Fête des morts et boîtes à crâne bretonnes (Ouest-France).

Photo Ouest-France.

Donatien, Inès, Flora, Maëlle et Gabrielle ont participé à l’élaboration de l’exposition, guidés par Anne Pennanguer, professeure d’espagnol, et Elsa Alayse, céramiste. Ici, devant une étagère de la mort.

Une exposition, montée par des lycéens, montre le lien entre fête des morts en Amérique centrale et boîte à crâne bretonne.

Mercredi, au Musée de la faïence, à Quimper, se tenait le vernissage de la troisième exposition des 27 élèves de première et 32 élèves de seconde option euro espagnol du lycée de Cornouaille de Quimper. Elle s’intitule « Fête des morts au Mexique, au Guatemala et boîtes à crâne en Bretagne ».
Les élèves présentent un travail minutieux et complet élaboré tout au long de l’année, à travers maquettes, documents et céramiques. Ils ont été soutenus dans cette aventure par Anne Pennanguer, professeure d’espagnol, et Karine Baron, la documentaliste du lycée.
L’exposition met en évidence des liens entre deux civilisations très éloignées en apparence, à travers la reconstitution de boîte à crânes bretonnes, disparues seulement au début du XXe siècle, et céramiques aztèques et autel des anciens contenant des ossements humains – « remplacés aujourd’hui par des os de poulet ! », précise Anne Pennanguer. Celle-ci ajoute que « pour façonner leurs céramiques, les élèves ont reçu les conseils d’Elsa Alayse, céramiste brestoise ».
L’exposition de céramique est enrichie de nombreux supports tels que des maquettes en sucre ou en carton représentant les plans en trois dimensions de villages aztèques, des panneaux explicatifs sur les coiffes et poteries navajos, peuple autonome du Sud-Ouest des États-Unis, vivant principalement en Arizona et en Utah.
Ce travail minutieux a été réalisé par les élèves et leur professeure sur leur temps libre, à raison d’une heure par semaine, et se poursuivra l’année prochaine par un projet déjà en orbite sur la céramique hispano-mauresque.

Jusqu’au 26 mai, exposition visible dans le hall du Musée de la faïence, 14, rue Jean-Baptiste-Bousquet, Quimper. Entrée libre.

Publié le 21/05/2018 – Ouest-France ©

Suivez-nous sur :
error

Fête des morts et boîtes à crânes. Expo de lycéens au Musée de la faïence (Le Télégramme).

Photo laurence Maze - Le télégramme

Très inspirés par le film d’animation « Coco » visionné avec leur professeur d’espagnol, les élèves ont découvert les relations qu’entretiennent les peuples d’Amérique centrale avec leurs défunts et exposent leur travail au Musée de la faïence jusqu’au 26 mai.

Jusqu’au 26 mai, on peut découvrir, au Musée de la faïence, une exposition originale réalisée par les élèves de première et seconde euro espagnol du lycée de Cornouailles, sur le thème « Fête des morts du Mexique, du Guatemala et boîtes à crânes en Bretagne ». Encadré par Karine Baron et Anne Pennanguer, professeurs documentaliste et d’espagnol, ce travail de recherche sur les civilisations d’Amérique centrale et leurs similitudes avec la Bretagne a débuté il y a trois ans. C’est aussi la 3e année que le Musée de la faïence accueille les travaux des élèves. Après les costumes, la céramique, les 60 ados ont donc planché cette année sur les coutumes mortuaires. Ils ont réalisé un autel des anciens qui sert au Mexique et au Guatemala à honorer les morts, des boîtes à crânes, boîtes reliquaires communes aux traditions guatémaltèques et bretonnes, des céramiques pour garnir l’autel, avec l’aide de la céramiste brestoise Elsa Alayse, une maquette en 3D de l’ancienne capitale aztèque, Tenochtitlan, et une série de panneaux sur les civilisations amérindiennes. « Cette exposition met en évidence que, d’une rive à l’autre, on n’est pas si opposés et qu’il y a énormément de liens entre la Bretagne et l’Amérique centrale », souligne Anne Pennanguer. L’année prochaine, l’enseignante changera un peu le thème et amènera ses élèves à travailler sur la céramique hispano-mauresque.

Pratique :
Expo jusqu’au 26 mai au Musée de la faïence (14, rue Jean-Baptiste-Bousquet), ouvert du lundi au samedi, de 10 h à 18 h. Entrée libre.

Publié le 18 mai 2018 – Le Télégramme ©

Suivez-nous sur :
error

La Bretagne cousine de l’Amazonie (Le Télégramme).

Mexique au musée de la faïence de Quimper

De gauche à droite, Karine Baron, Elsa Alayse, Anne Pennanguer, Bernard Verlingue et Ingrid Pouder.

