Coup de projecteur sur la manufacture Keraluc au musée de la faïence de Quimper (Côté Quimper).

Le musée de la faïence, à Quimper, consacre son exposition temporaire à la faïencerie Keraluc, créée en 1946 par Victor Lucas. De nombreuses pièces inédites sont présentées.

Jérémy Varoquier - René Quéré
Jérémy Varoquier, assistant principal du musée de la faïence, devant des œuvres de René Quéré.

À Quimper, le musée de la faïence a pu rouvrir avec le déconfinement. Il consacre actuellement une exposition à la faïencerie Keraluc.

Victor Lucas en avait longtemps rêvé. En 1946, il a pu enfin créer sa propre manufacture de faïence, Keraluc, sur la colline du Frugy, proche de Locmaria, quartier des faïenciers de Quimper.

Ingénieur céramiste, artiste, enseignant, Victor Lucas a travaillé 17 ans pour la manufacture Henriot puis 4 ans à la faïencerie de la maison HB. Il a participé, à la Libération, à la reconstruction de l’industrie céramique. Mais avec toujours le projet de créer sa propre entreprise.

Il a cherché à se démarquer des autres manufactures et a délaissé l’édition de pièces pour offrir aux artistes collaborant avec Keraluc, la possibilité de créer eux-mêmes les œuvres qu’ils imaginaient. Il leur a ouvert son atelier et leur a apporté les conseils techniques et artistiques nécessaires à la réalisation de leurs pièces.

En soutien aux artistes novateurs

Désireux de soutenir ces artistes novateurs, il assurait la commercialisation de leurs productions. Une aubaine pour ces artistes qui n’avaient qu’à penser à leur travail de création. Victor Lucas a veillé sur ces artistes, les conseillant, les encourageant dans leurs créations, leur permettant d’évoluer, de se renouveler sans cesse.

L’exposition présentée au musée de la faïence met en valeur la première génération d’artistes de Keraluc.

Jérémy Varoquier, assistant principal du musée, précise :

« Les pièces que ces artistes ont réalisées font date dans l’histoire de la faïence de Quimper. Yvain, Xavier Krebs, Pierre Toulhoat, Jos Le Corre, André L’Helguen et René Quéré ont trouvé chez Keraluc un moyen d’expression qu’ils ont su transcender et transposer à leur image en toute liberté ».

De nombreuses pièces uniques, jamais montrées, sont exposées. Comme cette série réalisée par Victor Lucas, La descente de l’Odet. Onze bas-reliefs polychromes en faïence chamottée. Une bande dessinée de cases modelées de 40 x 40 cm qui raconte l’histoire de la rivière Odet, de sa source à Saint-Goazec jusqu’à la plage de Bénodet.

Victor Lucas
Deux des onze carreaux de La descente de l’Odet signée Victor Lucas.

Le travail de Xavier Krebs

Une part importante de l’exposition du musée est consacrée au peintre Xavier Krebs. Ses premières pièces sont plutôt graphiques. « Il suit une thématique suggérant des éléments figuratifs issus d’un environnement maritime qui lui est familier ».

Ses œuvres deviennent au fil du temps techniquement de plus en plus élaborées et maîtrisées, exploitant les nombreux aspects offerts par la céramique. Son travail s’est très vite tourné vers l’abstraction. Xavier Krebs est reconnu comme un céramiste important du mouvement abstrait de l’après-guerre.

Xavier Krebs
Xavier Krebs s’est vite tourné vers l’abstraction.

Infos pratiques :
Jusqu’au 26 septembre 2020 au musée de la faïence de Quimper,
14 rue Jean-Baptiste-Bousquet. Tél. 02 98 90 12 72.
Ouvert du lundi au samedi de 10 h à 18 h.
Entrée : 5 euros.
Visite guidée le samedi à 15 h 30 pour 6 personnes maximum. Se renseigner auprès du musée. Plusieurs visites peuvent être organisées.

Publié le 21 Mai 2020 par Sylvie Béchet – Côté Quimper ©

Suivez-nous sur :

Le Musée de la faïence, le premier à rouvrir (le Télégramme).

Considéré comme « petit musée », le Musée de la faïence a pu rouvrir ses portes, lundi, à Quimper. Avec une exposition temporaire consacrée à la faïencerie Keraluc.

