Une matinée pour estimer ses faïences le 8 août à Quimper (Le Télégramme).

Journée informations 2020
Les Amis du Musée de la faïence organisent une matinée d’avis et de conseils, sur rendez-vous, le 8 août, de 10 h à 13 h.

Parfois oubliés, les vases, céramiques et services du grenier valent parfois des milliers d’euros. Le 8 août, les Amis du Musée de la faïence, à Quimper, donnent rendez-vous aux propriétaires pour des conseils et avis quant à la valeur de leurs pièces.

Adjugé, vendu ! Les Amis du Musée de la faïence organisent une matinée d’avis et de conseils, sur rendez-vous, le 8 août, de 10 h à 13 h, à Quimper. En l’absence du conservateur de l’association, les estimations ne seront pas chiffrées. Deux férus de faïence seront présents pour une séance d’informations et d’avis. « On veut éviter que ces objets partent à la poubelle et qu’ils soient conservés dans la famille ou ailleurs », détaille Jérémy Varoquier, assistant principal du Musée de la faïence. Amateurs et connaisseurs aux trésors cachés sont invités. « C’est l’occasion de retrouver l’héritage de la grand-mère qui prenait la poussière », sourit-il.

5 332 euros pour la vierge

Les faïences peuvent être de véritables mines d’or. La semaine dernière, l’association a vu partir un service de Mathurin Méheut à 9 176 € et une Grande Sainte-Anne des Bretons à 5 332 €. « Les prix vont de quelques dizaines à plusieurs milliers d’euros. L’important reste la signature. Ce n’est pas une question de marque, mais d’artistes et de pièces », explique Jérémy Varoquier. Les services de table, fabriqués en série, n’ont pas autant de valeurs qu’on pourrait le croire. « Ce sont des très belles pièces qui laissent à penser qu’elles ont beaucoup de valeur. Bien souvent, ça fait des déçus », ajoute-t-il. Parfois cela cache de belles surprises. En 2019, un ensemble de marins a priori sans valeur était signé Jim-Eugène Sévellec. « Le propriétaire était prêt à le jeter, mais sa compagne voulait en savoir plus. Ce qu’ils croyaient être un bibelot était en fait une œuvre d’artiste », se souvient Jérémy Varoquier.

Des estimations masquées

En cas de bonne surprise, les propriétaires sont aiguillés vers les brocantes ou salles des ventes. Cette année, les enchères en ligne ont la cote. La crise du coronavirus est passée par là. « Après le confinement, beaucoup de salles se sont lancées sur internet. Il faut s’adapter au contexte et vivre avec son temps », philosophe Jérémy Varoquier. Comme les salles de ventes, le Musée de la faïence a dû s’adapter aux contraintes sanitaires. « Il faut prendre rendez-vous. Le port du masque est obligatoire et tout le monde devra appliquer du gel avant de toucher les œuvres », explique-t-il. Cette dernière étape est incontournable. C’est par le contact avec l’œuvre que les membres de l’association peuvent apprécier la qualité et l’état de la faïence.

Pratique : Journée d’estimation des faïences, samedi, de 10 h à 13 h sur rendez-vous, 5 euros la séance d’information et la visite du musée. Musée de la Faïence de Quimper. 14, rue Jean-Baptiste Bousquet. Prendre rendez-vous par téléphone : 02 98 90 12 72.

Publié le 31 juillet 2020 par Lannig Stervinou – Le Télégramme ©

#2 Les artistes et la Mer – Une semaine en vidéo, du 28 avril au 2 mai 2020 – Musée.

#2 – Les faïences de Quimper, les artistes et la Mer.

En octobre 2003, Océanopolis à Brest organise avec le concours du Musée de la Faïence, une exposition sur la thématique des artistes et la Mer. C’était l’occasion de découvrir une présentation des faïences en lien avec la mer, le milieu aquatique, la pêche ainsi que les mythes et légendes de la mer.

Le catalogue édité est toujours disponible auprès de notre association.

Association des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper ©


Océanopolis – La faïence de Quimper prend la mer (Le Télégramme).

Jean-Paul Alayse - Bernard Verlingue
Jean-Paul Alayse, conservateur d’Océanopolis, et Bernard-Jules Verlingue, conservateur du musée de la faïence de Quimper, ont réuni leurs compétences pour mettre sur pied cette exposition, qui présentera notamment cette pièce de Paul Fouillen datant des années vingt.

Parfois, il faut savoir être où on ne vous attend pas. Océanopolis, parc de découverte des océans à Brest, a rendez-vous, à partir du 21 octobre 2003, avec la faïence.

Le sujet – «Les faïences de Quimper, les artistes et la mer» – n’avait pas été traité jusqu’ici. Il fallait aussi de la passion pour l’aborder. Bernard-Jules Verlingue, conservateur du musée de la faïence à Quimper, et Jean-Paul Alayse, conservateur d’Océanopolis, ont lancé leurs filets. Belle pêche : 360 pièces, collectées essentiellement en France, qui seront présentées jusqu’au 4 janvier 2004. Elles proviennent de différents musées mais aussi de collections particulières et de marchands. Et vont du cendrier au vase en passant par la statuette, ou encore la fresque de plusieurs mètres de long reproduisant une œuvre qui ne peut être déplacée. C’est le cas de deux bas-reliefs créés par Pierre Toulhoat pour Ifremer, quand l’établissement s’appelait encore CNEXO. Ou de la réalisation, plus récente, d’Olivier Lapicque pour la brasserie de Siam, à Brest.

