Bulletin d’information de l’association « Faïences de Quimper 1690-1990 » n°5 – Juin 1990.

René-Yves Creston

Brochure de 8 pages (noir et blanc).

Sommaire :

  • Après les lampionsPierre Toulhoat (p 1 à 2).
  • Les artistes Seiz Breur (Jeanne MALIVEL, Jorj ROBIN, René-Yves CRESTON, Jules-Charles Le BOZEC, James BOUILLE, Robert MICHEAU-VERNEZ et Xavier de LANGLAIS)J.R ROTTE (p 3 à 6).
  • Assemblée générale du 8 juillet 1990 – Convocation (p 7).
  • Allocution prononcée lors de l’inauguration de l’exposition « Quimper, 3 siècles de faïences », le 5 mai 1990 Jos Le GRAND – Président de l’Association Faïences de Quimper 1690-1990 (p 8).

Télécharger le document

Association « Faïences de Quimper 1690-1990 » ©

Ar Seiz Breur – The Wolfsonian.

Georges Robin.

L’université internationale Wolfsonian-Florida (The Wolfsonian-FIU) est située à Miami Beach, en Floride.

Il s’agit d’un musée, bibliothèque et centre de recherches. Ses collections comprennent environ 180 000 pièces, couvrant la période de 1885 à 1945.

On y retrouve de nombreux médiums, du mobilier, des céramiques, des objets de design industriel, des verreries, des livres, des périodiques, ainsi que des peintures et des œuvres sur papier, …

Les arts décoratifs européens sont un des points forts de la collection.

La conservatrice Lea Nickless proposait le 16 septembre dernier une conférence sur les collections bretonnes du musée et plus particulièrement sur le mouvement « Ar Seiz Breur » (les sept frères).

Elle passe en revue une sélection des collections importantes du Wolfsonian. On peut y admirer des meubles, des céramiques, des dessins, des gravures et des documents de bibliothèque.

Il s’agit sans doute d’une collection la plus importante hors de Bretagne, sur ce mouvement.

Plus d’informations sur le site internet du Wolfsonian : lien.

M. Tangui le Lonquer (Nozantika) est expert auprès de cette institution. Il est spécialiste des arts décoratifs en Bretagne et notamment du mouvement « Ar Seiz Breur ».

Galerie Nozantika à Fougères (35).

https://www.nozantika.com

Le 16/09/2020 par Lea Nickless – The Wolfsonian-FIU ©

Jeanne Malivel, bientôt exposée en Bretagne mais également à Paris (Ouest-France).

La culture reprend du service après le confinement. Jeanne Malivel (1895-1926), est une artiste peintre, illustratrice et graveuse loudéacienne. Ses œuvres font l’objet de plusieurs expositions à venir à Perros-Guirec mais également à Paris.

Jeanne Malivel.
Portrait de Jeanne Malivel.

L’association des amis de Jeanne Malivel est très active. Gwen Le Coin, présidente de l’association mais également fille de la plus jeune sœur de Jeanne Malivel, prépare trois événements qui surviendront l’année prochaine et mettent à l’honneur les œuvres de sa tante. Jeanne Malivel (1895-1926), est une personnalité essentielle dans l’histoire de l’art breton.

Une assiette au musée d’Art Moderne

Une exposition de céramiques de toutes époques provenant du monde entier est organisée au musée d’Art Moderne de Paris. Repoussée par la pandémie, elle aura lieu du 26 mars au 15 août 2021. Parmi ces céramiques, une assiette de Jeanne Malivel a été retenue pour l’exposition, une fierté pour Gwen Le Coin : « Une exposition aussi sélective a choisi la création de Jeanne Malivel pour représenter le modernisme qui s’est introduit dans les années 20 dans les usages artistiques et utilitaires. C’est la Bretagne qui est représentée par cette pièce à travers cette exposition mondiale de la céramique. »

Assietes Jeanne Malivel.
L’assiette sera exposée au musée d’art Moderne de Paris du 26 mars au août 2021.

Deux tableaux à Perros-Guirec

Cet été devait également avoir lieu à Perros-Guirec, à la Maison des Traouïero, une exposition sur La Femme, égérie des peintres en Bretagne. Un grand tableau inédit de Jeanne Malivel, Yvonne au parc, d’1 m 20 par 80 cm. « Il n’a encore jamais été présenté au public et Denise Delouche, historienne d’art en charge de la réalisation du catalogue d’exposition nous l’a expressément demandé pour cette occasion. » Un deuxième tableau plus petit, Madame Malivel dans les rochers, sera également exposé. Suite au confinement, l’exposition a, elle aussi, été reportée à l’été prochain et aura lieu du 27 juin au 31 août 2021.

les rochers - Jeanne Malivel.
Le tableau Madame Malivel dans les rochers sera exposé à Perros-Guirec à la Maison des Traouïero du 27 juin au 31 août 2021.

Un grand projet à l’Hôtel des Sens

Une exposition monographique sur Jeanne Malivel devait avoir lieu en 2022 mais sera très probablement repoussée à 2023. « C’est un événement que l’on prépare de longue main. L’exposition aura lieu à l’Hôtel de Sens, qui abrite actuellement la bibliothèque Forney, lieu de documentation d’arts appliqués à Paris. Ce n’est pas un hasard si Jeanne Malivel y est exposée. Elle qui dessinait également des meubles, avait, à l’époque, consulté cette bibliothèque pour connaître des modèles conçus pour les ébénistes du Faubourg Saint-Antoine. » Cet hôtel particulier appartenant à la Ville de Paris proposera trois grandes salles d’exposition entièrement dédiées à Jeanne Malivel.

