Seiz breur pour un art moderne en Bretagne 1923 1947 par Pascal Aumasson.

L’ouvrage sur la confrérie des sept frères (Ar Seiz Breur) est paru au début du mois de décembre.

SEIZ BREUR LOCUS SOLUS 2017

SEIZ BREUR – pour un art moderne en Bretagne 1923-1947 – LOCUS SOLUS 2017 – Pascal Aumasson.

Retrouver une sélection des articles publiés sur cet ouvrage.


Le samedi 16 et le dimanche 17 décembre 2017, la pension Gloanec à Pont-Aven organisait son salon de Noël. Pascal Aumasson était interviewé sur son ouvrage par les organisateurs.

« Pension Gloanec » © 2017.


Le magazine Bretons du mois de janvier 2018 consacre un article de 4 pages au livre de Pascal Aumasson sous le titre de  » Les Seiz Breur voulaient créer un art moderne inspiré de l’esprit breton » (pages 34 à 37).

Couverture Bretons magazine 138.

Bretons magazine n°138, du mois de janvier 2018.


L’art déco breton toujours moderne des Seiz Breur (Ouest-France).

Histoire de l’art. Les créations des Seiz Breur ont gardé leur beauté et leur modernité. Ce mouvement (1923 à 1947) a pourtant été un peu oublié. Un livre les remet dans l’actualité.

Entretien avec Pascal Aumasson, ancien directeur du Musée des Beaux-arts de Brest.

Publié par Ouest-France - Rennes, musée de Bretagne - Collection particulière

Buffet à glissière (Creston/Savina), pichet Henriot (Creston/Candré-Creston) et projet d’étoffe imprimée (Candré-Creston).

Les Seiz Breur, des jeunes gens modernes ?
Dans les années 1920, ces jeunes artistes bretons ont un esprit moderne parce qu’ils se cultivent et regardent autour d’eux. Ils ont l’intelligence de tout absorber, notamment dans le monde celte, dans le sens européen du mot, jusqu’en Europe centrale.

Et ils transforment cette matière première celtique ?
Ils ont une détestation pour le mobilier Henri II, les meubles à personnages bretons, les surcharges décoratives sur les costumes… Ça les modernise. Ils sont imprégnés de respect des usages traditionnels, mais les plus anciens. Ils s’inspirent des formes, des couleurs… Ils prennent, par exemple, les motifs qui décorent une cuillère de mariage de 1859 pour en faire un usage schématisé qu’on retrouve ensuite dans leurs cartes de vœux.

Peut-on parler d’art déco ?
Ils représentent l’expression bretonne de la grande ferveur des arts déco partout en Europe.

Ça ne dure pas très longtemps ?
Une vingtaine d’années. Guère moins que l’École de Pont-Aven. Et, comme pour Pont-Aven, ce n’est pas une école avec un contrôle, une censure. C’est un mouvement démocratique, ouvert, qui n’impose pas de style. C’est un creuset où chacun s’alimente.

Il y a des femmes dans le groupe ?
Quelques femmes brillantes avec du tempérament, comme Jeanne Malivel ou Suzanne Candré-Creston, la première femme d’une des figures du mouvement , René-Yves Creston. J’ai retrouvé d’elle un fonds de sept cents planches de dessins formidables, avec une fraîcheur d’idées pour les meubles, la faïence, les textiles…

Car ils ne se limitent pas à une discipline…
Ils ne séparent pas art savant et art populaire. Leur mot d’ordre c’est « embellir le quotidien ». Ils proposent même des services de table, du papier peint, des meubles tourne-disque ou TSF…

Aujourd’hui, on les appellerait des designers ?
Absolument. Ils faisaient attention à l’environnement du quotidien.

Quel impact ont-ils sur leur époque ?
Leur publication est lue et connue. Ils ont une vitalité formidable et l’art de se montrer.

Dès 1925, deux ans après s’être rencontrés, ils sont représentés à l’exposition des arts industriels et décoratifs de Paris. En 1937, ils sont une trentaine et ont un pavillon dix fois plus grand à l’Exposition internationale.

