La Grande Vigne faite Maison des illustres (Ouest-France).

La demeure de l’artiste Yvonne Jean-Haffen, située au port de Dinan, vient de recevoir le label du ministère de la culture.

La Grande Vigne à Dinan.
La Grande Vigne, la maison d’Yvonne Jean-Haffen, au port de Dinan.

Créé par le ministère de la Culture en 2011, le label Maisons des illustres avait déjà été attribué à quatre lieux du secteur : le manoir de Limoëlou, près de Saint-Malo, qui abrite le musée Jacques-Cartier ; le château de Combour, sur les traces de Chateaubriand ; la maison de Louis Guilloux à Saint-Brieuc ; et la villa Les Rhumbs, à Granville, qui abrite le musée Christian-Dior.
La Grande Vigne, la maison que l’artiste peintre Yvonne Jean-Haffen (1895-1993) a léguée à la Ville de Dinan, vient de l’obtenir à son tour.
Ce label signale des lieux dont la vocation est de conserver et transmettre la mémoire de femmes et d’hommes qui se sont illustrés dans l’histoire politique, sociale et culturelle de la France. À ce jour, le réseau compte 230 Maisons des illustres, dont quelques-unes à l’étranger.
Attribué pour une durée de cinq ans, renouvelable, il constitue une reconnaissance officielle de l’intérêt patrimonial du lieu, qui se doit d’être ouvert au moins quarante jours par an.
La Grande Vigne, qui abrite aujourd’hui un musée consacré à Yvonne Jean-Haffen, répondait parfaitement aux critères définis par le label.
Elle sera désormais mentionnée dans les documents diffusés par le ministère de la Culture. Celui-ci pourra, par ailleurs, aider à monter des dossiers de demandes de soutiens financiers européens.
La maison prépare déjà l’exposition de l’été 2019 :  » Je vous le dessine par la Poste « . Elle explorera la correspondance de Mathurin Méheut à Yvonne Jean-Haffen.

Publié le 29-30/12/2018 – Ouest-France©


Retrouvez le reportage consacré par France 3 Bretagne : « À Dinan, la maison de l’artiste Yvonne Jean-Haffen se visite ».

Suivez-nous sur :

Une collection de faïences Henriot… allemande au Musée 39-45.

Une collection de faïences Henriot… allemande au Musée 39-45 (Le Petit Bleu).

Acquises auprès d’un particulier, il s’agit d’une quinzaine de pièces en faïence de Quimper vendues aux soldats allemands installés en Bretagne et d’une grande valeur.

faïence de Quimper 39-45.

Éric Pasturel et une partie des faïences Henriot de la 2e guerre mondiale. (Le Petit Bleu des Côtes-d’Armor).

« Durant l’Occupation, les faïences Henriot de Quimper, réquisitionnées, produisent pour la Luftwaffe (armée de l’Air) ou la Kriegsmarine (Marine), des articles en vente dans les foyers (Soldatenheim), notamment à l’occasion des fêtes de Noël » explique Eric Pasturel, gérant du musée, à Dinan.
« Datés de 1941 à 1943, ces assiettes, plats et autre chope à bière sont des pièces rares, et étaient dans les mains d’aviateurs, de marins et de sous-mariniers », ajoute le collectionneur.

Près de 5 000 visiteurs en 2017

Le musée 39-45 n’en finit pas de s’enrichir et dépasse aujourd’hui les 10 000 pièces très variées. Une aubaine pour les amateurs de cette époque, qui viennent de tout l’Hexagone mais aussi de l’Europe, voire de Russie, le visiter. Près de 5 000 sont venus admirer les collections du musée l’an passé.

« Le musée est connu au-delà des frontières puisque je travaille en partenariat avec un Tour operator allemand, et que des pièces du musée sont répertoriées sur des sites de passionnés en Russie ! ».

Pratique : Musée 39-45, rue du Pont de la Haye à Dinan-Léhon.

Publié le 2 Mai 2018 par la rédaction de Dinan – Le Petit Bleu ©


Musée 1939-1945. De nouvelles pièces de faïence datant de l’Occupation (le Télégramme).

faïence de Quimper 39-45.Le musée « 39-45 », rue du Pont-de-la-Haye, face à l’entrée de Saint-Jean-de-Dieu, à Léhon, vient d’enrichir sa collection de faïences de l’époque de l’occupation allemande. Datées de 1941 et 1942, ces pièces devenues très rares ont été fabriquées par les célèbres établissements Henriot de Quimper, réquisitionnés. Elles étaient mises en vente à l’époque dans les foyers de soldats de la Luftwaffe ou de la Kriegsmarine à l’occasion du « Noël de guerre ». Ces objets acquis auprès de particuliers viennent enrichir une collection de près de 10.000 objets, visibles tous les jours de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h.

