l’entreprise. « C’était le dernier soir du tricentenaire, lors d’un dîner campagnard où j’avais un peu trop bu. Il a fallu faire un discours, et j’avais dit : « Si vous travaillez bien, dans deux ans vous êtes aux États-Unis ! ». C’est le lendemain que j’ai compris ce à quoi je venais de m’engager… », raconte-t-il avec amusement. Mais il a tenu parole : 88 personnes étaient du voyage ! Pour l’occasion, l’entreprise avait alors fermé durant une semaine. Le second plat donné au Musée breton, plus imposant, lui avait été offert à l’occasion de son départ à la retraite, en 2003. Plusieurs peintres de la faïencerie y avaient participé et tous les collaborateurs l’avaient signé. Une trace de leur travail qui sera précieusement conservée rue du Roi-Gradlon.

Publié le 14 mars 2018 – © Le Télégramme.

Suivez-nous sur :

Gens de justice et scènes de prétoire sous le regard d’un magistrat – Pierre CAVELLAT (1901-1995) – Annick Le DOUGET.

Pierre CAVELLAT (1901-1995) a collaboré avec les manufactures HB et Henriot. Après une exposition estivale au Musée des Jacobins de Morlaix en 2015, un ouvrage lui est consacré en cette fin d’année : « Gens de justice et scènes de prétoire sous le regard d’un magistrat », d’Annick Le DOUGET (Société des Amis de Louis Le GUENNEC).

Couverture du livre d'Annick Le DOUGET

La revue de presse.


Annick Le Douget s’intéresse à Pierre Cavellat, magistrat et artiste (Le Télégramme).

Le nouvel ouvrage d’Annick Le Douget est consacré à Pierre Cavellat. Magistrat, ce dernier a exercé à Quimper et dans plusieurs villes de l’Ouest. Il est devenu président de la Cour d’appel de Caen en 1956. Dès 1929, le jeune juge Pierre Cavellat, qui démontrera toute sa vie qu’il est un homme de robe mais aussi un artiste à part entière, dessine le peuple fréquentant les tribunaux. Ces croquis, commentés par Annick Le Douget dans son dernier ouvrage qui vient de paraître « Gens de justice et scènes de prétoire sous le regard d’un magistrat. Pierre Cavellat (1901-1995) », racontent beaucoup sur la vie judiciaire et sur ceux qui peuplent les salles d’audience en quête d’émotions fortes.

Photo article du Télégramme

Jean-François Cavellat et sa sœur, Bruno Le Gall, archiviste, Annick Le Douget et Yann Celton. Tous ont œuvré pour que naisse ce beau livre.

Un portrait évolutif

Tout d’abord, Pierre Cavellat trace un portrait de son père, Pierre. L’homme est né en 1901 à Pontrieux (Côtes-d’Armor). Son grand-père, officier de marine, peintre talentueux, lui a peut-être transmis ses dons d’artiste. Les caricatures et dessins de Pierre Cavellat permettent à Annick Le Douget de dresser un portrait évolutif de la vie des tribunaux. Elle rappelle qu’entre les deux guerres, dans cette Bretagne bretonnante, des interprètes intervenaient pour traduire les propos des prévenus, des témoins, des jurés… Les femmes ne deviendront magistrates qu’en 1946. Et jurées en 1946, après avoir eu le droit de vote.

Pierre Cavellat, comme les autres magistrats, ne voyait pas d’un bon œil celles-ci envahir les prétoires. Ses dessins les représentent avec un humour grinçant. Le livre est aussi une belle occasion pour l’ancienne greffière de « rattacher un dessin » à une affaire criminelle qu’elle a évoquée dans l’un de ses livres. Ces histoires de prétoires sont les mêmes aujourd’hui… La femme qui refuse la maternité et enferme son bébé mort dans une valise, celui ou celle qui vole, qui tue… Parfois, la plume de Pierre Cavellat montre la fatigue, la détresse d’un témoin, d’un prévenu. Les avocats plaident et la force de leurs paroles se devine sur le papier.

