De belles surprises lors de la matinée d’estimation du musée de la faïence de Quimper (Ouest-France).

Samedi 6 août 2022, le Musée de la faïence de Quimper (Finistère) et l’association des Amis du musée ont organisé une matinée d’estimation. Elle a accueilli beaucoup de monde et a révélé quelques trésors.

Estimations août 2022
Matinée d’estimation de la faïence à Quimper (Finistère), deux pièces de Micheau-Vernez, danseurs et sonneurs sur la table d’expertise de Bernard Verlingue.

Chacun un carton ou un sac de courses en main, ils étaient là pour proposer leurs faïences de Quimper (Finistère) aux connaisseurs que sont les Amis du Musée, samedi 6 août 2022. Ces derniers faisaient un premier tri et dirigeaient les détenteurs des plus belles pièces vers la table où Bernard Verlingue, expert et conservateur du Musée de la faïence de Locmaria, opérait.

« C’est mon Noël ! Et en plus, ce sont les gens qui m’ouvrent les cadeaux ! » Ce fin connaisseur prend un réel plaisir à expliquer la provenance, les techniques de création et l’historique de l’artiste à chaque personne assise devant lui. On l’écoute respectueusement et l’estimation financière n’en devient qu’accessoire.

Estimations août 2022
Bernard Verlingue, expert et conservateur du Musée de la faïence de Quimper (Finistère), estimant une croix funéraire peu courante.

Découvrir l’histoire des faïences

Quelques surprises parmi les faïences présentées : une croix décorée de fleurs en relief, un art funéraire très important après la Première Guerre mondiale. « Les fleurs étaient moulées à la main, par des ouvrières que l’on appelait des pleureuses », précise Bernard Verlingue.

Estimations août 2022
Une très belle faïence de Micheau-Vernez, en parfait état, entre les mains de l’expert Bernard Verlingue.

Des vases Odetta, une chouette de Taburet, du Jean Caër, du Porquier, des danseurs et sonneurs de Micheau-Vernez, du service de table plus classique HB ou Keraluc… Le spécialiste a vu les pièces défiler.

Une Mam Goz estimée à 2 500 € minimum

Parmi les pièces, on compte également un buste de Laënnec de Georges Robin, offert en prix d’excellence à un élève du Likès, en 1934, et une superbe Mam Goz du Faouët de l’artiste L.H. Nicot. Une pièce très rare et en excellent état, datant des années 1930, qui a été estimée à 2 500 € minimum. « Elle a été offerte à mon père pour sa communion dans les années 1940 « , raconte la propriétaire.

Estimations août 2022
Une Vierge portant un enfant, datant du XVIIIe : l’une des jolies surprises de cette matinée d’estimation du Musée de la faïence de Quimper (Finistère).

La belle histoire du jour a aussi la première à se présenter, ce samedi 6 août 2022, dès 10 h. Marie-Thérèse Marzin possède une faïence qu’elle a toujours, du plus loin qu’elle se souvienne, vue dans la maison familiale. Il s’agit d’une Vierge portant l’enfant, avec l’inscription « Notre-Dame-des-Carmes » sur le socle. C’est son grand-père qui, labourant son champ, dans les années 1930, déterre cette Vierge. Quelle récolte !

Des pièces transmises de génération en génération

Une faïence datée par Bernard Verlingue du XVIIIe siècle. « Pendant la Révolution, les gens cachaient et enterraient les symboles religieux face au régime de la Terreur « , relaie Marie-Thérèse Marzin, d’après les explications de l’expert.

Cette séance d’estimation a été un succès, tant par l’affluence que par les trésors vus ce jour, démontrant, si on en doutait, que la faïence de Quimper a toujours la cote.

Publié le 7 août 2022 – Ouest-France ©

Succès pour l’exposition ESPRITS DE FAÏENCE – 15 680 visiteurs.

15 680 visiteurs ont pu découvrir, entre juillet et début novembre, les 87 statuettes sélectionnées par Antoine Maigné.

Les vierges à l’enfant Intron Varya Ros Peden

Une belle promotion pour la faïence de Quimper – Locmaria qui a permis de toucher un large public et d’étendre la notoriété des productions des bords de l’Odet.

Antoine Maigné en dédicace sur notre stand, lors du Salon Antiquités Brocante Design de Quimper.

