Des faïences de Quimper inspirées par l’exposition coloniale en vente samedi à Brest (Le Télégramme).

François Victor BAZIN
Groupe de deux Égyptiennes porteuses d’eau, une faïence HB Quimper signée François Victor Bazin (1897-1956).

Une collection de faïences de Quimper inspirées par l’art colonial sera dispersée, ce samedi, par la société Thierry-Lannon à Brest.

En attendant la grande vente de tableaux du 12 décembre, la société de ventes Thierry-Lannon propose une vente artistique, ce samedi 5 décembre, comprenant un peu moins de 400 pièces, parmi lesquelles une collection de douze faïences de Quimper réunies par l’antiquaire et expert Michel Roullot, décédé en 2012.

Trente ans pour réunir douze pièces

Michel Roullot était né l’année même de l’exposition coloniale qui s’est tenue en 1931, à Paris. Est-ce la raison pour laquelle il s’est passionné pour les faïences produites à Quimper à l’occasion de cet événement ? Parmi les douze pièces qui vont être dispersées, les deux Égyptiennes porteuses d’eau sont d’une modernité saisissante. Ce grès de la manufacture HB de Quimper est l’œuvre de François Victor Bazin (1897-1956), estimé de 10 000 à 15 000 €. « Bazin a fait trois versions de ce groupe, l’une de 90 cm est au musée de la faïence de Quimper, une autre plus petite fait 30 cm avec un seul sujet et il y a ce groupe intermédiaire de 45 cm qui est le plus rare, et d’une beauté transcendante qui traverse les styles », souligne Gilles Grannec, commissaire-priseur. Michel Roullot avait mis une trentaine d’années à réunir cette collection, qui comprend aussi des faïences de personnages africains de Gaston Broquet, chez Henriot, estimés à environ 1 000 €.

Un livre d’heures du XVe siècle

La vente commencera à 10 h, samedi, par une centaine de bijoux, puis de l’orfèvrerie. À partir de 14 h, place aux faïences, aux livres, dont un livre d’heures du XVe siècle, des meubles, dont un salon de Pierre Paulin, ou encore un tableau cubiste et africaniste de Raoul Hynckes.

En ce début de déconfinement, la salle des ventes pourra accueillir 30 personnes. La vente se déroulera en parallèle sur deux réseaux d’enchères en live, drouotonline.com et Interenchères.com.

La visite de l’exposition avant la vente, à partir de mercredi, sera limitée en temps et en nombre de personnes. Les conditions sont précisées sur le site de la société Thierry-Lannon.

Publié le 1er décembre 2020 – Le Télégramme ©

Le salon « Antiquités Brocante Design » 2019 à Quimper (vidéo).

Le salon « Antiquités Brocante Design » se tient à Quimper jusqu’au lundi 11 novembre 2019.
L’association présente en avant-première l’exposition 2020 du Musée de la Faïence sur les artistes de la manufacture Keraluc, avec un focus sur Xavier Krebs (1923-2013).

Association des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper ©

Le sauf-conduit de deux Américains à Quimper ? Une tasse en faïence ! (le Télégramme).

Deux Américains ont découvert Quimper, il y a dix ans, à la suite de l’achat d’une tasse en faïence qui les a intrigués. Ils ont poussé leurs investigations et habitent maintenant la capitale de la Cornouaille « for ever » !

Adela et mark Meadows
Adela et Mark Meadows, anciens antiquaires de la région de San Francisco désormais installés à Quimper. (Photo Jean-Jacques Berrou).

Histoire touchante que celle d’Adela et Mark Meadows, un couple d’antiquaires de la région de San Francisco. Il y a une dizaine d’années, au cours d’un salon d’antiquités, ils débusquent une tasse, une simple tasse. Elle leur plaît. Ils l’exposent dans leur magasin. Ce petit bol de porcelaine va susciter admiration et interrogations parmi leurs clients. Il devient un objet de curiosité. De fins connaisseurs lui prêtent des origines les plus diverses, souvent de France. Nevers et Limoges sont logiquement souvent cités. C’est finalement grâce à leurs recherches sur le net qu’ils trouvent l’origine de cette tasse : Henriot Quimper
Adela et Mark Meadows disposent d’un pied à terre parisien pour leur commerce. Lors d’un séjour à Paname, ils ne résistent pas à l’envie de découvrir Quimper et sa faïence. Pendant plusieurs années, ils vont venir en touristes, prendre leurs habitudes dans un gîte. Survient leur retraite. Conquis par la ville, sa douceur de vivre, les magnifiques paysages alentour, ils franchissent le dernier pas et s’installent, en mai 2018, dans le centre-ville de Quimper.

« Tout le monde est cool avec nous »

Ils continuent à s’imprégner de la culture locale. Les musées, notamment, n’ont plus de mystère pour eux. D’un contact facile, ils lient tour à tour connaissance avec « Monsieur Cariou, Monsieur Le Stum, Pascal Jaouen (qu’ils prononcent « Jaouin » malgré tous leurs efforts) et Agnès Lucas, commerçante. Leurs lieux préférés sont les halles, la pâtisserie Le Meur, la rue du Guéodet… Bref, le centre-ville piétonnier, sans oublier les quais, Locmaria et le Moulin Vert avec son festig noz mensuel ! Car, oui, le couple s’est mis à la danse bretonne. Mark Meadows a commencé à se broder une veste pour les soirées bretonnes ! « Tout le monde est cool ici et gentil avec nous », résume Mark Meadows.

« En Amérique, avec de l’argent on peut devenir Président »

Le cas Trump leur est souvent soumis. Il est vite éludé, d’un geste de mépris de la main et d’une rotation significative de la tête : « En Amérique, avec de l’argent, on peut devenir Président. Il n’y a plus de classe moyenne, on est riche ou pauvre, mais avec la même peur des agressions. Le système américain est cassé, la constitution est la même depuis 200 ans ! », explique Adela Meadows. Pas de mal du pays, donc. Mais le dialogue s’interrompt : ils sont conviés par les commerçants qui sont là à prendre un verre. Manquerait plus qu’il leur soit servi dans une tasse en porcelaine. Ce serait un joli clin d’œil.

Publié le 08 janvier 2019 – Le Télégramme ©