Chapelle de la maison Saint-Yves à Saint-Brieuc (France 3 Bretagne).

La chapelle de la maison Saint-Yves à Saint-Brieuc est ouverte au public depuis quelques années. L’édifice est un joyau de l’art déco en Bretagne, avec la chapelle Saint-Joseph à Lannion.
Elle est décorée par des mosaïques d’Isidore Odorico (1893-1945) et des fresques du peintre Xavier de Langlais (1906-1975).
Il est à noter que l’émission en langue bretonne « Bali Breizh » rediffuse dimanche matin, le documentaire d’Anne Gouerou sur les héritiers des Seiz Breur, dont certaines scènes ont été tournées au Musée de la Faïence de Quimper (lien).

Publié le 29/01/2021 – France 3 Iroise ©

Disparition de Maurice Fouillen (1928-2020).

Aujourd’hui, nous avons appris avec tristesse le décès de Maurice Fouillen. Nous reproduisons quelques articles parus en 1990, lors des célébrations du tricentenaire à Quimper.


Paul et Maurice Fouillen

Maurice Fouillen
Maurice Fouillen (cliché ArMen).

Salut les artistes…

Si la qualité première d’un artiste est d’être imprévisible, Paul Fouillen en était un sacré ! Sa vie et son œuvre semblent n’être qu’une suite de pieds de nez à la logique, de fantaisies inspirées. Sa venue à Quimper, déjà. Il y est arrivé en 1920. Parce que ce Pontivien, ancien élève de l’école des Beaux-arts de Rennes aimait la musique et que la Lyre quimpéroise cherchait un flûtiste. Un peu comme ça se passe aujourd’hui dans les clubs de football, on chercha un emploi à cette nouvelle recrue. On lui en trouva un chez HB, dans la faïence.

Paul Fouillen
Sur cette vieille photo, on peut voir Paul Fouillen, à l’époque où il était chef décorateur chez HB.

Une discipline qu’il découvrait, mais qui lui permit d’exprimer ses talents de décorateurs. Il devint chef décorateurs. Et dès 1929, il créa sa propre entreprise, dans un petit atelier sur les bords de l’Odet, à l’ombre de la « Grande maison ». « C’est sa femme qui l’incita à se mettre à son compte », raconte Maurice Fouillen, son fils. Anna Patéour, chef-magasinier chez HB avait, elle, le sens pratique.

Maurice Fouillen
L’ancienne guinguette sur les bords de l’Odet.

Pas de four

Il lui en fallait pour suivre son artiste de mari ! Au début, par exemple, l’atelier ne pouvait fabriquer de la faïence, faute de… four. « Il n’a pu acheter son premier four qu’en 1948, lorsque sont apparus les premiers modèles fonctionnant à l’électricité. En attendant, mon père s’est lancé dans le travail du bois… »

Dans son atelier du Styvel, Maurice Fouillen garde précieusement quelques uns des meubles conçus et décorés par son père. Du mobilier pur style Arts-déco. Inutilisable, inclassable, mais débordant d’invention, d’originalité. « Mon père était avant tout un décorateur », explique Maurice Fouillen, qui évoque toujours avec beaucoup de tendresse et d’émotion ce père extraordinaire.

Maurice Fouillen

De la broderie

Avec son four électrique et le démarrage véritable de son atelier de faïence, en 1948, il allait donner libre cours à cette inspiration qui tranchait avec le style traditionnel des autres ateliers. « Venant d’une autre région, mon père avait été frappé par la richesse des costumes cornouaillais et de leurs motifs. Il trouvait cela beaucoup plus intéressant que les figurines habituelles. C’est ça qui est à l’origine de son style. C’était presque de la broderie… »

La sonnette d’entrée de l’atelier : « C’est la première chose que mit en place mon père lorsqu’il s’installa ! »

Il changea aussi les couleurs, adoptant des marrons que viennent éclairer des bleus d’une extraordinaire intensité. De temps à autre, les broderies laissaient place à des personnages, des portraits remplies de vie. « Comme les autres artistes de sa génération, Méheut ou Creston. Il se promenait toujours un crayon à la main, prêt à saisir des scènes quotidiennes que l’on retrouvait sur des assiettes, de meubles… »

Cette passion de la création, Paul Fouillen ne l’exprimait pas que dans son atelier. « Il était passionné de théâtre. En fait, il aurait voulu être décorateur. Il a même fondé une troupe à Quimper et écrit une opérette pour le plaisir d’avoir à concevoir des décors. » Sans parler d’un dessin animé et nombreuses peintures réalisées sur des carton d’emballage, dont certaines ornent encore les murs de l’atelier du Styvel. « Il est mort trop tôt. Juste au moment où, libéré du poids de son entreprise, il aurait pu donner libre cours à son inspiration. Il avait encore beaucoup de choses à donner. » Pouvait avancer, innover. Mais, bien sûr, il ne fallait pas dévier, il fallait qu’on puisse dire : « C’est du Fouillen ! ». Chez nous, on a toujours fait quelque concessions aux clients, mais jamais sur les décors. »

Paul & Maurice Fouillen
Affiche de l’exposition « Paul Fouillen faïencier quimpérois, Maurice Fouillen » en 2015.

