Visite virtuelle 360° du Manoir de Kerazan à Loctudy.

Le Manoir de Kerazan vient de procéder à la numérisation en 3 dimensions de ses salles. La solution Matterport a été retenue pour proposer des visites immersives du site. Il est à souligner que le Manoir conserve la plus grande collection de plaques ornées par l’artiste Alfred BEAU (1829-1907), ainsi que son célèbre violoncelle en faïence (lien). Elles ont été acquises par Joseph ASTOR (1824-1910). Il fut maire de la ville de Quimper de 1870 à 1896.

visitez virtuellement la salle consacrée aux créations d’Alfred Beau.

Salle Alfred Beau
Salle Alfred Beau.

Salle Alfred Beau

Alfred Beau (1829-1907), originaire de Morlaix, apprend la peinture avant de devenir photographe. Sans doute influencé par le céramiste Michel Bouquet et par le regain d’intérêt pour la céramique sous le Second Empire, il devient à partir des années 1870 « peintre de tableaux sur faïence » et expose des plaques et plats décoratifs d’inspirations diverses : portraits historiques, paysages et scènes de genre de Cornouaille, décors floraux, imitations des majoliques italiennes…

Manoir de Kerazan à Loctudy

En 1872 il offre ses services à la Faïencerie quimpéroise HB, mais celle-ci la refuse car l’artiste demande à signer ses pièces. Finalement la veuve d’un autre faïencier, Adolphe Porquier, l’engage comme directeur artistique. Alfred Beau crée alors de nombreux modèles, copiant en particulier les scènes de genre pittoresques que l’on voit dans les albums d’estampes et dans la peinture académique : des évocations des pardons et des mariages où l’on remarque de splendides costumes, des scènes de foires et de marchés ou les représentations des « petits métiers ». Il dessine également, selon le goût de l’époque, des « scènes botaniques » qui doivent beaucoup à l’art des estampes japonaises alors fort prisées. Il forme les « peinteuses » à la nouvelle technique qu’il préconise, proche de l’art du peintre et pousse l’illusionnisme jusqu’à créer des instruments de musique en faïence. Dorénavant les pièces seront marquées PB pour Porquier-Beau.

Alfred Beau
Alfred Beau (1829-1907), Lever du jour à Quimper – Manufacture Porquier.

Le succès est au rendez-vous. Alfred Beau présente ses créations aux Salons parisiens et aux Expositions Universelles, en particulier celle de Paris en 1878 où il obtient une médaille d’argent. Vite imité par les autres faïenceries quimpéroises et même copié par d’autres manufactures, Alfred Beau a été l’artisan du renouvellement de la céramique à Quimper.

Peintre lui-même et ami de nombreux peintres comme Théophile Deyrolle ou Alfred Guillou, Alfred Beau est également depuis 1880 le directeur du musée des beaux-arts de Quimper. Il y constitue en quelques années une importante collection de peintures d’inspiration bretonne. Dans une salle de ce musée, il crée en 1885 un extraordinaire diorama de quarante-quatre mannequins portant des costumes populaires, une « noce bretonne » sortant du porche d’une chapelle.

Alfred Beau
Alfred Beau (1829-1907), détail du violoncelle en faïence – Manufacture Porquier.

Directeur du musée, conseiller municipal, directeur artistique d’une des faïenceries quimpéroises, Alfred Beau était devenu l’ami de Joseph Astor qui possédait quelques unes de ses créations, en particulier des pièces uniques.
Dans les années 20, le fils de Joseph Astor, Joseph-Georges, va s’employer à constituer une collection plus importante de créations d’Alfred Beau, à la fois pour rendre hommage à l’amitié qui existait entre ses parents et le céramiste et pour souligner la qualité de des faïences ou terres vernissées. Aujourd’hui, le manoir de Kerazan possède la plus importante collection d’œuvres d’Alfred Beau qui apparaît comme l’un des céramistes les plus intéressants en France dans les dernières décennies du XIX siècle.

Le Manoir de Kerazan ©

La terre façonnée révélée … (Presse Océan).

Grand érudit de la céramique bretonne qu’il avait disséquée dans un précédent ouvrage, le Nazairien Joseph Labour revient sur cette passion dans « L’art de la terre ». Une somme d’informations sur toutes les terres cuites : faïence, porcelaine, poterie, mais aussi pipes et briques.

