René Quéré, peintre de la mer et des marins, est décédé (Ouest-France).

Il est né et vivait dans le Finistère. L’artiste peintre René Queré est décédé, à l’âge de 89 ans, dans la nuit du 16 au 17 août 2021. Il est notamment connu pour ses peintures immortalisant la mer.

René Quéré
Affiche en couleurs « Douarnenez juin 1980 – 2e mois de la mer », de René Quéré.

Le bleu et la mer sont indissociables de l’œuvre de René Queré. Né à Ploaré (commune depuis rattachée à Douarnenez) le 26 mai 1932, René Queré est décédé à l’âge de 89 ans, dans la nuit du 16 au 17 août 2021. Le peintre était aussi illustrateur et céramiste.

René Quéré - Yvain
Également céramiste, René Quéré a esquissé le portrait de son ami artiste Paul Yvain.

Il avait étudié les beaux-arts à Quimper au début des années 1950. Dans cette même ville, il avait aussi fréquenté la faïencerie Keraluc « à l’invitation de deux de ses professeurs, Jos le Corre et Pierre Toulhouat », est-il rappelé dans le catalogue de l’exposition Keraluc, une faïencerie au service des artistes. Il a notamment exposé en Bretagne, à Paris, en Belgique et en Allemagne. À Quimper, plusieurs de ses œuvres font partie des collections du musée des Beaux-Arts, du Musée départemental breton et du Musée de la faïence.

René Quéré
Une des œuvres de l’artiste peintre René Quéré, qui a immortalisé les couturières d’Armor-lux à Quimper (Finistère).

De son œuvre, ressort « le côté humain ». « C’était aussi un peintre libre, dont l’univers allait au-delà du monde maritime. Certaines de ses œuvres tendaient vers l’abstrait », salue Philippe Théallet, de la galerie éponyme à Quimper.

Une cérémonie religieuse sera célébrée samedi 21 août 2021, à 10 h 30, en l’église Saint-Joseph à Tréboul à Douarnenez.

Publié le 18 août 2021 par Rose-Marie Duguen – Ouest-France ©

Parution de la 49ème Gazette de l’association.

La seconde gazette des Amis de l’année, vient de paraître ! Nos adhérents recevront très prochainement ce bulletin.

Un dossier spécial est consacré à la thématique des animaux du ciel et de la terre, chez Keraluc.
On retrouve également un article sur les transformations au Musée de la Faïence de Quimper.
Enfin, ce numéro s’achève sur l’évocation de l’application de l’or à manufacture HB et une présentation de l’exposition « Esprits de Faïence » à Sainte-Anne-d’Auray.
Le suivi rédactionnel de la Gazette est assuré par Philippe Théallet et Antoine Maigné.

Gazette des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper n°49 (2ème semestre 2021).
Couverture de la 49ème gazette des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper

Vous pouvez consulter le sommaire à partir de ce lien.

Amis du Musée & de la Faïence de Quimper © – 2021.

Bulletin d’information de l’association « Faïences de Quimper 1690-1990 » n°5 – Juin 1990.

René-Yves Creston

Brochure de 8 pages (noir et blanc).

Sommaire :

  • Après les lampionsPierre Toulhoat (p 1 à 2).
  • Les artistes Seiz Breur (Jeanne MALIVEL, Jorj ROBIN, René-Yves CRESTON, Jules-Charles Le BOZEC, James BOUILLE, Robert MICHEAU-VERNEZ et Xavier de LANGLAIS)J.R ROTTE (p 3 à 6).
  • Assemblée générale du 8 juillet 1990 – Convocation (p 7).
  • Allocution prononcée lors de l’inauguration de l’exposition « Quimper, 3 siècles de faïences », le 5 mai 1990 Jos Le GRAND – Président de l’Association Faïences de Quimper 1690-1990 (p 8).

Télécharger le document

Association « Faïences de Quimper 1690-1990 » ©

Coup de projecteur sur la manufacture Keraluc au musée de la faïence de Quimper (Côté Quimper).

Le musée de la faïence, à Quimper, consacre son exposition temporaire à la faïencerie Keraluc, créée en 1946 par Victor Lucas. De nombreuses pièces inédites sont présentées.

Jérémy Varoquier - René Quéré
Jérémy Varoquier, assistant principal du musée de la faïence, devant des œuvres de René Quéré.

À Quimper, le musée de la faïence a pu rouvrir avec le déconfinement. Il consacre actuellement une exposition à la faïencerie Keraluc.

Victor Lucas en avait longtemps rêvé. En 1946, il a pu enfin créer sa propre manufacture de faïence, Keraluc, sur la colline du Frugy, proche de Locmaria, quartier des faïenciers de Quimper.

Ingénieur céramiste, artiste, enseignant, Victor Lucas a travaillé 17 ans pour la manufacture Henriot puis 4 ans à la faïencerie de la maison HB. Il a participé, à la Libération, à la reconstruction de l’industrie céramique. Mais avec toujours le projet de créer sa propre entreprise.

Il a cherché à se démarquer des autres manufactures et a délaissé l’édition de pièces pour offrir aux artistes collaborant avec Keraluc, la possibilité de créer eux-mêmes les œuvres qu’ils imaginaient. Il leur a ouvert son atelier et leur a apporté les conseils techniques et artistiques nécessaires à la réalisation de leurs pièces.

