Matinée d’estimation et d’information, le samedi 7 août 2021.

Bernard Jules Verlingue
Bernard Jules Verlingue (expert en faïence de Quimper).

Le Musée de la Faïence de Quimper organise le samedi 7 août prochain, une matinée d’estimation et d’information.

M. Bernard Verlingue expert et directeur du Musée, estimera vos faïences de Quimper.

Il sera accompagné par les membres de notre association. Vous pourrez échanger avec nos adhérents lors de cette matinée.

Paul Camio et Jean-Paul Alayse
Paul Camio et Jean-Paul Alayse (Amis du Musée & de la Faïence de Quimper).

Attention, une réservation préalable est obligatoire pour obtenir un rendez-vous. Les places seront limitées. Vous pouvez dès à présent vous inscrire, en réservant auprès du Musée, au 02 98 90 12 72.

Cette journée conviviale est organisée par le Musée de la Faïence, avec le soutien de nos bénévoles, sur la présentation du billet d’entrée au Musée (5 €).

Adela meadows et Annic Constanty
Adela meadows et Annic Constanty (Amis du Musée & de la Faïence de Quimper).

Samedi 7 août 2021, 10h à 13h
Musée de la Faïence de Quimper (5 €)
14, rue Jean-Baptiste-Bousquet 29000 Quimper

N’hésitez pas à vous inscrire, nous vous attendons nombreux. Le port du masque est désormais la norme dans l’enceinte du Musée.

Association des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper ©

Faites estimer vos faïences le samedi 7 août à Quimper (Le Télégramme).

Le samedi 7 août, le Musée de la faïence organisera une matinée d’estimation des faïences, de 10 h à 13 h. Et c’est le conservateur, Bernard Verlingue, qui se chargera d’estimer les plus belles pièces. Les Amis du musée, de leur côté, donneront des informations complémentaires au public.

Robert Micheau-Vernez
Groupe en faïence polychrome. groupe de sonneurs. Robert Micheau-Vernez, Henriot Quimper.

Pratique :

Les estimations se feront normalement en extérieur. Du gel hydroalcoolique sera mis à disposition et le port du masque sera obligatoire. Réservation et prise de rendez-vous indispensables au tél. 02 98 90 12 72. Le Musée de la faïence se situe au 14, rue Jean-Baptiste Bousquet, à Quimper. Entrée : 5 €.

Publié le 27 juillet 2021 – Le Télégramme ©

Des trésors dans vos greniers : que vaut la faïence de Quimper ? (La Presse d’Armor).

De nombreuses familles en Bretagne possèdent de la faïence de Quimper. A-t-elle de la valeur ? Ça dépend…

Petit Breton
Petits Bretons et autres scènes de la vie quotidienne ornaient les assiettes destinées aux premiers touristes et avant tout à la décoration et non aux arts de la table.

Qui ne connaît pas les faïenceries de Quimper en Bretagne, leur vaisselle décorée « à la touche » caractéristique des manufactures de la capitale de Cornouaille.

Longtemps, des services ont été offerts en cadeau de mariage et chaque famille bretonne a reçu du Quimper en héritage.

Précieux ou pas ? Ça dépend…

le « populaire »

Le « Quimper », celui qui dort dans les buffets et qui est hérité de l’arrière-grand-mère, est-il chèrement estimé ?

Le Paimpolais Yann Le Bohec, spécialiste de l’art breton, douche tout de suite les fantasmes : « Le Quimper de tout un chacun est rarement de valeur ».

En règle générale, la vaisselle ne vaut pas grand-chose, en dehors de sa valeur affective.

C’est le Quimper dit « populaire » celui qui des XIXe et XXe siècles. Celui qui a été le plus produit donc le moins rare.

« Petits Bretons »

Celui aussi, qui nous est familier, avec ses « Petits Bretons », ses couples, ses coqs, ses scènes de la vie quotidienne… Il est signé HB, HR, HB Quimper, Henriot Quimper…

Ces assiettes et autres plats ne dépassent pas les 250 € mais et sont en général plus proches des 20 à 50 €.

Et encore, s’ils sont en bon état ce qui n’est parfois pas le cas : « Les manufactures vendaient aussi le second choix ».

Et d’ailleurs, contrairement à ce que l’on croit, la signature de la manufacture d’origine n’est pas du tout un gage de valeur.

Signature ou pas ?

Car les faïenceries de Quimper sont d’abord une appellation liée à plusieurs maisons qui se sont concurrencées, ont fusionné, se sont rachetées entre elles.

Les signatures ont varié au fil du temps, se sont imitées, ont même fait l’objet de procès… Jusqu’en 1991, où il n’est plus resté qu’une entreprise.

