Catalogue Xavier Krebs « Cheminements » (Locus Solus).

Figure du mouvement abstrait après-guerre, influencé par l’abstraction lyrique, l’art japonais, ses voyages en Inde, Xavier Krebs (1923-2013) suit un parcours original et méconnu. Né en Bretagne, il entame une carrière de peintre en 1950 à Pont-Aven, dans l’ancien atelier de Paul Gauguin. Il participe à des expositions collectives au Salon d’automne à Paris et travaille pour la faïencerie Keraluc à Quimper. Il aura successivement son atelier à Auvers-sur-Oise, puis en Touraine, pour enfin s’installer en 1977 dans le Tarn.

Aux côtés de Benrath, Degottex, Hantaï, Loubchansky… ses œuvres sont conservées et exposées dans de grandes collections muséales (Beaulieu-en-Rouergue, Lyon, Brest, Rennes, Montauban, Cahors), au Fonds national d’art contemporain, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris.

Cet ouvrage retrace, au fil des amitiés et des admirations, les cheminements de Xavier Krebs – réels, contemplatifs, esthétiques -, et ses grandes périodes stylistiques imprégnées de philosophie orientale.

Xavier Krebs - Cheminements

Catalogue de l’exposition de Quimperlé (Chapelle des Ursulines, Maison des Archers), sous la direction de Fanny Drugeon et Constance Boutet.
Textes d’André Cariou, Françoise Terret-Daniel, Antoine Lucas, Cédric de Veigy, Françoise Livinec, Constance et Bruno Krebs.
Livre broché avec rabats, 23 x 30 cm, 112 pages couleur
+ 100 œuvres reproduites – ISBN 978-2-36833-299-3 – Prix : 25 €

Locus Solus ©


Xavier Krebs à travers la peinture.

Ville de Quimperlé ©

À Quimperlé, tous les chemins mènent à Xavier Krebs (Le Télégramme).

Intitulée « Cheminements », la rétrospective Xavier Krebs, initialement prévue en 2020, vient finalement d’ouvrir ses portes à Quimperlé, jusqu’au 10 octobre.

Krebs
De gauche à droite : Constance, Bruno et Benjamin Krebs, les trois enfants de Xavier Krebs, et Fanny Drugeon, commissaire de l’exposition, à Quimperlé.

Annulée en 2020 puis reportée, la rétrospective Xavier Krebs a finalement ouvert ses portes ce samedi 29 mai. « Ce n’était pas une aventure évidente à mener, merci d’avoir tenu ». C’est avec ces mots que le maire de Quimperlé, Mickaël Quernez, s’est adressé au pôle Culture et Patrimoine de la Ville, à la commissaire de l’exposition Fanny Drugeon, mais aussi aux trois enfants Krebs, Constance, Benjamin et Bruno, qui se sont fortement impliqués dans la mise en œuvre de cette exposition.

Exposition Krebs
L’exposition se décline dans trois lieux : la chapelle des Ursulines, la médiathèque et, ici en photo, la Maison des Archers, à Quimperlé, où le visiteur s’immerge dans les carnets de voyage et les céramiques de Xavier Krebs.

Un lancement plus que bienvenu, après des mois de confinement. Presque un cheminement, comme le nom donné à ce parcours en trois temps : Labyrinthes, Échappées et Mémoires, déclinés chacun dans trois lieux, jusqu’au 10 octobre : la Chapelle des Ursulines, la médiathèque et la Maison des Archers.

Une quête de reconstruction

L’exposition invite le visiteur à explorer le cheminement de l’artiste à travers plusieurs espaces. On y découvre d’abord des œuvres figuratives, inspirées de paysages bretons, mais pas que. Xavier Krebs, né à Quimperlé en 1923, grandit au Poulguin, sur les bords de l’Aven. Puis, il s’engage dans l’armée en 1943 et repart presque aussitôt pour l’Indochine. Ses carnets de dessin se remplissent alors de paysages dégageant une certaine sérénité. Pour l’artiste pourtant, il n’en est rien. Il confiera avoir vécu « l’expérience de la mort ». Une expérience qui, à son retour en Bretagne, aura une forte influence sur sa peinture. « Il cherche à repartir de zéro, à se remettre du traumatisme de la guerre », raconte Fanny Drugeon. Il se reconstruit alors à la faïencerie quimpéroise Keraluc, où il explore l’abstraction sur ses céramiques, exposées à la Maison des Archers.

