Les modèles réduits du monument aux morts très recherchés (Le Trégor).

Le monument aux morts de Tréguier attire l’œil des passants. Cette veuve éplorée, œuvre de Francis Renaud, a été reproduite à de rares exemplaires.

Francis Renaud - La Douleur.
À Tréguier, on l’appelle « La Douleur » ou « La Pleureuse ». Ce monument aux morts ne laisse pas indifférent.

En juillet, une vente aux enchères à Brest a attiré le regard de Marie Stephan, galeriste à Perros-Guirec et amatrice des sculptures bretonnes du XIXe siècle. Un marbre de type Turquin de 45 cm de haut, représentant La Douleur, le monument aux morts de Tréguier. « Celle-ci avait un détail troublant, elle n’était pas signée. » Et la spécialiste sait qu’avec les sculptures de Francis Renaud, il faut être vigilant.

Le modèle de la veuve

Le monument aux morts de Tréguier a été érigé en 1922. Une œuvre de Francis Renaud qui représente une veuve éplorée dans sa mante.

Une sculpture qui ne manque pas d’attirer l’œil des passants et touristes dans la commune. « Il faut dire qu’elle est belle, parce qu’universelle », souligne Marie Stephan.

« Elle touche tout le monde. Cette sculpture, c’est le chagrin de toutes les femmes. »

Dans toutes les régions de France, des municipalités se sont intéressées à la veuve comme modèle de ces monuments « pacifistes ». « Elles sont, en général, très touchantes, très humaines. » Cette sculpture de Francis Renaud en fait un objet passionnant.

Reproduit à Quimper

« Des artistes faisaient éditer leurs sculptures par les manufactures de Quimper. » C’est le cas de Francis Renaud, qui s’était adressé à Henriot pour une tête de Bretonne. « Quand il a récupéré le modèle, il a été particulièrement déçu mais a quand même présenté l’œuvre à l’exposition des Arts décoratifs de 1925. »

De rares exemplaires

Quelques années plus tard, Francis Renaud s’adresse à HB pour l’édition de sa Pleureuse. Le monument aux morts de Tréguier a eu un fort retentissement. « Mais il pose de nombreuses conditions. » La première étant qu’il ne soit réalisé que 40 exemplaires.

« Après leur fabrication, il exige que le moule soit détruit devant huissier. »

Ensuite, le sculpteur doit revoir tout ce qui est édité et signer chaque exemplaire. « Il va même jusqu’à imposer la commercialisation dans une seule galerie par département breton et dans des galeries d’art à Paris. » Un artiste consciencieux et perfectionniste. « Une telle application montre la fierté de l’artiste à voir circuler son travail. »

Une démarche qui en fait un objet rare. Que Marie Stephan a eu la chance d’avoir dans sa galerie. Un plâtre d’atelier et un exemplaire en terre cuite.

La Bretagne comme inspiration

Francis Renaud est de cette génération de sculpteurs bretons qui ont trouvé l’inspiration dans leur région. « À l’inverse, à la fin du XIXe siècle, ce sont des gens de l’extérieur qui peignent la Bretagne. »

Les sculpteurs bretons, eux, sculptent leur territoire. Comme Foucault ou Quillivic. « Mais, contrairement aux autres sculpteurs, Francis Renaud est un passionné de statuaire grecque. Il a beaucoup cherché à atteindre cette beauté. » L’exemple, c’est la frileuse du théâtre du palais de Chaillot à Paris.

« Renaud et un des rares à avoir trouvé l’inspiration au-delà de la Bretagne. »

Il y a aujourd’hui un réel intérêt du public pour ce type d’œuvres.

« Il y a 20 ans, ça n’intéressait personne. Je pouvais en avoir 5 ou 10 en vitrine pendant un moment. Aujourd’hui, j’en ai une ou deux par an de ces artistes. »

Sans doute le travail de sensibilisation dans les galeries a t-il fait son œuvre. Quant au prix, cela dépend du matériau, de la patine, de l’état de conservation. L’objet étant rare, il est relativement cher.

Publié le 30 Août 2020 par Bertrand Dumarché – Le Trégor ©

Une semaine en vidéo, du 31 mars au 3 avril 2020 – Artiste.

Semaine artiste en vidéo, du 31mars au 3 avril 2020.

Nous enchainons cette semaine avec des vidéos centrées sur des artistes.


#1 – Anne TOULHOAT

Anne Toulhoat était en résidence à la manufacture Henriot en 2013. Elle présente son travail sur les diatomées (algues microscopiques). Puis, on visite le grenier de la manufacture en compagnie de Bernard Verlingue, conservateur du Musée de la Faïence.

2013 – France 3 ©


#2 – Bruno BLOUCH

Bruno BLOUCH est un artiste peintre. Il collabora avec la faïencerie Henriot, qui lui consacra une exposition en 2014. Il réalisa notamment un vase-balise et des pièces uniques.

2014 – France 3 ©


#3 – Jacques VILLEGLÉ

Jacques VILLEGLÉ est né à Quimper en 1926. Il est apparenté au mouvement des nouveaux réalistes (Yves Klein, Jean Tinguely, César, Arman, Niki de Saint Phalle, …). Il est connu pour son travail sur les affiches lacérées. Il a par la suite créé un alphabet socio-politique, qu’il a réinterprété pour la manufacture Henriot à Quimper en 2016.

