Gens de justice et scènes de prétoire sous le regard d’un magistrat – Pierre CAVELLAT (1901-1995) – Annick Le DOUGET.

Pierre CAVELLAT (1901-1995) a collaboré avec les manufactures HB et Henriot. Après une exposition estivale au Musée des Jacobins de Morlaix en 2015, un ouvrage lui est consacré en cette fin d’année : « Gens de justice et scènes de prétoire sous le regard d’un magistrat », d’Annick Le DOUGET (Société des Amis de Louis Le GUENNEC).

Couverture du livre d'Annick Le DOUGET

La revue de presse.


Annick Le Douget s’intéresse à Pierre Cavellat, magistrat et artiste (Le Télégramme).

Le nouvel ouvrage d’Annick Le Douget est consacré à Pierre Cavellat. Magistrat, ce dernier a exercé à Quimper et dans plusieurs villes de l’Ouest. Il est devenu président de la Cour d’appel de Caen en 1956. Dès 1929, le jeune juge Pierre Cavellat, qui démontrera toute sa vie qu’il est un homme de robe mais aussi un artiste à part entière, dessine le peuple fréquentant les tribunaux. Ces croquis, commentés par Annick Le Douget dans son dernier ouvrage qui vient de paraître « Gens de justice et scènes de prétoire sous le regard d’un magistrat. Pierre Cavellat (1901-1995) », racontent beaucoup sur la vie judiciaire et sur ceux qui peuplent les salles d’audience en quête d’émotions fortes.

Photo article du Télégramme

Jean-François Cavellat et sa sœur, Bruno Le Gall, archiviste, Annick Le Douget et Yann Celton. Tous ont œuvré pour que naisse ce beau livre.

Un portrait évolutif

Tout d’abord, Pierre Cavellat trace un portrait de son père, Pierre. L’homme est né en 1901 à Pontrieux (Côtes-d’Armor). Son grand-père, officier de marine, peintre talentueux, lui a peut-être transmis ses dons d’artiste. Les caricatures et dessins de Pierre Cavellat permettent à Annick Le Douget de dresser un portrait évolutif de la vie des tribunaux. Elle rappelle qu’entre les deux guerres, dans cette Bretagne bretonnante, des interprètes intervenaient pour traduire les propos des prévenus, des témoins, des jurés… Les femmes ne deviendront magistrates qu’en 1946. Et jurées en 1946, après avoir eu le droit de vote.

Pierre Cavellat, comme les autres magistrats, ne voyait pas d’un bon œil celles-ci envahir les prétoires. Ses dessins les représentent avec un humour grinçant. Le livre est aussi une belle occasion pour l’ancienne greffière de « rattacher un dessin » à une affaire criminelle qu’elle a évoquée dans l’un de ses livres. Ces histoires de prétoires sont les mêmes aujourd’hui… La femme qui refuse la maternité et enferme son bébé mort dans une valise, celui ou celle qui vole, qui tue… Parfois, la plume de Pierre Cavellat montre la fatigue, la détresse d’un témoin, d’un prévenu. Les avocats plaident et la force de leurs paroles se devine sur le papier.

Une mine d’informations

Édité par la Société des Amis de Louis Le Guennec « qui était un ami », écrit Bruno Le Gall, président de cette société, ce beau livre, qui doit aussi beaucoup à Yann Celton, archiviste, est une mine d’informations à la fois drôles et tragiques.

Publié le 11 décembre 2017 par Éliane Faucon-Dumont – Le Télégramme ©.


Elle présente les croquis d’un magistrat breton (Ouest-France).

Ancienne greffière au tribunal de Quimper, Annick Le Douget propose, dans un livre, les dessins de Pierre Cavellat. Magistrat du grand Ouest, il les réalisait pendant les audiences.

Gens de justice et scènes de prétoire sous le regard d’un magistrat, Pierre Cavellat est un beau livre illustré. Il répertorie les innombrables croquis d’audience que le juge a dessinés tout au long de sa carrière, passée notamment en Bretagne. Un travail réalisé par Annick Le Douget, ancienne greffière au tribunal de Quimper, et passionnée de justice.

Photo article de Ouest-France

Annick Le Douget, au centre, entourée d’Anne Hecquet puis Jean-François Cavellat (à gauche) et de l’archiviste Bruno Le Gall ainsi que de Yann Celton, bibliothécaire de l’évêché de Quimper.

Né en 1901, dans ce qu’on appelait encore les Côtes du Nord (aujourd’hui Côtes-d’Armor) et mort dans le Finistère quatre-vingt-quatorze ans plus tard à Carantec, le magistrat Pierre Cavellat a eu une vie bien remplie. Tant dans les cours qu’en atelier. Car s’il a fait du droit son métier, il fut un grand passionné de peinture. Il a ainsi laissé derrière lui 750 dessins illustrant le monde de la justice, faits depuis les différents tribunaux dans lesquels il a pu officier dont Quimper en 1932. Grâce à son fils, une partie de l’oeuvre est conservée au Musée départemental breton et y a été exposée en 2006. « À la mort de mon père, explique Jean-François Cavellat, j’ai pensé que son travail avait une valeur documentaire ».
Encore fallait-il contextualiser les dessins retrouvés, un travail titanesque réalisé par Annick Le Douget. « Certains sont datés, mais pas tous. Parfois, il y a juste un mot permettant d’être relié à la vie judiciaire ». L’ex greffière a pris plaisir à « remonter le fil d’histoires criminelles », satisfaite de « mettre enfin des noms sur des têtes ».

