Au musée, la faïence s’inspire des broderies (Ouest-France).

Quand les brodeurs inspiraient les faïenciers - Ouest-France.
Bernard Verlingue, conservateur du musée de la faïence.

Le musée de la faïence, à Quimper (Finistère), propose une exposition consacrée au rapport entre brodeurs et faïenciers. À voir à partir du 15 avril.

Chaque été, le spectacle des costumes bretons mis en valeur lors des festivals éblouit les spectateurs. Courbes, torsades, plastrons illustrent le savoir-faire des brodeurs. Le brodeur Pascal Jaouen, à Quimper (Finistère), contribue au renouveau de cette tradition. Ce que l’on sait moins, c’est comment des faïenciers quimpérois ont intégré la broderie à l’art de la faïence. Bernard Verlingue, conservateur du musée de la faïence, petit-fils de Jules Verlingue, faïencier quimpérois, met en valeur ce lien à l’occasion d’une exposition.

Broderie bigoudène et assiette

« Ce qui me surprend, c’est que les collectionneurs de faïences de Quimper ignorent souvent le lien qui existe entre le décor et la broderie traditionnelle bretonne… » Bernard Verlingue prépare l’exposition qui ouvrira la saison 2019 au musée de la faïence. Devant les vitrines qui commencent à se remplir à l’heure de l’installation, le conservateur du musée pointe les correspondances. Entre le plastron bigouden et l’assiette produite par la faïencerie HB dans les années 1920, c’est évident. Et cela ne doit au hasard.

La technique du cloisonné

« C’est Jules Verlingue, mon grand-père, qui a importé un savoir-faire découvert pendant la guerre à la Manufacture de Sèvres » , rapporte Bernard Verlingue. Jules Verlingue, réformé, n’est pas au front. Il est le chauffeur d’un général à l’état-major. « Ce dernier aimant beaucoup marcher, Jules avait du temps libre », rigole son petit-fils. Jules Verlingue s’intéresse à la technique « du cloisonné » qui permet de travailler différemment l’émaillage sur le biscuit (faïence cuite). Cette technique, exploitée par les émaux de Longwy, permet de rendre un relief.

Quand les brodeurs inspiraient les faïenciers - Ouest-France.
Charles Trautmann, peint par Fouillen dans les années 1920.

Les carnets de Charles Trautmann

« À Quimper, seule la faïencerie HB va utiliser cette technique » , poursuit Bernard Verlingue. Un certain Charles Trautmann, va s’employer à la diffuser au sein des ateliers. Bernard Verlingue a retrouvé les carnets d’ateliers de Charles Trautmann où celui-ci notait méticuleusement les commandes, le temps de travail nécessaire pour chaque pièce. « C’était le point faible du cloisonné, cela réclamait beaucoup de temps. » Un peu plus de quatre pichets en une heure. Six petits bols à l’heure. Huit heures pour un vase !

Quand les brodeurs inspiraient les faïenciers - Ouest-France.
Le décor des assiettes inspiré par les broderies des costumes traditionnels.

Un vrai succès pour HB

Les prix sont élevés. Mais ces faïences plaisent beaucoup. « HB les vendait dans les grands magasins parisiens, comme Le Printemps. Mais la clientèle locale aisée les achetait aussi. » La technique ne serait rien sans une inspiration. Et ici, en Cornouaille, ce sont les broderies des costumes traditionnels qui vont s’imposer. « Les motifs ornant les costumes du Pays bigouden sont les plus nombreux. » Et de loin ! La riche symbolique des dessins s’impose sur les assiettes, les plats, les vases.

Costumes et faïences associés

Bernard Verlingue prépare cette exposition avec un plaisir nouveau. « Nous prenons soin d’associer costumes traditionnels et faïences. Cela va contribuer à rendre les vitrines particulièrement attrayantes. » Le brodeur Pascal Jaouen et l’antiquaire Alain Le Berre ont prêté des vêtements. L’exposition est, comme toujours, soutenue par la publication d’un catalogue. Là encore Bernard Verlingue se réjouit à l’avance. Des photos particulièrement soignées, des reproductions des carnets de décorateurs, de chefs d’atelier. Toute la faïencerie HB de l’âge d’or revit dans ces pages.

« Quand les brodeurs inspiraient les faïenciers », du 15 avril au 28 septembre. Musée de la faïence, 14, rue Jean-Baptiste Bousquet, Quimper.

Publié le 02/04/2019 par Jean-Pierre LE CARROU – Ouest-France ©

Suivez-nous sur :
error

Place au Mexique au musée de la faïence (Ouest-France).

Cette année, des élèves du lycée de Cornouaille de Quimper (Finistère) ont fait dialoguer cultures bretonne et mexicaine. Ils exposent durant le festival.