Mais, au fait, c’est quoi du « Fouillen » ? « C’est une liberté de création, mais qui puise dans notre patrimoine celtique. A mon avis, l’Art-déco, c’est la vraie originalité du Quimper. Parce que les artistes qui le pratiquaient savaient s’inspirer de la tradition locale. Ce qu’ils faisaient ne pouvait être fait ailleurs. »

Mort en 1958, Paul Fouillen n’aura pas vécu la fin de son atelier, qui employa jusqu’à une vingtaine des personnes. Avant de fermer ses portes. Pas tout à fait, pourtant. Aujourd’hui, Maurice Fouillen continue, seul, à maintenir la tradition Fouillen. « J’ai commencé à travailler avec mon père en 1959. Je me souviens toujours de la première pièce qu’il m’a confiée. C’était un service à huîtres. Il me laissait ma liberté ».

Maurice Fouillen
Maurice Fouillen – Jeune bretonne debout (2001).

Des Fouillenistes fidèles

Ce style, en tout cas, les « Fouillenistes » savent le reconnaître. « Ce sont des collectionneurs, des gens qui suivent notre production, qui reviennent quatre ou cinq après avoir acheté une pièce, parce qu’ils savent qu’ils en trouveront d’autres qui ne seront différentes, avec un décor unique… »

C’est pour eux que Maurice Fouillen, à 61 ans, continue à cuire, à peindre, à travailler ses émaux. En recherchant l’inspiration dans les centaines de motifs créés par son père. Sans dévier, mais, aussi, sans copier.

Publié le 24/04/1990 par Jean LALLOUET – Ouest-France ©


Rencontre avec Maurice Fouillen – Deux traditions : quimpéroise et familiale

Maurice Fouillen
Maurice Fouillen présente une pièce unique exposée à Trévarez à Noël dernier, sur le bar fabriqué et décoré par son père et marqué par Charles Aznavour lui-même !

Faïence, un nom : Quimper. Une des trois grandes signatures : Fouillen.

En poussant la porte de l’atelier, cette ex-guinguette 1900 de la place du Styvel, qui servit de décors au film de Chabrol, « Les fantômes du Chapelier », la certitude s’empare aussitôt du visiteur : c’est un placement que de posséder un « Fouillen ». Héritier du talent de son père Paul, ex-chef décorateur chez HB et créateur de son entreprise, Maurice continue à satisfaire sa clientèle extrêmement demandeuse parmi les professionnels de la vente.

Déjà sur le « coup de l’été prochain », il décore vases, assiettes, plats et objets divers de son inspiration celtique aux couleurs profondes. Passionné par son métier, cet artiste véritable et modeste évoque cet autre grand artiste que fut son père et les différentes étapes qu’il dut franchir avant de monter enfin son premier four électrique en 1945. « Il a dû décorer différentes choses en verre, bois, cuir, etc ».

Certaines représentent une valeur inestimable, puisque sentimentale en plus de la formidable beauté. Charles Aznavour lui-même en fut pour ses… frais en se voyant refuser la vente d’un splendide meuble. Les arguments sonnants du comédien ne firent aucunement trébucher l’attachement à la mémoire paternelle de Maurice Fouillen.

Maurice Fouillen dans sa salle d'exposition.
Maurice Fouillen dans sa salle d’exposition.

Trois fois cent et trois fois vingt

Cette année, l’on fête le 60ème anniversaire d’un établissement fondé en 1929 et qui compta jusqu’à 18 salariés. Témoin d’une époque florissante et captivante qui se prolonge à l’échelle du toujours grand art, l’atelier Fouillen sera bien entendu représenté à sa juste valeur l’an prochain, à l’occasion de la célébration du tricentenaire de la faïencerie quimpéroise. Expo prévue, comme il se doit, au musée breton. Le pape Jean-Paul II y prêtera-t-il le vase issu de cet atelier et offert en 1981 par une congrégation de religieuses, qui en firent spécialement la commande.