Le musée de la faïence expose jusqu’à dimanche, le travail de recherche des élèves de la section euro-espagnol du lycée de Cornouaille. Pendant un an, une trentaine d’adolescents ont travaillé sur les similitudes des deux cultures à travers la céramique. Le musée de la faïence de Quimper accueille, jusqu’à dimanche, dans son hall, l’exposition sur le thème de la céramique, réalisée par les élèves de la classe euro-espagnol du lycée de Cornouaille. « L’année dernière, le musée avait accueilli les créations des élèves de première du lycée, commence Bernard Verlingue, conservateur du musée. C’est important de montrer que tout le monde peut entrer dans un musée ». Anne Pennanguer, professeure d’espagnol au lycée de Cornouaille et responsable de la section euro-espagnol, a réitéré l’initiative cette année. « Les élèves se sont investis l’année dernière pour le projet sur les costumes, explique l’hispanophone. Nous avons encore plus d’élèves inscrits dans la section cette année. Le but de ces projets est de booster la section ». Après plusieurs voyages en Amérique Latine, Anne Pennanguer a remarqué des similitudes frappantes entre les cultures amérindiennes et bretonnes. « Les costumes d’Amérique latine m’ont rappelé ceux de Plougastel », s’étonne-t-elle.

Rencontres avec plusieurs artistes

Dès la rentrée de septembre jusqu’au mois de juin, une trentaine d’élèves de seconde se sont attelés à découvrir les similitudes entre les cultures amérindiennes et bretonnes sur le thème de la céramique. Pour les accompagner dans leur mission, ils ont rencontré plusieurs artistes. « Rachel Le Gall, modiste et styliste quimpéroise, a participé au projet, se réjouit Anne Pennanguer. Les élèves ont dessiné des croquis de céramique inspiré de la culture bretonne et amérindienne. Rachel Le Gall en a ensuite réalisé quatre en grandeur nature ». Édith Etsam, fondatrice de l’association Ikamia (« de la forêt » en amérindien Aguarangua), qui met en avant l’art et la culture amazonienne, a également partagé ses connaissances avec les lycéens. « Ses interventions étaient de grande qualité », se souvient l’enseignante d’espagnol.

La fête des morts pour l’année prochaine

L’année prochaine, c’est la céramiste peintre brestoise Elsa Alayse qui aiguillera les élèves. Sur le thème de « la fête des morts et boîte à crâne ». Les futures secondes de la section euro-espagnol découvriront le rapport qu’entretiennent les Amazoniens avec leurs défunts. « Il existe, là-bas, un devoir de respect pour ceux qui sont partis, explique Anne Pennanguer. Ils ont une place à part dans la maison », conclut-elle.

Publié le 18 juillet 2017 – © Le Télégramme.

Suivez-nous sur :
error

Place au Mexique au musée de la faïence (Ouest-France).

Cette année, des élèves du lycée de Cornouaille de Quimper (Finistère) ont fait dialoguer cultures bretonne et mexicaine. Ils exposent durant le festival.

Mexique au musée de la faïence de Quimper

Karine Baron, du CDI du lycée de Cornouaille, Anne Pennanguer, enseignante d’espagnol, et Bernard Verlingue présentent les réalisations des élèves dans le musée de la faïence de Quimper (Finistère). Photo Ouest-France.

Apprendre en s’amusant, s’amuser en découvrant : c’est toute la philosophie que cultive l’enseignante Anne Pennanguer, au lycée de Cornouaille. Depuis quatre ans, durant son cours d’euro-espagnol auprès des secondes, les échanges culturels et les activités manuelles ont louvoyé entre conjugaison et vocabulaire. « À quoi bon faire de la grammaire toute la journée ! Mes élèves ne resteraient pas en place ! »
Cette année, c’est dans la faïence que les trente élèves ont trouvé les liens de parenté entre Bretagne et Mexique. « Il y a beaucoup de similitudes entre nos cultures. »

Le centre de documentation et d’information (CDI) accompagne les secondes dans la réalisation de panneaux de présentation bilingues français et espagnol, tandis que certaines heures de classe sont dédiées à l’esquisse de quatre modèles de faïence. Avec la satisfaction, une fois l’année terminée, d’être exposé au musée de la faïence le temps du festival de Cornouaille. « Ils ont tout dessiné puis ont participé à certaines étapes de la réalisation des pots avec la céramiste Delphine Baumgartner. »

Exposition Céramiques d’hier et d’aujourd’hui : Bretagne-Amérique du Sud, identités croisées, créations intemporelles, au musée de la faïence, à Locmaria, du 18 au 23 juillet.

Publié le 18/07/2017 – © Ouest-France.

Suivez-nous sur :
error