Jérémy Varoquier
Jérémy Varoquier, devant des œuvres de Xavier Krebs.

Qu’est-ce qu’un petit musée ? Aucun critère précis n’est vraiment défini. « On imagine un musée de dimension locale, ne dépassant par une certaine fréquentation, avec une équipe réduite et des dimensions adaptées aux mesures sanitaires », lance Jérémy Varoquier, assistant principal du Musée de la faïence. Quand le Premier ministre a annoncé le 28 avril que les « petits musées » pourraient rouvrir dès le 11 mai, l’établissement de Locmaria a jugé le pari jouable. « Tout était prêt, il fallait mettre en place des mesures que le préfet a validées jeudi dernier », indique Jérémy Varoquier qui, pendant le confinement, espérait plutôt un redémarrage en juin.

Masque obligatoire, parcours en sens unique pour éviter tout croisement, jauge maximale de 60 personnes, respect des distances et gel à l’entrée : le musée a pu sans mal mettre en place les conditions d’une réouverture. « On se doutait qu’il n’y aurait pas grand monde dans un premier temps, mais après des semaines consacrées à la gestion courante et aux annulations de groupes, il fallait que ça reparte », explique l’assistant principal.

Peu de visibilité, donc, sur la saison qui débute et doit durer jusqu’à la fin septembre. Elle pourrait se prolonger, si les réservations s’annoncent pour l’automne. Tous ces visiteurs sont jusqu’à nouvel ordre privés de la visite des ateliers de la faïencerie Henriot, pour une protection bien compréhensible des salariés.

Keraluc et ses artistes libres

Ce qu’ils pourront découvrir, en revanche, c’est la nouvelle exposition temporaire, « Keraluc, une faïencerie au service des artistes ». Créée en 1946 sur la montée du Frugy par l’ingénieur céramiste Victor Lucas, et active jusqu’en 1983, Keraluc se démarquait par la liberté totale laissée aux artistes. L’expo permet, à travers des pièces uniques et souvent inédites, de se plonger dans les créations d’Yvain, Jos Le Corre, André L’Helguen, René Quéré, Pierre Toulhoat et Xavier Krebs. De ce dernier, on voit le passage du figuratif à l’abstraction sur les céramiques, lui qui deviendra l’un des plus grands peintres abstraits de l’après-guerre. Une pièce est dédiée au travail de Victor Lucas lui-même, dont un échiquier géant jamais exposé depuis… 1949. « Les collections privées sont mises en avant dans cette exposition, qui réveillera les souvenirs de ce qui ont connu le style Keraluc », promet Jérémy Varoquier.

Pratique :
Ouvert du lundi au samedi de 10 h à 18 h sans interruption. Visite adulte : 5 €. Tél. : 02 98 90 12 72.

Publié le 16 mai 2020 par Rodolphe Pochet – Le Télégramme ©

Suivez-nous sur :

À Quimper, la faïencerie Keraluc et ses artistes mis à l’honneur au musée (Ouest-France).

Le musée de la faïence, à Quimper, a rouvert lundi 11 mai 2020. À découvrir, un pan de l’histoire locale : la faïencerie Keraluc et ses premiers artistes.

 Jérémy Varoquier
Jérémy Varoquier, assistant principal au musée de la faïence à Quimper, présente la nouvelle expo temporaire (jusqu’au 26 septembre 2020 minimum) : Keraluc, une faïencerie au service des artistes.

À Quimper, le musée de la faïence devait rouvrir le 3 avril ; il a finalement ouvert ses portes le 11 mai 2020, avec une nouvelle exposition temporaire : Keraluc, une faïencerie au service des artistes. Keraluc ? « Il s’agit de la dernière faïencerie créée à Quimper, par Victor Lucas, au sortir de la Seconde Guerre mondiale », rappelle Jérémy Varoquier, assistant principal au musée. Ingénieur, artiste et chef d’entreprise, Victor Lucas a vu le jour dans l’actuel quartier du Frugy.

Des pièces uniques

Cette nouvelle exposition rassemble environ 150 œuvres, dont une grande majorité sont uniques n’ont jamais, ou presque, été exposées. Comme ce jeu d’échecs, créé par Luc-Marie Bayle et Victor Lucas, qui n’a été exposé qu’une fois en septembre 1949 au premier salon des céramistes d’art de France dont les pièces sont en forme d’animaux des régions polaires.