Des récurrences

Malgré cette évolution dans son œuvre, le travail de l’artiste est émaillé de récurrences.
« Ce qui m’a frappée dans son travail, ce sont les cheminements qui impliquent des détours. Plusieurs chemins mènent au même endroit : le jardin secret que l’on a tous en soi, l’enfance », interprète Constance, la fille de Xavier Krebs. Plus que des détours, son frère Benjamin voit lui des retours en arrière. Et c’est là tout l’intérêt de l’œuvre de leur père. À travers ces récurrences, une forme noire, que l’on observe sur presque toutes les peintures, des rochers ou encore des couleurs, Xavier Krebs a mené une quête qui s’est finalement achevée en 2013, année de sa disparition. Son travail est alors plus apaisé, les couleurs plus vives.

Ce qui m’a frappée dans son travail, ce sont les cheminements qui impliquent des détours. Plusieurs chemins mènent au même endroit : le jardin secret que l’on a tous en soi, l’enfance.

Des influences multiples

Cet artiste autodidacte aimait croiser les époques, les styles et les influences. « C’était un passionné d’Histoire de l’art, de spiritualité, de nature, en plus d’être doté d’un grand sens de l’humour », décrit Fanny Drugeon. La littérature avait également une place importante dans sa vie. À la médiathèque, on retrouve les ouvrages qui l’ont inspiré et nourri, à l’instar de l’écrivain André Malraux.

Atelier de Xavier Krebs
L’atelier de Xavier Krebs a été en partie reproduit dans la Chapelle des Ursulines. On y retrouve une chaise, sur laquelle l’artiste aimait s’asseoir pour observer ses œuvres.

De multiples influences qu’il aimait explorer au cœur de son atelier du Tarn, reproduit en partie à la Chapelle des Ursulines. Là, le visiteur peut, comme l’artiste, observer les œuvres dans leur ensemble, « prendre le temps du regard ».

Pratique

Exposition visible jusqu’au 10 octobre. Chapelle des Ursulines et Maison des Archers, de 13 h à 18 h, du 1er juillet au 31 août, de 11 h à 19 h. Fermeture le lundi. À la médiathèque, aux horaires d’ouverture. Tarifs : Pass’unique Maison des Archers – Chapelle des Ursulines : 5 € (plein tarif) ; 3 € (tarif réduit). Gratuit pour les moins de 25 ans et le vendredi. Médiathèque : entrée libre.

Publié le 30 mai 2021 par Janis Le Dalour – Le Télégramme ©

Patrice Cudennec dans son atelier (France 3 Bretagne).

Le peintre Patrice Cudennec est au programme de l’émission en langue bretonne Bali Breizh dimanche matin.
Pour découvrir cet artiste, vous pouvez toujours vous procurer l’ouvrage de Yann Rivallain et de Philippe Théallet, édité par les éditions Coop Breizh en 2014 (lien).

Publié le 22/01/2021 – France 3 Bretagne ©

Disparition de Maurice Fouillen (1928-2020).

Aujourd’hui, nous avons appris avec tristesse le décès de Maurice Fouillen. Nous reproduisons quelques articles parus en 1990, lors des célébrations du tricentenaire à Quimper.


Paul et Maurice Fouillen

Maurice Fouillen
Maurice Fouillen (cliché ArMen).

