Paul Bloas – « Faire Rouge ».

Le peintre Paul Bloas expose ses géants aux ateliers des capucins à Brest, jusqu’au 27 février 2022.
L’artiste rend hommage à la culture ouvrière de la ville !

Publié le 26 novembre 2021 – France 3 Iroise ©


Paul Bloas expose aux Capucins, à Brest, à partir de ce vendredi (Le Télégramme).

Paul Bloas a installé son exposition « Faire rouge » sur la place des Machines, aux Capucins, à Brest. On pourra admirer ses œuvres de ce vendredi jusqu’à la fin février 2022.

Paul Bloas
Paul Bloas dans son atelier de Saint-Marc.

Cela fait neuf ans que Paul Bloas n’avait pas exposé dans sa ville de Brest, son « phare » depuis soixante ans. L’exposition « Faire rouge » qui sera inaugurée ce vendredi 26 novembre, au cœur des Ateliers des Capucins, s’annonce déjà comme un moment fort de la vie culturelle régionale, et bien au-delà.

À l’origine, il y a un premier contact en 2012. Puis un second, neuf ans après. Inspiré par « Le charpentier de marine » qui s’affiche sur 8 m de haut sur la façade du Chantier du Guip, Ronan Lesven, secrétaire général de la Serrurerie Brestoise, tient à son idée. Habiller de la même façon les ateliers de la serrurerie, érigeant en géants ses ouvriers.

Inspiré par la « crasse » des travailleurs

Dans les ateliers, Bloas passe du temps. Une lente connaissance des lieux d’abord et des « gars », sans programme préétabli. « Les chaudronniers, faut d’abord leur prouver que vous savez tenir un crayon. Après, cela détend les choses », sourit l’artiste. C’est lorsqu’il interpelle Erwan, un jeune intérimaire en pleine soudure, que le déclic se produit. Le visage noir de poussière, le chaudronnier relève son masque, sous lequel il reste blanc. Le contraste saisit le peintre. Marqué par l’œuvre du photographe Richard Avedon et ses portraits de mineurs de l’Ouest américain dans leurs vêtements sales, Paul Bloas s’intéresse dès les années 80, et ses travaux auprès des travailleurs de Berlin, Belgrade ou Budapest, à cette notion de « crasse », devenue pour lui source d’inspiration.

« Les chaudronniers, faut d’abord leur prouver que vous savez tenir un crayon. Après, cela détend les choses ».

« Amener de l’humain dans ces univers bruts »

Dans les ateliers de Kergaradec, il capture des moments, ou inversement, les modèles s’imposant souvent à lui dans l’énergie d’un instant. « Toutes les images ont une histoire » qu’il immortalise d’abord à l’aide de son smartphone, avant de les magnifier. « Ma volonté est d’amener de l’humain dans ces univers bruts, il fallait qu’ils soient déconnectés du travail, tout en étant au cœur des ateliers », confie le peintre. Il y a là la culture du tatouage très présente dans les usines, la féminité sous les gants d’Alexia, ongles manucurés et vernis de rouge, ce même rouge des rideaux qui séparent les box de travail des ouvriers, et qui sera omniprésent dans ses réalisations.

« Ma volonté est d’amener de l’humain dans ces univers bruts, il fallait qu’ils soient déconnectés du travail, tout en étant au cœur des ateliers ».

Imaginer un process de fabrication des objets

Les montagnes de documents, faites de nombre de dessins préparatoires pour chaque portrait, s’accumulent, d’autant que le volume des œuvres les fait beaucoup évoluer. Il faut aussi imaginer un process de fabrication des objets. Avec l’aide des ouvriers, Bloas opte pour la première fois pour des plaques d’aluminium verni : « Un support hyper agréable à travailler, qui donne le sentiment de faire un tableau ». Pour un réel impact visuel au sein des Ateliers, il estime qu’il faudra une dizaine d’œuvres.

Dix-sept objets présentés

Finalement, ce seront 17 objets au total – dont un géant de 8 m – qui seront présentés aux Ateliers des Capucins au sein de l’exposition, avant l’accrochage final dans les ateliers de la serrurerie, la culture ouvrière du lieu l’imposant comme une évidence. Mais dans sa quête artistique inlassable, le prolifique plasticien cherche de plus en plus à aller dans l’art brut. C’est ainsi qu’il croisera le fer avec son ami le guitariste Serge Teyssot Gay, cofondateur de Noir Désir, pour une performance le 4 décembre, à 17 h, au cœur de l’exposition. Brutal et sensible. Subjuguant.

