Chic, cet été, Jean Jullien revient au jardin (Ouest-France).

L’artiste, qui a grandi à Nantes, dessine pour des marques et expose dans le monde. Cet été, il agrandit la famille du peuple tendre du jardin des plantes. Portrait en quatre lieux et mille projets.

Jean Jullien Autoportrait
Autoportrait de Jean Jullien, réalisé depuis la Bretagne pour les lecteurs de « Ouest-France ».

En 2020, des œuvres de Jean Jullien, artiste qui a grandi à Nantes, étaient visibles dans le jardin des plantes. Ses créations vont se multiplier cet été.

Nantes

Sa ville de cœur. Là où Jean Jullien, 38 ans, a grandi, porté par l’effervescence culturelle, émerveillé par Royal de luxe. « Nantes est importante pour moi. J’y ai mes racines, c’est sans doute grâce à Nantes que j’ai eu le goût de dessiner. »

L’artiste, au trait faussement naïf qui tape juste, était « très fier » qu’on fasse appel à lui en 2012 pour la création du mobilier du Nid, le café au sommet de la tour Bretagne désormais fermée. Le bar-cigogne a connu une triste fin, démantelé et vendu aux enchères. « J’ai pris tout ça avec philosophie, il avait sans doute fait son temps », commente son créateur.

L’été dernier, avec l’inventif service des espaces verts, Jean Jullien a donné vie à quatre personnages tendres et ronds, en acier coloré, au jardin des plantes. La famille va s’agrandir avec quatre cousins, dont « un géant à moitié sous terre, pas très loin du baigneur » du bassin. « J’en suis très heureux, mais l’idée, c’est de ne pas lasser le public, de ne pas tout faire au même endroit, d’autant qu’il y a des artistes de talent à Nantes. »

Jean Jullien L’arroseur
L’arroseur, un des personnages de Jean Jullien, qui fait la planche dans le bassin du jardin des plantes depuis l’été dernier.

Plobannalec-Lesconil

L’artiste free-lance multiplie les projets, avec la presse, des marques ou des galeries d’art en France et à l’étranger. « Si ça me semble intéressant, si c’est bien fait et si je sens que je peux apporter quelque chose, j’y vais », explique Jean Jullien depuis le petit port de pêche finistérien, où il a vécu ce troisième confinement dans la maison de famille, avec sa femme anglaise et ses deux petits garçons.

On retrouvera bientôt le coup de crayon de Jean Jullien sur les vêtements de surf O’Neal, « dont un pourcentage des recettes sera reversé à la protection des océans », sur les planches de Fernand surfboards à Hossegor.

Pour le festival Lieux mouvants cet été à Lanrivain (Côtes-d’Armor), l’illustrateur imagine un gentil géant et prépare un duo avec le musicien Albin de la Simone. Prolifique, Jean Jullien signe aussi Ceci n’est toujours pas un livre, ouvrage cartonné astucieux tout juste publié, plutôt destiné aux tout jeunes lecteurs.

Mais ce qui l’occupe beaucoup en ce moment, c’est sa première BD, qui parle « de parents, d’être parents, qui dit à quel point on s’aime sans pouvoir faire sa vie ensemble ». Il y travaille tous les matins. L’après-midi, il peint dans l’atelier du jardin.

Jean Jullien Henriot Quimper
Pour la manufacture Henriot, à Quimper, Jean Jullien a illustré des bols et des vases.

Londres

C’est pour étudier au Central Saint Martins college of art and design et au Royal college, à Londres, que Jean Jullien a traversé la Manche après son BTS en communication visuelle obtenu à Quimper.

Il y a vécu treize ans, rencontré son épouse et Jae Huh, son ami coréen avec qui il a imaginé la marque de vêtements et d’objets NouNou, basée à Séoul. « Nos objets sont produits uniquement en Corée. C’est une volonté de ne pas les faire voyager », souligne Jean Jullien, attaché aux séries limitées.

Jean Jullien Peace for Paris
« Peace for Paris », réalisé par l’artiste nantais Jean Jullien, en réaction aux attentats de 2015.

