La carte de Bretagne de Robert Micheau-Vernez, un beau cadeau de Noël (Ouest-France).

Juste avant les fêtes, le fils de l’artiste Robert Micheau-Vernez a offert une carte composée de 192 carreaux de faïence à la Ville de Quimper (Finistère). Cette œuvre méconnue est exposée dans le hall de la mairie. Mais d’où vient ce trésor ?

carte de Bretagne de Micheau-Vernez
Une carte en faïence de Micheau-Vernez à la mairie.

Cette carte de Bretagne est monumentale et pourtant méconnue. Composée de 192 carreaux de faïence peints par Robert Micheau-Vernez, elle trône désormais dans le hall de la mairie de Quimper (Finistère) depuis le 20 décembre 2019. Le fils de l’artiste, Mikaël, l’a offert à la municipalité. Un beau cadeau de Noël qui ne passe plus inaperçu.

Quinze après-midi chez HB

Cette œuvre a été réalisée en 1962 par Robert Micheau-Vernez. L’artiste a travaillé pour les faïences Henriot pendant trente ans. « Les carreaux ont été peints en quinze après-midi chez HB », raconte Mikaël, le fils. Il a créé une association dont l’objectif est de faire revivre le travail de son père. Cette carte est le fruit d’une commande de Rose Lautrou-Guénec et son frère Jean Guénec, propriétaires de l’hôtel Celtic, 15, rue de Douarnenez, à Quimper. Ils voulaient habiller un mur de l’établissement. Ce qui explique ce format exceptionnel.

En mai 2006, Jacqueline Zimmermann-Lautrou se sépare de l’hôtel familial. Mikaël Micheau-Vernez fait tout ce qu’il peut pour sauver l’œuvre de son père. « Il a fallu desceller chaque carreau de faïence, les restaurer et trouver un autre support afin de sauvegarder l’ensemble », témoigne-t-il.

Plusieurs semaines de travail ont été nécessaires pour rendre à l’œuvre tout son éclat. Cette année, l’association qu’il préside a décidé de l’offrir à la Ville afin de la rendre visible du public. « Cette carte fait partie du patrimoine de Quimper car elle symbolise son histoire et le savoir-faire de la faïencerie », déclare le maire Ludovic Jolivet, lors d’une petite cérémonie en l’honneur de l’artiste

« Le peintre maudit »

Robert Micheau-Vernez (1907-1989), né à Brest, est une figure du mouvement Seiz Breur. Il est passé par l’école des Beaux-arts de Brest et de Paris. Cet homme discret est surtout connu pour ses faïences. Mais il était également considéré comme un des grands coloristes de la seconde moitié du XXe siècle. Toute sa vie, il s’est intéressé à toutes les formes d’art : sculpture, peinture et aussi l’illustration.

Outre cette carte de Bretagne en faïence, Robert Micheau-Vernez a réalisé un autre panneau. Une grande fresque signée de sa main est visible à la gare de Quimper. Elle est malheureusement très peu mise en valeur. « Cette fresque de danseurs en costumes de Cornouaille a été sauvée in extremis plusieurs fois, en 1976 puis en 1989, lors des différentes restaurations du bâtiment, raconte Mikaël Micheau-Vernez. J’espère qu’un jour toutes ces œuvres, et notamment ces panneaux, seront regroupées et montrées au musée des Beaux-arts de Quimper. »

Une exposition, organisée par la Ville, est programmée au printemps à la médiathèque. L’œuvre de cet artiste qui jouait de la cornemuse et sculptait des Bigoudènes, ne s’est jamais imposée en dehors de la Bretagne qu’il représentait si bien. Mais le « peintre maudit », comme on l’appelle parfois, sort peu à peu de l’ombre.

Publié le 23/12/2019 par Lucile VANWEYDEVELDT – Ouest-France ©

Suivez-nous sur :

Robert Micheau-Vernez. Philippe Théallet lui consacre un ouvrage (Le Télégramme).

Mikaël Micheau-Vernez et Philippe Théallet
La représentante des éditions Groix, Mikaël Micheau-Vernez, et Philippe Théallet, présentent le livre consacré à l’artiste Micheau-Vernez.

Philippe Théallet vient de publier un ouvrage consacré à Robert Micheau-Vernez, peintre, céramiste, dessinateur, sculpteur et créateur de vitraux. Le livre est richement illustré et fait découvrir des œuvres inconnues.

Sous le titre « Micheau-Vernez, l’œuvre de faïence », publié chez Groix Éditions, Philippe Théallet, présente, dans un ouvrage très documenté, un grand nombre d’œuvres de cet artiste épris de couleurs. Il fut peintre, créateur de vitraux, sculpteur et amoureux du dessin. Souvent l’auteur de ces pages s’est entretenu avec Mikaël Micheau-Vernez, le fils de l’artiste qui défend d’ailleurs ardemment l’œuvre de son père.

Né à Brest en 1907, Robert Ernest Albert Micheau, est élève au Collège Saint-Louis de Brest. Il suit des cours de dessins les jeudis et dimanches matin, travaille à la copie des toiles exposées au Musée de la ville. Dès sa plus tendre enfance, il aime dessiner et rêve d’une carrière artistique, ce qui est loin de plaire à son père officier de marine. Très vite, le mouvement devient son centre d’intérêt. Il fixe sur ses livres et cahiers, ces courbes, ces gestes de la vie. Bientôt il est étudiant aux Beaux-Arts de Nantes ou il fréquente les cours d’Émile Simon. Puis s’inscrit à l’École nationale supérieure de Paris et à l’atelier du peintre Lucien Simon. On le voit à la Grande Chaumière de Montparnasse, aux Ateliers d’Art sacrés de Maurice Denis. Il interrompt ses études pour épouser en 1932 une autre artiste Lisa Mina Vernez. Robert Micheau devient ce jour-là Robert Micheau-Vernez.

Créateur de faïence

À la demande de l’Abbé François Madec, secrétaire général du Bleun Brug (association catholique traditionaliste bretonne qui promeut des valeurs qui lui sont chères), Robert Micheau-Vernez réalise plusieurs illustrations pour de multiples revues. De fil en aiguille, il rencontre Jules Henriot et intègre la manufacture quimpéroise. De tout son talent et aussi de toutes ses forces, l’artiste va marquer les faïences qu’il crée. Ses statuettes, sa vaisselle de table adoptent des courbes tout en douceur.

Le livre est richement illustré. On y découvre des œuvres complètement inconnues, mais aussi une fresque réalisée pour la gare SNCF en 1970. Cet ouvrage complète ceux déjà parus en révélant un peu plus sur la vie et l’œuvre d’un artiste qui a marqué l’histoire de la faïence quimpéroise.

Pratique :
« Micheau-Vernez, l’œuvre de faïence » par Philippe Théallet, avec la collaboration de Mikaël Micheau-Vernez. Groix éditions et diffusion.

Publié le 5 octobre 2019 par Éliane Faucon-Dumont – Le Télégramme ©

Suivez-nous sur :