#2 Les artistes et la Mer – Une semaine en vidéo, du 28 avril au 2 mai 2020 – Musée.

#2 – Les faïences de Quimper, les artistes et la Mer.

En octobre 2003, Océanopolis à Brest organise avec le concours du Musée de la Faïence, une exposition sur la thématique des artistes et la Mer. C’était l’occasion de découvrir une présentation des faïences en lien avec la mer, le milieu aquatique, la pêche ainsi que les mythes et légendes de la mer.

Le catalogue édité est toujours disponible auprès de notre association.

Association des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper ©


Océanopolis – La faïence de Quimper prend la mer (Le Télégramme).

Jean-Paul Alayse - Bernard Verlingue
Jean-Paul Alayse, conservateur d’Océanopolis, et Bernard-Jules Verlingue, conservateur du musée de la faïence de Quimper, ont réuni leurs compétences pour mettre sur pied cette exposition, qui présentera notamment cette pièce de Paul Fouillen datant des années vingt.

Parfois, il faut savoir être où on ne vous attend pas. Océanopolis, parc de découverte des océans à Brest, a rendez-vous, à partir du 21 octobre 2003, avec la faïence.

Le sujet – «Les faïences de Quimper, les artistes et la mer» – n’avait pas été traité jusqu’ici. Il fallait aussi de la passion pour l’aborder. Bernard-Jules Verlingue, conservateur du musée de la faïence à Quimper, et Jean-Paul Alayse, conservateur d’Océanopolis, ont lancé leurs filets. Belle pêche : 360 pièces, collectées essentiellement en France, qui seront présentées jusqu’au 4 janvier 2004. Elles proviennent de différents musées mais aussi de collections particulières et de marchands. Et vont du cendrier au vase en passant par la statuette, ou encore la fresque de plusieurs mètres de long reproduisant une œuvre qui ne peut être déplacée. C’est le cas de deux bas-reliefs créés par Pierre Toulhoat pour Ifremer, quand l’établissement s’appelait encore CNEXO. Ou de la réalisation, plus récente, d’Olivier Lapicque pour la brasserie de Siam, à Brest.

65 artistes

Parmi les 65 artistes représentés à Océanopolis, les contemporains ont leur place, mais la majorité sont de l’entre-deux-guerres. «Durant cette période, 200 artistes sont venus travailler à Quimper, ce qui a constitué un moteur extraordinaire, et a permis de passer le XX e siècle», juge Bernard-Jules Verlingue. Selon lui, la collecte réalisée coupe court à une idée assez souvent répandue, comme quoi la mer est très peu représentée dans la faïence de Quimper. «Il va y avoir un certain nombre de surprises», pronostique-t-il.

Trois thèmes

L’exposition va se décliner sur trois thèmes. Le premier – la faune et la flore marines – a été source d’inspiration notamment pour Paul Fouillen, avec ses décors oniriques, mais aussi pour le «naturaliste» Mathurin Méheut, qui a d’ailleurs fréquenté la station biologique de Roscoff. René-Yves Creston s’est lui-même inspiré d’une mission effectuée avec Jean Charcot, sur le «Pourquoi pas», pour réaliser son pichet «Ours blanc», une pièce unique. Le second thème – l’homme et la mer – a aussi beaucoup inspiré les artistes, à travers la beauté et la force de certains gestes, comme l’illustre la «Paludière à la bêche», de Jorg Robin, ou encore les scènes de la vie campées par Jim-Eugène Sévellec.

Un catalogue

L’exposition traite aussi des «croyances, mythes et légendes de la mer», un domaine où, un peu à la surprise des initiateurs de l’exposition, la production n’est pas prolifique. «Entre les deux guerres, la Bretagne est en pleine mutation, l’attitude est plus ethnographique», avance Jean-Paul Alayse. De belles pièces ont été réunies, notamment une «Vierge des marins», de René Quillivic, ou une «Reine de la mer», de Robert Micheau-Vernez. Un catalogue de l’exposition, de 128 pages, avec 350 photos, sera disponible début novembre 2003.

Publié le 14 octobre 2003 – Le Télégramme ©

Les animaux du ciel et de la terre… par les artistes de la manufacture Keraluc.

Manufacture Keraluc (1946-1984).

Pierre-Jean Guillausseau, Yannick Clapier, Pascal Simon

Décors et sculptures animaliers sont des thèmes omniprésents des différentes manufactures de Quimper. Notre propos est ici de présenter quelques exemples de faïences et de grès à décors et formes d’animaux, créés par les artistes de la manufacture Keraluc, en cette année où Keraluc est à l’honneur au Musée de la Faïence de Quimper… Nous n’avons retenu ici qu’un échantillon des faïences et des grès détaillés et expliqués dans l’article destiné à paraître dans la Gazette des amis du Musée et de la Faïence de Quimper… pour aider à mieux supporter cette période confinée.

