#1 Louis Henri Nicot – Une semaine en vidéo, du 28 avril au 2 mai 2020 – Musée.

#1 – Louis Henri Nicot sculpteur Breton.

En 2005, le Musée consacra son exposition thématique au sculpteur breton Louis-Henri Nicot (1878-1944). Il collabora avec la manufacture Henriot.

Le catalogue édité par notre association est toujours commercialisé.

Association des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper ©


L’oeuvre de Louis-Henri Nicot au Musée de la Faïence (le Télégramme).

Bernard Verlingue - Louis Nicot
Bernard Verlingue présente quelques bustes réalisés par Louis-Henri Nicot à qui il consacre, au musée de la faïence, une superbe exposition.

Le Musée de la Faïence consacre son exposition de printemps et d’été 2005 au sculpteur breton Louis-Henri Nicot (1878-1944). Né à Rennes, où il effectue ses études, ce fils de cimentier, convainc difficilement, ses parents de l’inscrire aux Beaux-Arts. Les années qui suivent lui donnent raison, le jeune homme accumule mentions et prix de modelage ou de sculpture.

Louis-Henri Nicot est admis aux Beaux-Arts de Paris en novembre 1902. En 1906, il tente, sans vrai succès, le Grand Prix de Rome, tandis que sa côte monte dans la capitale. Ses premières œuvres, «modernes et élégantes», portent encore les traces de sa formation rennaise. Bientôt, ses marbres, ses bronzes sont salués par la critique.

Photographe aux armées

Il s’installe à Montparnasse où il rencontre ses compatriotes, jeunes militants des nouveaux mouvements régionalistes et nationalistes. En novembre 1912, il rejoint «La Bretagne artistique» qui regroupe sculpteurs, graveurs architectes… d’origine bretonne. Une bourse du gouvernement français lui permet un séjour tunisien d’où il rapporte une superbe céramique, exposée au Musée de la Faïence : «L’Algérienne au singe». Le 2 août 1914, mobilisé au 2 e groupe d’aviation, il devient «photographe aux armées». Durant la guerre il garde des liens avec ses collègues, Pierre Le Noir, Armand Beaufils et Mathurin Méheut.

Sculptures monumentales

Démobilisé, il travaille pour Jules Verlingue, qui vient de relancer la faïencerie HB. Ses «Commères», fumeuses de pipe et autres joueurs de biniou font la joie des amateurs. Parallèlement, Louis-Henri Nicot réalise des sculptures monumentales, souvent destinées aux monuments aux morts. Dans un style complètement novateur, ses bustes, ses statues, taillées dans le granit ou le Kersanton, portent les marques du renouveau artistique. Il meurt en juillet 1944, regretté du monde artistique de 1933. A Quimper, Bernard Jules Verlingue présente la grande diversité de l’œuvre de Louis-Henri Nicot : bronzes, marbres, faïences colorées représentant des groupes de Bretonnes, petites statues aux visages burinés de femmes du Faouët, des Côtes-du-Nord, du Trégor. «Les couleurs, les motifs des châles et des tabliers sont très fidèles», remarque le conservateur.

Evangeline faïence polychrome

Les visiteurs aimeront certainement le beau petit mousse à l’ex-voto ou encore la superbe Evangeline, une faïence polychrome inspirée d’un poème de Longfellow. Le sculpteur a décliné cette figurine de plusieurs façons. L’Evangeline grandeur nature, réalisée en pierre de Kersanton, reçut la médaille d’or au Salon des artistes français de 1933. L’exposition s’agrémente d’un magnifique catalogue, signé Jos Péron, Patrick Monéger et Bernard-Jules Verlingue.

Publié le 11 avril 2005 – Le Télégramme ©

Une semaine en vidéo, du 14 au 18 avril 2020 – Artiste.

Semaine artiste en vidéo, du 31 mars au 3 avril 2020.

Notre 4ème semaine en vidéo est dédiée aux artistes.


#1 – Yann KERSALÉ.

En 2013, l’artiste Yann Kersalé croise la route de la manufacture Henriot à Quimper. On retrouve dans cette collaboration sa recherche permanente autour de la lumière. Il crée des luminaires en s’inspirant des coiffes bretonnes.

France 3 ©


#2 – ALATO (Owen POHO & Brieg OLIVIER).