En soutien aux artistes novateurs

Désireux de soutenir ces artistes novateurs, il assurait la commercialisation de leurs productions. Une aubaine pour ces artistes qui n’avaient qu’à penser à leur travail de création. Victor Lucas a veillé sur ces artistes, les conseillant, les encourageant dans leurs créations, leur permettant d’évoluer, de se renouveler sans cesse.

L’exposition présentée au musée de la faïence met en valeur la première génération d’artistes de Keraluc.

Jérémy Varoquier, assistant principal du musée, précise :

« Les pièces que ces artistes ont réalisées font date dans l’histoire de la faïence de Quimper. Yvain, Xavier Krebs, Pierre Toulhoat, Jos Le Corre, André L’Helguen et René Quéré ont trouvé chez Keraluc un moyen d’expression qu’ils ont su transcender et transposer à leur image en toute liberté ».

De nombreuses pièces uniques, jamais montrées, sont exposées. Comme cette série réalisée par Victor Lucas, La descente de l’Odet. Onze bas-reliefs polychromes en faïence chamottée. Une bande dessinée de cases modelées de 40 x 40 cm qui raconte l’histoire de la rivière Odet, de sa source à Saint-Goazec jusqu’à la plage de Bénodet.

Victor Lucas
Deux des onze carreaux de La descente de l’Odet signée Victor Lucas.

Le travail de Xavier Krebs

Une part importante de l’exposition du musée est consacrée au peintre Xavier Krebs. Ses premières pièces sont plutôt graphiques. « Il suit une thématique suggérant des éléments figuratifs issus d’un environnement maritime qui lui est familier ».

Ses œuvres deviennent au fil du temps techniquement de plus en plus élaborées et maîtrisées, exploitant les nombreux aspects offerts par la céramique. Son travail s’est très vite tourné vers l’abstraction. Xavier Krebs est reconnu comme un céramiste important du mouvement abstrait de l’après-guerre.

Xavier Krebs
Xavier Krebs s’est vite tourné vers l’abstraction.

Infos pratiques :
Jusqu’au 26 septembre 2020 au musée de la faïence de Quimper,
14 rue Jean-Baptiste-Bousquet. Tél. 02 98 90 12 72.
Ouvert du lundi au samedi de 10 h à 18 h.
Entrée : 5 euros.
Visite guidée le samedi à 15 h 30 pour 6 personnes maximum. Se renseigner auprès du musée. Plusieurs visites peuvent être organisées.

Publié le 21 Mai 2020 par Sylvie Béchet – Côté Quimper ©

Le Musée de la faïence, le premier à rouvrir (le Télégramme).

Considéré comme « petit musée », le Musée de la faïence a pu rouvrir ses portes, lundi, à Quimper. Avec une exposition temporaire consacrée à la faïencerie Keraluc.

Jérémy Varoquier
Jérémy Varoquier, devant des œuvres de Xavier Krebs.

Qu’est-ce qu’un petit musée ? Aucun critère précis n’est vraiment défini. « On imagine un musée de dimension locale, ne dépassant par une certaine fréquentation, avec une équipe réduite et des dimensions adaptées aux mesures sanitaires », lance Jérémy Varoquier, assistant principal du Musée de la faïence. Quand le Premier ministre a annoncé le 28 avril que les « petits musées » pourraient rouvrir dès le 11 mai, l’établissement de Locmaria a jugé le pari jouable. « Tout était prêt, il fallait mettre en place des mesures que le préfet a validées jeudi dernier », indique Jérémy Varoquier qui, pendant le confinement, espérait plutôt un redémarrage en juin.

Masque obligatoire, parcours en sens unique pour éviter tout croisement, jauge maximale de 60 personnes, respect des distances et gel à l’entrée : le musée a pu sans mal mettre en place les conditions d’une réouverture. « On se doutait qu’il n’y aurait pas grand monde dans un premier temps, mais après des semaines consacrées à la gestion courante et aux annulations de groupes, il fallait que ça reparte », explique l’assistant principal.

Peu de visibilité, donc, sur la saison qui débute et doit durer jusqu’à la fin septembre. Elle pourrait se prolonger, si les réservations s’annoncent pour l’automne. Tous ces visiteurs sont jusqu’à nouvel ordre privés de la visite des ateliers de la faïencerie Henriot, pour une protection bien compréhensible des salariés.

Keraluc et ses artistes libres

Ce qu’ils pourront découvrir, en revanche, c’est la nouvelle exposition temporaire, « Keraluc, une faïencerie au service des artistes ». Créée en 1946 sur la montée du Frugy par l’ingénieur céramiste Victor Lucas, et active jusqu’en 1983, Keraluc se démarquait par la liberté totale laissée aux artistes. L’expo permet, à travers des pièces uniques et souvent inédites, de se plonger dans les créations d’Yvain, Jos Le Corre, André L’Helguen, René Quéré, Pierre Toulhoat et Xavier Krebs. De ce dernier, on voit le passage du figuratif à l’abstraction sur les céramiques, lui qui deviendra l’un des plus grands peintres abstraits de l’après-guerre. Une pièce est dédiée au travail de Victor Lucas lui-même, dont un échiquier géant jamais exposé depuis… 1949. « Les collections privées sont mises en avant dans cette exposition, qui réveillera les souvenirs de ce qui ont connu le style Keraluc », promet Jérémy Varoquier.

Pratique :
Ouvert du lundi au samedi de 10 h à 18 h sans interruption. Visite adulte : 5 €. Tél. : 02 98 90 12 72.

Publié le 16 mai 2020 par Rodolphe Pochet – Le Télégramme ©