On y retrouve aussi des créations de l’artiste Pierre Toulhoat, des assiettes du dessinateur humoristique Yvain, du dessinateur et graphiste Jos Le Corre, des panneaux de terre chamottée d’André L’Helguen, des peintures de René Quéré et de Xavier Krebs. Ces artistes ont ainsi pu créer « avec une grande liberté de tons et d’expressions », ajoute Jérémy Varoquier.

Jusqu’au 26 septembre minimum. Ouvert du lundi au samedi, de 10 h à 18 h ; visite commentée le samedi à 15 h 30 (six personnes maximum). Tarifs : 5 € (adulte) ; 4 € (18-25 ans) ; 3 € (enfant). Le musée de la faïence se visite selon un sens unique de circulation ; les règles de distanciation sociale y sont appliquées, le port du masque obligatoire. Du gel hydroalcoolique est à disposition à l’entrée et pour la consultation des ouvrages en boutique.

Publié le 14 mai 2020 par Rose-Marie DUGUEN – Ouest-France ©

Suivez-nous sur :

#4 Robert Micheau-Vernez – Une semaine en vidéo, du 28 avril au 2 mai 2020 – Musée.

#4 – Robert Micheau-Vernez tradition et modernité.

En 2004, le Musée de la Faïence de Quimper présentait une monographie de l’artiste breton Robert Micheau-Vernez (1907-1989). La création de son œuvre en céramique s’étend sur plusieurs décennies, et réalisée en grande partie à la faïencerie Henriot.

Le catalogue édité par notre association est en voie d’épuisement. N’hésitez pas à vous le procurer rapidement !

Association des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper ©


Robert Micheau-Vernez au musée de la Faïence (le Télégramme).

Mikaël Micheau-Vernez - Bernard Verlingue
Mikaël Micheau-Vernez, fils de l’artiste (à gauche) et Bernard Verlingue, conservateur du musée. Derrière lui, à droite dans le présentoir : la dernière œuvre de Robert Micheau-Vernez, une sculpture représentant trois bigoudènes portant le costume ancien. Tout le génie du coloriste s’exprime dans ce motif.

Le conservateur du musée de la Faïence de Quimper, Bernard Verlingue, donne à voir, cette saison, une passionnante présentation des œuvres du sculpteur-illustrateur-graphiste-peintre Robert Micheau-Vernez (1907-1989). La faïence est naturellement le fil conducteur de cette rétrospective.

Plus d’une centaine de pièces, dont une trentaine sont uniques et totalement inconnues du public, viennent retracer la collaboration de ce grand artiste avec la faïencerie Henriot, entre 1930 et 1962. Au fil des années, ce sont 140 modèles qui seront réalisés, souvent peints par lui-même, allant de la pièce unique à celles tirées à des milliers d’exemplaires. La modernité de ces créations met à la lumière ses talents de coloriste.

«Un homme qui avance avec son temps»

« Après les Méheut et Quillivic, Micheau-Vernez est certainement celui qui a marqué le plus profondément le monde de la faïence. Cet artiste, qui se révélait avant tout un peintre, témoigne de la modernité, répondant parfaitement aux critères du mouvement des Seiz Breur, proposant des œuvres d’art décoratives, alliant la noblesse et l’actualité d’une culture bretonne renaissante », précise Bernard Verlingue qui ajoute, « c’est un homme qui avance avec son temps. C’est l’archétype de la lutte permanente contre la biniouserie ».

«Un art breton moderne»

Son fils Mikaël, qui a étroitement collaboré à la préparation de l’exposition précise : « Je crois pouvoir dire que par rapport à sa peinture, la philosophie qui déterminait la création de ses faïences correspondait à sa volonté d’apporter sa pierre à l’édification d’un art breton moderne ». Cet avant-gardisme devait signer l’épilogue d’une fructueuse relation. Aujourd’hui, le musée de la Faïence présente toutes les facettes de l’ancien professeur de dessin qui enseigna à Lannion, Brest et Pont-l’Abbé, tout en dédiant une œuvre inestimable (il n’est que de voir ses tableaux foisonnants de couleurs que peut-être un jour un musée s’arrachera) à la Bretagne.

