Jeanne Malivel, une artiste dans la Grande Guerre (Ouest-France).

L’exposition « Vie de tranchée » a débuté lundi 5 novembre, à la mairie de Loudéac. Parmi les œuvres et objets de la Première Guerre mondiale exposés, des portraits de blessés, croqués par l’artiste loudéacienne Jeanne Malivel.

Jeanne Malivel

La couverture du recueil publié par les Amis de Jeanne Malivel, en vente lors l’exposition au tarif de 20 €.

En 1914, Jeanne Malivel (1895-1926) a 19 ans. Elle se porte volontaire pour devenir infirmière à l’hôpital auxiliaire « ouvert à Loudéac (Côtes-d’Armor), à l’école Sainte-Anne, dans l’atmosphère d’union sacrée de l’époque. C’est là qu’elle croque un certain nombre de blessés hospitalisés, de toutes les origines », explique Gwen Lecoin, présidente de l’association Les Amis de Jeanne Malivel et nièce de l’artiste.

Infirmière volontaire à Loudéac

Dans le cadre de l’exposition ouverte lundi 5 novembre 2018, à l’occasion du centenaire de l’Armistice, la municipalité a extrait quelques planches significatives d’un recueil édité par l’association.

« Il fallait du caractère et du dévouement pour être infirmière dans un hôpital de guerre, témoin de blessures abominables, auprès d’hommes gazés », analyse Daniel Le Couédic, professeur émérite à l’Institut de géoarchitecture de l’Université de Bretagne occidentale (UBO), à Brest.

« On voit apparaître, dans cette série de croquis et de bois gravés, à la fois son tempérament de jeune femme et son tempérament d’artiste, poursuit le spécialiste. Elle pense que, mieux que la photographie, mieux que le récit, la gravure va pouvoir exprimer le drame. Une conviction venue d’Europe centrale et partagée par de nombreux artistes. »

Gravures de Jeanne Malivel

Un croquis de Jeanne Malivel, l’une des œuvres exposées depuis le 5 novembre à la mairie de Loudéac.

Manifeste pour une Bretagne moderne

Vaisselle, mobilier, papiers peints… Jeanne Malivel et le mouvement Seiz Breur explorent de nouvelles formes dans le domaine des Arts décos et nourrissent le projet d’un « pavillon breton » pour l’Exposition internationale des arts décoratifs de 1925. Ils manifestent leur désir d’un ensemble harmonieux dans toutes les branches, qui soit « breton, moderne, populaire ».

« Au lendemain de la guerre de 1914, on ne donnait pas cher de la Bretagne, vous le voyez dans les vieilles cartes de géographie des salles de classe de l’époque : landes, blé noir, papier à cigarettes, observe Daniel Le Couédic. C’était un pays misérable et appelé à le demeurer. La Bretagne s’est véritablement réinventée en vingt ans, dans l’entre-deux-guerres. Et elle le doit à ses artistes et ses intellectuels. »

Discrédit jusqu’aux années 1970

Décédée à 31 ans, après une carrière fulgurante, l’artiste loudéacienne n’a pas bénéficié de la reconnaissance due. Pourquoi ?

« D’abord parce que tout ce qui avait été dans la mouvance d’une renaissance bretonne de l’entre-deux-guerres a fait l’objet d’un discrédit jusqu’à la redécouverte des années 1970. C’est une absurdité en ce qui concerne Jeanne Malivel, note le professeur, en référence à la collaboration avec les nazis d’une frange militante bretonne de l’époque. Comment peut-on faire porter à quelqu’un qui meurt dans les années 1920 les péchés commis dans les années 1940 ? »

À l’honneur à Quimper et à Paris

D’autres raisons président à cela : des œuvres très peu diffusées, ou d’autres artistes, comme le Seiz Breur René-Yves Creston, qui ont davantage pris la lumière. Enfin, Jeanne Malivel s’était quelque peu « retirée du mouvement qu’elle avait elle-même créé, dans les dernières années de sa vie, après son mariage », poursuit Daniel Le Couédic.

Aujourd’hui, son œuvre revient sur le devant de la scène. Une grande exposition itinérante (elle a tourné dans tous les départements bretons) consacrée aux Seiz Breur, en 2000, a fait basculer la tendance. Jeanne Malivel était à l’honneur à Quimper, récemment, d’abord au Musée de la faïence, cet été, puis, plus récemment, au musée départemental breton.

Un colloque et une exposition sont également programmés pour 2022, à la bibliothèque Forney, à Paris.

Publié le 06/11/2018 par Marion GONIDEC – Ouest-France ©

Suivez-nous sur :

On n’a pas fini de découvrir l’oeuvre de Jeanne Malivel (Ouest-France).

Un livre. Une exposition.Plus que jamais, Jeanne Malivel sort de l’ombre. L’œuvre de cette artiste bretonne hors du commun sera exposée à Paris en 2022. Une journée d’étude s’est tenue samedi à Quimper.

Gwen Lecoin

Gwen Lecoin, présidente de l’association Jeanne Malivel (devant des meubles dessinés par Jeanne Malivel). « Ce qu’elle a fait, elle l’a fait jusqu’au bout. »

Entretien.