Une mine d’informations

Édité par la Société des Amis de Louis Le Guennec « qui était un ami », écrit Bruno Le Gall, président de cette société, ce beau livre, qui doit aussi beaucoup à Yann Celton, archiviste, est une mine d’informations à la fois drôles et tragiques.

Publié le 11 décembre 2017 par Éliane Faucon-Dumont – Le Télégramme ©.


Elle présente les croquis d’un magistrat breton (Ouest-France).

Ancienne greffière au tribunal de Quimper, Annick Le Douget propose, dans un livre, les dessins de Pierre Cavellat. Magistrat du grand Ouest, il les réalisait pendant les audiences.

Gens de justice et scènes de prétoire sous le regard d’un magistrat, Pierre Cavellat est un beau livre illustré. Il répertorie les innombrables croquis d’audience que le juge a dessinés tout au long de sa carrière, passée notamment en Bretagne. Un travail réalisé par Annick Le Douget, ancienne greffière au tribunal de Quimper, et passionnée de justice.

Photo article de Ouest-France

Annick Le Douget, au centre, entourée d’Anne Hecquet puis Jean-François Cavellat (à gauche) et de l’archiviste Bruno Le Gall ainsi que de Yann Celton, bibliothécaire de l’évêché de Quimper.

Né en 1901, dans ce qu’on appelait encore les Côtes du Nord (aujourd’hui Côtes-d’Armor) et mort dans le Finistère quatre-vingt-quatorze ans plus tard à Carantec, le magistrat Pierre Cavellat a eu une vie bien remplie. Tant dans les cours qu’en atelier. Car s’il a fait du droit son métier, il fut un grand passionné de peinture. Il a ainsi laissé derrière lui 750 dessins illustrant le monde de la justice, faits depuis les différents tribunaux dans lesquels il a pu officier dont Quimper en 1932. Grâce à son fils, une partie de l’oeuvre est conservée au Musée départemental breton et y a été exposée en 2006. « À la mort de mon père, explique Jean-François Cavellat, j’ai pensé que son travail avait une valeur documentaire ».
Encore fallait-il contextualiser les dessins retrouvés, un travail titanesque réalisé par Annick Le Douget. « Certains sont datés, mais pas tous. Parfois, il y a juste un mot permettant d’être relié à la vie judiciaire ». L’ex greffière a pris plaisir à « remonter le fil d’histoires criminelles », satisfaite de « mettre enfin des noms sur des têtes ».

L’œil de son temps

L’originalité des dessins est due au regard surplombant de Pierre Cavellat, estime Annick Le Douget. « Ce n’est pas un observateur externe, il fait partie du monde de la justice, avance la retraitée. Depuis son estrade, il avait une vue plongeante sur les prévenus, les avocats et le public ». Un regard original pour mieux montrer « l’articulation entre les justiciables, la justice et la société ».
Anne Hecquet, sa fille, précise que son paternel dessinait « quand il était assesseur, pas quand il présidait ». De temps en temps, il reprenait un croquis pour y mettre des couleurs à l’aquarelle, mais « ‘opérait jamais de repentir ». Ce qui l’intéresse, « c’est l’instant » dessiné sur le vif.
« Fascinée par cette justesse », Annick Le Douget a également exhumé des caricatures. Celles-ci représentent notamment l’arrivée, après la Seconde Guerre mondiale, des femmes dans le monde de la justice, « un cénacle masculin ». La gent féminine est ainsi représentée comme « un trouble à l’ordre moral ». Sur une des caricatures, trois magistrates sont dessinées : l’une tricote, une autre lit une revue et la troisième se met du rouge à lèvres. D’aucuns parleraient de misogynie… d’autres évoqueraient l’œil de son temps

Gens de justice et scènes de prétoire sous le regard d’un magistrat, Pierre Cavellat. 22€ en librairie et sur le site de la Société des Amis de Louis Le Guennec : https://amisleguennec.wixsite.com/amisleguennec

Publié le 12 décembre 2017 par Aymeric Malonga – Ouest-France ©.

