Au Musée de la Faïence – Porquier-Beau, la belle aventure créative (Côté Quimper).

Porquier-Beau, c’est la fructueuse collaboration, à la fin du XIXe siècle entre une faïencerie et un artiste prolifique qui a renouvelé le genre à Quimper.

série botanique
La série botanique, merveille signée Alfred Beau.

Le musée de la faïence a rouvert ses portes lundi 11 avril. Les visiteurs y découvriront une nouvelle exposition temporaire : Les merveilles de la faïencerie Porquier-Beau.
Elle met en regard une centaine de pièces de faïence réalisées par la manufacture quimpéroise Porquier, dont les décors ont été créés par Alfred Beau, et des aquarelles de Camille Moreau qui illustraient les catalogues de la manufacture.

Alfred Beau
Alfred Beau a renouvelé la palette de couleurs du Quimper.

Série botanique

La manufacture Porquier a été fondée en 1778 dans le quartier de Locmaria. Son activité a perduré jusqu’au tout début du XXe siècle. La collaboration avec l’artiste Alfred Beau, entamée en 1875, a été très fructueuse. On lui doit de très nombreux décors d’inspirations variées.
La magnifique série botanique, japonisante, montre des oiseaux, des papillons, des fleurs, des fruits, des rongeurs… « Les motifs dans le goût de Rouen et de Nevers rappellent qu’au XIXe siècle, les antiquaires ne trouvaient pas assez de pièces anciennes pour satisfaire la demande, ils se sont donc tournés vers les ateliers pour faire réaliser des rééditions de modèles anciens », raconte Bernard Jules Verlingue, conservateur du musée de la faïence.

Bernard Jules Verlingue
Bernard Jules Verlingue, conservateur du musée de la faïence.

Des couleurs inhabituelles

Alfred Beau signe également des paysages et des scènes bretonnes. « Comme il était aussi photographe, il faisait poser des personnes en costumes. Les photos permettaient une reproduction plus facile sur la faïence. » On retrouve tous ces décors sur des formes très diverses : des assiettes, des plats, des vases, des serviteurs…
« Alfred Beau a vraiment renouvelé le genre à Quimper, en arrivant avec une palette de couleurs inhabituelles pour l’époque, comme la jaune et le turquoise », précise le conservateur.
La manufacture Porquier s’était aussi adjoint les services de Camille Moreau qui réalisa les albums catalogues des décors proposés par l’atelier. Ces albums servaient de référence à la fabrique et de supports de vente.
« Il y a deux ans, dix cahiers ont été mis en vente aux enchères à Brest. Un mécène du musée en a fait l’acquisition. Ils ont ainsi pu être préservés de la dispersion. Il représente un ensemble unique de plus de 600 planches ! », s’enthousiasme Bernard Jules Verlingue. Les aquarelles présentées dans l’exposition en sont extraites.

Jusqu’au 1er octobre au musée de la faïence,
14 rue Jean-Baptiste Bousquet.
Ouvert du lundi au samedi de 10 h à 18 h sans interruption.
www.musee-faience-quimper.com
Tarifs : de 3 à 5 euros, gratuit – 7 ans.

Publié le mercredi 13 avril 2022 par Martine DE SAINT JAN – Côté Quimper ©

Jean-Yves Verlingue, dirigeant de la société Verlingue et cofondateur du musée de la faïence de Quimper, est décédé (Côté Quimper).

Jean-Yves Verlingue est décédé samedi 22 janvier à l’âge de 94 ans. Il avait dirigé la société d’assurances Verlingue et cofondé le musée de la faïence de Quimper.

Jean-Yves Verlingue
Jean-Yves Verlingue est décédé le 22 janvier 2022.

Le groupe Adelaïde (entreprises Verlingue, Génération, Coverlife), dont le siège est à Quimper, annonce le décès de Jean-Yves Verlingue, samedi 22 janvier 2022 à l’âge de 94 ans.

Il a dirigé la société Verlingue de 1946 à 1993, avant que son fils Jacques Verlingue, actuel président du Groupe Adelaïde, lui succède à la tête de l’entreprise familiale en 1994.

Jean-Yves Verlingue avait repris à 19 ans, à la suite du décès de son père Jules Verlingue, l’activité d’assurance vie que ce dernier avait développé depuis 1933. Dès le début des années 1950, il s’était lancé sur le créneau de l’assurance des entreprises.

« Jean-Yves Verlingue était quelqu’un de généreux, d’une grande simplicité, d’une vivacité d’esprit exceptionnelle, et qui portait toujours une attention sincère à ses collaborateurs et à ses interlocuteurs », rappelle-t-on à la direction du groupe Adelaïde.

Faïence de Quimper

Parallèlement à son activité dans l’assurance et « dans le respect de la tradition familiale », Jean-Yves Verlingue a été très actif comme dirigeant des Faïenceries de Quimper puis de la Faïencerie d’Art Breton. Il a été aussi l’un des fondateurs du musée de la Faïence qui vient de fêter ses 30 ans d’existence.