Pratique

Exposition « Faire rouge » de Paul Bloas sur la place des Machines, aux Capucins, du 26 novembre au 27 février 2022. Performance avec Serge Teyssot Gay, le samedi 4 décembre, à 17 h, au cœur de l’exposition.

Publié le 26 novembre 2021 – Le Télégramme ©

Le Corbusier et Savina couchés sur papier (Le Télégramme).

Pascal Aumasson et Yves Brand’honneur
Pascal Aumasson et Yves Brand’honneur étaient venus au musée de Saint-Brieuc le vendredi 5 novembre pour donner une conférence en prévision de la sortie du livre.

Ce vendredi 12 novembre sort en librairies « Savina-Le Corbusier, de l’art celtique à la sculpture moderne », un ouvrage relatant 30 ans de collaboration entre les deux hommes, sur le plan professionnel comme sur le plan personnel.

À l’initiative de ce projet, Pascal Aumasson. Ancien directeur du musée de Saint-Brieuc, c’est suite à une exposition en 1988 que l’idée de créer un livre sur la relation entre l’architecte franco-suisse et le menuisier de Tréguier naît dans son esprit.

Au fil des ans et des recherches, le projet se précise, et prend une tournure plus concrète en 2018 avec l’assistance d’Yves Brand’Honneur, ébéniste Meilleur ouvrier de France (Mof) et passionné d’histoire. Ensemble, les deux hommes participeront à la création de cet ouvrage, aidés par la Fondation Le Corbusier de Paris, la famille de Joseph Savina et d’autres particuliers disposant d’œuvres de l’ébéniste.

Plus de 250 illustrations

Ainsi, le produit fini renferme plus de 250 illustrations, allant des dessins originaux de Le Corbusier aux sculptures que Savina en réalisera en passant par les correspondances des deux hommes ou des prototypes uniques de mobilier du menuisier (gardés au musée de Saint-Brieuc). Le livre s’attarde sur leur passion dévorante pour l’art et leur amitié singulière, principalement épistolaire, qui donna lieu à un nombre impressionnant de collaborations sur une trentaine d’années (jusqu’à la mort de l’architecte en 1965).

Pratique : « Savina-Le Corbusier, de l’art celtique à la sculpture moderne », aux éditions Locus Solus. 29 €.

Publié le 12 novembre 2021 – Le Télégramme ©


  • Savina Le Corbusier
  • Savina Le Corbusier
  • Savina Le Corbusier
  • Savina Le Corbusier

Locus Solus 2021 ©

Jeanne Malivel exposée à Paris auprès des plus grands (Le Télégramme).

Jeanne Malivel
Une assiette originale de Jeanne Malivel est exposée au Musée d’art moderne à Paris.

Une céramique de Jeanne Malivel est présentée au Musée d’art moderne de Paris dans le cadre de l’exposition « Les flammes. L’art vivant de la céramique », qui se tient jusqu’au 6 février 2022. Cette assiette octogonale à motif géométrique jaune et noir, créée dans le cadre d’un service de table pour sa sœur et réalisée en 1922 par les Ets Henriot de Quimper, est prêtée par un des membres de l’Association des Amis de Jeanne Malivel. « La présence de cette œuvre dans une exposition internationale allant du paléolithique à nos jours, à côté de travaux de Gauguin, Matisse, Picasso ou Dali, témoigne de l’importance prise par Jeanne Malivel dans le paysage culturel français et de sa reconnaissance », déclare Marie-Claire Nageotte, membres de l’association. Née à Loudéac en 1895, Jeanne Malivel, après les Beaux-Arts de Paris et des recherches en histoire et art celtique, s’attache au renouveau de l’expression artistique bretonne dans les domaines de la gravure et des arts appliqués. Disparue à 31 ans, elle laisse un mouvement artistique, les « Seiz Breur », qui lui survivra.

Publié le 15 octobre 2021 – Le Télégramme ©

À Quimper, que se cache-t-il derrière les murs de la maison Fouillen ? (Le Télégramme).

Les Quimpérois la connaissent depuis toujours. Après avoir été un resto guinguette, la célèbre maison Fouillen était transformée en 1929 en atelier puis en faïencerie par Paul Fouillen. En 1958, elle était reprise par son fils, Maurice. Mais, depuis quelques années, elle tombait en désuétude.

La façade conservée

Neuf mois après son décès, à quoi ressemble l’intérieur de la maison jaune du long de l’Odet ? De la céramique en pagaille, des journaux d’un autre siècle… le tout sous une belle couche de poussière. Le temps s’y est arrêté.