Suivez-nous sur :

Le sens de la couleur de Robert Micheau-Vernez (Le Télégramme).

Coop Breizh consacre à Robert Micheau-Vernez un ouvrage magnifiquement illustré, signé Jean-Marc Michaud. L’occasion de redécouvrir l’œuvre de cet artiste brestois, dont la peinture colorée traduit son admiration pour Chagall, Cézanne ou Bonnard.

Robert MICHEAU-VERNEZ COOP BREIZH 2017 - Photo le Télégramme.

Mikaël Micheau-Vernez, Jean-Marc Michaud, Bernard Verlingue, directeur du musée de la Faïence, et Trifin Le Merdy, responsable des éditions Coop Breizh.

« Peintre de la lumière, tu es resté dans l’ombre toute ta vie », dit de lui son fils Mikaël, qui rend hommage à Robert Micheau-Vernez en préambule de ce beau livre de 240 pages, illustré entre autres de 260 reproductions en couleur des 500 tableaux référencés à ce jour d’un peintre prolifique. Robert Micheau-Vernez (Brest, 1907-Le Croizic, 1989) fut diplômé des Beaux-arts de Brest et de Nantes avant de suivre, aux Beaux-arts de Paris, les cours du peintre Lucien Simon et, en parallèle, ceux des Ateliers d’arts sacrés de Maurice Denis. Celui qui fut professeur de dessin en lycée à Bastia, Brest, Grasse, Pont-l’Abbé et Quimper n’a cessé ensuite de consacrer tout son temps libre à son œuvre. Natures mortes, paysages, bouquets de fleurs, les thématiques abordées dans ses tableaux ne sont pas uniquement liées à la Bretagne et son folklore, mais abordent aussi les rivages de Venise, du Midi ou de l’Orient, l’univers du cirque ou encore l’art sacré et religieux.

Un sens de la couleur qui apparaît très tôt

Des œuvres nouvelles découvertes par l’association Robert Micheau-Vernez et des archives inédites, les carnets que l’artiste a tenus pendant trente ans, ont permis à l’auteur Jean-Marc Michaud, conservateur en chef du patrimoine, d’étoffer la première monographie qu’il lui avait consacré, lors d’une exposition au Musée du Faouët en 2009. « C’est un artiste pluridisciplinaire, longtemps connu pour sa faïence produite à la manufacture Henriot et plus particulièrement pour avoir introduit le mouvement dans la céramique. C’est un peu l’arbre qui cache la forêt », relate l’auteur. Et de poursuivre : « Dès l’âge de 14 ans, il copie les grands maîtres au musée des Beaux-arts de Brest et se distingue par son talent précoce. Il y a un antagonisme entre la peinture classique et son sens de la couleur, qui apparaît très tôt et naît de la familiarité avec les costumes bretons, qu’il retrouve chez des peintres comme Gauguin, Cézanne, Bonnard mais aussi Matisse ». Le célèbre galeriste du Faubourg Saint-Honoré, à Paris, Armand Drouant qui avait exposé entre autres Chagall, lui a consacré une grande exposition en 1978, estimant qu’il était l’un des grands coloristes de la seconde moitié du XXe siècle. Le livre permet de redécouvrir le talent du peintre, mais aussi d’autres facettes de l’artiste, qui a appartenu au mouvement des Seiz Breur de 1932 à 1946. Dessinateur, affichiste, il s’est aussi illustré par la réalisation de vitraux, dont ceux de Saint-Michel-en-Grève et du Conquet, qui sont désormais inscrits à l’Inventaire des monuments historiques.

Pratique :
« Micheau-Vernez, alchimiste de la couleur », aux éditions Coop Breizh. Prix : 35 €.

Publié le 13 décembre 2017 par Delphine TANGUY –  © Le Télégramme

Suivez-nous sur :