Quelques pièces du Musée de la Faïence étaient bien sûr présentes et le livret de l’exposition reste disponible au Musée.

Couverture du livret "Esprits de Faïence".
Le livret « Esprits de Faïence » – 8 €.

Merci à tous les visiteurs qui ont contribué à cette belle réussite.

Association des Amis du Musée & de la Faïence de Quimper ©

Belle affluence pour l’exposition Esprits de Faïence !

Esprits de Faïence
Photographie Jérémy Varoquier.

Le cap symbolique des 10 000 entrées vient d’être franchi, ce 20 août dernier, pour l’exposition consacrée aux Vierges et saints en faïence de Quimper, dans le cloître de Sainte-Anne-d’Auray.

Fruit du partenariat entre l’Académie de Musique et d’Arts Sacrés et Antoine Maigné, membre de notre association, elle permet de toucher un public nouveau et participe ainsi à la promotion de la faïence de Quimper sous les cieux morbihannais.

Le Musée de la faïence de Quimper participe bien sûr à l’événement.

Rappelons que l’exposition courre jusqu’au 7 novembre prochain et qu’à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, l’artiste Patrice Cudennec (faïences, peintures, vitraux, textiles…) sera présent le 19 septembre pour partager son expérience et ses créations.

L’entrée est libre, la participation étant laissée à l’appréciation de chacun. Un livret de 60 pages a également été édité.

Toujours dans le cloître, c’est aussi l’occasion de découvrir simultanément les vitrines du trésor, alimentées par les dons depuis des siècles, et l’exposition permanente consacrée à l’histoire du sanctuaire.
Trois expositions en une !

Ouvert tous les jours (10h30 – 13h00 et 14h30 – 18h00) jusqu’au 19 septembre.
Puis, du 21 septembre au 7 novembre, tous les jours sauf le lundi, de 14h30 à 18h00
Le cloître est situé derrière la basilique
.

Antoine Maigné ©

Esprits de Faïence – une exposition à la galerie du Cloître de sainte-Anne d’Auray (Le Télégramme).

Jusqu’au 7 novembre, la galerie du cloître de Sainte Anne d’Auray accueille l’exposition « Esprits de Faïences. Vierge et saints de Quimper ».

Vernissage exposition Sainte-Anne-d'Auray
De nombreux visiteurs sont venus découvrir, en avant-première, l’exposition.

Vendredi soir, lors de l’inauguration, la visite était guidée par Antoine Maigné, le commissaire de l’exposition. L’occasion pour ce dernier d’expliquer qu’un trésor se cache dans les collections de Sainte-Anne. Une des premières faïences sacrées de Quimper. Datée de 1733, cette Vierge à l’Enfant et sa presque jumelle feront découvrir au public une facette peu connue de cet art breton.

Près de 80 œuvres exposées

Les visiteurs de cette première heure ont ainsi appris par le guide que la faïence quimpéroise est d’abord utilitaire (bois, assiettes, plats, cruches, pipes), née au début du XVIIIe siècle, puis très vite, les vierges, des saintes et des saints sont demandés aux artisans de la manufacture. Inspirées des œuvres monumentales des églises, calvaires et fontaines du pays breton, ces statuettes de petites dimensions s’installent dans l’intimité des maisons et offre protection à leurs habitants.

Près de 80 œuvres, de formes anciennes aux créations les plus contemporaines explorent l’histoire, les usages et les secrets de fabrication de faïence sacrée de Quimper. Un parcours inédit conçu par le collectionneur et spécialiste Antoine Maigné. Autour de l’expo, un film documentaire dévoile la fabrication des faïences de Quimper. Un parcours est également prévu pour les enfants.

Pratique : Exposition du 3 juillet au 7 novembre. Du 3 juillet au 19 septembre : Ouvert tous les jours de 10 h à 13 h et de 14 h 30 à 18 h. Du 21 septembre au 7 novembre : ouvert tous les jours sauf le lundi. Libre participation. Galerie du cloître : accès par le cloître derrière la basilique. Visite guidée par Antoine Maigné les 23 juillet et 5 août à 16 h 30.

Publié le 04/07/2021 – Le Télégramme ©

Le cloître de Sainte-Anne d’Auray sera cet été l’écrin des faïences sacrées de Quimper (Le Télegramme).