Mexique au musée de la faïence de Quimper

Karine Baron, du CDI du lycée de Cornouaille, Anne Pennanguer, enseignante d’espagnol, et Bernard Verlingue présentent les réalisations des élèves dans le musée de la faïence de Quimper (Finistère). Photo Ouest-France.

Apprendre en s’amusant, s’amuser en découvrant : c’est toute la philosophie que cultive l’enseignante Anne Pennanguer, au lycée de Cornouaille. Depuis quatre ans, durant son cours d’euro-espagnol auprès des secondes, les échanges culturels et les activités manuelles ont louvoyé entre conjugaison et vocabulaire. « À quoi bon faire de la grammaire toute la journée ! Mes élèves ne resteraient pas en place ! »
Cette année, c’est dans la faïence que les trente élèves ont trouvé les liens de parenté entre Bretagne et Mexique. « Il y a beaucoup de similitudes entre nos cultures. »

Le centre de documentation et d’information (CDI) accompagne les secondes dans la réalisation de panneaux de présentation bilingues français et espagnol, tandis que certaines heures de classe sont dédiées à l’esquisse de quatre modèles de faïence. Avec la satisfaction, une fois l’année terminée, d’être exposé au musée de la faïence le temps du festival de Cornouaille. « Ils ont tout dessiné puis ont participé à certaines étapes de la réalisation des pots avec la céramiste Delphine Baumgartner. »

Exposition Céramiques d’hier et d’aujourd’hui : Bretagne-Amérique du Sud, identités croisées, créations intemporelles, au musée de la faïence, à Locmaria, du 18 au 23 juillet.

Publié le 18/07/2017 – © Ouest-France.

Suivez-nous sur :
error

Une grande carte de la Cornouaille en faïence trône à l’Office de tourisme de Quimper (Côté Quimper)

Depuis ce début de semaine, une grande carte de la Cornouaille peinte sur carreaux de faïence se montre à voir aux visiteurs de l’Office de tourisme de Quimper.

l’Office du Tourisme

Fabienne Kernéis, de la faïencerie Henriot, Malou Ravy, présidente de l’Office du Tourisme et Florence Brajeul, peintre-céramiste qui a signé de ses initiales la carte de Cornouaille installée à l’entrée du nouvel Office du Tourisme (Photo Côté Quimper).

Une grande carte de la Cornouaille peinte sur carreaux de faïence attire le regard dès que l’on franchit le seuil du nouvel Office du tourisme, rue Elie-Fréron. Sobre et claire, centrée sur Quimper, elle en évoque les alentours, de Sein à Quimperlé, des Glénan à Huelgoat.
Commande spéciale passée à la faïencerie Henriot, cette carte est « une fresque destinée à illustrer un savoir-faire artisanal ancestral de la ville au milieu de tous les écrans qui équipent maintenant le nouvel Office du tourisme », confie Malou Ravy, sa présidente depuis 1997. Elle précise également qu’elle a été posée avec beaucoup de soin par Patrick Urzé, qui a veillé à colorer les joints afin que le motif ne soit pas interrompu.

Divers motifs

La carte est, en effet, composée de 35 carreaux de faïence de 30 cm sur 30. Chacun a été peint à la main par Florence Brajeul, peintre-céramiste chez Henriot depuis 28 ans. La « peinteuse » a suivi les consignes générales des commanditaires, comme l’explique Eric Vighetti, directeur de l’office du tourisme :
Nous voulions une carte artistique, pas surchargée d’informations, ni d’illustrations de la moindre chapelle, ni une carte routière… Une véritable évocation de la Cornouaille.
Ainsi, Florence Brajeul a créé elle-même les motifs illustrant les villes, les ports ou les plages :
J’ai beaucoup apprécié ce travail, j’ai eu une entière liberté de création, au total, avec le travail de recherche des illustrations cela m’a pris une cinquantaine d’heures.
Plusieurs personnes de la faïencerie se sont impliquées dans le projet autour d’elle. « Les étapes de pressage, d’émaillage et d’enfournement des carreaux ont été délicates également », raconte Fabienne Kerneis.

Intégrée à son environnement high-tech

Si l’artiste a utilisé principalement le jaune et le bleu, couleurs traditionnelles de la ville et souvent déclinées par la faïencerie, sa carte offre tout de même de multiples détails colorés ; on découvre, cachés derrière des hortensias roses ou un calvaire de granit, un surfeur, quelques drapeaux de golf rouge, ou des menhirs… Il n’y a pas de légende, il faut interpréter et laisser le charme agir !
Parfaitement intégrée à son environnement high-tech, cette carte de faïence est une œuvre originale qui semble déjà familière tant elle résume bien la ville de Quimper.

Publié le 27 Juin 2017 – Sébastien Joncquez – © Côté Quimper.

Suivez-nous sur :
error