Cet article fait suite à l’exposition organisée au Manoir de Kerazan l’année dernière (lien).

Pierre TOULHOAT (1923-2014).

…l’un des premiers artistes à collaborer avec Keraluc dès 1946, il poursuit cette collaboration jusqu’aux années 1970. Il enseigne la céramique et le modelage à l’Ecole des Beaux-arts de Quimper. Il réalise des pièces et des décors pour l’édition et de nombreuses pièces uniques. On lui doit une série de vases et de pichets zoomorphes qui ont fait la célébrité de Keraluc.

  • Pierre TOULHOAT
  • Pierre TOULHOAT
  • Pierre TOULHOAT
  • Pierre TOULHOAT
  • André L’HELGUEN
  • DELIMA
  • Pierre TOULHOAT
  • André L’HELGUEN
  • Pierre TOULHOAT
  • Pierre TOULHOAT
  • Pierre TOULHOAT
  • Pierre TOULHOAT
  • Pierre TOULHOAT
  • Pierre TOULHOAT
  • Pierre TOULHOAT

Paul YVIN, dit YVAIN (1919-2007).

Dessinateur de talent, il travaille chez Henriot, puis chez HB. Il rejoint Keraluc en juillet 1947 où il restera jusqu’en 1984. On lui doit une étonnante série de « piafs » , qui ont précédé de 20 ans les Shadoks, bonheur des téléspectateurs des années 1960… Toutes ses pièces sont uniques à l’exception d’un décor sur grès créé pour l’édition.

  • Paul YVAIN
  • Paul YVAIN
  • Paul YVAIN
  • Paul YVAIN
  • Paul YVAIN
  • Paul YVAIN
  • Paul YVAIN
  • Paul YVAIN
  • Paul YVAIN
  • Paul YVAIN

Joseph Le CORRE, dit Jos Le CORRE (1925-1979).

Jos Le CORRE étudie à l’Ecole des Beaux-arts de Quimper, dont il sera professeur d’art graphique de 1952 à 1979. En 1948, après un passage chez HB, il découvre la nouvelle faïencerie Keraluc… Il réalise alors plusieurs pièces uniques. Il sera un des premiers artistes à occuper un atelier individuel dans la faïencerie. Il quitte Keraluc à l’époque de la mort de Victor LUCAS.

  • Jos Le CORRE
  • Jos Le CORRE
  • Jos Le CORRE
  • Jos Le CORRE
  • Jos Le CORRE
  • Jos Le CORRE
  • Jos Le CORRE
  • Jos Le CORRE
  • Jos Le CORRE
  • Jos Le CORRE
  • Jos Le CORRE

Friedrich VAN DIEPEN.

Pour l’anecdote… « Der Fliegende Hollander » ? Le mystérieux Friedrich VAN DIEPEN arrive à Quimper en 1951 et travaille comme peintre à la manufacture Keraluc pendant quelques mois…

  • Friedrich VAN DIEPEN
  • Friedrich VAN DIEPEN

André HORELLOU (1943-2011).

Après avoir étudié à l’École des Beaux-arts de Quimper, le peintre André HORELLOU entre chez Keraluc en 1966. Il conçoit un type de décor qui lui est propre. Il quitte Keraluc vers 1987 pour se consacrer à la peinture en sa bonne ville de Douarnenez.

  • André HORELLOU
  • André HORELLOU
  • André HORELLOU
  • André HORELLOU
  • André HORELLOU

René QUERE (1932).

René Quéré a pour professeurs à l’Ecole des Beaux-arts de Quimper Jos Le Corre et Pierre TOULHOAT au début des années 1950. A leur invitation, il entre à la manufacture Keraluc comme apprenti peintre décorateur en 1955. Il continuera parallèlement à peindre. Comme artiste indépendant, il ne réalise pratiquement que des pièces uniques jusqu’en 1960, date à laquelle il quitte Keraluc lors du passage de la faïence au grès.

  • René QUERE
  • René QUERE

Georges ALLIER (1912-1994).

Après avoir étudié à l’Ecole des Beaux-arts de Nantes, Georges ALLIER entre chez Keraluc dès les débuts de la manufacture en 1946 et y restera jusqu’à sa retraite. Décorateur hors pair, il peint des pièces de grande qualité Il a produit aussi quelques pièces uniques.

  • Georges ALLIER
  • Georges ALLIER
  • Georges ALLIER

André L’HELGUEN (1935-2017).