Toutefois, l’art de la faïence est ancien dans la capitale de Cornouaille et son quartier de Locmaria.

Les « primitifs »

Il remonte au XVIIIe siècle. Et si vous avez la chance de posséder un « primitif », il aura plus de valeur, jusqu’à 250 €.

Comment le reconnaître ? Il ne porte, déjà, aucune signature.

Porquier-Beau

Certaines réalisations du XIXe sont un peu plus recherchées, notamment celles de la créative maison Porquier-Beau.

Fondée en 1838, elle a cessé son activité en 1904 avant d’être rachetée par Henriot. Ses pièces portent une signature ressemblant à un trèfle à trois feuilles représentant, en fait, le P de Porquier mêlé au B de Beau.

De même, certains décors, édités de façon très limitée, à l’occasion d’événements historiques, peuvent atteindre de grosses cotes.

Peinteurs

Et si vous avez un peu de la chance, votre arrière-grand-mère vous a légué des pièces d’artistes.

Car, rappelle Yann Le Bohec, HB et Henriot étaient aussi des éditeurs.

À la fin du XIXè siècle, les faïenceries ont fait appel à des artistes pour agrémenter leurs services. Ces derniers fournissent un décor qui est ensuite reproduit pas les « peinteurs » de la manufacture.

signature
Au dos, la signature de la manufacture et le numéro du peinteur de la pièce.

Pièces d’artistes

Les pièces d’artistes les plus connues du grand public sont les services de Mathurin Méheut dits De la Mer et A la galette.

Les pièces de ces services, rares, sont activement recherchées par les collectionneurs.

Elles atteignent de fortes cotes, correspondant à celle de l’artiste qui en a réalisé les décors. Elles sont signées de son nom ou de son monogramme.

« Mais attention, prévient Yann Le Bohec, pour avoir de la valeur, le décor de ses pièces doit être d’époque et non une reproduction tardive ».

mystérieux n° 145
Petite anecdote, à l’arrière des pièces du début du XXe siècle, figure un numéro, c’est celui de la petite main qui reproduisait le décor. Et il se trouve que le « peinteur » ou la « peinteuse » n°145 », resté anonyme, était réputé. Seul indice, il peignait dans les années 20-30.

Statuaire

Enfin, le « Quimper » ne se limite pas à la vaisselle. Dès l’origine, les manufactures proposent de la statuaire.

Au début essentiellement religieuse, avec beaucoup de Vierges à l’enfant. Là encore, les primitifs sont recherchés, même légèrement imparfaits.

Les faïenceries ont aussi fait appel aux artistes dans ce domaine. Et là encore, les cotes peuvent s’envoler. Le Nominoë sur son cheval de René-Yves Creston, faïence polychrome de 35 cm de la manufacture Henriot (1930), a été estimé entre 4000 et 5000 € en 2019.

Publié le 13/052021 par Magali Lelchat – La Presse d’Armor ©

Journée d’information et de conseil 2019 (Tébéo).

Le reportage est consacré à notre journée d’information et de conseil du samedi 10 août 2019, au Musée de la Faïence de Quimper.

Publié le 13 août 2019 par Julie Sicot – l’instant été, Tébéo ©

Au musée de la Faïence, on a « remis les pendules à l’heure » (Ouest-France).

Les Amis du Musée et de la Faïence de Quimper.
En l’absence de Bernard Verlingue, des photos des pièces ont été prises.

Une assiette, un vase, une statue : il y a eu de tout, ce samedi 10 août 2019, entre les mains des Amis du musée de la Faïence de Quimper (Finistère).

C’est un rendez-vous couru, chaque mois d’août, depuis des années : la matinée d’estimation au musée de la Faïence de Quimper (Finistère). Elle permet à tout un chacun, disposant d’une pièce de faïence, de rencontrer des Amis du musée ayant des connaissances dans le domaine.

Pas d’estimation cette année

Habituellement, le prix de chaque pièce est estimé. « Cette année, en l’absence de Bernard Verlingue, le conservateur du musée, il n’y a pas d’estimation. Si une pièce a de la valeur, nous la prenons en photo et la montrerons à M. Verlingue à son retour », indique Jérémy Varoquier, l’assistant du conservateur du musée.

Ce samedi 10 août, une trentaine de personnes – principalement des Quimpérois (mais aussi une personne venue de Charente-Maritime) – s’est présentée aux Amis du musée. La plupart ont présenté aux experts en faïences « des pièces familiales, sentimentales, qui ont finalement peu de valeur pécuniaire. Rencontrer des experts, cela peut permettre de remettre les pendules à l’heure », poursuit Jérémy Varoquier.

Publié le 11 août 2019 – Ouest-France ©