Paris

Il n’était pas à Paris lorsque des terroristes islamistes ont tué 131 personnes au Bataclan, le 13 novembre 2015. Sous le choc, Jean Jullien a pris son stylo et dessiné Peace for Paris, représentant la silhouette de la Tour Eiffel dans le symbole pacifique « peace and love ». Une image qui a fait le tour du monde.

C’est à Paris, « proche de Londres », qu’il s’est installé en 2019, lorsqu’il est rentré en France. « Parce qu’on y a de nombreux amis. »

Et Nantes, pourrait-elle devenir plus qu’une escale ? « Je pourrais tout à fait y vivre. J’y ai encore pas mal de copains ! »

Publié le 30/04/2021 par Magali GRANDET – Ouest-France ©


Jean JULLIEN

Nous vous présentons ici, quelques faïences réalisées par Jean Jullien pour la manufacture Henriot Quimper.

Vous pouvez retrouver les créations du graphiste sur sa page Instagram.

https://www.instagram.com/jean_jullien/

Le magazine de design et de décoration d’intérieur IDEAT, revient sur les créations de l’illustrateur.

« Design & graphisme : L’illustrateur Jean Jullien en cinq incursions design » (IDEAT)

Jean Jullien réalisa également une fresque pour le restaurant « Chez Max » (8 Rue du Parc à Quimper) à l’été 2013. Le reportage de France 3 Iroise présente ce travail.

Conférence de Françoise Le Goaziou – « Une si belle âme » – Regards sur l’œuvre de Jeanne Malivel 1895-1926 (Mission bretonne).

La Mission bretonne de Paris proposait une visioconférence sur l’artiste Jeanne Malivel, le samedi 3 avril 2021.

Mme Françoise Le Goaziou est présidente de la Mission, elle a écrit de nombreux ouvrages sur l’artiste. Ils sont publiés aux éditions ASIA, pour le compte de l’association des Amis de Jeanne Malivel (lien).

Nous présentons sur cette page la captation de cette conférence passionnante réalisée en version « dématérialisée » !

Pour rappel, le Musée de la Faïence de Quimper avait dédié son exposition thématique de l’année 2018 à Jeanne Malivel. Le catalogue édité par notre association à cette occasion est toujours disponible (lien).

Publié le 03/04/2021 – Mission bretonne ©

Jeanne Malivel, l’œuvre interrompue (le Télégramme).

Originaire de Loudéac, Jeanne Malivel a marqué l’histoire artistique de la Bretagne du XXe siècle. Fondatrice des Seiz Breur, elle laisse une œuvre foisonnante, hélas interrompue en raison de son décès prématuré à l’âge de 31 ans.

Jeanne Malivel

Jeanne Malivel. Photo Raphaël Binet

De Jeanne Malivel, on retient sa frêle silhouette presque évanescente, mais surtout une œuvre artistique d’une grande puissance et d’une forte intelligence. Elle naît en 1895 dans une famille de notables de Loudéac. Ses parents, Albert et Marie Malivel, sont des commerçants plutôt prospères. Curieux et ouverts, ils ont développé une conscience régionaliste.

Jeanne Malivel

Jeanne Malivel en compagnie de son père (DR).

Gallo, catholique et féministe

À Loudéac, Jeanne Malivel s’imprègne de la culture gallèse qui a joué un rôle important dans son œuvre. Contrairement à bon nombre d’intellectuels et d’artistes bretons de l’époque, plus attirés par la Basse-Bretagne, elle a toujours revendiqué son identité gallèse. Dans les années 1920, elle projetait d’ailleurs d’éditer un dictionnaire de gallo. Elle laisse également toute une série de bois gravés sur les arbres de Haute-Bretagne. La famille de Jeanne Malivel est aussi catholique. La jeune femme a conservé toute sa vie une foi profonde, et elle a participé à plusieurs mouvements chrétiens ; ce qui n’implique pas une posture traditionaliste. La famille Malivel est ainsi proche de Marie Le Gac-Salonne, l’une des pionnières du féminisme dans la péninsule. « Toute sa vie, remarque l’historien de l’art, Olivier Levasseur, elle a lutté pour s’imposer comme une femme artiste ».