André L’HELGUEN suit les cours de quelques grands maîtres de l’Ecole des Beaux-arts de Quimper. Il entre chez Keraluc en 1953, et il y restera pendant toute sa carrière. Ce gracieux pichet zoomorphe représente les créations de Keraluc dans certains ouvrages consacrés à l’art moderne…

  • André L’HELGUEN

Michel FURIC (1943).

Michel FURIC a travaillé comme peintre décorateur pendant vingt ans chez Keraluc (1960-1980), puis à la manufacture HB-Henriot.

  • Michel FURIC
  • Michel FURIC
  • Michel FURIC
  • Michel FURIC

Pierrette PERON.

Pierrette PERON était peintre à la manufacture, elle y a réalisé quelques pièces uniques, comme ces assiettes au décor de chevaux.

  • Pierrette PERON
  • Pierrette PERON

Quelques modèles et décors pour l’édition…

  • Pierre TOULHOAT
  • Georges ALLIER
  • Pol LUCAS - Georges ALLIER
  • Pierre TOULHOAT
  • Georges ALLIER
  • Marcelle NOURY

Nous souhaitons remercier Antoine Lucas, qui nous a apporté d’importantes précisions, Christiane et Michel Vloebergh et Yannick Lijour qui nous ont permis de présenter des pièces de leur collection. Merci à Philippe Théallet et Jean-Paul Alayse pour leur soutien. L’article complet paraîtra dans la Gazette des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper.


2020 – Association des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper ©

Gazette des Amis du Musée & de la Faïence n°46 1er semestre 2020

Gazette des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper n°46 (1er semestre 2020).

Brochure de 16 pages (couleur, paginé) – ISSN 2260-2844

Sommaire :

  • ÉditorialLe conseil d’administration (p 1).
  • Le réveil de Laforgue – Artiste et professeur quimpérois Pascal SIMON, coauteurs : Pierre-Jean GUILLAUSSEAU et Yannick CLAPIER (p 2 à 11).
  • Quelques beaux pichets d’artistes (2de partie) Jean-Paul ALAYSE (p 12 à 13).
  • Origines du service La Mer de Mathurin Méheut (2ème partie)Jean-Paul ALAYSE (p 14 à 15).
  • La Bretagne de Micheau-Vernez Florence ÉDOUARD de MASSOL (p 16).

Pour plus de renseignements, veuillez nous contacter.

Compte-rendu des activités de l’association du mois de septembre 2019.

Le mois de septembre a été très actif pour les Amis du Musée et de la Faïence de Quimper. Nous avons participé coup sur coup au 7ème festival de la céramique de Quimper, et aux journées européennes du patrimoine.

Le premier événement se tenait sur la place du Stivel à Quimper, le 14 et 15 septembre 2019. L’association avait monté un stand pour proposer à la vente nos publications. Cette première participation a été l’occasion de toucher un nouveau public. Les retours sont très positifs.

Le Musée décernait son premier prix à Mathieu Casseau, céramiste à Douarnenez.

Mathieu Casseau
Mathieu Casseau, vase recouvert de terre sigillée.

Le jury était constitué de notre président Jean-Paul Alayse, de Jean-Yves Verlingue (fondateur du Musée), de Philippe Bernelle (organisateur du festival), de Judy Datesman (membre de notre association), et de la céramiste brestoise Elsa Alayse.

Festival de la céramique de Quimper - 1er prix à Mathieu Casseau.
Le lauréat de ce premier prix du Musée de la Faïence, Mathieu Casseau est entouré par le jury.

Le Musée de la Faïence a fait l’acquisition d’une pièce qui est désormais visible dans la vitrine consacrée aux œuvres du 21ème siècle.

Vitrine "Une œuvre en Faïence".
Vitrine des œuvres contemporaines. On retrouve les pièces éditées par la Faïencerie d’Art Breton (FAB), dans le cadre du concours « Une œuvre en Faïence ». 2003 – Jean Lemonnier (Les macareux), 2004 – Olivier Lapicque (Nostalgie), 2005 – Loïc Hervé (Le marin), 2006 – Daphné Pauwels (Métamorphose), et 2007 – Wang Zhen Da (Yangxiaohu, tête rouge).

Les journées européennes du patrimoine sont devenues un rendez-vous incontournable pour les quimpérois. A cette occasion, les bénévoles de l’association étaient mobilisés pour renseigner les visiteurs, et faire la promotion de nos publications.

Stand de l'association pour les journées européennes du patrimoine 2019.
Les bénévoles de l’association et les membres du Musée.