Mais elle va bientôt reprendre vie. Deux investisseurs de la région, qui veulent rester anonymes, ont signé le compromis de vente en début d’été. Que les Quimpérois se rassurent, leur souhait n’est pas de raser la maison. Les nouveaux propriétaires veulent garder l’âme du lieu. L’intérieur, trop abîmé, va être entièrement refait mais la façade va être conservée.

D’ici 2023, le temps des travaux, un nouvel établissement devrait y prendre place. Un restaurant, un hôtel, des bureaux ou un artisan à l’étage ? Pour l’instant, rien n’est fait. Les visites des potentiels futurs exploitants sont en cours. Rendez-vous dans deux ans !

Publié le 8 septembre 2021 par Enora Heurtebize – Le Télégramme ©

Maison Fouillen à Quimper : un compromis de vente est signé (Le Télégramme).

Maison Fouillen
Le coût du projet s’élève à près d’1,5 M€ entre l’achat de la maison jaune et de la petite maison qui la jouxte, et la réhabilitation du lieu avec la conservation de la façade. Il y a en tout plus de 480 m2 de surface.

Aucun Quimpérois n’a pu manquer cette maison jaune le long de l’Odet. Une demeure qui fait partie de l’histoire de Quimper. Après avoir été une guinguette et une faïencerie, que va devenir la maison Fouillen ?

Un compromis vient d’être signé. La maison jaune du bord de l’Odet, à Locmaria, que les Quimpérois connaissent depuis toujours, devrait renaître. Elle daterait de la moitié du XIXe siècle. En 1929, cette ancienne guinguette est rachetée par un des peintres de la manufacture HB, Paul Fouillen (1899-1958). Il y crée un atelier puis sa faïencerie. Au milieu du XXe siècle, 18 salariés y sont employés. En 1958, son fils, Maurice, lui succède. Il poursuit l’œuvre de son père jusqu’en 1980. Il y reste jusqu’à son décès en décembre 2020.

Maison Fouillen
Pour conserver l’âme de la maison, les petites céramiques aux murs, comme cette sonnette, devraient être conservées.
Maison Fouillen
Maison Fouillen

Une maison figée dans le temps

N’ayant pas eu d’enfant, la maison revient à neuf héritiers. Ils récupèrent une demeure chargée d’histoire… La maison est figée dans le temps, à l’image d’une petite horloge arrêtée et de journaux qui replongent les visiteurs des dizaines d’années en arrière. Au rez-de-chaussée, une belle couche de poussière surplombe les céramiques pas terminées. À l’étage, là où vivait Maurice, le temps s’est aussi arrêté… Mais, plus que tout cela, la maison est dans un triste état. La mérule côtoie la tapisserie déchirée ou la toiture très abîmée.

Un projet à 1,50 M€

Que faire de ce bien ? La famille ne souhaite pas qu’il soit entièrement détruit. Pour ça, elle charge le cabinet Pégase de lui offrir un avenir qui permettrait de conserver l’âme du lieu. Pourquoi pas un restaurant avec des chambres d’hôtes, un cabinet médical, le siège d’une entreprise, un artisan, ou un hôtel. Un projet qui coûterait près d’1,5 M€ entre l’achat de la maison jaune et de la petite maison qui la jouxte, et la réhabilitation du lieu avec la conservation de la façade. Il y a en tout plus de 480 m2 de surface.

Maison Fouillen
La maison est restée figée dans le temps.
Maison Fouillen
Maison Fouillen

L’agence immobilière le propose à ses clients et a rapidement plusieurs offres au prix. Le compromis est signé au début de l’été. Deux personnes de la région, qui souhaitent rester anonymes, emportent le marché. Les travaux pourraient débuter début 2022 pour une livraison « brut de béton » début 2023.

Maison Fouillen
À l’image de cette horloge, le temps s’est arrêté.

Qui seront les futurs locataires ?

La nouvelle question est : que va-t-elle devenir ? La réponse est toujours en suspens. Il faut trouver des locataires pour occuper les lieux. Patrick Pochic de l’ancien Café noir de Pont-Aven pourrait être de ceux-là. « Il y a un vrai potentiel ici, s’exclame le restaurateur en faisant abstraction de tout le bazar. Je connaissais l’endroit depuis longtemps. Ça a une histoire, c’est beau, bien placé… Je m’y verrai bien en faire un semi-gastro dans un style moderne/ancien ».

Maison Fouillen
Maison Fouillen

Publié le 7 septembre 2021 – Le Télégramme ©