Festival de la céramique les 14 et 15 septembre à Quimper (RCF Finistère).

Le quartier de Locmaria à Quimper, accueille samedi 14 et dimanche 15 septembre, le 7e festival de la céramique. C’est un évènement initié par trois céramistes installés à Quimper, et qui voulaient mettre en valeur la longue histoire de la ville avec cet art de façonner l’argile, qu’on nomme faïence. On en parle avec une de ces céramistes, elle s’appelle Jeanne Sarah Bellaiche.

L’invité de la Rédaction – mardi 10 septembre 2019.
Présentée par Nicolas Butreau
Durée émission : 5 min

RCF Finistère ©

Suivez-nous sur :
error

Émission de RCF radio sur L’exposition « Quand les brodeurs inspiraient les faïenciers » au Musée de la faïence à Quimper.

L’exposition « Quand les brodeurs inspiraient les faïenciers » au Musée de la faïence à Quimper.
Présentée par Christophe Pluchon
Magazine vendredi 19 juillet 2019 à 18h30 – Durée émission : 27 min.

Jérémy Varoquier
Jérémy Varoquier présente l’exposition 2019, « Quand les brodeurs inspiraient les faïenciers ».

Avec Christophe Pluchon, nous découvrons l’exposition temporaire du musée de la faïence dans le quartier de Locmaria à Quimper.

RCF Finistère ©

Suivez-nous sur :
error

Les métiers vus par Mathurin Méheut (RCF).

ART ET FOI – Présentée par Anne DE STOOP.

Mathurin Méheut
Mathurin MEHEUT (1882-1958) « A Douarnenez, la fête des filets bleus ».

Mathurin Méheut a dessiné les vieux métiers. Anne de Stoop, conservatrice honoraire du musée Mathurin Méheut de Lamballe, nous en dit plus.

Durée de l’émission : 11 minutes.

Publié le lundi 20 mai 2019 par Anne de Stoop – RCF ©

Suivez-nous sur :
error

Les pardons selon Mathurin Méheut (RCF).

ART ET FOI – Présentée par Anne DE STOOP.

Mathurin Méheut
Mathurin MEHEUT (1882-1958) « Locronan, la Grande Troménie ».

Anne De Stoop, ancienne conservatrice du musée Mathurin Méheut, de Lamballe, vous propose une petite causerie sur les pardons vus et « croqués » par l’artiste Mathurin Méheut.

Durée de l’émission : 11 minutes.

Publié le lundi 18 mars 2019 par Anne de Stoop – RCF ©

Suivez-nous sur :
error

Revue de presse sur l’exposition « Tal Coat (1905-1985) – en devenir » au musée de Pont-Aven.

Le Musée de Pont-Aven consacre une exposition à l’artiste Tal Coat (1905-1985), jusqu’au 10 juin 2019.
De son vrai nom Pierre Jacob, il fit un bref passage à la manufacture Henriot à Quimper au milieu des années 20.


À la découverte du peintre breton Tal Coat, exposé au Musée de Pont-Aven (AFP).

Tal Coat - Pierre Jacob au Musée de Pont-Aven.
« Nu au bas rouges « , une huile sur toile de Tal Coat, peinte en 1934.

C’est à la fois un des peintres majeurs du 20ème siècle et un artiste peu connu du grand public que le Musée de Pont-Aven met à l’honneur : Tal Coat, un Breton très prolifique dont l’œuvre « ne cesse de grandir » selon sa fille.

« Tal Coat en devenir » tel est le nom de l’exposition temporaire consacrée au peintre breton né sous le nom de Pierre Jacob, en 1905 à Clohars-Carnoët, tout près de Pont-Aven. Pour éviter toute confusion avec le peintre et écrivain Max Jacob, l’artiste choisit dès les années 1920, de signer « Tal Coat » pour se différencier. Un pseudonyme qui signifie « front de bois » en breton.