Jean-Yves Verlingue était aussi impliqué dans la lutte contre la mucoviscidose, et soutenait depuis de nombreuses années le laboratoire de recherche Inserm du Professeur Claude Férec à Brest.

Les obsèques de Jean-Yves Verlingue seront célébrées mercredi 26 janvier à 10h30, en l’église de Locmaria, à Quimper.

Publié le 24/01/2022 – Côté Quimper ©

Le Musée de la faïence fête son 30e anniversaire (Côté Quimper).

Côté Quimper, les 30 ans du Musée

Week-end très festif, samedi 4 et dimanche 5 septembre à Quimper, pour les 30 ans du Musée de la faïence. Au programme : une exposition, des ateliers, des rencontres et la réalisation participative d’une œuvre commémorative…

œuvre commémorative
Pour ses 30 ans, le Musée de la faïence lance la création d’une œuvre commémorative.

Le Musée de la faïence de Quimper présente en une collection unique toute l’histoire de la faïencerie des origines à nos jours. Pour cela, l’établissement s’appuie sur un fonds exceptionnel d’archives et de pièces. Il ne cesse de continuer à l’enrichir grâce à un fonds de dotation, créé il y a 10 ans.
Depuis 30 ans, le musée se renouvelle de saison en saison pour proposer des expositions à thème. Ainsi, cette année, l’exposition thématique est consacrée à la faïencerie Keraluc.

Rencontre avec Kathy Le Vavasseur

Ce week-end, les visiteurs pourront découvrir l’exposition temporaire des œuvres de Kathy Le Vavasseur. L’artiste sera présente pour une rencontre privilégiée où elle commentera ses œuvres. Rendez-vous samedi et dimanche à 11 h. « Ce sont des formes qui s’entrelacent, qui se rejoignent, qui se séparent. » Elle présente une grande variété de pièces comme l’aboutissement d’années de recherches, d’expérimentations, d’échecs aussi avant de réussir la prouesse technique de ses assemblages. Son œuvre résolument contemporaine pousse la matière jusqu’à ses possibilités les plus extrêmes. À voir absolument. Samedi et dimanche, à 14 h et 16 h, les plus créatifs pourront suivre un atelier Totem sous la houlette de Kathy Le Vavasseur (durée : 1 h. Tarif : 20 euros). « Les participants travailleront les tout derniers biscuits et pièces récupérés à la faïencerie Fouillen. Ils repartiront avec leur totem assemblé et décoré par leurs soins », explique Jérémy Varoquier, du Musée de la faïence.

Œuvre commémorative

Tout au long du week-end, les visiteurs sont invités à laisser un petit mot sur des soucoupes, elles aussi récupérées dans l’atelier Fouillen. Elles seront ensuite assemblées et accrochées pour former un grand panneau commémoratif.Il sera également possible d’acquérir l’une des 100 gravures numérotées et signées de l’artiste Olivier Lapicque. Celui-ci associe dans un graphisme épuré, le nom de toutes les faïenceries quimpéroises.
Enfin, le Musée de la faïence tiendra un stand au Festival de la céramique (lire aussi ci-dessous), place du Stivel. À noter que samedi midi, l’équipe du musée mettra en lumière une œuvre artistique en lui remettant un prix. Celle-ci sera par la suite présentée dans ses vitrines. Originalité, diversité… Ce programme devrait séduire tous les amoureux de la faïence, quel que soit leur âge ! Bon anniversaire cher musée !

renseignements : 02 98 90 12 72.
Pass sanitaire obligatoire.

Publié le 1er septembre 2021 par Florence de Massol – Côté Quimper ©


32 créateurs au 9e Festival de la céramique

Armel Hédé
Céramique d’Armel Hédé.

Trente-deux céramistes participent au 9e Festival de la céramique, samedi 4 et dimanche 5 septembre. Trente-deux céramistes, c’est autant d’univers singuliers qui s’offrent au regard des visiteurs. Ce rendez-vous est l’occasion de s’émerveiller sur les possibilités infinies de cette matière aussi naturelle qu’authentique.

Le visiteur découvrira des porcelaines, des faïences mais aussi des sculptures et instruments de musique. La modernité de la céramique, c’est aussi l’atout de la pièce unique faite main. Les artisans et artistes présenteront leur travail et savoir-faire.Une expo-concours propose à chacun de voter pour la pièce de son choix. Des ateliers-découverte permettront de s’initier au modelage. Un Café céramique, sur la place, permettra de choisir sa boisson mais surtout le contenant : des bols ou tasses faits main. Le public verra aussi les céramistes s’affronter à tour de rôle. Dextérité et savoir-faire font de ce spectacle un rendez-vous unique et convivial.

