Mathurin Méheut, arpenteur de la Bretagne (France 3 Bretagne).

Le Musée de Pont-Aven a programmé en 2022, une exposition sur le peintre Mathurin Méheut.
Le commissaire de l’exposition (Denis-Michel Boëll) et la directrice du Musée (Sophie Kervran) présentent le travail de l’artiste.
Une semaine après l’ouverture du nouveau Musée de Lamballe, l’été sera aux couleurs de Mathurin Méheut…

Publié le 24 juin 2022 – France 3 Bretagne ©

Compte rendu de l’Assemblée Générale de l’association du 4 juin 2022.

Le 4 juin dernier, notre Association a tenu son Assemblée Générale Ordinaire au Musée de la Faïence à Quimper.

AG 2022 1
Jean-Paul Alayse, président de l’association des Amis du Musée & de la Faïence de Quimper.

En préambule, Jean-Paul Alayse a évoqué la mémoire de notre ami Jean-Yves Verlingue qui nous a quitté le 22 février denier.
Père fondateur, avec son fils Bernard, du Musée de la Faïence, Jean-Yves était membre honoraire et membre bienfaiteur de notre association. Il suivait nos travaux avec un intérêt toujours bienveillant, nous soutenant quand il était besoin. Il avait toujours un mot gentil pour tous. Lors de cette première assemblée générale sans lui, sa chaleureuse présence nous a manqué.

Une trentaine de membres seulement a pu être physiquement présente, mais grâce à un grand nombre de pouvoirs envoyés par les absents, le quorum a été atteint et notre assemblée générale a pu se tenir dans des conditions statutairement satisfaisantes.
Les membres qui ne pouvaient être présents, ont pu suivre nos travaux grâce à la mise en place d’une liaison internet.

AG 2022 2

Quitus a été donné à l’unanimité au rapport moral du président Jean-Paul Alayse et au rapport financier de M. Patrick Monéger.
Ensuite Guenhaël Le Moing, vice-président a fait un point très positif sur l’évolution et le fonctionnement de notre site internet et des réseaux sociaux (Facebook & YouTube).
Philippe Théallet nous a parlé de la Gazette et a évoqué les difficultés futures, liées notamment à la hausse du coût du papier et de l’impression.
Dominique Malo a soulevé la question de la gestion des stocks de catalogues et de la nécessité de trouver une solution rapide, pour libérer de la place dans notre entrepôt.

Enfin, le thème de l’exposition 2023 a été dévoilé à nos membres.

AG 2022 3

La conseil se compose donc de Jean-Paul Alayse (président), Jacques Brénéol (trésorier adjoint), Antoine Maigné (soutien pour la gazette), Dominique Malo (chargé des aspects logistiques), Hervé Maupin (membre de droit et président du fonds de dotation), Patrick Monéger (membre de droit et trésorier), Guenhaël Le Moing (vice-président), Philippe Théallet (chargé de la gazette des Amis) et Bernard Verlingue (membre de droit).

La séance levée, les membres présents se sont retrouvés autour d’un pot de l’amitié « participatif».

AG 2022 4

En début d’après-midi, une visite guidée de l’exposition : « Les merveilles de la faïencerie Porquier-Beau » était proposée à nos adhérents.
Nous avons pu découvrir les carnets de la faïencerie, qui sont au centre de l’exposition. Jérémy Varoquier (médiateur au musée) évoquait le souvenir du collectionneur Ronan du Boisguéhenneuc, dont plusieurs pièces sont présentées dans le parcours de l’exposition (lien).

AG 2022 5
Jérémy Varoquier présente un carnet des faïenceries Porquier-Beau.

Vous pourrez nous retrouver lors de ces prochaines dates :
– le Festival Céramique de Quimper, les 3 et 4 septembre 2022 ;
– les Journées Européennes du Patrimoine, les 17 et 18 septembre 2022 ;
– le Salon Antiquité Brocante Design de Quimper, du 11 au 13 novembre 2022.

Publié le 19 juin 2022 – Association des Amis du Musée & de la Faïence de Quimper ©

À Pont-Aven, dans les pas de Méheut, « arpenteur de la Bretagne » (Le Télégramme).


Jamais le Musée de Pont-Aven n’avait encore consacré d’exposition à Mathurin Méheut, un des peintres phares de la Bretagne de la première moitié du XXe siècle. Du 25 juin au 31 décembre, le peintre « arpenteur de la Bretagne » y sera à l’honneur.

le pardon de Notre-Dame de la Joie, à Penmarc’h
Sophie Kervran, conservatrice du Musée de Pont-Aven, et Denis-Michel Boëll, commissaire scientifique de l’exposition, avec une œuvre de Mathurin Méheut, représentant le pardon de Notre-Dame de la Joie, à Penmarc’h, alors très apprécié des peintres.

« J’arpente mes 15 à 20 km par jour […]. Je découvre chaque jour des merveilles ». Ces mots sont ceux de Mathurin Méheut, peintre prolifique et curieux de sa Bretagne, auquel le Musée de Pont-Aven consacre une exposition pour les six prochains mois.

Cent vingt œuvres illustrent cet événement, baptisé « Mathurin Méheut, arpenteur de la Bretagne ». Des toiles, bien sûr, mais aussi des dessins, des sculptures, de la correspondance, et quelques pièces de son Service de la Mer réalisé pour la faïencerie Henriot. Une exposition qui coïncide avec l’ouverture du nouveau musée Méheut, à Lamballe.

l’Institut de géologie de Rennes
Cette vue de la Côte de granit rose est l’une des 24 œuvres peintes par Mathurin Méheut et Yvonne Jean-Haffen pour l’Institut de géologie de Rennes.

