Derniers rendez-vous avant la fermeture (Le Télégramme).

Robert Micheau-Vernez
Le musée fermera ses portes le soir du 28 septembre.

La fermeture annuelle du Musée de la faïence, c’est le 28 septembre au soir. En amont, le musée réserve aux intéressés deux week-ends d’animations, entre le festival Céramique de Quimper et les Journées européennes du patrimoine.

Suivez le guide !

Le Musée de la faïence a organisé, durant l’été, des visites guidées de son exposition temporaire « Quand les brodeurs inspiraient les faïenciers ». « Les retours sont unanimes depuis la mi-avril, sourit Jérémy Varoquier, assistant du conservateur du musée. L’exposition connaît un beau succès ». À tel point que près de 8 000 personnes l’ont déjà vue. « On aimerait atteindre les 10 000 d’ici à la fermeture du musée ». Pour ce faire, le musée réitère ses visites guidées du samedi après-midi, à 15 h 30, jusqu’au 28 septembre (prix d’une entrée). Le 10 000e visiteur devrait d’ailleurs voir son entrée gratuite et recevoir un pack comprenant « quelques catalogues du musée ».

Dites un prix

Le festival Céramique de Quimper prendra place au musée, samedi 14 et dimanche 15 septembre, de 10 h à 18 h. Un stand vidéo sera installé dans le hall et diffusera des reportages sur les céramistes. Le musée aura son propre stand, place du Stivel, pour proposer à la vente des catalogues. Le point fort sera la récompense, par un jury composé de cinq personnes dont Jean-Paul Alayse, président des Amis du musée, d’un artiste parmi les 28 qui prendront place pour le festival. « Il recevra le prix du Fonds de dotation du musée, à savoir que le Fonds lui achètera une pièce pour une valeur maximum de 500 €», explique Jérémy Varoquier.
Pour savoir qui sera l’artiste récompensé, rendez-vous samedi 14 septembre, à 12 h 30. À noter que pour tout achat sur les stands, une contremarque sera remise par les Amis du musée et donnera lieu à une entrée gratuite pour deux personnes.

Voir le patrimoine avant fermeture

Le Musée de la faïence ouvrira également ses portes les samedi 21 et dimanche 22 septembre, de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h, dans le cadre des Journées européennes du patrimoine. Des visites commentées de l’exposition temporaire auront lieu à 11 h, 15 h et 16 h, le 21 septembre, et à 15 h, le 22 septembre.
Le musée fermera par la suite ses portes le 28 septembre. Ses membres prépareront la prochaine exposition temporaire. Elle traitera de la manufacture Keraluc et notamment du travail de Xavier Krebs, René Quéré et Paul Yvain.

Contact
Musée de la faïence, dans le quartier de Locmaria, tél. 02 98 90 12 72.

Publié le 9 septembre 2019 – Le Télégramme ©

Suivez-nous sur :
error

Faïences de Quimper. « Les animaux du ciel et de la terre » au manoir de Kerazan (le Télégramme).

Le thème des « animaux du ciel et de la terre » illustrée sur des faïences de Quimper n’avait jamais fait l’objet d’une exposition publique. Le manoir de Kerazan innove avec une très belle et riche exposition ouverte depuis le début de la semaine : 400 pièces visibles jusqu’au 18 juillet seulement.

  • Les animaux du ciel et de la terre.
  • Les animaux du ciel et de la terre.
  • Les animaux du ciel et de la terre.
  • Les animaux du ciel et de la terre.
  • Les animaux du ciel et de la terre.
  • Les animaux du ciel et de la terre.
  • Les animaux du ciel et de la terre.
  • Les animaux du ciel et de la terre.
  • Les animaux du ciel et de la terre.

Cette présentation éphémère réalisée avec le concours de Yannick Clapier, expert en céramiques, porte un large regard sur la plupart des pièces d’édition produites à Quimper du XVIIIe siècle à nos jours. Forte d’environ 400 pièces, elle est le fruit d’années de recherches et a été conçue par des collectionneurs passionnés, Pierre-Jean Guillausseau, professeur à la faculté de médecine de Paris Diderot (Paris 7) et médecin au département de médecine interne de l’hôpital Lariboisière et Pascal Simon, amateur éclairé, qui n’ont pas hésité à prêter jusqu’au 18 juillet ces pièces issues de leur collection privée.