Publié le 20 avril 2018 – Le Télégramme ©

Suivez-nous sur :

À Dinan, la maison de l’artiste Yvonne Jean-Haffen se visite (France 3 Bretagne).

La maison d’artiste de la Grande Vigne à Dinan surplombe la ville. La peintre Yvonne Jean-Haffen, amie de Mathurin Méheut y a vécu et travaillé. Le lieu est resté intact, rempli de ses œuvres et affaires personnelles.

La maison d’artiste de la Grande Vigne, à Dinan est aujourd’hui devenue un musée dédié à Yvonne Jean-Haffen, une artiste peintre alsacienne, devenue bretonne après sa rencontre avec Mathurin Méheut.

Perchée sur les hauteurs du port de Dinan, il est possible de la visiter tous les étés de mi-juin à fin septembre et de se replonger dans l’atmosphère d’une époque, grâce aux objets personnels de l’artiste, toujours présents.

la Grande Vigne à Dinan

La maison d’artiste de la Grande Vigne appartenait au peintre Yvonne Jean-Haffen – France 3 Bretagne

Une rencontre déterminante

Yvonne Jean-Haffen vit d’abord à Paris. En 1925, elle rencontre Mathurin Méheut, ce qui bouleversera sa vie. Elle devient l’élève, la collaboratrice, l’amie du peintre breton. Elle va adopter le style Méheut et s’installer en Bretagne. Même si elle vit dans l’ombre du maître, elle possède de multiples talents à la fois graveuse céramiste et décoratrice. À la fin de sa vie, elle aura réalisé près de 5000 œuvres, dont elle décidé de faire une donation à la municipalité de Dinan, à la condition de faire de sa maison un musée.

Publié le 28/01/2018 par Catherine Carlier avec E.C – © France 3 Bretagne.

Suivez-nous sur :

Jeanne Malivel, pionnière de l’art moderne breton.

L’exposition thématique de l’année 2018 du Musée de la Faïence de Quimper sera consacrée à l’artiste Jeanne Malivel du lundi 16 avril au samedi 29 septembre 2018.


Jeanne Malivel (1895-1926)

Autoportrait de l’artiste Jeanne Malivel (1895-1926).

Jeune femme sympathique, vive et passionnée, Jeanne Malivel (1895-1926) consacra sa brève carrière à la rénovation des arts appliqués de sa Bretagne.

Gravure sur bois, broderie, mobilier, faïence, vitrail, objets du quotidien, cette touche-à-tout offrit son talent à la création d’une dynamique qui bouleversa la production artistique bretonne, alors trop académique et stéréotypée. Avec René-Yves et Suzanne Creston, elle fut le fer de lance de la création du groupe des Seiz Breur et de leur participation à l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes de 1925.

Sa vision ne se cantonna pas au simple exercice de son art. La modernisation des arts appliqués fut accompagnée d’une volonté de rendre les œuvres produites accessibles à toutes les bourses. Elle tenta, avec ses idées et ses commandes, de relancer l’artisanat autour de Loudéac en proie à l’émigration vers les villes comme tout le centre Bretagne. Fauchée par la maladie, en plein bonheur, à l’âge de 31 ans, elle restera la mère d’une nouvelle génération de créateurs.

Cette première exposition, menée avec la collaboration de l’association Jeanne Malivel et de la famille de l’artiste, présente l’ensemble des aspects de son œuvre. Quelques broderies inspirées des dessins de cette femme talentueuse, réalisées par les élèves de Pascal Jaouen, mettrons en lumière toute la modernité de son œuvre.

Rendez-vous le 16 avril !

Musée de la Faïence de Quimper © – 2017.


Dans le cadre de son émission « En flânant », Roger GICQUEL rencontre le Docteur Pierre-Anne CORDIER, neveu de Jeanne MALIVEL. Ils évoquent le souvenir de cette artiste bretonne issue du mouvement « Ar Seiz Breur » (le 15 avril 1995).


La maison d’artistes de la Grande vigne à Dinan a exposé cet été les oeuvres de Jeanne Malivel et d’Yvonne Jean-Haffen. Le magazine du conseil départemental des Côtes d’Armor lui a consacré un article sous le titre : « Pionnière du renouveau artistique breton ».

Vous pouvez télécharger l’article.

Pionnière du renouveau artistique breton(Côtes d’Armor magazine n°159 – Septembre/Octobre 2017 par Laurent Le Baut).


Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site des Amis de Jeanne Malivel (lien).

Suivez-nous sur :