« Il s’intéresse à tout ce qu’il voit »

Méheut et la Bretagne, c’est une longue histoire, comme aime la conter Denis-Michel Boëll, commissaire scientifique de cette exposition, qui avait consacré à l’artiste un événement rassemblant 600 œuvres et documents, en 2013, au Musée de la Marine, à Paris. L’histoire de sa naissance à Lamballe, bien sûr. Mais aussi celle d’une redécouverte de son pays quand, en 1910, cet ancien étudiant des Beaux-Arts de Rennes, puis de l’École supérieure des Arts décoratifs de Paris, est envoyé à Roscoff, pour y étudier et dessiner les animaux marins. Il a 28 ans. « Il y reste trois ans. On peut dire qu’il découvre la Bretagne », souligne Denis-Michel Boëll. Outre ses milliers de dessins et ses planches naturalistes, « il participe à la vie locale, poursuit le spécialiste. Il suit les Johnnies, la récolte du goémon, les pardons, fait sa première excursion en Pays bigouden. Il s’intéresse à tout ce qu’il voit ».

Planches naturalistes
Au début de sa carrière, Mathurin Méheut réalise des planches naturalistes, à l’occasion d’un séjour de trois ans à Roscoff.

Après la terrible parenthèse de la Grande Guerre, qu’il illustre avec réalisme, Méheut se réfugie au Pays bigouden, sa base bretonne. « Il revient tous les ans en Bretagne, explique Denis-Michel Boëll. Il travaille alors à Paris sur de nombreux projets. Mais quand il est ici, il court partout, se fait conduire, marche énormément ». Et dessine, avant de reprendre ses travaux en atelier.

En ce sens, Mathurien Méheut est un témoin de cette Bretagne de la première moitié du XXe siècle. Avec un style inclassable, mais qui reste « figuratif, de facture assez classique », concède Denis-Michel Boëll.

Brûlage de goémon
Sophie Kervran, la conservatrice du Musée de Pont-Aven, et Denis-Michel Boëll, le commissaire scientifique de l’exposition, devant une œuvre jamais montrée : une scène de brûlage de goémon nocturne, en Pays bigouden.

Quelques inédits

L’exposition fait la synthèse de cette matière bretonne immense. Les œuvres sont issues de collections publiques et privées. Avec quelques inédits jamais montrés. Comme cette scène de brûlage de goémon en Pays bigouden, de nuit, balayée par l’éclat du phare d’Eckmühl. Ou ce cirque, peint du côté de Logonna-Daoulas, tableau restauré pour l’occasion. La curiosité quasi ethnographique de Méheut est mise en lumière. Ses scènes de pardons, son regard sur les métiers, ses détails de costumes et de coiffes ont valeur de témoignages uniques.

Pardon du côté de Logonna-Daoulas
Cette scène de pardon du côté de Logonna-Daoulas a été restaurée pour cette exposition.

Son travail avec Yvonne Jean-Haffen est aussi esquissé. Avec quelques-unes des lettres illustrées qu’il adressait à sa disciple. Ou cette scène du pardon de Trédaniel peinte à quatre mains. À l’arrivée, ce voyage dans l’œuvre de Méheut est incontournable. Il n’y a qu’à suivre ses pas pour découvrir cette Bretagne, à Pont-Aven.

Pratique : Exposition du 25 juin au 31 décembre. Pour une entrée achetée au musée de Pont-Aven ou à celui de Lamballe, tarif réduit dans l’autre.

Accrochage
Dernières touches à l’accrochage, avant l’ouverture de l’exposition, le 25 juin.

Publié le 17 juin 2022 par Olivier Desveaux – Le Télégramme ©

Géo Fourrier – Entre Japon et Bretagne (Tébéo).

Le collectionneur et éditeur André Soubigou présente les œuvres de Géo-Fourrier, exposées toute l’année au Musée de la carte postale de Baud (56).
L’exposition est intitulée : « Entre Japon et Bretagne ».

Publié le 12 avril 2022 – Tébéo ©

L’émaillage de l’exposition « Les merveilles de la faïencerie Porquier-Beau ».

Les merveilles de la faïencerie Porquier-Beau

Vendredi soir, la nouvelle exposition du Musée de la Faïence de Quimper a été inaugurée.
Elle se concentre sur la production de la faïencerie Porquier-Beau.

M. Robert Lascar membre du fonds de dotation revient sur l’histoire du musée et sur son fondateur Jean-Yves Verlingue.
Il présente la nouvelle exposition thématique 2022 : « Les merveilles de la faïencerie Porquier-Beau ».

M. Jean-Paul Alayse, président de notre association évoque la mémoire de Jean-Yves Verlingue.
Le catalogue de l’exposition a été édité par les Amis du Musée et de la Faïence de Quimper.

M. Bernard Jules Verlingue propose une lecture de la nouvelle exposition.
Il revient sur l’histoire de la manufacture Porquier-Beau à la fin du 19ème siècle à Locmaria, ainsi que sur le rôle de l’artiste Alfred Beau.

Les merveilles de la faïencerie Porquier-Beau

Les carnets Porquier-Beau, reproduisant l’ensemble des faïences, sont au centre de cette exposition.

Le Musée de la Faïence ouvre ses portes à partir du lundi 11 avril, pour six mois.

Les merveilles de la faïencerie Porquier-Beau

Pour rappel, notre Assemblée Générale Extraordinaire se déroulera le samedi 4 juin 2022 à Quimper.

À bientôt !

Les merveilles de la faïencerie Porquier-Beau

Association des Amis du Musée & de la Faïence de Quimper ©