Sont-ils situables politiquement ?
Ils abordent la question politique à travers l’art et la culture bretonne. Avec l’envie que l’art encourage la prise de conscience d’être breton. Certains ont eu des démarches individuelles mais le groupe n’a jamais pris position pour l’autonomisme, et surtout pas pour l’Allemagne ou pour Vichy.

Puis, on les perd de vue ?
Après la guerre, au regard des prises de position de certains, il y a eu un amalgame qui fait que l’intérêt pour la culture bretonne a pu être associé à la collaboration.

Mais leurs productions restent modernes ?
La meilleure preuve c’est qu’on n’a jamais vu autant d’objets Seiz Breur dans les salles de vente depuis vingt ans.

Donc, ils ont beaucoup produit ?
Notamment aux faïenceries de Quimper. Mais, ils ont rencontré, comme des designers, des difficultés pour éditer tous leurs objets.

Recueilli par Gilles KERDREUXOuest-France du 28/12/2017.

Seiz Breur. Ed. Locus Solus. 190 pages. 25 €.

Suivez-nous sur :

Jeanne Malivel, pionnière de l’art moderne breton.

L’exposition thématique de l’année 2018 du Musée de la Faïence de Quimper sera consacrée à l’artiste Jeanne Malivel du lundi 16 avril au samedi 29 septembre 2018.


Jeanne Malivel (1895-1926)

Autoportrait de l’artiste Jeanne Malivel (1895-1926).

Jeune femme sympathique, vive et passionnée, Jeanne Malivel (1895-1926) consacra sa brève carrière à la rénovation des arts appliqués de sa Bretagne.

Gravure sur bois, broderie, mobilier, faïence, vitrail, objets du quotidien, cette touche-à-tout offrit son talent à la création d’une dynamique qui bouleversa la production artistique bretonne, alors trop académique et stéréotypée. Avec René-Yves et Suzanne Creston, elle fut le fer de lance de la création du groupe des Seiz Breur et de leur participation à l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes de 1925.

Sa vision ne se cantonna pas au simple exercice de son art. La modernisation des arts appliqués fut accompagnée d’une volonté de rendre les œuvres produites accessibles à toutes les bourses. Elle tenta, avec ses idées et ses commandes, de relancer l’artisanat autour de Loudéac en proie à l’émigration vers les villes comme tout le centre Bretagne. Fauchée par la maladie, en plein bonheur, à l’âge de 31 ans, elle restera la mère d’une nouvelle génération de créateurs.

Cette première exposition, menée avec la collaboration de l’association Jeanne Malivel et de la famille de l’artiste, présente l’ensemble des aspects de son œuvre. Quelques broderies inspirées des dessins de cette femme talentueuse, réalisées par les élèves de Pascal Jaouen, mettrons en lumière toute la modernité de son œuvre.

Rendez-vous le 16 avril !

Musée de la Faïence de Quimper © – 2017.


Dans le cadre de son émission « En flânant », Roger GICQUEL rencontre le Docteur Pierre-Anne CORDIER, neveu de Jeanne MALIVEL. Ils évoquent le souvenir de cette artiste bretonne issue du mouvement « Ar Seiz Breur » (le 15 avril 1995).


La maison d’artistes de la Grande vigne à Dinan a exposé cet été les oeuvres de Jeanne Malivel et d’Yvonne Jean-Haffen. Le magazine du conseil départemental des Côtes d’Armor lui a consacré un article sous le titre : « Pionnière du renouveau artistique breton ».

Vous pouvez télécharger l’article.

Pionnière du renouveau artistique breton(Côtes d’Armor magazine n°159 – Septembre/Octobre 2017 par Laurent Le Baut).


Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site des Amis de Jeanne Malivel (lien).

Suivez-nous sur :

Gens de justice et scènes de prétoire sous le regard d’un magistrat – Pierre CAVELLAT (1901-1995) – Annick Le DOUGET.

Pierre CAVELLAT (1901-1995) a collaboré avec les manufactures HB et Henriot. Après une exposition estivale au Musée des Jacobins de Morlaix en 2015, un ouvrage lui est consacré en cette fin d’année : « Gens de justice et scènes de prétoire sous le regard d’un magistrat », d’Annick Le DOUGET (Société des Amis de Louis Le GUENNEC).