Adolescente, Jeanne Malivel part à Rennes au lycée de l’Immaculée Conception afin de poursuivre ses études. Elle y est formée par une cousine, Louise Gicquel, professeur de dessin, qui contribue à l’éclosion de sa vocation artistique. Au printemps 1914, Louise accompagne Jeanne pour une formation d’un mois à l’académie Julian de Paris, l’un des rares organismes qui acceptent les femmes. Après le déclenchement de la guerre, Jeanne Malivel officie comme infirmière, avec sa sœur, à l’hôpital de Loudéac. Elle continue à dessiner et retourne en 1916, à Paris, suivre sa formation à l’académie Julian. Les bombardements aériens et l’avancée des Allemands, en 1917, l’obligent à faire des va-et-vient avec la Bretagne. En 1917, elle expose au salon des artistes de Pontivy, où elle y est remarquée.

Jeanne Malivel

Bretons de Paris

Entre 1917 et 1919, elle prépare le concours de l’école des Beaux-Arts à Paris et y est reçue… deux fois : tout d’abord en 1917, mais elle avait dû rentrer en Bretagne et avait donc été contrainte de repasser, brillamment, l’examen en 1919. L’enseignement très académique ne la passionne pas, mais, à Paris, elle visite les musées et fréquente les milieux bretons de la capitale, notamment les leaders du jeune mouvement nationaliste, Olier Mordrel ou Morvan Marchal. Elle adhère dès 1919 au Groupe régionaliste breton (GRB), et les réunions du groupe parisien se tiennent dans son atelier. Jeanne Malivel fait partie des membres fondateurs des Seiz Breur, un groupe qui révolutionne l’art breton dans l’entre-deux-guerres. En 1925, ils déclenchent l’enthousiasme à l’Exposition internationale des arts décoratifs de Paris. Pendant un an, ils ont en effet préparé le mobilier et les arts ménagers qui sont exposés au pavillon Ty Breiz. René-Yves Creston et Jeanne Malivel ont réalisé l’Ostée (« La pièce commune » en pays gallo) qu’ils décorent de meubles, tissus imprimés et de faïences. Leur production étonne et détonne.
Dans les années 1920, Jeanne Malivel produit une œuvre foisonnante et diverse. Elle installe son atelier à Loudéac et se fait un nom avec ses bois gravés illustrant « L’Histoire de Bretagne » de C. Danio. Le texte, très antifrançais, suscite de vives réactions, mais les illustrations de Jeanne Malivel provoquent l’unanimité. Dans ces années-là, elle crée également des meubles, des tissus d’ameublement ou de la céramique. Son engagement qui a développé un artisanat moderne breton avait aussi un but économique, visant à faire renaître le travail local, introduire dans les foyers des objets utiles de couleurs gaies et combattre l’émigration des jeunes filles. En 1925, elle se marie. L’année suivante, enceinte, elle est victime d’une paratyphoïde et décède à l’hôpital de Rennes, à l’âge de 31 ans.

Pour en savoir plus
Olivier Levasseur, «Jeanne Malivel », Coop Breizh, Spézet, 2013.
Le musée de la Faïence de Quimper lui consacre une exposition du 16 avril au 29 septembre 2018, « Jeanne Malivel, pionnière de l’art moderne breton ».

Publié le 01 avril 2018 par Erwan Chartier-Le Floch – Le Télégramme ©

Seiz breur pour un art moderne en Bretagne 1923 1947 par Pascal Aumasson.

L’ouvrage sur la confrérie des sept frères (Ar Seiz Breur) est paru au début du mois de décembre.

SEIZ BREUR LOCUS SOLUS 2017

SEIZ BREUR – pour un art moderne en Bretagne 1923-1947 – LOCUS SOLUS 2017 – Pascal Aumasson.

Retrouver une sélection des articles publiés sur cet ouvrage.


Le samedi 16 et le dimanche 17 décembre 2017, la pension Gloanec à Pont-Aven organisait son salon de Noël. Pascal Aumasson était interviewé sur son ouvrage par les organisateurs.

« Pension Gloanec » © 2017.


Le magazine Bretons du mois de janvier 2018 consacre un article de 4 pages au livre de Pascal Aumasson sous le titre de  » Les Seiz Breur voulaient créer un art moderne inspiré de l’esprit breton » (pages 34 à 37).