« Les pièces qui ont été rassemblées datent du XVIIIe siècle à nos jours et ont été réalisées par toutes les manufactures quimpéroises, »

« Il était impossible de reproduire l’intégralité des pièces uniques d’artistes, comme Paul Yvain et Jos Le Corre chez Keraluc ou Paul Fouillen, Jean-Claude Taburet chez HB entre autres. Les pièces qui ont été rassemblées datent du XVIIIe siècle à nos jours et ont été réalisées par toutes les manufactures quimpéroises, dont Porquier-Beau, Henriot, HB, Keraluc, Fouillen… Mais aussi par des ateliers d’artistes qui ont eu des liens avec Quimper et ses faïenceries », explique Pierre-Jean Guillausseau.
Les visiteurs pourront admirer un bestiaire impressionnant, développé en une collection de faïences utilitaires et populaires décorées par des peinteurs et peinteuses restés anonymes et d’autres, purement décoratives, signées d’artistes bretons parmi les plus renommés. Fruit d’un long travail de construction, les collections exposées sont l’œuvre de passionnés « qui essaient de protéger le patrimoine quimpérois et souhaitent le faire découvrir et partager », précise Pierre-Jean Guillausseau pour qui le manoir de Kerazan est l’écrin idéal. « C’est un lieu emblématique qui conserve dans ses murs le plus grand nombre de pièces uniques d’Alfred Beau, artiste qui fera passer la Faïence de Quimper dans l’ère des faïences artistiques ».

Pratique
« Les animaux du ciel et de la terre », exposition de faïences de Quimper au manoir de Kerazan, jusqu’au 18 juillet. Ouvert tous les jours (sauf samedi) de 11 h à 18 h (jusqu’au 6 juillet) et de 11 h à 21 h (à partir du 6 juillet). Tarif adulte : 7 €, réduit : 5 €. Renseignements, tél. 09 65 19 61 57 ou 06 70 21 60 75.

Publié le 22 juin 2019 – Le Télégramme ©

Suivez-nous sur :
error

Gazette des Amis du Musée & de la Faïence n°44 1er semestre 2019

Brochure de 16 pages (couleur, paginé) – ISSN 2260-2844

Sommaire :

  • ÉditorialLe conseil d’administration (p 1).
  • Iznik en pays Glazik !Gabrielle LESAGE (p 2 à 9).
  • Quelques vases à décor d’enfants de Jim E. SevellecJean-Paul ALAYSE (p 10 à 12).
  • Jean-Pierre Millot, artiste méconnu de la manufacture Keraluc – 
    Rudy BOUCKENOOGHE (p 13 à 15).
  • Des fèves Sévellec pour l’Épiphanie (p 16).
  • Recherches sur Robert Micheau-VernezMikaël MICHEAU-VERNEZ & Philippe THÉALLET (p 16).

Pour plus de renseignements, veuillez nous contacter.

Suivez-nous sur :
error

Pierre Toulhoat, l’orfèvre du roi Gradlon (Côté Quimper).

L’auteur Armel Morgant avec l’aide d’Yves Toulhoat, fils de l’artiste, aborde une nouvelle facette du talent de Pierre Toulhoat dans un livre entièrement dédié à son « Œuvre de métal ».

Pierre Toulhoat

Locus Solus vient d’éditer un livre sur l’artiste quimpérois Pierre Toulhoat.

La maison d’édition Locus Solus vient d’éditer Toulhoat, l’Œuvre de métal, d’Armel Morgant avec l’aide d’Yves Toulhoat. Ce livre a été présenté le 22 novembre dans la Galerie d’art Philippe Théallet, rue Sainte-Catherine. L’œuvre de Toulhoat (1923-2014) est intimement liée à la Bretagne.