Louis La Rosse
Vierges à l’Enfant, années 1730 (1733), Manufacture Pierre Bousquet, signées Louis La Rosse, coll particulière et Association diocésaine Vannes SAA.

Ce sera la belle exposition de l’année à Sainte-Anne d’Auray. Intitulé « Esprits de faïence », ce rendez-vous artistique propose de remonter le temps à travers 80 statuaires sacrées en Quimper.

Montée avec la complicité d’Antoine Maigné, spécialiste et collectionneur passionné, cette exposition autour des saintes et des saints bretons aurait dû être l’évènement de l’été dernier. Mais l’Académie de musique et d’arts sacrés avait dû y renoncer en raison de la crise sanitaire. C’est donc avec une immense joie que le cloître de la basilique de Sainte-Anne-d’Auray accueillera cette année ce superbe rendez-vous avec la faïence de Quimper.

Inscrits dans le quotidien des Bretons depuis plusieurs siècles, Anne, Marie, Malo, Corentin, Efflam et bien d’autres… témoignent d’une foi profonde ancrée dans la tradition populaire à travers un riche patrimoine. Qu’ils soient saints locaux ou fondateurs, leurs effigies accompagnent les Bretons sur les chemins, les calvaires, les fontaines, mais aussi dans les foyers où ils trouvent généralement une niche pour les accueillir.

Petits saints
Petits saints et saintes dits de lit-clos, de 1930 à 1960, HB, Henriot et Keraluc, collection particulière.

Pièces rares

Auteur d’ouvrages sur la faïence sacrée de Quimper, Antoine Maigné a prêté son concours et des pièces de sa collection privée pour monter cette exposition qui s’appuie également sur plus d’une cinquantaine d’objets de la réserve du sanctuaire jamais présentés. Des pièces rares, inédites. « Cette exposition sera l’occasion de présenter des statuettes rares notamment deux « Vierge à l’Enfant », œuvres remarquables quasi identiques, signées Louis La Rosse, datées de 1733 et considérées comme les plus anciennes connues à ce jour, issues de la faïencerie de Locmaria à Quimper », souligne Xsandra Gérardin, chargée de communication et de médiation à l’Académie de musique et d’arts sacrés.

Parmi les pièces phares « Itron Varia Breiz Izel » (« Notre-Dame de Bretagne ») de Robert Micheau-Vernez et son Enfant Jésus jouant du biniou, une œuvre insolite de Robert Micheau-Vernez qui déclencha une certaine désapprobation des puristes.

Xsandra Gerardin
Xsandra Gérardin supervise actuellement le montage de l’exposition.

Chronologie

Un parcours chronologique sera proposé au visiteur qui découvrira les différentes périodes de fabrication des pièces de faïence. Il pourra se repérer grâce à deux grands panneaux explicatifs remontant le temps de la manufacture de la Grande Maison en 1699 aux créations contemporaines. Ponctuée par différents modèles de statuettes dont la taille varie de 4,4 cm pour la plus petite à plus d’un mètre pour la plus grande, l’exposition nous apprend la signification des objets et leurs destinations en fonction de leur dimension. Vierge d’accouchée dans laquelle on glissait une bougie, saint de lit clos pour protéger le foyer, sculpture décorative de plus grande taille. Elles nous dévoileront également le nom des grands créateurs des manufactures quimpéroises comme René Quillivic, Fanch Caujan, Anie Mouroux, Emile Jules Bachelet, Armel Beaufils…

Émile-Just Bachelet
Pietà, Émile-Just Bachelet, vers 1925, Henriot, collection particulière.

Pédagogie

Comme lors de la dernière exposition en 2019, ce rendez-vous aura une dimension pédagogique et permettra de découvrir cet art sacré, « que l’on ne met pas toujours en valeur », en présentant les différentes étapes de la fabrication d’une statuette en faïence et en visionnant un film d’époque datant de 1957… provenant des archives de la cinémathèque de Bretagne : un documentaire encore étonnamment d’actualité. Preuve que les traditions se transmettent depuis des siècles.

Pratique : Exposition du 3 juillet au 7 novembre, dans la Galerie du Cloître de Sainte-Anne-d’Auray.

Publié le 30/05/2021 par Véronique Le Bagousse – Le Télégramme ©