Le bilan de ce week-end est très positif. Le Musée a comptabilisé 1200 visiteurs sur les deux jours (le 21 et 22 septembre), soit une progression de plus de 60 % vis à vis de l’année dernière.

Les journées européennes du patrimoine 2019.
Le public des journées européennes du patrimoine.

Les visites guidées de l’exposition étaient assurées par M. Jérémy Varoquier (assistant du conservateur du Musée). L’exposition thématique « Quand les brodeurs inspiraient les faïenciers » a connu un très grand succès auprès des visiteurs. Il est à mentionner que le Musée a accueilli plus de 10 000 personnes cette année, un record depuis la réouverture en 2011.

Jérémy Varoquier
Les visites guidées de l’exposition.

L’association tient à remercier chaleureusement nos membres qui se sont rendus disponibles pour ces deux événements. Nous vous donnons rendez-vous au salon des antiquités de Quimper sur notre stand, du samedi 9 au lundi 11 novembre 2019, au parc des expositions de Penvillers.

Amis du Musée et de la Faïence de Quimper ©

Mathieu Casseau rafle le prix du jury (Le Télégramme).

Mathieu Casseau
Mathieu Casseau, installé à Douarnenez depuis 2002, a remporté le prix du Fonds de dotation du Musée de la faïence, ce samedi. L’une de ses œuvres sera achetée pour le musée.

La septième édition du Festival Céramique a pris ses quartiers, ce samedi matin, place du Stivel, dans le quartier de Locmaria. Vingt-huit artistes exposent et, pour la première fois, l’un d’entre eux verra l’une de ses pièces intégrer le fonds du Musée de la faïence. Il s’agit de Mathieu Casseau, qui a remporté le prix du jury.

« Je vais prendre cette petite boîte aussi, lance cette cliente, trois petits bols réservés sur le côté, en prenant l’objet dans les mains. Je la mettrai dans ma chambre ou je pourrai l’offrir. Elle est vraiment mignonne, tu ne trouves pas ? ». Son amie, un bol et un petit vase orangés devant elle, acquiesce énergiquement. Mathieu Casseau s’exécute, emballant délicatement ses créations dans du papier bulle.

Elles partent comme des petits pains, les céramiques qu’il fait cuire dans un four à bois. « Non, j’en ai encore d’autres », répond l’artiste installé à Douarnenez depuis 2010, à un visiteur lui demandant si tout était là. Mais il faut se dépêcher…

Une œuvre de Mathieu Casseau au musée

C’est que Mathieu Casseau a reçu, en ce samedi midi, le prix du jury du festival, composé de Jean-Paul Alayse, le président des Amis du musée, de sa fille céramiste Elsa, du faïencier Jean-Yves Verlingue, de l’auteure Judy Datesman et de l’organisateur Philippe Bernelle. « Un nom revenait à chaque fois dans les premières positions, celui de Mathieu Casseau », sourit Jérémy Varoquier, assistant du conservateur du Musée de la faïence. Ce qu’il gagne ? L’achat, par le Fonds de dotation du musée, d’une de ses pièces pour une valeur maximum de 500 €. « On se demande quelle pièce intégrera le musée », ajoute Jérémy Varoquier, en jetant un œil sur le stand du Douarneniste.

Ce qui a plu ? Sans doute les stries et les couleurs chaudes. « Les stries viennent de la tension entre la couche de revêtement argile et la terre de tournage et sont dans le sens du tournage », explique l’homme âgé de 42 ans, qui s’est essayé à la cuisson de la terre, pour la première fois, à 18 ans. « Je voulais transformer la matière par le feu, créer des objets », sourit-il. Il en a fait son métier en 2002.

Huit cycles de cuisson par an

Quant aux couleurs, ocre, rouge, orangé voire gris, « ce sont des variations de couleurs en fonction de la chaleur ». Un cycle de cuisson lui demande un mois de travail. « Entre la montée en température, l’enfournage, la baisse puis la remontée de la température puis l’enfumage, j’ai besoin de quatre jours. Le reste représente le temps de création ». Il réalise environ huit cycles par an. « Je prends votre carte, intervient une cliente. Vous avez un atelier ? Est-ce possible de venir vous voir ? ». Réponse affirmative, la cliente repart. Sinon, il suffit de revenir ce dimanche. « Je garde toujours des belles pièces pour Quimper ! », sourit Mathieu Casseau.

Pratique :
Septième édition du Festival Céramique, ce samedi jusqu’à 19 h et dimanche 15 septembre, de 10 h à 19 h, place du Stivel. À noter que pour tout achat sur les stands, le Musée de la faïence offre une entrée pour deux personnes.

Publié le 14 septembre 2019 par Hélène Caroff – Le Télégramme ©