Le cloître accueille une exposition sur les faïences de Quimper (Le Télégramme).

Bruno Belliot
Directeur de l’Académie de musiques et d’arts sacrés, Bruno Belliot dévoile l’exposition sur les faïences sacrées qui se tiendra dans la galerie du cloître du 16 mai au 1er novembre.

La galerie du Cloître accueille, du 16 mai au 1er novembre, une exposition sur les faïences sacrées de Quimper. Des secrets de fabrication à l’évolution des formes, les visiteurs découvriront une facette peu connue d’un art breton pourtant célèbre. Un parcours inédit proposé par l’Admas. En Bretagne, saintes et saints font partie du quotidien. Leurs effigies veillent sur les chemins, calvaires, fontaines et carrefours. Né sur les bords de l’Odet, au début du XVIIe siècle, cet art du feu a très vite fait la renommée de Quimper. Le village de Locmaria voit éclore, La Grande Maison, sa première manufacture de faïence en 1708. « De l’atelier sortent poteries, vaisselle utilitaire mais aussi des statuettes de Vierges à l’Enfant comme l’extraordinaire Intron Varia Ros Peden, datée de 1733 et signée par Louis La Rosse. Après une période d’essoufflement, la production repart au XXe siècle, avec René Quillivic, Fanch Caujan, Robert Micheau-Vernez, Anie Mouroux. Aujourd’hui, les grandes maisons quimpéroises ont fusionné sous le nom emblématique de Faïencerie Henriot-Quimper.

Publié le 19 février 2020 – Le Télégramme ©

Plus de 80 faïences sacrées présentées à Sainte-Anne d’Auray (Le Télégramme).

faïences sacrées à Sainte-Anne d’Auray
(Photo archives Thomas Perroteau)

Les faïences sacrées seront à l’honneur, à partir du 16 mai, lors d’une exposition au cloître de Sainte-Anne d’Auray (56).

Cette année, c’est l’esprit de faïence qui planera sur la galerie du cloître de Sainte-Anne d’Auray, du 16 mai au 1er novembre. En 2020, l’Académie de musique et d’arts sacrés s’associe au spécialiste Antoine Maigné pour présenter les faïences sacrées de Quimper. Entre histoire et secrets de fabrication, le public découvrira un art breton mondialement connu, bien présent dans les collections de Sainte-Anne-d’Auray. Marie, Anne, Yves, Efflam, Corentin… En Bretagne, saintes et saints font partie du quotidien. Témoignages d’une foi profonde, leurs effigies veillent sur les chemins, calvaires, fontaines, carrefours et rues mais aussi sur les foyers domestiques, sous l’aspect de fragiles statuettes en faïence de Quimper. Plus de 80 d’entre elles seront présentées au public durant près de six mois.

Publié le 13 février 2020 – Le Télégramme ©