Salut les artistes…

Si la qualité première d’un artiste est d’être imprévisible, Paul Fouillen en était un sacré ! Sa vie et son œuvre semblent n’être qu’une suite de pieds de nez à la logique, de fantaisies inspirées. Sa venue à Quimper, déjà. Il y est arrivé en 1920. Parce que ce Pontivien, ancien élève de l’école des Beaux-arts de Rennes aimait la musique et que la Lyre quimpéroise cherchait un flûtiste. Un peu comme ça se passe aujourd’hui dans les clubs de football, on chercha un emploi à cette nouvelle recrue. On lui en trouva un chez HB, dans la faïence.

Paul Fouillen
Sur cette vieille photo, on peut voir Paul Fouillen, à l’époque où il était chef décorateur chez HB.

Une discipline qu’il découvrait, mais qui lui permit d’exprimer ses talents de décorateurs. Il devint chef décorateurs. Et dès 1929, il créa sa propre entreprise, dans un petit atelier sur les bords de l’Odet, à l’ombre de la « Grande maison ». « C’est sa femme qui l’incita à se mettre à son compte », raconte Maurice Fouillen, son fils. Anna Patéour, chef-magasinier chez HB avait, elle, le sens pratique.

Maurice Fouillen
L’ancienne guinguette sur les bords de l’Odet.

Pas de four

Il lui en fallait pour suivre son artiste de mari ! Au début, par exemple, l’atelier ne pouvait fabriquer de la faïence, faute de… four. « Il n’a pu acheter son premier four qu’en 1948, lorsque sont apparus les premiers modèles fonctionnant à l’électricité. En attendant, mon père s’est lancé dans le travail du bois… »

Dans son atelier du Styvel, Maurice Fouillen garde précieusement quelques uns des meubles conçus et décorés par son père. Du mobilier pur style Arts-déco. Inutilisable, inclassable, mais débordant d’invention, d’originalité. « Mon père était avant tout un décorateur », explique Maurice Fouillen, qui évoque toujours avec beaucoup de tendresse et d’émotion ce père extraordinaire.

Maurice Fouillen

De la broderie

Avec son four électrique et le démarrage véritable de son atelier de faïence, en 1948, il allait donner libre cours à cette inspiration qui tranchait avec le style traditionnel des autres ateliers. « Venant d’une autre région, mon père avait été frappé par la richesse des costumes cornouaillais et de leurs motifs. Il trouvait cela beaucoup plus intéressant que les figurines habituelles. C’est ça qui est à l’origine de son style. C’était presque de la broderie… »

La sonnette d’entrée de l’atelier : « C’est la première chose que mit en place mon père lorsqu’il s’installa ! »

Il changea aussi les couleurs, adoptant des marrons que viennent éclairer des bleus d’une extraordinaire intensité. De temps à autre, les broderies laissaient place à des personnages, des portraits remplies de vie. « Comme les autres artistes de sa génération, Méheut ou Creston. Il se promenait toujours un crayon à la main, prêt à saisir des scènes quotidiennes que l’on retrouvait sur des assiettes, de meubles… »

Cette passion de la création, Paul Fouillen ne l’exprimait pas que dans son atelier. « Il était passionné de théâtre. En fait, il aurait voulu être décorateur. Il a même fondé une troupe à Quimper et écrit une opérette pour le plaisir d’avoir à concevoir des décors. » Sans parler d’un dessin animé et nombreuses peintures réalisées sur des carton d’emballage, dont certaines ornent encore les murs de l’atelier du Styvel. « Il est mort trop tôt. Juste au moment où, libéré du poids de son entreprise, il aurait pu donner libre cours à son inspiration. Il avait encore beaucoup de choses à donner. » Pouvait avancer, innover. Mais, bien sûr, il ne fallait pas dévier, il fallait qu’on puisse dire : « C’est du Fouillen ! ». Chez nous, on a toujours fait quelque concessions aux clients, mais jamais sur les décors. »

Paul & Maurice Fouillen
Affiche de l’exposition « Paul Fouillen faïencier quimpérois, Maurice Fouillen » en 2015.

