Des trésors dans vos greniers : que vaut la faïence de Quimper ? (La Presse d’Armor).

De nombreuses familles en Bretagne possèdent de la faïence de Quimper. A-t-elle de la valeur ? Ça dépend…

Petit Breton
Petits Bretons et autres scènes de la vie quotidienne ornaient les assiettes destinées aux premiers touristes et avant tout à la décoration et non aux arts de la table.

Qui ne connaît pas les faïenceries de Quimper en Bretagne, leur vaisselle décorée « à la touche » caractéristique des manufactures de la capitale de Cornouaille.

Longtemps, des services ont été offerts en cadeau de mariage et chaque famille bretonne a reçu du Quimper en héritage.

Précieux ou pas ? Ça dépend…

le « populaire »

Le « Quimper », celui qui dort dans les buffets et qui est hérité de l’arrière-grand-mère, est-il chèrement estimé ?

Le Paimpolais Yann Le Bohec, spécialiste de l’art breton, douche tout de suite les fantasmes : « Le Quimper de tout un chacun est rarement de valeur ».

En règle générale, la vaisselle ne vaut pas grand-chose, en dehors de sa valeur affective.

C’est le Quimper dit « populaire » celui qui des XIXe et XXe siècles. Celui qui a été le plus produit donc le moins rare.

« Petits Bretons »

Celui aussi, qui nous est familier, avec ses « Petits Bretons », ses couples, ses coqs, ses scènes de la vie quotidienne… Il est signé HB, HR, HB Quimper, Henriot Quimper…

Ces assiettes et autres plats ne dépassent pas les 250 € mais et sont en général plus proches des 20 à 50 €.

Et encore, s’ils sont en bon état ce qui n’est parfois pas le cas : « Les manufactures vendaient aussi le second choix ».

Et d’ailleurs, contrairement à ce que l’on croit, la signature de la manufacture d’origine n’est pas du tout un gage de valeur.

Signature ou pas ?

Car les faïenceries de Quimper sont d’abord une appellation liée à plusieurs maisons qui se sont concurrencées, ont fusionné, se sont rachetées entre elles.

Les signatures ont varié au fil du temps, se sont imitées, ont même fait l’objet de procès… Jusqu’en 1991, où il n’est plus resté qu’une entreprise.

Toutefois, l’art de la faïence est ancien dans la capitale de Cornouaille et son quartier de Locmaria.

Les « primitifs »

Il remonte au XVIIIe siècle. Et si vous avez la chance de posséder un « primitif », il aura plus de valeur, jusqu’à 250 €.

Comment le reconnaître ? Il ne porte, déjà, aucune signature.

Porquier-Beau

Certaines réalisations du XIXe sont un peu plus recherchées, notamment celles de la créative maison Porquier-Beau.

Fondée en 1838, elle a cessé son activité en 1904 avant d’être rachetée par Henriot. Ses pièces portent une signature ressemblant à un trèfle à trois feuilles représentant, en fait, le P de Porquier mêlé au B de Beau.

De même, certains décors, édités de façon très limitée, à l’occasion d’événements historiques, peuvent atteindre de grosses cotes.

Peinteurs

Et si vous avez un peu de la chance, votre arrière-grand-mère vous a légué des pièces d’artistes.

Car, rappelle Yann Le Bohec, HB et Henriot étaient aussi des éditeurs.

À la fin du XIXè siècle, les faïenceries ont fait appel à des artistes pour agrémenter leurs services. Ces derniers fournissent un décor qui est ensuite reproduit pas les « peinteurs » de la manufacture.

signature
Au dos, la signature de la manufacture et le numéro du peinteur de la pièce.

Pièces d’artistes

Les pièces d’artistes les plus connues du grand public sont les services de Mathurin Méheut dits De la Mer et A la galette.

Les pièces de ces services, rares, sont activement recherchées par les collectionneurs.

Elles atteignent de fortes cotes, correspondant à celle de l’artiste qui en a réalisé les décors. Elles sont signées de son nom ou de son monogramme.

« Mais attention, prévient Yann Le Bohec, pour avoir de la valeur, le décor de ses pièces doit être d’époque et non une reproduction tardive ».

mystérieux n° 145
Petite anecdote, à l’arrière des pièces du début du XXe siècle, figure un numéro, c’est celui de la petite main qui reproduisait le décor. Et il se trouve que le « peinteur » ou la « peinteuse » n°145 », resté anonyme, était réputé. Seul indice, il peignait dans les années 20-30.

Statuaire

Enfin, le « Quimper » ne se limite pas à la vaisselle. Dès l’origine, les manufactures proposent de la statuaire.

Au début essentiellement religieuse, avec beaucoup de Vierges à l’enfant. Là encore, les primitifs sont recherchés, même légèrement imparfaits.

Les faïenceries ont aussi fait appel aux artistes dans ce domaine. Et là encore, les cotes peuvent s’envoler. Le Nominoë sur son cheval de René-Yves Creston, faïence polychrome de 35 cm de la manufacture Henriot (1930), a été estimé entre 4000 et 5000 € en 2019.

Publié le 13/052021 par Magali Lelchat – La Presse d’Armor ©

Vente inaugurale du commissaire-priseur Karl Benz – Samedi 22 mai 2021.

Une seconde salle des ventes voit le jour dans le département des Côtes-d’Armor. M. Karl Benz a installé son étude près de Saint-Brieuc à Plérin-sur-Mer.

Karl Benz

Une vente inaugurale se déroulera le samedi 22 mai 2021. Une section de la vacation est consacrée aux œuvres bretonnes et à la faïence de Quimper.

Porquier-Beau
Lot n°152 – Jardinière PORQUIER-BEAU titrée « Guengat », Vers 1880.