Couverture du livre d'Annick Le DOUGET

La revue de presse.


Annick Le Douget s’intéresse à Pierre Cavellat, magistrat et artiste (Le Télégramme).

Le nouvel ouvrage d’Annick Le Douget est consacré à Pierre Cavellat. Magistrat, ce dernier a exercé à Quimper et dans plusieurs villes de l’Ouest. Il est devenu président de la Cour d’appel de Caen en 1956. Dès 1929, le jeune juge Pierre Cavellat, qui démontrera toute sa vie qu’il est un homme de robe mais aussi un artiste à part entière, dessine le peuple fréquentant les tribunaux. Ces croquis, commentés par Annick Le Douget dans son dernier ouvrage qui vient de paraître « Gens de justice et scènes de prétoire sous le regard d’un magistrat. Pierre Cavellat (1901-1995) », racontent beaucoup sur la vie judiciaire et sur ceux qui peuplent les salles d’audience en quête d’émotions fortes.

Photo article du Télégramme

Jean-François Cavellat et sa sœur, Bruno Le Gall, archiviste, Annick Le Douget et Yann Celton. Tous ont œuvré pour que naisse ce beau livre.

Un portrait évolutif

Tout d’abord, Pierre Cavellat trace un portrait de son père, Pierre. L’homme est né en 1901 à Pontrieux (Côtes-d’Armor). Son grand-père, officier de marine, peintre talentueux, lui a peut-être transmis ses dons d’artiste. Les caricatures et dessins de Pierre Cavellat permettent à Annick Le Douget de dresser un portrait évolutif de la vie des tribunaux. Elle rappelle qu’entre les deux guerres, dans cette Bretagne bretonnante, des interprètes intervenaient pour traduire les propos des prévenus, des témoins, des jurés… Les femmes ne deviendront magistrates qu’en 1946. Et jurées en 1946, après avoir eu le droit de vote.

Pierre Cavellat, comme les autres magistrats, ne voyait pas d’un bon œil celles-ci envahir les prétoires. Ses dessins les représentent avec un humour grinçant. Le livre est aussi une belle occasion pour l’ancienne greffière de « rattacher un dessin » à une affaire criminelle qu’elle a évoquée dans l’un de ses livres. Ces histoires de prétoires sont les mêmes aujourd’hui… La femme qui refuse la maternité et enferme son bébé mort dans une valise, celui ou celle qui vole, qui tue… Parfois, la plume de Pierre Cavellat montre la fatigue, la détresse d’un témoin, d’un prévenu. Les avocats plaident et la force de leurs paroles se devine sur le papier.

Une mine d’informations

Édité par la Société des Amis de Louis Le Guennec « qui était un ami », écrit Bruno Le Gall, président de cette société, ce beau livre, qui doit aussi beaucoup à Yann Celton, archiviste, est une mine d’informations à la fois drôles et tragiques.

Publié le 11 décembre 2017 par Éliane Faucon-Dumont – Le Télégramme ©.


Elle présente les croquis d’un magistrat breton (Ouest-France).

Ancienne greffière au tribunal de Quimper, Annick Le Douget propose, dans un livre, les dessins de Pierre Cavellat. Magistrat du grand Ouest, il les réalisait pendant les audiences.

Gens de justice et scènes de prétoire sous le regard d’un magistrat, Pierre Cavellat est un beau livre illustré. Il répertorie les innombrables croquis d’audience que le juge a dessinés tout au long de sa carrière, passée notamment en Bretagne. Un travail réalisé par Annick Le Douget, ancienne greffière au tribunal de Quimper, et passionnée de justice.

Photo article de Ouest-France

Annick Le Douget, au centre, entourée d’Anne Hecquet puis Jean-François Cavellat (à gauche) et de l’archiviste Bruno Le Gall ainsi que de Yann Celton, bibliothécaire de l’évêché de Quimper.