Mais, au fait, c’est quoi du « Fouillen » ? « C’est une liberté de création, mais qui puise dans notre patrimoine celtique. A mon avis, l’Art-déco, c’est la vraie originalité du Quimper. Parce que les artistes qui le pratiquaient savaient s’inspirer de la tradition locale. Ce qu’ils faisaient ne pouvait être fait ailleurs. »

Mort en 1958, Paul Fouillen n’aura pas vécu la fin de son atelier, qui employa jusqu’à une vingtaine des personnes. Avant de fermer ses portes. Pas tout à fait, pourtant. Aujourd’hui, Maurice Fouillen continue, seul, à maintenir la tradition Fouillen. « J’ai commencé à travailler avec mon père en 1959. Je me souviens toujours de la première pièce qu’il m’a confiée. C’était un service à huîtres. Il me laissait ma liberté ».

Maurice Fouillen
Maurice Fouillen – Jeune bretonne debout (2001).

Des Fouillenistes fidèles

Ce style, en tout cas, les « Fouillenistes » savent le reconnaître. « Ce sont des collectionneurs, des gens qui suivent notre production, qui reviennent quatre ou cinq après avoir acheté une pièce, parce qu’ils savent qu’ils en trouveront d’autres qui ne seront différentes, avec un décor unique… »

C’est pour eux que Maurice Fouillen, à 61 ans, continue à cuire, à peindre, à travailler ses émaux. En recherchant l’inspiration dans les centaines de motifs créés par son père. Sans dévier, mais, aussi, sans copier.

Publié le 24/04/1990 par Jean LALLOUET – Ouest-France ©


Rencontre avec Maurice Fouillen – Deux traditions : quimpéroise et familiale

Maurice Fouillen
Maurice Fouillen présente une pièce unique exposée à Trévarez à Noël dernier, sur le bar fabriqué et décoré par son père et marqué par Charles Aznavour lui-même !

Faïence, un nom : Quimper. Une des trois grandes signatures : Fouillen.

En poussant la porte de l’atelier, cette ex-guinguette 1900 de la place du Styvel, qui servit de décors au film de Chabrol, « Les fantômes du Chapelier », la certitude s’empare aussitôt du visiteur : c’est un placement que de posséder un « Fouillen ». Héritier du talent de son père Paul, ex-chef décorateur chez HB et créateur de son entreprise, Maurice continue à satisfaire sa clientèle extrêmement demandeuse parmi les professionnels de la vente.

Déjà sur le « coup de l’été prochain », il décore vases, assiettes, plats et objets divers de son inspiration celtique aux couleurs profondes. Passionné par son métier, cet artiste véritable et modeste évoque cet autre grand artiste que fut son père et les différentes étapes qu’il dut franchir avant de monter enfin son premier four électrique en 1945. « Il a dû décorer différentes choses en verre, bois, cuir, etc ».

Certaines représentent une valeur inestimable, puisque sentimentale en plus de la formidable beauté. Charles Aznavour lui-même en fut pour ses… frais en se voyant refuser la vente d’un splendide meuble. Les arguments sonnants du comédien ne firent aucunement trébucher l’attachement à la mémoire paternelle de Maurice Fouillen.

Maurice Fouillen dans sa salle d'exposition.
Maurice Fouillen dans sa salle d’exposition.

Trois fois cent et trois fois vingt

Cette année, l’on fête le 60ème anniversaire d’un établissement fondé en 1929 et qui compta jusqu’à 18 salariés. Témoin d’une époque florissante et captivante qui se prolonge à l’échelle du toujours grand art, l’atelier Fouillen sera bien entendu représenté à sa juste valeur l’an prochain, à l’occasion de la célébration du tricentenaire de la faïencerie quimpéroise. Expo prévue, comme il se doit, au musée breton. Le pape Jean-Paul II y prêtera-t-il le vase issu de cet atelier et offert en 1981 par une congrégation de religieuses, qui en firent spécialement la commande.

Maurice Fouillen décorant un plat
Maurice Fouillen décorant un plat

Publié le 14/09/1989 – Le Télégramme ©