Maurice Fouillen décorant un plat
Maurice Fouillen décorant un plat

Publié le 14/09/1989 – Le Télégramme ©

Faïence de Quimper – Le Télégramme & Ville de Quimper (2ème trimestre 1990).

Faïence de Quimper

Brochure de 20 pages (couleur, paginé)

Sommaire :

  • Sommaire (p 1).
  • L’accord d’un art d’un site et d’une ville (p 2).
  • Trois siècles de « Quimper » Robert Le GOFF (p 3).
  • HB-Henriot la grande tradition de Locmaria Robert Le GOFF (p 4).
  • Paul Janssens un Américain à QuimperRobert Le GOFF (p 5).
  • KERALUC la lutte pour la vieRobert Le GOFF (p 6).
  • Fouillen et TaburetRobert Le GOFF (p 7).
  • Peintre-céramiste Marie-Thérèse aime la liberté du « fleuri royal » Renaud CLECH (p 8).
  • Le jour ou les faïenceries ont fermé leurs portesMarcel QUIVIGER (p 9).
  • Faïence : les étapes de la fabrication (p 10 à 11).
  • L’art déco Alain Le POURHIET (p 12).
  • Le « Petit Breton » Alain Le POURHIET (p 13).
  • L’antiquité et son marchéAlain Le POURHIET (p 14).
  • La cote du Quimper (p 15).
  • Une pépinière d’artistes BretonsMarcel QUIVIGER (p 16 à 17).
  • Des « Quimper » pas comme les autres (p 18).
  • Biblio, expos… (p 19).

Télécharger le document

1990 – Ville de Quimper & le Télégramme ©

Ar Seiz Breur – The Wolfsonian.

Georges Robin.

L’université internationale Wolfsonian-Florida (The Wolfsonian-FIU) est située à Miami Beach, en Floride.

Il s’agit d’un musée, bibliothèque et centre de recherches. Ses collections comprennent environ 180 000 pièces, couvrant la période de 1885 à 1945.

On y retrouve de nombreux médiums, du mobilier, des céramiques, des objets de design industriel, des verreries, des livres, des périodiques, ainsi que des peintures et des œuvres sur papier, …

Les arts décoratifs européens sont un des points forts de la collection.

La conservatrice Lea Nickless proposait le 16 septembre dernier une conférence sur les collections bretonnes du musée et plus particulièrement sur le mouvement « Ar Seiz Breur » (les sept frères).

Elle passe en revue une sélection des collections importantes du Wolfsonian. On peut y admirer des meubles, des céramiques, des dessins, des gravures et des documents de bibliothèque.

Il s’agit sans doute d’une collection la plus importante hors de Bretagne, sur ce mouvement.

Plus d’informations sur le site internet du Wolfsonian : lien.

M. Tangui le Lonquer (Nozantika) est expert auprès de cette institution. Il est spécialiste des arts décoratifs en Bretagne et notamment du mouvement « Ar Seiz Breur ».

Galerie Nozantika à Fougères (35).

https://www.nozantika.com

Le 16/09/2020 par Lea Nickless – The Wolfsonian-FIU ©

Mouvement – Les Seiz Breur (Sorties de Secours).

LE CARTON VOYAGEUR, À BAUD, PARLE DES SEIZ BREUR DANS SON EXPOSITION PRINTEMPS-ÉTÉ. MÊME SI CERTAINS NE VONT RIEN APPRENDRE ICI, D’AUTRES DÉCOUVRIRONT PEUT-ÊTRE CE MOUVEMENT DONT NOUS AIMONS VRAIMENT BEAUCOUP CERTAINS ASPECTS. COURANT D’IDÉES AVANT TOUT, LES SEIZ BREUR ONT ABRITÉ DES ARTISTES DONT LES ŒUVRES NOUS PARLENT ET NOUS SÉDUISENT, RÉUNISSANT UNE VISION DE LA BRETAGNE DANS UN ESPRIT ESTHÉTIQUE ENTRE ART DÉCO ET BAUHAUS.

Xavier de Langlais.
Pont’n Abad, illustrateur Xavier de Langlais.