Un talent éclectique

Ce maître pluridisciplinaire, d’abord connu comme céramiste, touchait en fait à tout. Il illustra des livres d’histoire, des affiches. Il se fit caricaturiste à l’occasion, peignit des vitraux (Le Conquet, 1932) et orna même des icônes en cuivre repoussé… de motifs celtiques pour la religion orthodoxe. Micheau-Vernez, au talent éclectique, méritait bien cette exposition-événement de 2004.

Publié le 09 avril 2004 – Le Télégramme ©

Suivez-nous sur :

#3 René-Yves Creston & Suzanne Candré – Une semaine en vidéo, du 28 avril au 2 mai 2020 – Musée.

#3 – René-Yves Creston du trait à la faïence et Suzanne Candré-Creston.

C’est l’artiste René-Yves Creston (1898-1964) qui était présenté en 2013 au Musée de la Faïence de Quimper. Il est le cocréateur du mouvement artistique breton « Ar Seiz Breur », avec Jeanne Malivel et sa première épouse Suzanne Candré. On redécouvrait à cette occasion la production d’un art moderne breton, dans les années 20-30.

Le catalogue édité par notre association est toujours commercialisé.

Association des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper ©


Creston « un créateur acharné » (le Télégramme).

Bernard Verlingue - René-Yves Creston
Bernard Verlingue, directeur du musée de la Faïence, devant la mappemonde créée par René-Yves Creston en hommage aux marins, découvreurs et missionnaires bretons, en 1931.

Le musée de la Faïence de Quimper consacre sa nouvelle exposition à l’artiste René-Yves Creston en mettant en parallèle ses dessins et ses créations.

 « Ce qui continue à me surprendre, c’est la modernité de Creston », s’enthousiasme Bernard Verlingue, directeur du musée de la Faïence qui possède un fonds assez important de documentation sur celui qui fut « un créateur acharné », selon les propres termes de son fils Padraig.

Très proche du monde maritime

Cette exposition met en lumière l’oeuvre de l’artiste prolifique qu’est René-Yves Creston , principale figure du mouvement des Seiz Breur qui a marqué l’histoire artistique de la Bretagne. Elle présente ainsi des planches de dessins préparatoires aux décors d’assiettes, des gouaches préfigurant sa série des Ouessantines ou des ramendeurs de filets. « 70 % de l’exposition provient de prêts et j’ai découvert deux pièces que je ne connaissais pas : celles du Ramendeur aux morues et du Pêcheur de morue qui va être éditée par le fils de l’artiste à l’occasion de l’exposition », souligne Bernard Verlingue. Né à Saint-Nazaire, en 1898 et mort en 1964, l’artiste s’est toujours senti très proche des pêcheurs et du monde maritime. Il participera à des campagnes aux côtés des morutiers et prendra part aux missions de Charcot au Groenland avant d’être nommé peintre officiel de la Marine. Travaillant aux Faïenceries Henriot, il réalise la sculpture de Nominoë, en hommage au premier roi de Bretagne. On lui doit également un magnifique globe en faïence conçu pour l’exposition coloniale de Paris, en 1931, à la gloire des marins, découvreurs et missionnaires bretons. Pour l’exposition internationale de 1937, il réalise une mappemonde plus imposante encore d’1,60 m de diamètre, qui a nécessité la construction d’un four spécial et dont on découvre les quelques fragments conservés.

Un artiste mais aussi un ethnologue

Il s’illustre également dans la gravure sur bois, la création de mobilier. La passion de Creston pour l’ethnographie lui permettra de se lancer dans une seconde carrière scientifique. Pour étudier les costumes bretons, il sillonnera ainsi la Bretagne avec Per-Jakez Hélias qui lui servait d’interprète. Il a aussi rénové les musées de Rennes, Quimper et Saint-Brieuc dont il deviendra le conservateur. L’exposition rend aussi hommage à la création tous azimuts de motifs décoratifs (tissus, broderies, papiers peints) de Suzanne Candré-Creston, sa première femme, qui fréquente comme lui et Jeanne Malivel les cours de breton de Jean Caroff à la Sorbonne.

Publié le 13 avril 2013 – Le Télégramme ©

Suivez-nous sur :