Joseph Labour
Photo joseph labour présente son ouvrage « l’art de la terre des départements historiques de Bretagne ».

L’ancien ingénieur bord aux Chantiers de l’Atlantique (créateur de l’Association des ingénieurs de la navale nazairienne) a une autre passion que les navires : la céramique bretonne. Celle-ci n’a plus de secrets pour Joseph Labour, Nazairien âgé de 88 ans qui s’est passionné pour ces faïences, porcelaines et poteries.

Joseph Labour
Sa collection de faïences de quimper compte de nombreuses pièces.

L’auteur avait déjà édité en 1980 un ouvrage consacré à la céramique bretonne. Au cours de ces dix dernières années, il l’a copieusement enrichi du fruit de ses multiples recherches et de nombreuses interviews de gens spécialistes de la chose. Un vrai travail de moine bénédictin ! « J’ai écrit cinq chapitres dans L’art de la terre des départements historiques de Bretagne, paru à la mi-décembre, dont le premier traite de la faïence de Quimper évidemment car c’est mon violon d’Ingres depuis 1964. Mais il n’y a pas que le Quimper puisqu’il existait dans cette ville trois grandes manufactures : la Grande maison HB (Hubaudière-Bousquet), la manufacture Henriot et la fabrique Porquier-Beau. Des familles dont je retrace d’ailleurs la généalogie », précise Joseph Labour, marié à une « Quimpéroise de Pont-Croix, à côté d’Audierne », terre finistérienne à l’origine de cette passion pour toute la céramique d’Armorique.

Forcément, les œuvres des grands artistes faïenciers père et fils Paul et Maurice Fouillen (il est décédé le 15 décembre à 92 ans), Odetta et Keraluc, font aussi l’objet d’un éclairage de l’auteur érudit. Les poteries d’Herbignac ne sont pas oubliées dans l’ouvrage de Joseph Labour qui explique « la rude concurrence que la vaisselle bretonne a rencontrée avec celles en aluminium et de certains pays, notamment le Portugal et la Chine ».

Joseph Labour
Une assiette signée du célèbre artiste Mathurin Méheut (henriot) ; à droite, un bénitier de Saint-Corentin de rené Quivillic de la grande maison HB.

Autre emploi important de la terre cuite : les pipes (de Quimper à Saint-Malo jusqu’à La Prenessaye, dans les Côtes-d’Armor) et les briques, fabriquées dans plusieurs endroits de Loire-Atlantique (à Arthon-en-Retz, Vallet, Pornichet et Ancenis), sont largement citées dans L’art de la terre. Une briqueterie artisanale fut ainsi fondée en 1900 par Jean-Louis Cochery au village des Quatre-Vents, dans la campagne de Pornichet. « Si elle ferma ses portes dès 1938, toute la région utilisa les briques Cochery dans les constructions », souligne Joseph Labour.

« L’art de la terre des départements historiques de Bretagne », 339 pages, 20 €, La Compagnie du Livre aux éditions Geste.

Publié le 26/12/2020 par Franck LABARRE – Presse-Océan ©


L’art de la terre des départements historiques de Bretagne

Le façonnage de la terre argileuse est une des formes d’artisanat les plus anciennes qui ait existé. Il a évolué avec l’homme depuis son origine, grâce à la maîtrise du feu, des outils, des machines. L’hasardeuse et géniale diversité de la poterie d’autrefois n’a rien à voir avec les œuvres clonées d’aujourd’hui. Cet ouvrage fait remonter des traditions ancestrales ; s’adressant notamment aux artisans, ceux qui sont passionnés par le modelage, la création. En tout, ce sont trente-trois lieux, les plus importants et surtout les plus typiques et significatifs pour le travail de la terre, dont le lecteur trouvera l’histoire dans ce livre.

L'art de la terre - Joseph Labour

L’art de la terre des départements historiques de Bretagne
Joseph Labour
15,5 x 22 cm – 340 pages – ISBN : 979-10-93644-50-9
La Compagnie du Livre aux éditions Geste – décembre 2020 – 20 €

Fiche détaillée de l’ouvrage

Bulletin d’information de l’association « Faïences de Quimper 1690-2090 » n°9 – Juillet 1992.