Armel Hédé est l’invité d’honneur du festival. Ses pièces d’un raffinement délicat méritent largement le détour. La forme, les cou-leurs, le motif conjuguent la subtilité et la force en une harmonie intemporelle.

Samedi 4 et dimanche 5 septembre, de 10 h à 19 h, place du Stivel. Entrée Libre.

Florence de Massol


Livre – Yvon Le Douget en dédicace

Yvon Le Douget

Au Festival de la céramique ce week-end, le Musée départemental breton accueille sur son stand Yvon Le Douget, auteur du livre Céramiste de Grand Feu. L’ouvrage retrace son parcours. On y découvre l’aboutissement d’une vie de travail, de recherches et d’échecs pour faire fusionner la terre et l’émail.

L’artiste n’a de cesse de jouer avec le feu ! Le céramiste se plie au rythme des saisons afin de choisir ses végétaux (feuilles, bois…). Chacun distille à la cuisson son lot de minéraux comme autant de prémices à des glaçures spectaculaires. Yvon Le Douget aime partager et sait raconter avec simplicité la chimie complexe qui s’orchestre dans la chaleur du four.

On lui doit enfin d’avoir retrouvé un savoir-faire millénaire né en Chine comparable à la « prouesse d’un magicien qui éternise des feuilles d’arbres dans les pots » selon le maître céramiste, Daniel de Montmollin.

L’atelier d’Yvon Le Douget se trouve 99 route de Mestrézec à Fouesnant.

Le Quimper de Bernard Galéron (Côté Quimper).

Notre ami Bernard Galéron fait la une de l’hebdomadaire Côté Quimper. Il présente ses lieux et ses ballades préférés à Quimper. Le photographe réalise les clichés pour les catalogues édités par notre association. Bernard Galéron est également un artiste, il expose ses créations tout l’été dans le hall de l’hôtel de ville de Quimper, ainsi que sur les grilles du théâtre Max-Jacob.

Bernard Galéron

Publié le 14 juillet 2021 par Clémentine Perrot – Côté Quimper ©

Déconfinement à Quimper : jauge d’accueil, nouvelles expositions… Les musées sont prêts (Côté Quimper).

Les musées pourront rouvrir à partir du 19 mai 2021. A Quimper (Finistère), le musée départemental breton et le musée de la Faïence s’adaptent aux nouvelles réglementations.

Myriam Lesko
Dernier moment de l’exposition temporaire « Etes-vous plutôt crêpes ou galettes ? ».

Vous attendez patiemment la réouverture des musées ? Ce sera possible dès mercredi 19 mai 2021. A Quimper (Finistère), le Musée départemental breton et le Musée de la faïence s’adaptent aux nouvelles réglementations.

Une jauge d’accueil avec 8 m2 par visiteur

“Le recours à des limites de jauges pour les théâtres, les cinémas ou les musées est primordial pour éviter tout risque lié au coronavirus”, jugeait la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, le 3 mai à l’Assemblée Nationale.

Ainsi, les établissements culturels devront respecter la règle de 8 m2 par visiteur, à partir du 19 mai. La jauge devrait être abaissée à 4 m2 par personne le 9 juin.

Une mesure qui ne semble pas insurmontable pour le Musée départemental breton.

Il s’agit de la basse saison, donc cela ne devrait pas impacter le nombre de visiteurs. Par contre, si les jauges n’avaient pas évolué pour l’été, ça aurait été embêtant.
Myriam Lesko
Médiatrice culturelle du musée.

Quant aux groupes scolaires, elle espère avoir rapidement des précisions, car cela “impacte l’accès à la culture des jeunes”.

Renouvellement des musées pendant la fermeture

Cette fermeture éphémère a permis aux musées de se renouveler. Si l’exposition temporaire reste la même que la saison dernière pour le Musée de la faïence, l’exposition permanente a quelque peu changé. “Depuis 30 ans, c’était la même chose », constate Jérémy Varoquier, assistant du conservateur.

Le public pourra admirer de nouveaux supports d’exposition, des cadres muraux avec de nouvelles planches d’ateliers de la manufacture Porquier, de nouvelles vitrines…

Au Musée départemental breton, quelques changements sont également à noter. Les agents auront des masques inclusifs. “Notamment plus adaptés pour les malentendants, qui pourront lire sur les lèvres des guides”, précise Myriam Lesko.

De plus, une nouvelle exposition temporaire y sera installée à partir du 18 juin : La Beauté Art Nouveau. Ce sont des œuvres d’Alphonse Mucha, affichiste, illustrateur, graphiste, peintre, et professeur d’art tchécoslovaque, fer-de-lance du style Art nouveau.

Infos pratiques
Musée départemental breton – 1, rue du Roi-Gradlon à Quimper, tél. 02 98 95 21 60.
Musée de la Faïence – 14, rue Jean-Baptiste-Bousquet à Quimper, tél. 02 98 90 12 72.

Publié le 7 Mai 2021 par Clémentine Perrot – Côté Quimper ©