Le fonds d’atelier de Fréour en vente (Presse Océan).

Sculpture de Jean Fréour
Fréour a beaucoup sculpté le corps féminin.

Mardi, à Batz-sur-Mer, là où il a vécu, entre 500 et 600 sculptures de Jean Fréour seront mises aux enchères. L’artiste avait fait le choix de ne vendre qu’un minimum.

Même les poches vides, on peut aller jeter un œil à Batz-sur-Mer dès dimanche soir. Pour le plaisir des yeux. Avant la vente aux enchères, toutes les sculptures seront exposées dans la salle des fêtes de la ville et dans la propriété de l’artiste. « Une maison incroyable où il a vécu avec sa femme et travaillé. Il voulait qu’elle fasse corps avec la Nature alors les Fréour ne coupaient aucun arbre. Il a fallu élaguer un peu pour entrer », raconte Yves Cosquéric, le commissaire-priseur qui procédera à la vente.

« Avant de mourir, il taillait encore la pierre »

Jean Fréour est décédé en 2010 à l’âge de 91 ans. « Avant de mourir, il taillait encore la pierre. Le bloc de schiste est toujours visible dans son atelier. » Sa femme, décédée en 2018, n’a rien vendu, rien touché de l’espace où travaillait son mari. Les Fréour n’avaient pas d’enfants et laissent quantité d’œuvres à leurs neveux et nièces qui ont choisi de les vendre.

Des sculptures visibles un peu partout dans le département

Dans le département, on peut voir des sculptures de Fréour un peu partout : Anne de Bretagne devant le château de Nantes, la paludière devant le musée de Batz-sur-Mer, la sculpture du palais des congrès de La Baule, le tympan de l’église de La Baule… « Et puis, on en trouve en Argentine, au Canada, en Afrique… Il a eu énormément de commandes publiques », explique Yves Cosquéric. Jean Fréour a fait partie du mouvement Seiz Breur (sept frères, en breton), un mouvement artistique né dans les années 20 en Bretagne. « Ils prônaient un art universel. Jean Fréour était le dernier des Seiz Breur », continue le commissaire-priseur brestois.

Où a-t-il puisé son inspiration ?

Il a puisé son inspiration dans la religion et le corps de la femme. « Il a beaucoup exposé, a été très demandé et en 1969, il a décidé de ne plus exposer dans les galeries. Il vendait à des collectionneurs en direct, répondait à quelques commandes. Mais à condition d’avoir la liberté de faire ce qu’il voulait. Il était surnommé « l’ermite de l’art ». On voit des photos de lui en habit de bure. Il a vécu très simplement ».

Ces dernières années, des expositions lui ont été consacrées au Croisic et à Locronan. Certaines pièces en vente mardi ont été exposées.

Les sculptures en vente

Les sculptures vendues sont très variées : bronze, marbre, schiste, ardoise bleue, bois et plâtres d’atelier (qui servent à faire les moules). « Les plâtres de ses grandes sculptures seront vendus. Il y a 216 lots à vendre. Mais dans un lot il peut y avoir plusieurs œuvres ». Les estimations partent de 100 à 2 000 €. Me Cosquéric sait déjà que des musées s’intéressent à cette vente. « Il y aura des initiés bien sûr mais j’ai vraiment envie que les gens découvrent cette œuvre. C’est exceptionnel de pouvoir faire une telle vente. Les ventes d’atelier ça n’existe plus car il y a souvent un galeriste derrière un artiste connu. Ce qui va être vendu c’est ce qu’il ne voulait pas vendre, ce qu’il a gardé autour de lui jusqu’à la fin ».

Exposition des œuvres à la salle des fêtes et dans la propriété Fréour (place du Mûrier) dimanche 28 juillet de 17 h à 19 h, lundi 29 de 11 h à 13 h et de 15 h à 19 h, mardi 30 de 9 h 30 à 11 h. Vente à la salle des fêtes mardi 30 à partir de 14 h 15.

Publié le 26 juillet 2019 par Marina CESSA – Presse Océan ©


Découvrir Jean Fréour (Ouest-France).

Jean Fréour

Publié le 27 juillet 2019 par Christophe PENOT – Ouest-France ©

Suivez-nous sur :
error

Collection Toogood aux enchères le 25 février 2019 à Derby (GB).

La poterie à la perfection ! Jetez un coup d’œil à la vaste collection de faïences de Quimper, avant la vente aux enchères.

Collection Steve & Lynn Toogood.

Si la faïence de Quimper vous tente, Steve Toogood et son épouse Lynn offrent aux fans la possibilité d’acheter des pièces collectées au cours des 30 dernières années.

Le couple vend sa vaste collection de faïences bretonnes à Hansons le 25 février 2019, et c’est un évènement à ne pas rater.

Steve, 66 ans, et Lynn, 54 ans, de Nettleham à Lincoln, rassemblent des pièces de Quimper depuis trois décennies.

Mais à présent, le couple a décidé, que le moment était venu de vendre aux enchères pour financer leur prochaine grande aventure.

