Quand la faïence s’inspire de la broderie (Côté Quimper).

La nouvelle exposition du Musée de la faïence met en valeur le travail des faïenciers inspirés par les motifs des broderies des costumes bretons.

Robert Micheau-Vernez
Groupe de trois danseurs de Quimper, par Robert Micheau-Vernez.

C’est en quelque sorte une double exposition que présente le Musée de la faïence de Quimper. Elle met en effet en parallèle les broderies des costumes bretons traditionnels et les faïences, dans une période allant de 1920 à 1980. Une période où des faïenciers ont mis au point le décor «broderie».

Une technique particulière

Ils se sont inspirés des broderies pour réaliser leurs motifs. Palmette, fleur de lys, fleur d’ajoncs, guirlande fleuries, arête de poisson, chaîne de vie, chevron, soleil, étoile, dents de loup, motifs de broderie des pays Glazik (Quimper), Fouen (Rosporden), Penn sardin (Douarnenez-Crozon), Plougastel, pays bigouden se sont retrouvés ainsi à décorer des plats, des vases, assiettes, brocs…, et statuettes, des pièces très riches en couleurs. «Les peintres avaient une certaine liberté de création. Les décors n’étaient pas figés», souligne Bernard Verlingue, conservateur du musée.

La particularité des pièces présentées est la technique utilisée. Il s’agit d’un procédé de cloisonnés, réalisé pour empêcher les émaux colorés qui ornementent les pièces de se mélanger. «Mon grand-père l’a découverte en 1915, à Paris, où il a rencontré M. Baudin, chef de fabrication à la Manufacture nationale de céramique de Sèvres», explique Bernard Verlingue. L’exposition présente de nombreuses pièces de faïences réalisées notamment par Charles Trautmann, Pierre Pocquet et Jean Caër, « trois personnages importants dans l’interprétation des broderies sur faïence» et des pièces plus récentes réalisées par des artistes inspirés par les broderies. Elles sont toutes mises en situation, installées près de costumes issus de collections privées, celles du brodeur Pascal Jaouen, et d’Alain Le Berre, antiquaire à Douarnenez. «Des pièces magnifiques, uniques».

Jusqu’au 28 septembre au musée de la faïence, 14 rue Jean-Yves-Bousquet.

Publié le 16 avril 2019 par Sylvie Béchet – Côté Quimper ©

Suivez-nous sur :

Disparition – Laurent Houël ne peindra plus son cher Douarnenez (Ouest-France).

Laurent Houël

Laurent Houël, lors de sa première exposition en 2011, à la salle des fêtes de Douarnenez.

L’artiste douarneniste Laurent Houël s’est éteint à 101 ans. Il était devenu le premier professeur de l’école municipale de Douarnenez en 1950.
Né à Tréboul en 1917, l’artiste douarneniste Laurent Houël s’en est allé. Élève de Robert Yan aux Beaux-Arts, il était devenu en 1950 le premier professeur de l’école municipale de Douarnenez.

Artiste graveur, créateur en céramique, il a travaillé de longues années pour les faïenceries H B de Quimper. Il a réalisé également de nombreuses commandes pour la Marine Nationale.

Pemière exposition à 94 ans

Ces marines sont de véritables tableaux de peintures sur faïence. Il dessinait au fusain et peignait ses tableaux à l’huile. Proche de la nature, il aimait peindre les paysages, les natures mortes, les églises et chapelles, le patrimoine ancien et surtout les bateaux de son quartier de Tréboul qu’il chérissait.

À l’été 2011, l’association des Amis de Jean Toth l’avait invité à exposer ses œuvres à la salle des fêtes. « C’est la première expo de toute ma carrière, et c’est maintenant, à l’âge de 94 ans, que je suis reconnu » avait confié ce professeur de dessin très estimé par ses élèves. Ses obsèques seront célébrées lundi 26 novembre 2018, à 14 h 30, en l’église Saint Herlé à Ploaré.

Publié le 24/11/2018 – Ouest-France ©

Suivez-nous sur :

Monographie Pierre Abadie-Landel (1896-1972) – éditions ASIA.

