À Quimper, le Musée de la Faïence à la recherche de mécènes (Côté Quimper).

Le Musée de la Faïence de Quimper est principalement financé par les mécènes. Pour attirer de nouveaux partenaires, il mise sur plusieurs animations en septembre 2022.

Jérémy Varoquier
Jérémy Varoquier est médiateur au Musée de la Faïence de Quimper.

S’il devait noter son inquiétude sur une échelle de 1 à 10, Jérémy Varoquier, médiateur au Musée de la Faïence de Quimper, donnerait 5.

10 000 entrées

Le nombre d’entrées a de quoi le satisfaire. Cette année, 10 000 visiteurs ont franchi les portes du musée. « Nous retrouvons les mêmes chiffres qu’il y a trois ans », se réjouit-il.

Mais le musée n’est pas épargné par la crise. Augmentation des coûts, travaux, perte de 15 000 entrées durant la pandémie… « Si la facture de loyer tombait demain, je ne suis pas sûr que nous pourrions la payer », avoue Jérémy.

Un musée privé

Le budget annuel est de 180 000 euros, estime-t-il. Le musée étant privé, il ne bénéficie d’aucune aide financière de la part de la Mairie. Sauf pour le coût de fabrication du catalogue (environ 14 000 euros), pour lequel la mairie aide à hauteur de 10%.

Les deux tiers du budget proviennent du mécénat. Ils sont une cinquantaine à soutenir le musée, qu’il s’agisse d’entreprises ou de particuliers. Le reste vient de la billetterie.

Vendredi 9 septembre, une soirée est organisée pour les mécènes.

« Ce sera l’occasion de les remercier en leur montrant ce que nous faisons avec leur argent. »
Jérémy Varoquier.

Journées du patrimoine et atelier gratuit

Pour attirer les visiteurs, le musée mise sur plusieurs animations. Les Journées du patrimoine, d’abord. Comme de nombreux lieux dans toute la France, l’entrée sera gratuite durant deux jours, samedi 17 et le dimanche 18 septembre. Des visites guidées seront organisées.

Durant ce week-end, le musée organisera un atelier gratuit Pas d’bol. Les participants y décoreront des tessons de bols, récupérés à la faïencerie Henriot-Quimper. Le musée les vernira puis chacun pourra repartir avec sa création sous le bras.

Musée de la Faïence de Quimper, au 14, rue Jean-Baptiste Bousquet. Ouvert du lundi au samedi, de 10h à 18h. Tarif : 5 euros.

Publié le 3 septembre 2022 par Lisa Farou – Côté Quimper ©

Que vaut ma pièce en faïence ? (Côté Quimper)

Services de table, statues, vases… Toutes les créations en faïence n’ont pas la même valeur. Samedi 6 août 2022, une matinée d’estimation est organisée à Quimper.

Jérémy Varoquier - Goudie
Jérémy Varoquier est l’assistant du conservateur du Musée de la faïence de Quimper.

Samedi 6 août 2022, le Musée de la faïence de Quimper renouvelle sa matinée d’estimation. Son conservateur, Bernard Verlingue, livrera son expertise.

Ce rendez-vous est un incontournable de l’été à Quimper. À qui s’adresse-t-il ? Que peut-on en attendre ? Quelles pièces ont la cote ? Combien coûte l’expertise ? Éléments de réponse avec Jérémy Varoquier, l’assistant de Bernard Verlingue.

Concrètement, comment se passe cette matinée d’estimation ?

Les personnes viennent avec leur pièce ou un échantillon s’il s’agit par exemple d’un service de table.

Le conservateur du musée, Bernard Verlingue, pourra alors leur donner toutes les informations sur leur faïence ainsi qu’un prix de vente. C’est souvent l’occasion de remettre les pendules à l’heure sur la valeur de telle ou telle pièce.

C’est-à-dire ?

Les services de table qui se transmettent de génération en génération, même s’ils sont beaux et bien travaillés, ne valent aujourd’hui quasiment plus rien.

Les pièces anciennes, signées par des artistes, ont quant à elles encore la cote. Cela peut être une vieille faïence posée sur la commode chez ses grands-parents et dont on ne sait pas grand-chose.

Notre matinée d’estimation permet ainsi d’en savoir plus et d’en donner le prix.

Quels publics viennent à ce rendez-vous ?

Principalement des Quimpérois ou du Sud-Finistère. Ce ne sont pas forcément des amateurs de faïence. Certaines personnes en ont acheté une dans une brocante et veulent en connaître la valeur.

D’autres en ont retrouvé dans leur famille… Il n’est pas rare qu’on nous apporte des pièces d’artiste dans un sac de course !

Sur quoi repose le marché de la faïence ?

Les arts de la table ont beaucoup perdu. Aujourd’hui, les pièces d’artistes signées continuent d’intéresser les collectionneurs. Ce sont elles qui tiennent le marché.

Combien coûte l’estimation ?

C’est 5 euros, soit une entrée au Musée. Le principe, c’est de participer au soutien de notre établissement. Cette somme est symbolique. Ailleurs, une estimation vaut environ 40 euros.

Infos pratiques.
Samedi 6 août 2022 de 10h à 13h au Musée de la faïence, 14 rue Jean-Baptiste Bousquet à Quimper. Prix de l’estimation : 5 euros.
Contact : 02 98 90 12 72
.