Né dans une famille de marins-pêcheurs extrêmement modestes, Pierre Jacob fut d’abord apprenti forgeron, puis clerc de notaire à Arzano (Finistère) avant de devenir mouleur et peintre sur céramique à la faïencerie Henriot de Quimper. C’est alors qu’il part à Paris, vivre de sa passion : « Ce qui est absolument formidable dans cette grande rétrospective, c’est que ce jeune garçon qui quitte la Bretagne très tôt et qui est issu d’un milieu très modeste et même très pauvre de marins pêcheurs va rencontrer dans sa vie absolument tous les grands intellectuels et artistes du 20e siècle, de Giacometti à Picasso, en passant par Beckett », souligne Olivier Delavallade, directeur du domaine de Kerguéhennec, persuadé que l’exposition « exhumera vraiment sa peinture ».

À Paris, il fréquente en effet des personnalités comme Gertrude Stein, Hemingway, Giacometti, Picabia, Balthus ou Antonin Artaud. Il part ensuite pour le Midi avant de s’installer en 1960 en Normandie, dans une chartreuse où il installe un grand atelier.

Tal Coat - Pierre Jacob au Musée de Pont-Aven.
« Paysage de Doelan » de Tal Coat est exposé au Musée de Pont-Aven jusqu’au 10 juin 2019.

Exposé au Grand Palais de son vivant

Au total, 70 oeuvres, dont certaines inédites, sont présentées au Musée de Pont-Aven, jusqu’au 10 juin. Elles proviennent de collections publiques et privées, ainsi que du fonds conservé par le conseil départemental du Morbihan au château de Kerguéhennec. Ce site, qui abrite 1 200 oeuvres de Tal Coat, est le seul dédié à cet artiste prolifique et inclassable, présent dans de grandes collections comme le centre Georges Pompidou à Paris, la Fondation Maeght à Saint-Paul de Vence, le musée des Beaux-Arts à Bruxelles ou la Fondation Guggenheim à New-York.

« Tal Coat est un artiste qui a énormément compté et qui compte toujours énormément aujourd’hui, mais qui reste peu connu du grand public », note Estelle Guille des Buttes-Fresneau, conservatrice en chef du musée finistérien consacré à Paul Gauguin et ses disciples, qui séjournèrent dans la petite cité à partir des années 1860.

Preuve, s’il en est de sa notoriété, une grande rétrospective lui avait été consacré en 1976, alors qu’il était encore vivant ! Cela n’arrive pas si souvent…

« Une œuvre qui grandit tout le temps »

Monochromie, matière, pigments, surface… Tal Coat se rapproche des lignes de l’art pariétal, du minéral, du végétal et s’écarte de l’esthétique appréciée des galeristes.« Dans les dernières années, parce qu’il a fait un art qui était plus déconcertant, il a été un peu abandonné, mais aujourd’hui il est vraiment en train de revenir très fort sur le devant de la scène », assure Olivier Delavallade.

Le titre de l’exposition représente « toute une symbolique très importante », pour Pierrette de Molon, la fille de l’artiste présente à l’occasion d’une visite. L’oeuvre de Tal Coat « est en devenir encore aujourd’hui, c’est une oeuvre qui grandit tout le temps et qui nous grandit en même temps qu’elle grandit », explique Olivier Delavallade.

L’exposition retrace les différentes périodes de création. Depuis ses années de formation jusqu’à sa mort en juin 1985, à l’âge de 80 ans. Cela passe notamment par une série de Massacres, une période marquée par l’influence palpable de Cézanne ou de Picasso. Le Musée de Pont-Aven, d’une superficie de 1.700 m2, accueille depuis sa rénovation en 2016 quelque 100.000 visiteurs par an.

Publié le 01/02/2019 – AFP ©


L’invité de la rédaction (RCF Radio).

Le musée de Pont-Aven consacre jusqu’au 10 juin 2019, une exposition au peintre finistérien Tal Coat. Elle est montée en partenariat avec le domaine départemental de Kerguéhennec à Bignan, dans le Morbihan. Présentation avec Estelle Guille des Buttes, conservateur du musée de Pont-Aven au téléphone de Christophe Pluchon.

Publié le 1/02/2019 – RCF Radio ©



Le peintre breton Tal Coat s’expose à Pont-Aven (France 3 Bretagne).

Publié le 6/02/2019 – France 3 Bretagne ©

Suivez-nous sur :
error