2016 – Tébéo ©


#4 – Jean MOULIN

Jean MOULIN fut sous-préfet de Châteaulin au début des années 30. Durant son séjour dans le Finistère, il fréquente les poètes Saint-Pol-Roux et Max Jacob. Il côtoie également le sculpteur Giovanni Léonardi, et le médecin Augustin Tuset, qui est un artiste amateur. Tous les deux collaborent avec la manufacture HB.
Une céramique composée de 35 carreaux a été très certainement réalisée chez HB. Elle est conservée au Musée des beaux-arts de Quimper, qui l’a préemptée en décembre 2001 dans une vente aux enchères à Brest.

Un lien pour plus d’informations.


Association des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper ©

Le cloître accueille une exposition sur les faïences de Quimper (Le Télégramme).

Bruno Belliot
Directeur de l’Académie de musiques et d’arts sacrés, Bruno Belliot dévoile l’exposition sur les faïences sacrées qui se tiendra dans la galerie du cloître du 16 mai au 1er novembre.

La galerie du Cloître accueille, du 16 mai au 1er novembre, une exposition sur les faïences sacrées de Quimper. Des secrets de fabrication à l’évolution des formes, les visiteurs découvriront une facette peu connue d’un art breton pourtant célèbre. Un parcours inédit proposé par l’Admas. En Bretagne, saintes et saints font partie du quotidien. Leurs effigies veillent sur les chemins, calvaires, fontaines et carrefours. Né sur les bords de l’Odet, au début du XVIIe siècle, cet art du feu a très vite fait la renommée de Quimper. Le village de Locmaria voit éclore, La Grande Maison, sa première manufacture de faïence en 1708. « De l’atelier sortent poteries, vaisselle utilitaire mais aussi des statuettes de Vierges à l’Enfant comme l’extraordinaire Intron Varia Ros Peden, datée de 1733 et signée par Louis La Rosse. Après une période d’essoufflement, la production repart au XXe siècle, avec René Quillivic, Fanch Caujan, Robert Micheau-Vernez, Anie Mouroux. Aujourd’hui, les grandes maisons quimpéroises ont fusionné sous le nom emblématique de Faïencerie Henriot-Quimper.

Publié le 19 février 2020 – Le Télégramme ©

Vente de « céramique bretonne » le samedi 8 février 2020 à Nantes.

Sévellec et Caujan
Ensemble de pièces de François-Marie Caujan (HB) et de Jim Eugène SEVELLEC (Henriot).

L’étude Salorges enchères de Nantes organise le samedi 8 février la dispersion d’un ensemble de faïences de Quimper.
On retrouve environ 300 lots, avec une belle représentation de la production de la faïencerie Keraluc et de ses artistes.

Jean Mazuet
MAZUET Jean (1908-1984) – Serre-livre en faïence polychrome illustrant la légende d’YS, monogrammé.

Cette vacation propose de nombreuses pièces créées par les époux Taburet, ainsi que les personnages de la noce Bretonne de Jim E. Sévellec produits à la manufacture Henriot.

Salorges enchères – 8 bis rue Chaptal – Nantes (Me Philippe Kaczorowski)
Samedi 8 février 2020 à 14 h 00 – Faïence de Quimper (292 lots).

Vous pouvez consulter les résultats de la vente.

Plus d’informations sur le site de la société de vente aux enchères Salorges Enchères.

Jean-Claude Taburet
TABURET Jean-Claude (1926-2013) – Coupe carrée en faïence décor ciselé d’un bouquet polychrome au bassin.

Photos Salorges enchères ©

Vente Jean Fréour (1919-2010) – Œuvre picturale et sculptures provenant de son atelier.

L’étude Adjug’Art de Brest présentera une seconde vente de l’atelier du sculpteur Jean Fréour, le mardi 28 janvier 2020 à 14h15.
On retrouvera plus particulièrement dans cette vacation, des dessins et des peintures. Il est à noter que Jean Fréour a collaboré avec la manufacture HB au début des années 50.

Vente Jean Fréour (1919-2010)

Œuvre picturale et sculptures provenant de son atelier – Brest.
Adjug’art, Maître Yves Cosquéric
Mardi 28 janvier 2020 à 14 h 15.

Vous pouvez télécharger le catalogue de la vente.

Vente Jean Fréour (1919-2010)

Élève de l’École des Beaux-Arts de Bordeaux à 17 ans, Jean FRÉOUR obtient une bourse pour entrer aux cours du Sculpteur Henri BOUCHARD à PARIS. En 1942, il participe à l’Exposition Régionale d’Art Breton au Musée à RENNES, rencontre les artistes Ar Seiz Breur et intègre leur groupe. Il séjourne à la Casa Velasquez à Madrid en 1952 où il travaille avec René QUILLIVIC. Installé à Batz-sur-Mer, il obtient de nombreuses commandes privées et publiques. Après la vente du 30 juillet de sa sculpture dans son atelier, sa peinture méconnue et quelques autres œuvres seront livrées aux enchères à BREST.