Derniers rendez-vous avant la fermeture (Le Télégramme).

Robert Micheau-Vernez
Le musée fermera ses portes le soir du 28 septembre.

La fermeture annuelle du Musée de la faïence, c’est le 28 septembre au soir. En amont, le musée réserve aux intéressés deux week-ends d’animations, entre le festival Céramique de Quimper et les Journées européennes du patrimoine.

Suivez le guide !

Le Musée de la faïence a organisé, durant l’été, des visites guidées de son exposition temporaire « Quand les brodeurs inspiraient les faïenciers ». « Les retours sont unanimes depuis la mi-avril, sourit Jérémy Varoquier, assistant du conservateur du musée. L’exposition connaît un beau succès ». À tel point que près de 8 000 personnes l’ont déjà vue. « On aimerait atteindre les 10 000 d’ici à la fermeture du musée ». Pour ce faire, le musée réitère ses visites guidées du samedi après-midi, à 15 h 30, jusqu’au 28 septembre (prix d’une entrée). Le 10 000e visiteur devrait d’ailleurs voir son entrée gratuite et recevoir un pack comprenant « quelques catalogues du musée ».

Dites un prix

Le festival Céramique de Quimper prendra place au musée, samedi 14 et dimanche 15 septembre, de 10 h à 18 h. Un stand vidéo sera installé dans le hall et diffusera des reportages sur les céramistes. Le musée aura son propre stand, place du Stivel, pour proposer à la vente des catalogues. Le point fort sera la récompense, par un jury composé de cinq personnes dont Jean-Paul Alayse, président des Amis du musée, d’un artiste parmi les 28 qui prendront place pour le festival. « Il recevra le prix du Fonds de dotation du musée, à savoir que le Fonds lui achètera une pièce pour une valeur maximum de 500 €», explique Jérémy Varoquier.
Pour savoir qui sera l’artiste récompensé, rendez-vous samedi 14 septembre, à 12 h 30. À noter que pour tout achat sur les stands, une contremarque sera remise par les Amis du musée et donnera lieu à une entrée gratuite pour deux personnes.

Voir le patrimoine avant fermeture

Le Musée de la faïence ouvrira également ses portes les samedi 21 et dimanche 22 septembre, de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h, dans le cadre des Journées européennes du patrimoine. Des visites commentées de l’exposition temporaire auront lieu à 11 h, 15 h et 16 h, le 21 septembre, et à 15 h, le 22 septembre.
Le musée fermera par la suite ses portes le 28 septembre. Ses membres prépareront la prochaine exposition temporaire. Elle traitera de la manufacture Keraluc et notamment du travail de Xavier Krebs, René Quéré et Paul Yvain.

Contact
Musée de la faïence, dans le quartier de Locmaria, tél. 02 98 90 12 72.

Publié le 9 septembre 2019 – Le Télégramme ©

Émission de RCF radio sur L’exposition « Quand les brodeurs inspiraient les faïenciers » au Musée de la faïence à Quimper.

L’exposition « Quand les brodeurs inspiraient les faïenciers » au Musée de la faïence à Quimper.
Présentée par Christophe Pluchon
Magazine vendredi 19 juillet 2019 à 18h30 – Durée émission : 27 min.

Jérémy Varoquier
Jérémy Varoquier présente l’exposition 2019, « Quand les brodeurs inspiraient les faïenciers ».

Avec Christophe Pluchon, nous découvrons l’exposition temporaire du musée de la faïence dans le quartier de Locmaria à Quimper.

RCF Finistère ©

Gazette des Amis du Musée & de la Faïence n°45 2ème semestre 2019

Gazette des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper n°45 (2ème semestre 2019).

Brochure de 16 pages (couleur, paginé) – ISSN 2260-2844

Sommaire :

  • Éditorial Le conseil d’administration (p 1).
  • Technique de réalisation du décor « Broderie » ou « perlé »Jacques BRÉNÉOL (p 2 à 6).
  • Parcours faïencier à QuimperGuenhaël Le MOING (p 7).
  • Quelques beaux pichets d’artistesJean-Paul ALAYSE (p 8 à 9).
  • Origines du Service La Mer de Mathurin MéheutJean-Paul ALAYSE (p 10 à 12).
  • Exposition à Douarnenez, parcours d’une vie d’artiste Paul MOAL (p 13).
  • Les animaux du ciel et de la terrePierre-Jean GUILLAUSSEAU, Pascal SIMON, Yannick CLAPIER (p 14 à 15).
  • Nouveau livre : Robert Micheau-Vernez l’œuvre de faïence (p 16).
  • Recherches sur les décors de la « Tapisserie de Bayeux » (p 16).