Gwen Lecoin, présidente de l’association Jeanne Malivel (1895-1926). Elle est la fille d’Yvonne Malivel, la plus jeune sœur de Jeanne.

Qu’est-ce qui vous a poussé à créer cette association en 2014 ?

Olivier Levasseur a écrit un livre consacré à Jeanne Malivel. Il est venu dans notre famille pour qu’on lui montre ses œuvres. Y compris un coussin. Je me suis dit, il a disparu, il a été jeté ! Pas du tout. Je l’ai retrouvé à la cave. Je me suis dit, si on ne fait rien, cela va disparaître. Comme Jeanne Malivel est morte très jeune, à 31 ans, la famille a gardé précieusement presque toutes ses œuvres. Il fallait garder ce patrimoine, faire prendre conscience à la famille que tout ça avait une valeur patrimoniale. Son œuvre appartient à la Bretagne.

Avant la création de l’association, comment était conservé le travail de Jeanne Malivel ?

Magdeleine Le Bouffo, qui avait une petite galerie à Loudéac, a conservé la mémoire de Jeanne Malivel. Il faut lui rendre hommage. Elle disait, je suis habitée par Jeanne Malivel. Elle avait cette flamme. Décédée il y a peu, elle a vu la création de l’association. Nous reprenons le flambeau qu’elle avait tenu pendant des dizaines d’années.

Jeanne Malivel était une femme de caractère, une femme militante, une femme courageuse.

Cette ténacité, elle la doit sûrement à ses ascendantes qui étaient de fortes de femmes. De plus, sa famille lui a donné le droit de mener une carrière. À l’époque, c’était loin d’être évident. Ses parents n’ont pas vu de problèmes à ce qu’elle aille à Paris, aux beaux-arts. Les beaux-arts, à l’époque, étaient considérés comme un lieu de perdition. Jeanne Malivel était parfaitement sérieuse. Ses parents, des commerçants lettrés, avaient la plus grande confiance en elle.

On dit de l’œuvre de Jeanne Malivel qu’elle est foisonnante. A-t-elle eu le temps d’aller au bout de tous ses projets ?

Ce qu’elle a fait, elle l’a fait jusqu’au bout. Et bien. Ce n’est pas une œuvre inaboutie mais interrompue. Les gravures ont une force exceptionnelle. Par contre, on a perdu tout ce qu’elle aurait pu faire si elle n’était pas décédée aussi tôt.

Quels étaient ses rapports avec le mouvement des Seizh Breur ?

Elle ne souhaitait pas créer d’association, cela ne correspondait pas à son caractère indépendant. Elle avait rencontré les Creston en 1923. Ensemble ils ont fait le projet du pavillon breton à l’exposition internationale des arts décoratifs en 1925 à Paris. Ce mobilier est présenté au musée départemental breton. Dans les groupes il y a souvent des frictions. Il n’empêche que ça s’est très bien passé. Le pavillon a été apprécié. Elle a eu un prix pour ses céramiques. Mais en 1925, Jeanne Malivel commençait à être malade. Elle s’est mariée, elle a déménagé, elle attendait un bébé… Tout cela a fait qu’elle a été moins impliquée dans le mouvement. Malheureusement, certains Seiz Breur, au moment de la guerre, ont pris des positions que Jeanne Malivel aurait absolument abominées.

Va-t-on découvrir de nouvelles œuvres ?

Il y a des pièces de mobilier extrêmement intéressantes qui ne sont pas exposées. Elles se trouvent souvent dans la famille. Nous avons un projet qui nous tient à cœur. Une exposition regroupera les œuvres de Jeanne Malivel à la bibliothèque Forney (Paris) en 2022. Le lieu, l’hôtel de Sens en bord de Seine, est magnifique. D’ici 2022, il pourrait y avoir une grande exposition, dans un musée breton, au couvent des Capucins (Rennes)… Ce premier colloque permet de mettre tout le monde au travail et de préparer un nouvel élan. Samedi se tenait au musée départemental breton, à Quimper, une journée d’étude consacrée à Jeanne Malivel, organisée par l’association Jeanne Malivel avec le concours de l’association du musée départemental et de l’association des amis du musée.

Publié le 01/10/2018 par Jean-Pierre LE CARROU – Ouest-France ©

Suivez-nous sur :

L’émaillage de l’exposition Jeanne Malivel, pionnière de l’art moderne breton.

Le vendredi 13 avril 2018 a eu lieu au Musée de la Faïence de Quimper l’émaillage de l’exposition 2018. Elle est consacrée à l’artiste bretonne Jeanne Malivel.

Le vendredi 13 avril 2018.Cette inauguration était placée sous la présidence de M. le Préfet du Finistère M. Pascal Lelarge, et en présence de madame la députée du Finistère Annaïg Le Meur, et de madame Gwenaëlle Gouzien déléguée au patrimoine et aux métiers d’arts de la ville de Quimper, représentant le maire Ludovic Jolivet.

Pascal Lelarge

M. Pascal Lelarge Préfet du Finistère.

Monsieur Hervé Maupin président du fonds de dotation a tout d’abord pris la parole pour rappeler le dispositif de financement du Musée qui a permis sa réouverture en 2011.