Publié le 1er Août 22 par Matthieu Gain – Côté Quimper ©

Au Musée de la Faïence – Porquier-Beau, la belle aventure créative (Côté Quimper).

Porquier-Beau, c’est la fructueuse collaboration, à la fin du XIXe siècle entre une faïencerie et un artiste prolifique qui a renouvelé le genre à Quimper.

série botanique
La série botanique, merveille signée Alfred Beau.

Le musée de la faïence a rouvert ses portes lundi 11 avril. Les visiteurs y découvriront une nouvelle exposition temporaire : Les merveilles de la faïencerie Porquier-Beau.
Elle met en regard une centaine de pièces de faïence réalisées par la manufacture quimpéroise Porquier, dont les décors ont été créés par Alfred Beau, et des aquarelles de Camille Moreau qui illustraient les catalogues de la manufacture.

Alfred Beau
Alfred Beau a renouvelé la palette de couleurs du Quimper.

Série botanique

La manufacture Porquier a été fondée en 1778 dans le quartier de Locmaria. Son activité a perduré jusqu’au tout début du XXe siècle. La collaboration avec l’artiste Alfred Beau, entamée en 1875, a été très fructueuse. On lui doit de très nombreux décors d’inspirations variées.
La magnifique série botanique, japonisante, montre des oiseaux, des papillons, des fleurs, des fruits, des rongeurs… « Les motifs dans le goût de Rouen et de Nevers rappellent qu’au XIXe siècle, les antiquaires ne trouvaient pas assez de pièces anciennes pour satisfaire la demande, ils se sont donc tournés vers les ateliers pour faire réaliser des rééditions de modèles anciens », raconte Bernard Jules Verlingue, conservateur du musée de la faïence.

Bernard Jules Verlingue
Bernard Jules Verlingue, conservateur du musée de la faïence.

Des couleurs inhabituelles

Alfred Beau signe également des paysages et des scènes bretonnes. « Comme il était aussi photographe, il faisait poser des personnes en costumes. Les photos permettaient une reproduction plus facile sur la faïence. » On retrouve tous ces décors sur des formes très diverses : des assiettes, des plats, des vases, des serviteurs…
« Alfred Beau a vraiment renouvelé le genre à Quimper, en arrivant avec une palette de couleurs inhabituelles pour l’époque, comme la jaune et le turquoise », précise le conservateur.
La manufacture Porquier s’était aussi adjoint les services de Camille Moreau qui réalisa les albums catalogues des décors proposés par l’atelier. Ces albums servaient de référence à la fabrique et de supports de vente.
« Il y a deux ans, dix cahiers ont été mis en vente aux enchères à Brest. Un mécène du musée en a fait l’acquisition. Ils ont ainsi pu être préservés de la dispersion. Il représente un ensemble unique de plus de 600 planches ! », s’enthousiasme Bernard Jules Verlingue. Les aquarelles présentées dans l’exposition en sont extraites.

Jusqu’au 1er octobre au musée de la faïence,
14 rue Jean-Baptiste Bousquet.
Ouvert du lundi au samedi de 10 h à 18 h sans interruption.
www.musee-faience-quimper.com
Tarifs : de 3 à 5 euros, gratuit – 7 ans.

Publié le mercredi 13 avril 2022 par Martine DE SAINT JAN – Côté Quimper ©

Jean-Yves Verlingue, dirigeant de la société Verlingue et cofondateur du musée de la faïence de Quimper, est décédé (Côté Quimper).

Jean-Yves Verlingue est décédé samedi 22 janvier à l’âge de 94 ans. Il avait dirigé la société d’assurances Verlingue et cofondé le musée de la faïence de Quimper.

Jean-Yves Verlingue
Jean-Yves Verlingue est décédé le 22 janvier 2022.

Le groupe Adelaïde (entreprises Verlingue, Génération, Coverlife), dont le siège est à Quimper, annonce le décès de Jean-Yves Verlingue, samedi 22 janvier 2022 à l’âge de 94 ans.

Il a dirigé la société Verlingue de 1946 à 1993, avant que son fils Jacques Verlingue, actuel président du Groupe Adelaïde, lui succède à la tête de l’entreprise familiale en 1994.

Jean-Yves Verlingue avait repris à 19 ans, à la suite du décès de son père Jules Verlingue, l’activité d’assurance vie que ce dernier avait développé depuis 1933. Dès le début des années 1950, il s’était lancé sur le créneau de l’assurance des entreprises.

« Jean-Yves Verlingue était quelqu’un de généreux, d’une grande simplicité, d’une vivacité d’esprit exceptionnelle, et qui portait toujours une attention sincère à ses collaborateurs et à ses interlocuteurs », rappelle-t-on à la direction du groupe Adelaïde.

Faïence de Quimper

Parallèlement à son activité dans l’assurance et « dans le respect de la tradition familiale », Jean-Yves Verlingue a été très actif comme dirigeant des Faïenceries de Quimper puis de la Faïencerie d’Art Breton. Il a été aussi l’un des fondateurs du musée de la Faïence qui vient de fêter ses 30 ans d’existence.

Jean-Yves Verlingue était aussi impliqué dans la lutte contre la mucoviscidose, et soutenait depuis de nombreuses années le laboratoire de recherche Inserm du Professeur Claude Férec à Brest.

Les obsèques de Jean-Yves Verlingue seront célébrées mercredi 26 janvier à 10h30, en l’église de Locmaria, à Quimper.

Publié le 24/01/2022 – Côté Quimper ©