Couverture Bretons magazine 138.

Bretons magazine n°138, du mois de janvier 2018.


L’art déco breton toujours moderne des Seiz Breur (Ouest-France).

Histoire de l’art. Les créations des Seiz Breur ont gardé leur beauté et leur modernité. Ce mouvement (1923 à 1947) a pourtant été un peu oublié. Un livre les remet dans l’actualité.

Entretien avec Pascal Aumasson, ancien directeur du Musée des Beaux-arts de Brest.

Publié par Ouest-France - Rennes, musée de Bretagne - Collection particulière

Buffet à glissière (Creston/Savina), pichet Henriot (Creston/Candré-Creston) et projet d’étoffe imprimée (Candré-Creston).

Les Seiz Breur, des jeunes gens modernes ?
Dans les années 1920, ces jeunes artistes bretons ont un esprit moderne parce qu’ils se cultivent et regardent autour d’eux. Ils ont l’intelligence de tout absorber, notamment dans le monde celte, dans le sens européen du mot, jusqu’en Europe centrale.

Et ils transforment cette matière première celtique ?
Ils ont une détestation pour le mobilier Henri II, les meubles à personnages bretons, les surcharges décoratives sur les costumes… Ça les modernise. Ils sont imprégnés de respect des usages traditionnels, mais les plus anciens. Ils s’inspirent des formes, des couleurs… Ils prennent, par exemple, les motifs qui décorent une cuillère de mariage de 1859 pour en faire un usage schématisé qu’on retrouve ensuite dans leurs cartes de vœux.

Peut-on parler d’art déco ?
Ils représentent l’expression bretonne de la grande ferveur des arts déco partout en Europe.

Ça ne dure pas très longtemps ?
Une vingtaine d’années. Guère moins que l’École de Pont-Aven. Et, comme pour Pont-Aven, ce n’est pas une école avec un contrôle, une censure. C’est un mouvement démocratique, ouvert, qui n’impose pas de style. C’est un creuset où chacun s’alimente.

Il y a des femmes dans le groupe ?
Quelques femmes brillantes avec du tempérament, comme Jeanne Malivel ou Suzanne Candré-Creston, la première femme d’une des figures du mouvement , René-Yves Creston. J’ai retrouvé d’elle un fonds de sept cents planches de dessins formidables, avec une fraîcheur d’idées pour les meubles, la faïence, les textiles…

Car ils ne se limitent pas à une discipline…
Ils ne séparent pas art savant et art populaire. Leur mot d’ordre c’est « embellir le quotidien ». Ils proposent même des services de table, du papier peint, des meubles tourne-disque ou TSF…

Aujourd’hui, on les appellerait des designers ?
Absolument. Ils faisaient attention à l’environnement du quotidien.

Quel impact ont-ils sur leur époque ?
Leur publication est lue et connue. Ils ont une vitalité formidable et l’art de se montrer.

Dès 1925, deux ans après s’être rencontrés, ils sont représentés à l’exposition des arts industriels et décoratifs de Paris. En 1937, ils sont une trentaine et ont un pavillon dix fois plus grand à l’Exposition internationale.

Sont-ils situables politiquement ?
Ils abordent la question politique à travers l’art et la culture bretonne. Avec l’envie que l’art encourage la prise de conscience d’être breton. Certains ont eu des démarches individuelles mais le groupe n’a jamais pris position pour l’autonomisme, et surtout pas pour l’Allemagne ou pour Vichy.

Puis, on les perd de vue ?
Après la guerre, au regard des prises de position de certains, il y a eu un amalgame qui fait que l’intérêt pour la culture bretonne a pu être associé à la collaboration.

Mais leurs productions restent modernes ?
La meilleure preuve c’est qu’on n’a jamais vu autant d’objets Seiz Breur dans les salles de vente depuis vingt ans.

Donc, ils ont beaucoup produit ?
Notamment aux faïenceries de Quimper. Mais, ils ont rencontré, comme des designers, des difficultés pour éditer tous leurs objets.

Recueilli par Gilles KERDREUXOuest-France du 28/12/2017.

Seiz Breur. Ed. Locus Solus. 190 pages. 25 €.