Pour accompagner l’exposition Pierre Abadie-Landel, un catalogue est édité par ASIA (André Soubigou Impressions d’Arts), avec le soutien des villes de Trébeurden (22) et de Douarnenez (29).

Cet ouvrage présente la collection de M. Alain Rault (1942-2016), qui a constitué un ensemble important de l’artiste.

Il s’agit de la première monographie consacrée à Pierre Abadie-Landel (1896-1972). Il fut un des sept membres fondateur du mouvement Ar Seiz Breur en 1923.

Abadie-Landel - André Soubigou Impressions d'ArtsMonographie Pierre Abadie-Landel (1896-1972).
Textes de Véronique Alemany et Olivier Levasseur
Juillet 2018 – ISBN : 978-2-918202-28-8.
éditions ASIA – 72 pages – 15 euros

Il est à noter que l’exposition de Trébeurden s’achève le 26 août 2018. Elle sera présentée du 4 mai au 29 juin 2019 au Port-musée de Douarnenez.

Nous vous présentons quelques photographies de l’exposition de Trébeurden.

Pierre Abadie-Landel.

Pierre Abadie-Landel.

Pardon au pays bigouden, 1942 Huile sur panneau, 50×100.

Pierre Abadie-Landel.

Pierre Abadie-Landel.

Er Foar (la foire), assiette diam. 23,5 cm (manufacture HB).

Pierre Abadie-Landel.

Pierre Abadie-Landel.

Ar Groaz (la croix), assiette diam. 24,5 cm (manufacture HB).

Pierre Abadie-Landel.

 

Suivez-nous sur :

Exposition Pierre ABADIE-LANDEL à Trébeurden (22).

Pierre Abadie-Landel (1896-1972) est issu d’une famille d’origine bretonne.
Il étudie à l’école des Beaux-Arts de Paris et réalise sa première exposition personnelle à la galerie André à Paris.

Membre du groupe Seiz Breur (« Sept frères ») dès 1923, il s’associe à leur action pour l’Exposition des arts décoratifs de 1925.
Il réalise une série d’assiettes en céramique en collaboration avec la manufacture HB de Quimper.
De nombreuses expositions rythment sa carrière de peintre. Ses thèmes de prédilection vont de la Bretagne maritime (en particulier Douarnenez, qu’il fréquente quarante années durant) au nu, ou encore au monde du cirque.

Entretien avec Véronique Alemany, en charge de l’exposition (pour le site nordbretagne.fr).

informations pratiques :
Du 08 juillet au 26 août 2018.
tous les jours de 15h à 19h.
salle Dour ar Barz – Trébeurden (22).
entrée gratuite – catalogue de l’exposition 15€.

Site de la mairie de Trébeurden.

Suivez-nous sur :

Bulletin d’information de l’association n°28 1er semestre 2009

Brochure de 16 pages (couleur, paginé)

Sommaire :

    • ÉditorialHervé MAUPIN (p 1).

    • Philippe Théallet : quarante deux mois au service du Musée de la Faïence de QuimperHervé MAUPIN, Mikaël MICHEAU-VERNEZ et Dominique RIBOULLEAU (p 2).

    • Les prémices d’un label garant d’une « authenticité » bretonneCharles GÉNIAUX et Jean CHOLEAU (p 3 à 10).

    • Terre sacrées – Présentation de l’ouvrage d’Antoine Maigné au Muée de la Faïence (p 10).

    • 1733 (Intron Varya 1733 Ros Peden, fait par Louis La Rosse) Antoine MAIGNE (p 11 à 12).

    • ActualitésYannick CLAPIER (p 13 à 15).

    • Jean Coroller nous a quittéBernard Jules VERLINGUE et les membres du bureau de l’Association (p 15).

    • Rétrospective Robert Micheau-Vernez au Musée du Faouët et exposition au Port-Musée de Douarnenez en 2009Mikaël MICHEAU-VERNEZ (p 16).

      Pour plus de renseignements, veuillez nous contacter.

Suivez-nous sur :