Né en 1901, dans ce qu’on appelait encore les Côtes du Nord (aujourd’hui Côtes-d’Armor) et mort dans le Finistère quatre-vingt-quatorze ans plus tard à Carantec, le magistrat Pierre Cavellat a eu une vie bien remplie. Tant dans les cours qu’en atelier. Car s’il a fait du droit son métier, il fut un grand passionné de peinture. Il a ainsi laissé derrière lui 750 dessins illustrant le monde de la justice, faits depuis les différents tribunaux dans lesquels il a pu officier dont Quimper en 1932. Grâce à son fils, une partie de l’oeuvre est conservée au Musée départemental breton et y a été exposée en 2006. « À la mort de mon père, explique Jean-François Cavellat, j’ai pensé que son travail avait une valeur documentaire ».
Encore fallait-il contextualiser les dessins retrouvés, un travail titanesque réalisé par Annick Le Douget. « Certains sont datés, mais pas tous. Parfois, il y a juste un mot permettant d’être relié à la vie judiciaire ». L’ex greffière a pris plaisir à « remonter le fil d’histoires criminelles », satisfaite de « mettre enfin des noms sur des têtes ».

L’œil de son temps

L’originalité des dessins est due au regard surplombant de Pierre Cavellat, estime Annick Le Douget. « Ce n’est pas un observateur externe, il fait partie du monde de la justice, avance la retraitée. Depuis son estrade, il avait une vue plongeante sur les prévenus, les avocats et le public ». Un regard original pour mieux montrer « l’articulation entre les justiciables, la justice et la société ».
Anne Hecquet, sa fille, précise que son paternel dessinait « quand il était assesseur, pas quand il présidait ». De temps en temps, il reprenait un croquis pour y mettre des couleurs à l’aquarelle, mais « ‘opérait jamais de repentir ». Ce qui l’intéresse, « c’est l’instant » dessiné sur le vif.
« Fascinée par cette justesse », Annick Le Douget a également exhumé des caricatures. Celles-ci représentent notamment l’arrivée, après la Seconde Guerre mondiale, des femmes dans le monde de la justice, « un cénacle masculin ». La gent féminine est ainsi représentée comme « un trouble à l’ordre moral ». Sur une des caricatures, trois magistrates sont dessinées : l’une tricote, une autre lit une revue et la troisième se met du rouge à lèvres. D’aucuns parleraient de misogynie… d’autres évoqueraient l’œil de son temps

Gens de justice et scènes de prétoire sous le regard d’un magistrat, Pierre Cavellat. 22€ en librairie et sur le site de la Société des Amis de Louis Le Guennec : https://amisleguennec.wixsite.com/amisleguennec

Publié le 12 décembre 2017 par Aymeric Malonga – Ouest-France ©.

Suivez-nous sur :

Le sens de la couleur de Robert Micheau-Vernez (Le Télégramme).

Coop Breizh consacre à Robert Micheau-Vernez un ouvrage magnifiquement illustré, signé Jean-Marc Michaud. L’occasion de redécouvrir l’œuvre de cet artiste brestois, dont la peinture colorée traduit son admiration pour Chagall, Cézanne ou Bonnard.

Robert MICHEAU-VERNEZ COOP BREIZH 2017 - Photo le Télégramme.

Mikaël Micheau-Vernez, Jean-Marc Michaud, Bernard Verlingue, directeur du musée de la Faïence, et Trifin Le Merdy, responsable des éditions Coop Breizh.

« Peintre de la lumière, tu es resté dans l’ombre toute ta vie », dit de lui son fils Mikaël, qui rend hommage à Robert Micheau-Vernez en préambule de ce beau livre de 240 pages, illustré entre autres de 260 reproductions en couleur des 500 tableaux référencés à ce jour d’un peintre prolifique. Robert Micheau-Vernez (Brest, 1907-Le Croizic, 1989) fut diplômé des Beaux-arts de Brest et de Nantes avant de suivre, aux Beaux-arts de Paris, les cours du peintre Lucien Simon et, en parallèle, ceux des Ateliers d’arts sacrés de Maurice Denis. Celui qui fut professeur de dessin en lycée à Bastia, Brest, Grasse, Pont-l’Abbé et Quimper n’a cessé ensuite de consacrer tout son temps libre à son œuvre. Natures mortes, paysages, bouquets de fleurs, les thématiques abordées dans ses tableaux ne sont pas uniquement liées à la Bretagne et son folklore, mais abordent aussi les rivages de Venise, du Midi ou de l’Orient, l’univers du cirque ou encore l’art sacré et religieux.