Daniel Le Couédic, spécialiste des Seiz Breur, a insisté dès le début de notre entretien avec lui : « Le terme Seiz Breur est devenu un cliché, comme une étiquette, mais en réalité leurs pratiques étaient très différentes, dans des disciplines très éloignées. C’est avant tout un courant d’idées qui réunissait ces artistes et ces intellectuels qui ont été partie prenante de la mutation de la Bretagne ». Ces idées – commençons par évacuer le sujet – se sont par la suite dirigées vers une dérive nationaliste pour certains, au sujet de laquelle les experts ne sont pas tous d’accord. Nous avons donc choisi de rester dans le champ plastique, où, même si on ne peut pas vraiment parler de collectif, influences et intentions portent un air de famille… Si nous aimons autant les Seiz Breur, c’est pour leur manière de mêler la tradition aux courants esthétiques qui agitaient le monde au début du vingtième siècle : Art déco, Arts & crafts, Bauhaus : « Une Bretagne de la modernité qui tenait compte du passé, dit Le Couédic, autant un mouvement d’idées qu’un mouvement artistique, qui se rapproche dans ce sens davantage du Bauhaus ». Visuellement, pourtant, certaines œuvres portent vraiment la patte de l’Art déco – « Les Seiz Breur ont été très imprégnés par l’Art déco, et l’ont presque précédé » – dans la présence du noir et blanc ou les lignes très géométriques, à commencer bien sûr par un chef d’œuvre, le splendide magasin Ty Kodaks, dessiné en 1933 par Olivier Mordrelle, aux courbes et aux lignes sublimes, sur les quais de l’Odet, à Quimper. Mordrelle ne faisait pas partie – d’après Le Couédic dans une interview donnée à Télérama – des Seiz Breur, mais son nom y a beaucoup été associé, et c’est surtout lui qui va cristalliser les dérives évoquées plus haut. A Bénodet, c’est l’incroyable villa blanche Ker Magdalena et sa tour démesurée que l’on ira voir : commanditée par Maurice Heitz-Boyer, médecin du pacha de Marrakech, à l’architecte de Rabat, Albert Laprade, en 1927, elle domine la promenade côtière.

Ar Seiz Breur. 1923-1947

René-Yves Creston.
René-Yves Creston, Nominoë – Musée départemental breton, Quimper

Ar Seiz Breur est créé en 1923 par Jeanne Malivel. Cette jeune artiste de Loudéac, prof à l’école des Beaux-arts de Rennes, n’a que 28 ans, mais elle croit très fort à un renouveau breton, affranchi des représentations folkloriques et kitsch – les « biniouseries » – et montre les motifs bretons d’une façon moderne. Elle va fédérer une soixantaine d’artistes, intellectuels et artisans, qui s’attaqueront à réinventer – parfois à plusieurs mains – l’esthétique bretonne dans tous les domaines : sculpture, gravure, mobilier, vaisselle… Joseph Savina, brillant sculpteur sur bois de Tréguier, collaborera avec Le Corbusier pendant de nombreuses années, le premier interprétant les dessins du second en sculptures, portant leur double signature (un signal fort, pour Le Corbu). Morvan Marchal, lui, est à l’origine du Gwenn ha du, le drapeau breton aux rayures noires et blanches, qui n’est donc pas venu du fond des âges, mais a été créé en 1925. Même origine pour le triskell, qui n’est pas plus breton que ça, mais, retravaillé par les Seiz breur, devient le symbole de la Bretagne. Mais là où sont les plus visibles les Seiz breur, c’est dans la faïence, vaisselle ou pièces en volume, décorées de formes géométriques souples (dents de scie, spirales, triskels, hermines, palmette, plume de paon…) portant notamment la patte de celui qui prendra le relais à la tête du mouvement après Jeanne Malivel, René-Yves Creston, qui magnifia une partie de la production de la faïencerie Henriot. Graphiquement, l’esthétique Seiz Breur s’est souvent saisie de la technique très reconnaissable de la gravure sur bois, donnant à leurs images imprimées, affiches ou publications, comme Kornog, « Revue illustrée des arts bretons », une esthétique très reconnaissable.

Kornog - René-Yves Creston.
Revue Kornog – Crédit : CRBC-UBO-Brest.

« C’étaient des gens informés, inscrits dans les mouvements de renaissance nationale, proche des Arts & Crafts ».Sensibilisés à la notion de fabrication artisanale, les Seiz Breur rejoignent ce courant né quelques années plus tôt en Angleterre, à la frontière de l’ethnologie – « Un mouvement aussi bien spirituel que mécanique dans le geste »,qui utilise des techniques traditionnelles et fait entrer l’art dans la maison en retravaillant les objets du quotidien à partir de matériaux bruts et de formes simples, une idée qui amènera à la naissance du design.

Publié par Isabelle Nivet – Sorties de Secours © – Avril 2019.

Informations pratiques : Le Carton voyageur – Musée de la carte postale – Le Quatro – 3 avenue Jean Moulin – 56150 Baud.

Cf. l’article du Télégramme du 21 janvier 2019.