Bernard Verlingue et Gwen Lecoin.

M. Bernard Verlingue directeur du Musée de la Faïence et Mme Gwen Lecoin présidente de l’association des Amis de Jeanne Malivel.

Monsieur Bernard Verlingue directeur du Musée a retracé la vie de Jeanne Malivel, la cofondatrice des Seiz Breur. Il a remercié les personnes et les institutions qui ont collaboré à cette exposition thématique :
– Pour l’exposition : L’association des Amis de Jeanne Malivel, la faïencerie Henriot Quimper, le Musée d’art et d’histoire de la ville de Saint-Brieuc, le Musée départemental breton et l’école de broderie d’art Pascal Jaouen à Quimper et ses élèves.
– Pour le catalogue : M. Olivier Levasseur, M. Philippe Théallet, M. Jérémy Varoquier (assistant principal du Musée de la Faïence), M. Antoine Maigné, Bernard Galéron pour la photographie et l’agence So Ho ! de Quimper pour la composition graphique.

Madame Gwen Lecoin (nièce de l’artiste) présidente de l’association les Amis de Jeanne Malivel. L’association a pour vocation de faire connaître l’artiste par le biais de publications, de rencontres et des expositions. Après une présentation des oeuvres de l’artiste avec Yvonne Jean-Haffen à la maison de la Grande Vigne à Dinan l’année dernière, madame Lecoin annonce la tenue d’une exposition en 2022 à la bibliothèque Forney à Paris.

Jean-Paul Alayse

M. Jean-Paul Alayse président de l’association des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper.

Monsieur Jean-Paul Alayse président de notre association revient brièvement sur la vie de l’artiste. Il rappelle que l’association édite le catalogue de l’exposition en vente au tarif de 20 € (lien).

Le vendredi 13 avril 2018.Madame Gwenaëlle Gouzien prend la parole au nom de la ville de Quimper, et M. le Préfet revient sur la vie de l’artiste. Il clôture la prise de parole.

Jean-Yves Verlingue.

Jean-Yves Verlingue, Gwenaëlle Gouzien et Annaïg Le Meur députée du Finistère.

Le Musée de la Faïence de Quimper est ouvert depuis le 16 avril, venez le visiter !

Entrée du Musée -Exposition Jeanne Malivel.

Jeanne Malivel

Jeanne Malivel – Plat octogonal (Henriot Quimper).

Suivez-nous sur :

L’assemblée générale de l’association des Amis de Jeanne Malivel au Musée de la Faïence.

L’assemblée générale de l’association des Amis de Jeanne Malivel s’est tenue au musée de la Faïence le vendredi 13 avril 2018.

AG 2018 - Amis Jeanne MalivelC’est une jeune association créée en 2014, suite à l’édition de la monographie d’Olivier Levasseur, publiée aux éditions Coop Breizh en 2013.

Cette année le Musée de la Faïence de Quimper consacre son exposition temporaire à l’artiste.

Affiche de l'exposition Jeanne Malivel.

Jeanne Malivel, pionnière de l’art moderne breton au Musée de la Faience de Quimper du 16 avril au 29 septembre 2018.

Après le vote du rapport moral et financier, la présidente de l’association évoque les projets suivants :

– L’édition d’un nouveau livre écrit par Françoise Le Goaziou, dans la série « Quand Jeanne Malivel gravait l’histoire de la Bretagne » : Révoltes et batailles de la guerre des Gaules à la Grande Guerre (ASIA – André Soubigou Impressions d’Arts).

Association des Amis de Jeanne Malivel - Février 2018.– La coorganisation d’une journée d’étude sur l’artiste à la fin du mois de septembre 2018 à Quimper, en collaboration avec l’association des Amis du Musée départemental breton. Une publication des actes du colloque est envisagée.

– Il est porté à la connaissance de l’assistance la future édition de la correspondance de Jeanne Malivel avec son amie Anne Le Goaziou (née Le Vaillant) par les Amis du Musée départemental breton.

– La réalisatrice Laurence-Pauline Boileau évoque son documentaire en cours de montage sur l’artiste : « Jeanne Malivel – Un soleil se lève ». Elle nous parle de la genèse du projet et avec émotion de sa rencontre avec la loudéacienne Magdeleine Le Bouffo, décédée en octobre 2016. Ce projet est en recherche de financement.

– Les projets d’éditions sont également présentés, dans le domaine de la céramique, du textile, et de la papeterie.

AG 2018 - Amis Jeanne Malivel

– Un don de 3 plats du service jaune et noir, réédités par la faïencerie Henriot Quimper est effectué au Musée départemental breton de Quimper.

– Une exposition à la bibliothèque Forney à Paris est annoncée par Mme Lecoin pour le premier semestre 2022.

La réunion terminée, les membres de l’association visitent l’exposition du Musée de la Faïence et assistent à l’émaillage.

Edition du service Jaune et noir - Jeanne MalivelPour plus d’informations, vous pouvez consulter le site internet de l’association :

https://amisjeannemalivel.jimdo.com

Suivez-nous sur :