ALATO est un clin d’oeil à l’architecte/designer finlandais Alvar Aalto. Brieg Olivier et Owen Poho s’associaient en 2005 pour créer des articles contemporains pour la table et la maison. Ils présentent dans ce reportage la collection Erminig.

France 3 Bretagne ©


#3 – Pol Le MEUR.

Pour fêter les trois siècles de faïences à Quimper en 1990, l’artiste Pol Le Meur créa des sculptures géantes. Elles représentaient des éclats gigantesques de faïence quimpéroise. L’évènement s’intitulait : « les égarées du sablier » !


#4 – Hervé Le NOST.

Le sculpteur Hervé Le Nost travailla en résidence en 2015, au sein des ateliers de la faïencerie Henriot à Quimper. Il s’approprie les formes des vases Odetta, pour en réaliser des sculptures.


#5 – Mathurin MÉHEUT.

En décembre 2012, une exposition Mathurin Méheut ouvrit ses portes au Musée des beaux-arts de Brest. Elle s’intitulait « Dans le décor ! ». Elle permettait de découvrir les grands décors marins de l’artiste.


Association des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper ©

Qui était Mathurin Méheut ? – Na petra ‘ta (France 3 Bretagne).

L’émission pour la jeunesse des programmes de France 3 Bretagne propose un reportage pour découvrir le travail de Mathurin Méheut, pour les locuteurs bretons.

Azenor Kallag visite le Musée consacré à l’artiste à Lamballe, et Tangi Merien vous fait découvrir la recette employée par Mathurin Méheut pour confectionner sa peinture à la caséine.

Mathurin Méheut
Mathurin Méheut

Na petra ‘ta : piv oa Mathurin Méheut ?

Aujourd’hui, Erell et Tudu répondent à Kemo qui voudrait en savoir davantage sur Mathurin Méheut.

Erell nous emmène donc à Lamballe où un musée lui est consacré. Le peintre, l’un des plus célèbres de Bretagne, y est né en 1882.

Après des études aux Beaux-Arts de Rennes, il part s’installer à Paris.

Ses dessins de faune et flore sont bien connus. Il a aussi travaillé pour la faïencerie Henriot de Quimper.

Grâce à ses œuvres, il a voyagé dans le monde entier, à Hawaï et au Japon notamment.

Publié le 11/01/2020 par Sonia Zaoumi – France 3 Bretagne ©

Toutes les faïences de Micheau-Vernez dans un livre (Ouest-France).

Robert Micheau-Vernez
L’artiste a réalisé 135 plats et sculptures pour la faïencerie Henriot.

Les faïences de l’artiste pluridisciplinaire Robert Micheau-Vernez, connu pour son travail à Henriot, sont regroupées dans un nouvel ouvrage.

L’artiste breton Micheau-Vernez (1907-1989) est surtout connu pour ses faïences, et sa collaboration de 30 années avec la faïencerie Henriot à Quimper, de 1930 à 1960. En 2004, le Musée de la faïence de Quimper lui consacre une exposition et une première monographie, aujourd’hui épuisée. La Coop Breizh lui avait consacré un livre en 2017, porté sur son travail de peintre au plus de 500 toiles colorées.

Micheau-Vernez, L’œuvre de faïence, présente tant la vie de l’artiste que ses faïences, comblant ainsi un vide et complétant le catalogue de 2004. « Mon travail apporte un regard différent sur son œuvre avec des éléments actuels, souligne Philippe Théallet, galeriste ayant dirigé l’ouvrage. Ses agendas ont été conservés, ainsi que des articles sur sa façon de voir les choses et la société bretonne. J’ai essayé de définir l’homme », ajoute-t-il.

De la modernité dans les faïences

En 1932, Robert Micheau épouse Mina Vernez, également artiste, et signe à partir de ce moment Micheau-Vernez. « C’est un brestois qui commence à découvrir la Bretagne en allant au pardon du Folgoët, explique son fils, Mickaël Micheau-Vernez. Puis il se retrouve chargé du défilé du Bleun Brug. Il découvre un monde extraordinaire. Il apprend le breton. »

L’artiste maîtrise tant la faïence que les vitraux, les illustrations, la peinture, affiches… « C’est le premier artiste à apporter du mouvement dans les faïences. Avant lui les poses étaient statiques, continue son fils. C’est l’image de marque d’Henriot pendant des dizaines d’années. » Il réalisera 135 sculptures et plats pour la faïencerie. « Ce qui m’a passionné, c’est la vie de l’artiste. Il ne fait jamais de compromis », émet Sylvie Delanoy, chargée de communication de Groix Éditions.