Pour plus de renseignements, veuillez nous contacter.

Exposition à Quimper – Quand la broderie inspirait les artistes faïenciers (Ouest-France).

Cette saison, le musée de la Faïence, à Quimper, braque ses projecteurs sur le lien entre l’art des brodeurs et les faïenceries. Bernard Verlingue, conservateur du musée, présente quelques-unes des pièces emblématiques de cette exposition.

Bernard Verlingue - Georges Brisson
Bernard Verlingue, conservateur du musée de la Faïence à Quimper, devant un plat signé Georges Brisson.

Les tournesols de Trautmann

Charles Trautmann
Assiette aux tournesols de Charles Trautmann au musée de la Faïence de Quimper.

« Cette œuvre de Charles Trautmann marque le balbutiement du décor qu’on va appeler décor broderie chez HB, l’un des deux grands faïenciers de l’époque. Elle date des années 20. On trouve déjà une frise qu’on retrouve sur les costumes bretons. L’artiste évoque Les tournesols de Van Gogh. On n’est pas encore tout à fait dans le décor broderie. Mais ça l’annonce. Conservée par la faïencerie, il s’agit d’une pièce unique. Trautmann était chef d’atelier, il avait un droit de création. Une particularité de chez HB qui n’existait pas chez Henriot. On sait peu de choses de Trautmann. On pense qu’il faisait partie de familles que mon grand-père, à l’époque propriétaire de la faïencerie HB, a fait venir de Limoges.»

Un vase aux motifs bigoudens

Pierre Poquet
Vase aux motifs bigoudens de Pierre Poquet, au musée de la Faïence de Quimper.

« Ce vase de Pierre Poquet est de nouveau une création de chef d’atelier. Il faisait cela pendant ses horaires de travail. Son droit de création lui permettait d’acheter les pièces. Elles étaient revendues par sa femme qui avait un magasin rue Elie-Fréron. Ce vase représente entre dix et quinze heures de travail. On y trouve ces reprises de décor breton. La plupart des collectionneurs qui détiennent ces faïences n’ont pas remarqué le lien qui existe entre le décor et la broderie bretonne. Et pourtant, on retrouve le cœur bigouden, très fouillé, avec des rehauts d’or qui demandaient une cuisson supplémentaire. »

Brisson fait vibrer la broderie

Georges Brisson
Georges Brisson s’inspire des broderies des costumes du Pays bigouden.

« Voici un décor au pinceau (1923) où Georges Brisson va complètement s’exprimer. On retrouve des éléments de costumes comme le soleil, le cœur, les cornes de bélier. Il a dressé une composition avec tous ces éléments. Nous sommes au cœur du mouvement lorsque la broderie est source d’inspiration pour les artistes faïenciers. Brisson est un artiste originaire de Nantes. Il était très discret.»

Le travail titanesque de Jean Caër

Jean Caër
Le travail titanesque de Jean Caër.

« Jean Caër, encore un chef d’atelier de chez HB, a réalisé de grand plat de 80 cm de diamètre (1925). Pour composer le décor, il a posé des émaux au pinceau, goutte à goutte. Un travail titanesque. Il s’est inspiré de la broderie en s’en éloignant. Je me suis demandé comment ces œuvres étaient accueillies à l’époque. Les articles de presse étaient louangeurs, voire dithyrambiques. Pour autant, les critiques faisaient remarquer que Henriot faisait toujours des petits Bretons de qualité (un motif classique). Les deux maisons étaient en concurrence permanente. D’ailleurs, il faut remarquer que cette concurrence correspond à l’âge d’or des faïenceries quimpéroises. »

Musée de la Faïence, 14, rue Jean-Baptiste-Bousquet, à Quimper. Ouvert jusqu’au 28 septembre, du lundi au samedi, de 10 h à 18 h sans interruption. Fermé le dimanche et les jours fériés.

Publié le 13/06/2019 par Jean-Pierre Le CARROU – Ouest-France ©