Yvonne au parc - Jeanne Malivel.
Le tableau Yvonne au parc sera exposé à Perros-Guirec à la Maison des Traouïero du 27 juin au 31 août 2021.

Pour cette rétrospective, l’association lance un appel à toute personnes qui détiendrait des œuvres ou documents de Jeanne Malivel, elles sont invitées à se faire connaître afin de le proposer les œuvres au catalogue de l’exposition. Actuellement l’association a recensé de très nombreuses œuvres. « Elles se comptent par centaines, si ce n’est par milliers. C’est une femme qui a travaillé sans arrêt depuis ses débuts à 15 ans jusqu’à sa mort à 31 ans. »

Pour les possesseurs éventuels d’œuvres de Jeanne Malivel qui souhaitent entrer en contact avec l’association des amis de Jeanne Malivel : amis.jeanne.malivel@gmail.com ou amisjeannemalivel.jimdofree.com

Publié le 30 juillet 2020 par Eloïse ROGER – Ouest-France ©

#3 René-Yves Creston & Suzanne Candré – Une semaine en vidéo, du 28 avril au 2 mai 2020 – Musée.

#3 – René-Yves Creston du trait à la faïence et Suzanne Candré-Creston.

C’est l’artiste René-Yves Creston (1898-1964) qui était présenté en 2013 au Musée de la Faïence de Quimper. Il est le cocréateur du mouvement artistique breton « Ar Seiz Breur », avec Jeanne Malivel et sa première épouse Suzanne Candré. On redécouvrait à cette occasion la production d’un art moderne breton, dans les années 20-30.

Le catalogue édité par notre association est toujours commercialisé.

Association des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper ©


Creston « un créateur acharné » (le Télégramme).

Bernard Verlingue - René-Yves Creston
Bernard Verlingue, directeur du musée de la Faïence, devant la mappemonde créée par René-Yves Creston en hommage aux marins, découvreurs et missionnaires bretons, en 1931.

Le musée de la Faïence de Quimper consacre sa nouvelle exposition à l’artiste René-Yves Creston en mettant en parallèle ses dessins et ses créations.

 « Ce qui continue à me surprendre, c’est la modernité de Creston », s’enthousiasme Bernard Verlingue, directeur du musée de la Faïence qui possède un fonds assez important de documentation sur celui qui fut « un créateur acharné », selon les propres termes de son fils Padraig.

Très proche du monde maritime

Cette exposition met en lumière l’oeuvre de l’artiste prolifique qu’est René-Yves Creston , principale figure du mouvement des Seiz Breur qui a marqué l’histoire artistique de la Bretagne. Elle présente ainsi des planches de dessins préparatoires aux décors d’assiettes, des gouaches préfigurant sa série des Ouessantines ou des ramendeurs de filets. « 70 % de l’exposition provient de prêts et j’ai découvert deux pièces que je ne connaissais pas : celles du Ramendeur aux morues et du Pêcheur de morue qui va être éditée par le fils de l’artiste à l’occasion de l’exposition », souligne Bernard Verlingue. Né à Saint-Nazaire, en 1898 et mort en 1964, l’artiste s’est toujours senti très proche des pêcheurs et du monde maritime. Il participera à des campagnes aux côtés des morutiers et prendra part aux missions de Charcot au Groenland avant d’être nommé peintre officiel de la Marine. Travaillant aux Faïenceries Henriot, il réalise la sculpture de Nominoë, en hommage au premier roi de Bretagne. On lui doit également un magnifique globe en faïence conçu pour l’exposition coloniale de Paris, en 1931, à la gloire des marins, découvreurs et missionnaires bretons. Pour l’exposition internationale de 1937, il réalise une mappemonde plus imposante encore d’1,60 m de diamètre, qui a nécessité la construction d’un four spécial et dont on découvre les quelques fragments conservés.

Un artiste mais aussi un ethnologue

Il s’illustre également dans la gravure sur bois, la création de mobilier. La passion de Creston pour l’ethnographie lui permettra de se lancer dans une seconde carrière scientifique. Pour étudier les costumes bretons, il sillonnera ainsi la Bretagne avec Per-Jakez Hélias qui lui servait d’interprète. Il a aussi rénové les musées de Rennes, Quimper et Saint-Brieuc dont il deviendra le conservateur. L’exposition rend aussi hommage à la création tous azimuts de motifs décoratifs (tissus, broderies, papiers peints) de Suzanne Candré-Creston, sa première femme, qui fréquente comme lui et Jeanne Malivel les cours de breton de Jean Caroff à la Sorbonne.

Publié le 13 avril 2013 – Le Télégramme ©

Le verrier Erwan Haine (Bretons d’Ailleurs à Bruxelles – Tébéo).

Le verrier Erwan Haine est interviewé dans le cadre du magazine « Bretons d’ailleurs » consacré à la ville de Bruxelles.
Les vitraux de ce Bruxellois avaient été présentés lors de l’exposition Jeanne Malivel, au Musée de la Faïence de Quimper en 2018.

Publié le 01/03/2020 – Bretons d’ailleurs – Tébéo ©