65 artistes

Parmi les 65 artistes représentés à Océanopolis, les contemporains ont leur place, mais la majorité sont de l’entre-deux-guerres. «Durant cette période, 200 artistes sont venus travailler à Quimper, ce qui a constitué un moteur extraordinaire, et a permis de passer le XX e siècle», juge Bernard-Jules Verlingue. Selon lui, la collecte réalisée coupe court à une idée assez souvent répandue, comme quoi la mer est très peu représentée dans la faïence de Quimper. «Il va y avoir un certain nombre de surprises», pronostique-t-il.

Trois thèmes

L’exposition va se décliner sur trois thèmes. Le premier – la faune et la flore marines – a été source d’inspiration notamment pour Paul Fouillen, avec ses décors oniriques, mais aussi pour le «naturaliste» Mathurin Méheut, qui a d’ailleurs fréquenté la station biologique de Roscoff. René-Yves Creston s’est lui-même inspiré d’une mission effectuée avec Jean Charcot, sur le «Pourquoi pas», pour réaliser son pichet «Ours blanc», une pièce unique. Le second thème – l’homme et la mer – a aussi beaucoup inspiré les artistes, à travers la beauté et la force de certains gestes, comme l’illustre la «Paludière à la bêche», de Jorg Robin, ou encore les scènes de la vie campées par Jim-Eugène Sévellec.

Un catalogue

L’exposition traite aussi des «croyances, mythes et légendes de la mer», un domaine où, un peu à la surprise des initiateurs de l’exposition, la production n’est pas prolifique. «Entre les deux guerres, la Bretagne est en pleine mutation, l’attitude est plus ethnographique», avance Jean-Paul Alayse. De belles pièces ont été réunies, notamment une «Vierge des marins», de René Quillivic, ou une «Reine de la mer», de Robert Micheau-Vernez. Un catalogue de l’exposition, de 128 pages, avec 350 photos, sera disponible début novembre 2003.

Publié le 14 octobre 2003 – Le Télégramme ©

Vente de « céramique bretonne » le samedi 8 février 2020 à Nantes.

Sévellec et Caujan
Ensemble de pièces de François-Marie Caujan (HB) et de Jim Eugène SEVELLEC (Henriot).

L’étude Salorges enchères de Nantes organise le samedi 8 février la dispersion d’un ensemble de faïences de Quimper.
On retrouve environ 300 lots, avec une belle représentation de la production de la faïencerie Keraluc et de ses artistes.

Jean Mazuet
MAZUET Jean (1908-1984) – Serre-livre en faïence polychrome illustrant la légende d’YS, monogrammé.

Cette vacation propose de nombreuses pièces créées par les époux Taburet, ainsi que les personnages de la noce Bretonne de Jim E. Sévellec produits à la manufacture Henriot.

Salorges enchères – 8 bis rue Chaptal – Nantes (Me Philippe Kaczorowski)
Samedi 8 février 2020 à 14 h 00 – Faïence de Quimper (292 lots).

Vous pouvez consulter les résultats de la vente.

Plus d’informations sur le site de la société de vente aux enchères Salorges Enchères.

Jean-Claude Taburet
TABURET Jean-Claude (1926-2013) – Coupe carrée en faïence décor ciselé d’un bouquet polychrome au bassin.

Photos Salorges enchères ©

Gazette des Amis du Musée & de la Faïence n°44 1er semestre 2019

Brochure de 16 pages (couleur, paginé) – ISSN 2260-2844

Sommaire :

  • ÉditorialLe conseil d’administration (p 1).
  • Iznik en pays Glazik !Gabrielle LESAGE (p 2 à 9).
  • Quelques vases à décor d’enfants de Jim E. SevellecJean-Paul ALAYSE (p 10 à 12).
  • Jean-Pierre Millot, artiste méconnu de la manufacture Keraluc – 
    Rudy BOUCKENOOGHE (p 13 à 15).
  • Des fèves Sévellec pour l’Épiphanie (p 16).
  • Recherches sur Robert Micheau-VernezMikaël MICHEAU-VERNEZ & Philippe THÉALLET (p 16).

Pour plus de renseignements, veuillez nous contacter.

De la faïence dans les galettes ! (Le Télégramme).

Le Musée de la faïence de Locmaria a noué un partenariat avec la boulangerie « Pains et kouign », à Kerfeunteun. À compter d’aujourd’hui, chaque galette achetée donne droit à une fève en porcelaine inspirées du créateur Jim Eugène Sévellec ainsi qu’une entrée pour deux personnes au Musée de la faïence.

Alain et Philippe Guéguen & Bernard Verlingue.
Alain Guéguen, fier de présenter ses galettes et les fèves, entouré de M. Verlingue, conservateur du Musée de la faïence et de Philippe Guéguen, gérant de la boulangerie « Pains et kouign ».

Les fèves, en porcelaine (fèves de Clamecy) sont inspirées du créateur Jim Eugène Sévellec (1897-1971) : peintre, illustrateur d’ouvrages, critique d’art, il a exécuté de nombreux ensembles décoratifs pour des hôtels ou restaurants de Brest, Camaret ou Bénodet. Concernant la faïence, Sévellec a été l’un des créateurs les plus prolifiques de l’entre-deux-guerres, en collaboration avec la manufacture Henriot. Il a conçu toute une série de personnages issus de la vie des ports. Chaque galette achetée donne droit à une fève en porcelaine, sur laquelle a été fait un trou en vue d’un éventuel collier, ainsi qu’une entrée pour deux personnes au musée de la faïence (ouvert à partir du 15 avril). La collection de six fèves est également disponible au prix de 12 €.

Pratique
Boulangerie « Pains et kouign », 104, avenue de la France Libre à Quimper. Tél : 02 98 53 04 05. Site :
www.pains-kouign.fr.
Publié le 28/12/2018 – Le Télégramme ©