Le catalogue de la vente.

Vente inaugurale
Karl Benz commissaire-priseur – Hôtel des ventes de Plérin-sur-Mer (22)
Samedi 22 mai 2021 à 14 h.
www.karl-benz.com

Publié le 13 mai 2021 – Karl Benz commissaire-priseur ©

Vente « Bretagne… mon amour ! » – Maison de vente aux enchères de Vannes (Jack-Philippe Ruellan) – le 3 avril 2021.

L’étude de maître Jack-Philippe Ruellan présente à Vannes, une vente intitulée « Bretagne… mon amour ! », le samedi 3 avril 2021.

Cette vacation est consacrée aux œuvres bretonnes, aux objets de marine et à la faïence de Quimper.

On retrouve un ensemble important et représentatif des céramiques quimpéroises, notamment des faïences modernes.

Olivier LAPICQUE
Lot n°93 – Olivier LAPICQUE (né en 1959) « Oceanopolis – Le pêcheur de thon » 2004, plat en faïence émaillée polychrome (FAB Faïencerie d’Art Breton).
Patrice CUDENNEC
Lot n°110 – Patrice CUDENNEC (Né en 1952) – Suite de 5 assiettes et un plat à poisson en faïence émaillée polychrome (FAB Faïencerie d’Art Breton).
Anie MOUROUX
Lot n°247 – Anie MOUROUX (1887-1978) – « Hiou, Ar Zul » , sujet en faïence émaillée polychrome figurant trois enfants (Henriot), circa 1930.
René QUILLIVIC
Lot n°70 – René QUILLIVIC (1879-1969) – Tête d’une jeune bigoudène en faïence émaillée polychrome (manufacture HB).

Vente « Bretagne… mon amour ! » – Hôtel des ventes de Vannes – le 3 avril 2021.
Jack-Philippe Ruellan – 8 rue Dr. Joseph Audic, Vannes (56).
Samedi 3 avril 2021 à 14 h – Faïence de Quimper.

Catalogue de la vente

Alexander GOUDIE
Lot n°50 – Alexander GOUDIE (1933-2004) – « Le retour du pêcheur », groupe en faïence émaillée polychrome (numéroté 14/100), modèle édité pour le Musée de la Faïence de Quimper.

Jack-Philippe Ruellan – Vannes (29) ©

Gazette des Amis du Musée & de la Faïence n°48 1er semestre 2021

Gazette des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper n°48 (1er semestre 2021).

Brochure de 16 pages (couleur, paginé) – ISSN 2260-2844

Sommaire :

  • ÉditorialLe conseil d’administration (p 1).
  • Pierre PoquetJacques BRÉNÉOL (p 2 à 11).
  • Souvenirs d’une époque – Rencontre avec Jean-Louis Quillerou, ancien vendeur à la faïencerie Keraluc dans les années 60-70Maní PENNANGUER (p 12 à 15).
  • La vie continue ! – Une exposition temporaire reportée, une présentation permanente rénovéeJérémy VAROQUIER (p 16).
  • Avis de rechercheAntoine MAIGNÉ (p 16).

Pour plus de renseignements, veuillez nous contacter.

Des faïences de Quimper inspirées par l’exposition coloniale en vente samedi à Brest (Le Télégramme).

François Victor BAZIN
Groupe de deux Égyptiennes porteuses d’eau, une faïence HB Quimper signée François Victor Bazin (1897-1956).

Une collection de faïences de Quimper inspirées par l’art colonial sera dispersée, ce samedi, par la société Thierry-Lannon à Brest.

En attendant la grande vente de tableaux du 12 décembre, la société de ventes Thierry-Lannon propose une vente artistique, ce samedi 5 décembre, comprenant un peu moins de 400 pièces, parmi lesquelles une collection de douze faïences de Quimper réunies par l’antiquaire et expert Michel Roullot, décédé en 2012.

Trente ans pour réunir douze pièces

Michel Roullot était né l’année même de l’exposition coloniale qui s’est tenue en 1931, à Paris. Est-ce la raison pour laquelle il s’est passionné pour les faïences produites à Quimper à l’occasion de cet événement ? Parmi les douze pièces qui vont être dispersées, les deux Égyptiennes porteuses d’eau sont d’une modernité saisissante. Ce grès de la manufacture HB de Quimper est l’œuvre de François Victor Bazin (1897-1956), estimé de 10 000 à 15 000 €. « Bazin a fait trois versions de ce groupe, l’une de 90 cm est au musée de la faïence de Quimper, une autre plus petite fait 30 cm avec un seul sujet et il y a ce groupe intermédiaire de 45 cm qui est le plus rare, et d’une beauté transcendante qui traverse les styles », souligne Gilles Grannec, commissaire-priseur. Michel Roullot avait mis une trentaine d’années à réunir cette collection, qui comprend aussi des faïences de personnages africains de Gaston Broquet, chez Henriot, estimés à environ 1 000 €.

Un livre d’heures du XVe siècle

La vente commencera à 10 h, samedi, par une centaine de bijoux, puis de l’orfèvrerie. À partir de 14 h, place aux faïences, aux livres, dont un livre d’heures du XVe siècle, des meubles, dont un salon de Pierre Paulin, ou encore un tableau cubiste et africaniste de Raoul Hynckes.

En ce début de déconfinement, la salle des ventes pourra accueillir 30 personnes. La vente se déroulera en parallèle sur deux réseaux d’enchères en live, drouotonline.com et Interenchères.com.

La visite de l’exposition avant la vente, à partir de mercredi, sera limitée en temps et en nombre de personnes. Les conditions sont précisées sur le site de la société Thierry-Lannon.

Publié le 1er décembre 2020 – Le Télégramme ©