Un sens de la couleur qui apparaît très tôt

Des œuvres nouvelles découvertes par l’association Robert Micheau-Vernez et des archives inédites, les carnets que l’artiste a tenus pendant trente ans, ont permis à l’auteur Jean-Marc Michaud, conservateur en chef du patrimoine, d’étoffer la première monographie qu’il lui avait consacré, lors d’une exposition au Musée du Faouët en 2009. « C’est un artiste pluridisciplinaire, longtemps connu pour sa faïence produite à la manufacture Henriot et plus particulièrement pour avoir introduit le mouvement dans la céramique. C’est un peu l’arbre qui cache la forêt », relate l’auteur. Et de poursuivre : « Dès l’âge de 14 ans, il copie les grands maîtres au musée des Beaux-arts de Brest et se distingue par son talent précoce. Il y a un antagonisme entre la peinture classique et son sens de la couleur, qui apparaît très tôt et naît de la familiarité avec les costumes bretons, qu’il retrouve chez des peintres comme Gauguin, Cézanne, Bonnard mais aussi Matisse ». Le célèbre galeriste du Faubourg Saint-Honoré, à Paris, Armand Drouant qui avait exposé entre autres Chagall, lui a consacré une grande exposition en 1978, estimant qu’il était l’un des grands coloristes de la seconde moitié du XXe siècle. Le livre permet de redécouvrir le talent du peintre, mais aussi d’autres facettes de l’artiste, qui a appartenu au mouvement des Seiz Breur de 1932 à 1946. Dessinateur, affichiste, il s’est aussi illustré par la réalisation de vitraux, dont ceux de Saint-Michel-en-Grève et du Conquet, qui sont désormais inscrits à l’Inventaire des monuments historiques.

Pratique :
« Micheau-Vernez, alchimiste de la couleur », aux éditions Coop Breizh. Prix : 35 €.

Publié le 13 décembre 2017 par Delphine TANGUY –  © Le Télégramme

Suivez-nous sur :

La peinture de Micheau-Vernez, alchimiste de la couleur (Ouest-France).

La collection « beau livre » des éditions Coop Breizh s’enrichit d’un nouvel ouvrage consacré à l’artiste Robert Micheau-Vernez : Alchimiste de la couleur. Originaire de Brest, le peintre-céramiste-vitrailliste est ainsi valorisé sous la plume de son fils Mikaël et de Jean-Marc Michaud, conservateur en chef du patrimoine.

Robert MICHEAU-VERNEZ COOP BREIZH 2017 - Photo Ouest-France

« Micheau-Vernez est un peintre de la lumière, son existence est restée dans l’ombre », selon les propos de Jean-Marc Michaud, conservateur en chef du patrimoine.

En 2009, l’exposition Micheau-Vernez 1907 – 1989 présentée au musée du Faouët (Morbihan) avait permis de redécouvrir le peintre et son œuvre. À cette occasion, Jean-Marc Michaud, conservateur en chef du patrimoine, avait consacré à l’artiste brestois une première monographie aujourd’hui épuisée.

Le nouvel ouvrage que vient de publier Coop Breizh est étoffé et son iconographie plus abondante. Il consacre une place toute particulière à la peinture. En effet, depuis 2009, des œuvres inédites sont apparues sur le marché de l’art ou ont été signalées par leurs propriétaires à l’association Robert Micheau-Vernez qui a référencé près de 500 tableaux.

Robert MICHEAU-VERNEZ COOP BREIZH 2017 - Photo Ouest-France

Bigoudène en costume ancien, juillet 1984, huile sur toile, 92 x 73.

Les peintures ainsi découvertes appartiennent souvent à la production des années trente et quarante qui étaient moins bien connue que celle des décennies suivantes.

Alchimiste de la couleur, 240 p, 35 €, Coop Breizh.

Publié le 12/12/2017 par Ouest-France©

Suivez-nous sur :