Micheau-Vernez, L’œuvre de faïence, de Philippe Théallet avec la collaboration de Mikaël Micheau-Vernez, Groix Éditions, Île de Groix, 2019, 175p., 30 €.

Publié le 04/10/2019 par Metig JAKEZ-VARGAS – Ouest-France ©

Éternelles faïences (Ouest-France).

La faïence de Quimper fait la une du quotidien Ouest-France, dans les rubriques de ventes aux enchères dans l’Ouest et en Bretagne.


À Brest, l’Âme bretonne se transmet aux enchères, ce dimanche

Seizième édition, dimanche 21 juillet à Brest (Finistère), de la vente aux enchères nommée l’Âme bretonne, à la fois prestigieuse et abordable, prisée des musées et collectionneurs. Tableaux, faïences, costumes… Un beau mélange de styles et d’époques.

Anie Mouroux
La vente aux enchères l’Âme bretonne aligne, parmi une foule de petits sujets amusants, de tampons à beurre ou de cuillères de baptêmes, des pièces très rares. Comme cette « Grande sainte Anne des Bretons » d’Anie Mouroux, estimée en 2500 et 3 500 €.

« L’Âme bretonne, vente aux enchères à l’aura particulière, s’adresse aux collectionneurs et aux amoureux de la Bretagne à travers le monde », commente le commissaire-priseur brestois Yves Cosquéric. Tout y est mélangé : époques, styles, prix (à partir de 20 €) et « tout le saint-frusquin ! » À la fois prestigieuse et abordable, cette 16e vente, qui se déroulera à Brest (Finistère), dimanche 21 juillet, aligne des pièces très rares, estimées par des experts fidèles, Didier Gouin, spécialiste des faïences et Alain Le Berre, spécialiste d’art populaire et de costumes.

Parmi les aquarelles de Jean-Julien Lemordant, peintre, aveugle de guerre, des célèbres fresques de l’hôtel de l’Épée à Quimper, un Couple du Morbihan dansant (1 500 €) peut être rapproché du plafond du théâtre de Rennes. Le Pêcheur au filet, dessin au crayon de Mathurin Meheut, fabuleux artiste aux multiples talents, est, lui, mis à prix à 200 €.

Sainte Anne et la vierge enfant

D’une force intemporelle, La vieille fille des monts d’Arrée, gravure en bois de René Quillivic, représente une jeune femme à sa fenêtre (200 €). Signée Jorg Robin (1904-1928), artiste Seiz Breur, le mouvement du renouveau artistique breton, une paludière en grès émaillé, de la célèbre manufacture HB, est estimée entre 3000 et 4 000 € : « Si elle est numérotée 20/200, indique Yves Cosquéric, les 200 exemplaires ne seront jamais atteints, la production se faisant à la commande. »

Des meubles valent le détour. Très connu à Brest, où ses extraordinaires dioramas sont exposés à la tour Tanguy, le peintre de marine Jim Sévellec a conçu un meuble d’alcôve en chêne, sculpté d’une scène du pardon de Sainte-Anne-La-Palud (800 €). Un joli petit buffet à la « patine rouge sang de beauf », typique des marais salants de Guérande, provient de la succession de l’artiste Jean Fréour (500 €). Une autre curiosité arrive de la maison du célèbre sculpteur de Batz-sur-Mer : sous son globe d’origine, un travail de paludier en coquillages forme un bouquet de fleurs (300 €).

La plus remarquable des faïences reste la Grande sainte Anne des Bretons, d’Anie Mouroux (1887-1978) qui fut la première artiste féminine à remporter le Prix de Rome. Issue de sa collaboration avec la manufacture Henriot, elle représente sainte Anne et la vierge à l’enfant. À leurs pieds, cinq couples agenouillés, portant toute une variété de costumes, symbolisent les cinq évêchés bretons.

Dimanche 21 juillet, ventes à 11 h et 14 h 15, Adjug’art 13, rue Traverse, Brest. Expos : vendredi de 16 h à 20 h, samedi 20 de 15 h à 19 h, dimanche de 9 h 15 à 10 h. Catalogue sur www.adjugart.fr, enchères en live sur www.interencheres-live.com.

Publié le 20/07/2019 par Frédérique GUIZIOU – Ouest-France ©


éternelles faïences

Publié le 20/07/2019 par Christophe PENOT – Ouest-France ©