L’œil de son temps

L’originalité des dessins est due au regard surplombant de Pierre Cavellat, estime Annick Le Douget. « Ce n’est pas un observateur externe, il fait partie du monde de la justice, avance la retraitée. Depuis son estrade, il avait une vue plongeante sur les prévenus, les avocats et le public ». Un regard original pour mieux montrer « l’articulation entre les justiciables, la justice et la société ».
Anne Hecquet, sa fille, précise que son paternel dessinait « quand il était assesseur, pas quand il présidait ». De temps en temps, il reprenait un croquis pour y mettre des couleurs à l’aquarelle, mais « ‘opérait jamais de repentir ». Ce qui l’intéresse, « c’est l’instant » dessiné sur le vif.
« Fascinée par cette justesse », Annick Le Douget a également exhumé des caricatures. Celles-ci représentent notamment l’arrivée, après la Seconde Guerre mondiale, des femmes dans le monde de la justice, « un cénacle masculin ». La gent féminine est ainsi représentée comme « un trouble à l’ordre moral ». Sur une des caricatures, trois magistrates sont dessinées : l’une tricote, une autre lit une revue et la troisième se met du rouge à lèvres. D’aucuns parleraient de misogynie… d’autres évoqueraient l’œil de son temps

Gens de justice et scènes de prétoire sous le regard d’un magistrat, Pierre Cavellat. 22€ en librairie et sur le site de la Société des Amis de Louis Le Guennec : https://amisleguennec.wixsite.com/amisleguennec

Publié le 12 décembre 2017 par Aymeric Malonga – Ouest-France ©.

Suivez-nous sur :
error

Salon des antiquaires, 40 ans d’histoire ! (Ouest-France).

Du 10 au 12 novembre, le salon des antiquaires de Quimper prendra place au Parc des expositions. Ce sera la quarantième fois qu’aura lieu ce rassemblement annuel.

Photo Ouest-France

Philippe Kergonna, Bernard Verlingue, Jean-Paul Alayse et Mikaël Micheau-Vernez comptent bien célébrer les 40 ans du salon des antiquaires.

Chaque année, depuis trente-neuf ans, le salon des antiquaires de Quimper satisfait tous les férus d’objets anciens. Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 novembre, les amateurs seront une nouvelle fois servis, pour ce qui constituera la quarantième manifestation de cet événement.
L’organisation a mis les petits plats dans les grands pour célébrer un anniversaire attendu.

Peintres bretons

« Il est important de marquer le coup pour les 40 ans », annonce Philippe Kergonna, organisateur du salon. D’où la présence, cette année, de la librairie ancienne Quadr’Arts ela & publishers qui proposera un panel de livres de l’École de Paris. Léoda Scale, experte internationale de livres anciens qui dirige l’enseigne, sera sur place. Elle présentera une sélection de livres rares, illustrés par les peintres bretons (Henry Cheffer, Géo-Fourrier…), à l’instar d’un bel exemplaire de l’ouvrage de Félix Benoist comprenant 164 lithographies : La Bretagne contemporaine.
Autant dire que « les passionnés de livres auront du choix », mais pas seulement eux. 80 à 90 exposants mettront en exergue leurs produits tels que des tapis persans, des bijoux, de l’argenterie, mais aussi des bibelots. Et qu’on ne s’y trompe pas, « il s’agit plus de l’antiquaire que de la brocante », précise Mikaël Micheau-Vernez, qui représente l’association participant au partage de l’oeuvre artistique de son défunt père, Robert. « Il y a eu un recentrage sur la qualité, c’est monté en gamme. » Les visiteurs auront tout loisir de le constater en sillonnant les allées du salon.

Faïence et tableaux

Ils sont d’ailleurs plus de 8 000 à être attendus « pour l’événement automne-hiver des antiquaires de la Bretagne », affirme Jean-Paul Alayse, président de l’association des Amis du musée et de la Faïence.
Car le musée de la Faïence sera à l’honneur avec une rétrospective de plus de 100 pièces retraçant trois siècles d’histoire de la faïence de Quimper.
Il s’agit à la fois de « montrer l’antériorité et de montrer qu’il y a des artistes contemporains qui perpétuent cet art en France ». Conservateur du musée, Bernard Verlingue s’inscrit dans la même logique. « 260 artistes ont été recensés aux faïenceries au cours de l’histoire. Il faut mettre en avant cette diversité. »
Côté tableaux, ce sera l’occasion de voir l’exposition « Micheau-Vernez et les fêtes bretonnes », des moments qu’il appréciait particulièrement. 60 oeuvres du peintre né à Brest seront reproduites et reviendront sur l’ensemble des techniques de ce coloriste puissant. Qu’il s’agisse de dessins, d’illustrations, de faïences ou bien d’affiches, comme celle qu’il a réalisée pour le festival de Cornouaille 1954.

Président de l’association des Amis du musée et de la Faïence, Jean-Paul Alayse détaille le menu des festivités :

Vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 novembre, de 10 h à 19 h.

Parc des expositions (Quimper Nord), hall l’Artimon.

Restauration sur place. Renseignements : Philippe Kergonna au 06 63 58 45 86.

Parc des expositions (Quimper Nord), hall l’Artimon. Restauration sur place.

Entrée : 6 €. Pass trois jours : 10 €. Gratuit pour les moins de 16 ans accompagnés

 

Publié le 03 novembre 2017 par Aymeric Malonga – © Ouest-France.

Suivez-nous sur :
error