Alfred Beau

Brochure de 8 pages (noir et blanc, paginé).

Sommaire :

  • Le billet du Président Michel-J ROULLOT (p 1).
  • Réflexions d’un collectionneur ou démarche d’un collectionneur ou quelques épisodes de la vie d’un collectionneurRonan du BOISGUEHENNEUC (p 2 à 5).
  • Le plat Alfred BEAU remis au Président des USA, Woodrow WILSON Louis LEONUS (p 6 à 8).

Télécharger le document

Association « Faïences de Quimper 1690-2090 » ©

« Ma faïence a-t-elle de la valeur ? » (Ouest-France).

De belles pièces sont sorties des greniers, samedi 8 août 2020, à l’occasion de la matinée organisée par Les amis du musée de la faïence de Quimper (Finistère).

Jérémy Varoquier
Jérémy Varoquier, assistant principal du conservateur du musée de la faïence, présente une pièce unique de la faïencerie Henriot, par l’artiste Guy Trévoux (1920-2011) exécutée entre 1951 et 1954.

Chargés de lourds cabas de vaisselle, les participants sont venus samedi 8 août 2020 au matin chercher des conseils sur des faïences dénichées dans une brocante ou transmises par la famille. En l’absence du conservateur du musée, expert en faïence, aucune estimation n’a été réalisée.

Une quarantaine de rendez-vous avaient été pris et tout au long de la matinée, Les amis du musée de la faïence ont examiné de nombreuses pièces : de jolis plats, des pièces de forme, quelques services, des statuettes de vierges et de saints, des serre-livres…

Amis du Musée et de la Faïence de Quimper
Un des conseillers de l’association « Les amis du Musée de la Faïence » présente 2 belles assiettes de la série « les légendes bretonnes » de PB (Porquier-Beau) de 1930. Assiettes PB Quimper : Yan-Coz chez les diables et Le biniou et les korrigans.

Quelle valeur ?

« Des pièces intéressantes – un pied de lampe de Porquier de la fin du XIXe siècle, une cruche de faïence “Rouen” datée de 1759, quelques Kéraluc décorés par l’artiste André L’Helguen, un très beau plat au décor stylisé de l’artiste Guy Trévoux » (1920-2011) « de chez Henriot, réalisé vers 1950, ont été examinés », » sourit Jérémy Varoquier, assistant principal du conservateur du musée de la faïence.

« Ma faïence a-t-elle de la valeur ? » est la question qui est revenue tout au long de la matinée. Les amis du musée sont là pour renseigner les propriétaires, dater l’objet, attribuer la décoration à un artiste particulier. En fin de matinée, un couple présentant deux assiettes de la série « Les légendes bretonnes » de PB ( Porquier-Beau) réalisées dans les années 1930, et achetées par la famille vers 1955, s’entendait confirmer leur intérêt pour des collectionneurs.

Publié le 9 août 2020 – Ouest-France ©

Vente « Tradition bretonne » – Dupont & associés Saint-Martin-des-Champs (29) – le 20 juillet 2020.

René Quillivic.
René Quillivic (1879-1969) Buste de Bigoudène en faïence blanche – HB Quimper – H : 35 cm.

La première partie de la vente « tradition bretonne » se tiendra le lundi 20 juillet 2020 à Saint-Martin-des-Champs (29).

Cette vente est entièrement consacrée aux céramiques quimpéroises.

Porquier Beau.
Manufacture Porquier Beau – Assiette décorée d’un couple de bretons, « les mariés de kerlouan » – Diam. : 23,5 cm.

Vente « Tradition bretonne » 1ère partie – Dupont & associés – le 20 juillet 2020.
Dupont commissaires-priseurs associés – Saint-Martin-des-Champs (29).
Lundi 20 juillet 2019 à 14 h 15 – Faïence de Quimper (283 lots) – M. Bernard Verlingue (Expert en Faïence de Quimper).

Catalogue de la vente

Annie Mouroux
Annie Mouroux (1887-1978) Saint Corentin – Faïence polychrome signé Henriot Quimper – H : 39,5 cm.

Dupont & associés – Saint-Martin-des-Champs (29) ©