L’enfant du pays n’a quitté sa Cornouaille que le temps de parfaire une formation de maître verrier puis d’entrer à l’École des arts-décoratifs de Paris. Il revient à Quimper qu’il ne quitte plus. Artiste fécond, il est céramiste chez Keraluc. Il est aussi à l’aise dans le renouvellement de nouvelles formes d’objets que dans l’élaboration de décors monumentaux (Hôpital maritime de Brest, Conseil régional à Rennes, lycée Brizeux à Quimper). À Tréboul, Saint-Vio, Scrignac, Ergué-Armel et ailleurs encore, églises et chapelles vibrent de ses couleurs de peintre-verrier.

De fil en aiguille, il dessine de flamboyantes bannières et des teintures murales (Querrien, Sainte-Marine, Locronan)… Il transforme l’or et l’argent en bijoux d’abord pour Kelt puis à son nom. Il crée des objets liturgiques (patènes, crosses) sans oublier des médailles pour la Monnaie de Paris. Et un remarquable jeu d’échec en vermeil et argent. Le cuivre et le bronze lui sont familiers et deviennent statues ou bas relief, médailles, coupe-papier… À la chapelle SaintViot, résonne une de ses cloches.

De multiples œuvres à Quimper

Armel Morgant dresse un inventaire de ce travail du métal et la récolte est immense. Le livre merveilleusement illustré par plus de 400 photographies de Michel Roignat et de Bernard Galeron, entre autres, révèle l’ampleur du travail et donne envie de revoir l’héritage de cet artiste pluri disciplinaire.

À Quimper, Toulhoat laisse de nombreuses œuvres que l’on découvre au hasard d’une déambulation. Au pied des remparts face à l’Odet, il signe la plaque commémorant Per Jakez Hélias. À côté, au Musée départemental breton, on retrouve les panneaux sauvés de la destruction de la salle des pas perdus de la gare. Dans la cathédrale, on découvre les plaques dédiées aux évêques Fauvel, Guillon et Barbu. Ou encore rue de Brest, on peut faire une halte devant l’Hôtel du Roi Gradlon pour admirer les superbes poignées de portes en bronze.

Un détour à l’église de Saint-Alor (Ergué-Armel) permet de découvrir quatre vitraux. Et surtout, Pierre Toulhoat a forgé tant de bijoux, broches, médailles, bagues, boucles de ceintures pour les bagadoù mais aussi coupe-papier, plats, chenets et plaques de cheminée que l’on imagine précieusement conservés derrière les façades quimpéroises ou à découvrir dans ce livre. À s’offrir ou à offrir…

Armel Morgant avec la participation d’Yves Toulhoat. Toulhoat, l’Œuvre de métal. 176 pages couleurs. Éditions Locus Solus. 25 €.

Publié le 28/11/2018 par Florence Édouard de Massol – Côté Quimper ©

Suivez-nous sur :
error

Toulhoat l’oeuvre de métal – Armel Morgant.

Toulhoat, l’œuvre de métal.

Le nouveau livre des éditions Locus Solus de Châteaulin était présenté jeudi soir à la galerie Philippe Théallet à Quimper.

Florent Patron l’éditeur, présentait l’ouvrage d’Armel Morgant, en présence du fils de l’artiste Yves Toulhoat.

Armel Morgant, Yves Toulhoat et Florent Patron.

de gauche à droite, Armel Morgant, Yves Toulhoat et Florent Patron.


Un ouvrage contemporain sur ce grand artiste breton, Pierre Toulhoat disparu en 2014 ; après l’école nationale des arts décoratifs de Paris, il collabore avec d’autres artistes notamment pour la faïencerie Keraluc de Quimper, réalise des bijoux pour Kelt, des tissus pour Le Minor mais aussi pour la Monnaie de Paris. Il crée des crosses d’évêque, véritables pièces d’orfèvrerie religieuse unique !

Ce livre est un véritable outil d’aide à la création contemporaine, ses motifs sont universels et pourtant si ancrés en Bretagne.

Armel Morgant le 22 novembre 2018

Armel Morgant dédicace son ouvrage.

Texte d’Armel Morgant et la participation d’Yves Toulhoat
Ouvrage relié intégra 18 x 22 cm – 176 pages couleur
+ 400 images présentant les magnifiques réalisations de Toulhoat – Prix : 25 €

Locus Solus ©

Suivez-nous sur :
error