Vous pouvez consulter le catalogue de la vente, sur le site : the-saleroom.com.

Le catalogue


HANSONS Auctionners & valuers
Heage Lane – Etwall – Derbyshire – DE65 6LS (Grande-Bretagne).

Vente le lundi 25 février 2019 à 10 h GMT.

Suivez-nous sur :
error

Don et dédicaces d’Anthony Graviano (le télégramme).

Anthony Graviano & Judy Datesman

Anthony Graviano et Judy Datesman, au Musée départemental breton, devant l’une des deux vitrines exposant une partie des œuvres de Paul Fouillen données par le collectionneur américain. (Le Télégramme – Jacky Hamard).

Grand collectionneur des œuvres de Paul Fouillen, Anthony Graviano était en séance de dédicaces, ce samedi après-midi, au Musée breton, pour la sortie de son livre consacré au céramiste. Une séance qui avait été précédée par un don au Musée départemental de l’essentiel de la collection privée de cet Américain vivant près de New York.

Tony Graviano est à Quimper ce week-end à l’occasion de la réunion annuelle du Quimper club international, les collectionneurs de faïence quimpéroise, présidée par Judy Datesman. Ce club existe depuis une vingtaine d’années et connaît là son troisième rassemblement à Quimper.

Depuis 25 ans, Anthony Graviano collectionne les œuvres de Paul Fouillen. Sur la centaine de pièces dont il a fait l’acquisition, il s’est surtout concentré sur la période HB allant de 1922 à 1928 pour exprimer son intérêt pour l’art déco.

« Pour Anthony Graviano, c’est une fin d’époque, il a toujours considéré que la collection devait revenir à Quimper », traduit Judy Datesman. Cette année, il a ainsi fait don de quelque 80 pièces sur la centaine de sa collection. Trente sont d’ailleurs actuellement exposées au musée. Ce don vient compléter la collection du musée consacrée au céramiste qui portait jusqu’à présent plus sur la période postérieure à HB.

Cinq cents photos en couleur

Cette fin d’époque se traduit aussi par la sortie du livre réalisé par Anthony Graviano sur le céramiste. Quatre ans de recherche lui ont permis de répertorier 300 œuvres présentant 500 photographies en couleur. Ce livre, en français et en anglais, qu’il a dédicacé ce samedi, reprend par chapitres les différents axes de la création de Paul Fouillen.

Publié le 22 septembre 2018 – Le Télégramme ©


Paul FouillenPaul Fouillen : Les Années HB Quimper / The HB Quimper Years (1922-1928)

par Tony Graviano (traduction Judy Datesman).

Edité et distribué par : jd etc – 224 pages (français et anglais)

ISBN 9782955134429 – 40 €

Plus d’informations sur le blog : paulfouillenhbquimper.blogspot.com

 

Suivez-nous sur :
error

Musée breton – Un collectionneur donateur en dédicace (le télégramme).

Créations de l’artiste Paul Fouillen données au Musée départemental breton par le collectionneur américain Tony Graviano.

Le collectionneur américain Tony Graviano a fait don de créations céramiques de l’artiste Paul Fouillen (1899-1958) au Musée départemental breton. Ces pièces seront montrées au public, dès ce samedi, dans la section des céramiques du musée. Par ailleurs, Tony Graviano présentera et dédicacera un livre qu’il consacre à Paul Fouillen, avec le concours de Judy Datesman, ce samedi, à partir de 14 h, au Musée breton.

Publié le 21 septembre 2018 – Le Télégramme ©

Suivez-nous sur :
error

Terres Sacrées Vierges et saints en faïence de Quimper d’Antoine Maigné (addendum).

Il y a près de 10 ans paraissait, au Musée de la Faïence, Terres Sacrées Vierges et saints en faïence de Quimper d’Antoine Maigné, membre du bureau de notre Association.

Antoine Maigné

Terres sacrées Vierges et saints en faïence de Quimper – éditions de la Reinette – 264 pages – ISBN : 978-2-913566-38-3

L’auteur a décidé, à l’occasion des dix ans de cette sortie, de rédiger un addendum à son ouvrage initial (à paraître début 2019).
A cette occasion, après un retour sur une décennie d’évènements dans le monde de la faïence quimpéroise, seront présentés des exemplaires de modèles connus mais présentant un intérêt réel (décor, polychromie, marque…) mais aussi, et surtout, des modèles non connus à l’époque.

Antoine Maigné
Amis collectionneurs, si vous possédez une ou plusieurs statuettes rentrant dans ces deux catégories, Antoine Maigné vous lance un appel. Merci de lui transmettre des photos à l’adresse antoine@maigne.com ou de le joindre au 06 09 49 60 23.


La librairie Dialogues de Brest avait réalisé cet entretien d’Antoine Maigné à l’occasion de la sortie de son ouvrage en 2009.

5 questions posées à Antoine Maigné, à l’occasion de la sortie de son livre Terres sacrées Vierges et saints en faïence de Quimper.

Suivez-nous sur :
error