Le sculpteur Job Le Gall (1907-1981).

Carte postale Job Le Gall
Job sculpteur sur bois à Locronan (Carte postale – collection du Musée de Bretagne).

Nous avions passé sous silence, le projet numérique de l’association « Job de Locronan ».

Le sculpteur Job Le Gall (1907-1981) était né à Morlaix. Il réalise son apprentissage à la Maison Tréanton, spécialisée dans les sculptures de saints bretons.

Il s’installe aux environs de 1929 à Locronan. Il deviendra rapidement une célébrité locale, sous le nom de « Job ». Son atelier est installé sur la place de la ville. On le désigne comme un « imagier ».

Durant l’entre-deux-guerres, ses statuettes seront éditées par la manufacture Henriot.

Il se marie en 1952 avec une secrétaire de l’Inspection Académique du Finistère de Quimper. En 1969, un litige l’oppose au maire de la commune, qui lui demande de quitter la place de l’église.

Job Le Gall Musée de la Faïence de Quimper
La collection des œuvres de Job Le Gall, conservée au Musée de la Faïence de Quimper.

L’année dernière, l’association « Job de Locronan » a procédé à la numérisation en trois dimensions, des collections du Musée de la Faïence de Quimper. Ces données sont désormais consultables sur internet.

Faïence by Association Job de Locronan on Sketchfab

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le compte Instagram « Jobdelocronan » et le site « Sketchfab » hébergeant les fichiers numériques 3D.

Nous reproduisons pour l’occasion l’article publié l’an passé sur les quarante ans de la disparition du sculpteur.

Source : Encyclopédie des céramiques de Quimper – Tome 5, les artistes au XXe siècle Le à Y (Job Le Gall, pages 26 à 27) – Philippe Théallet & Bernard Jules Verlingue – éditions de la Reinette – novembre 2007.

Association des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper ©


Il y a 40 ans, le sculpteur Job disparaissait (Ouest-France).

À l’occasion du 40e anniversaire du décès du sculpteur, l’association Les Mémoires de Locronan (Finistère) et la famille de l’artiste organisent une collecte d’œuvres en vue d’une exposition.

Job de Locronan OF
Le sculpteur Job Le Gall, figure de Locronan, fascinait par sa rapidité d’exécution. « Les mémoires de Locronan » – Jean-Yves Chatalic

Pendant 50 ans, il a marqué la place de Locronan (Finistère) de sa présence. Qu’il pleuve ou qu’il vente, Job s’adonne à sa passion, la sculpture sur bois, devant un public conquis. Au fil des années, les touristes se déplaceront même juste pour rencontrer cette figure locale et assister à ce que l’on nommerait aujourd’hui des performances.

Joseph Le Gall n’a qu’une vingtaine d’années lorsqu’il débarque dans la commune. Artisan dans la lignée des imagiers du Moyen-Âge, il a été apprenti à 13 ans chez un sculpteur morlaisien. Il y a appris la taille du bois et la restauration de mobilier. À partir des années 1930, il sillonne les foires et les marchés où il fascine par sa rapidité d’exécution. Il devient maître dans l’art de réaliser des portraits de célébrités plus ou moins locales.

« Les enfants émerveillés par son travail »

À Locronan, il trouve le cadre nécessaire à l’épanouissement de son art. Béatrice Le Gall témoigne du travail acharné de son père : « En extérieur surtout, puis, plus tard, dans son atelier, il passait des heures à parfaire sa technique. » Elle distingue d’ailleurs plusieurs périodes dans son œuvre : « Il a commencé par des bustes en bois exotique, puis il a réalisé de nombreuses statues représentants les saints des églises environnantes, avant de s’adonner à la polychromie. »

Éliane, sa femme, s’occupait de peindre les œuvres ou de les vieillir à la térébenthine. Les habitants se souviennent d’un véritable personnage. Pour Jean-Yves Chatalic, membre de l’association Les Mémoires de Locronan qui organise cette année du souvenir, « Job était avant tout très proche des gens, on le voyait toujours entouré d’enfants émerveillés par son travail ». Sa célébrité a même parfois dérangé. « En 69, on lui a demandé de quitter la place où il attirait trop de monde », se souvient encore sa fille.

« Chacune des pierres de Locronan pourrait parler de lui »

« Cet hommage est nécessaire, estime le maire, Antoine Gabriele. Chacune des pierres de Locronan pourrait parler de lui. » Une collecte des œuvres « dispersées aux quatre coins de la planète » est organisée. Si certaines se trouvent déjà au musée de la ville, d’autres sont en la possession de particuliers. Outre l’exposition qui aura lieu en juillet, point d’orgue de cette année, l’idée est aussi d’enrichir la galerie virtuelle dédiée à Job. Celle-ci comporte déjà une trentaine de bustes 3D. Ainsi numérisées, les collections privées permettent de partager avec le plus grand nombre le travail de l’artiste.

Contact : job2021@memoires-locronan.fr

Publié le 26 mai 2021 – Ouest-France ©

« la dernière épingle » d’Émile Jean Armel-Beaufils (France 3 Bretagne).

Le Musée départemental breton expose une œuvre de 1931 du sculpteur Jean Armel-Beaufils. Elle est intitulée : « la dernière épingle » et figure dans le hall d’accueil du musée.
Myriam Lesko (Médiatrice culturelle au Musée) présente cette jeune femme de Plougastel.

Publié le 7 janvier 2022 – France 3 Bretagne ©

Kathy Le Vavasseur : « Au Musée de la Faïence je retrouve des éléments qui me sont chers » (Le Télégramme).

Plasticienne, sculptrice, Kathy Le Vavasseur est l’invitée du Musée de la Faïence qui fête tout le week-end son 30e anniversaire. Ses œuvres en courbes fines, se marient élégamment avec l’esprit du lieu. Elle avoue son bonheur d’être là.

Kathy_le_Vavasseur
Kathy Le Vavasseur présente ses élégantes sculptures.

Vous êtes née à Sa Đéc, au Vietnam, sur les bords du Mékong. À Quimper, certaines de vos pièces semblent glisser sur l’Odet tout proche, c’est un peu un retour aux sources ?

L’eau, la terre, le feu sont à la base de mon travail. C’est moi qui ai choisi cet emplacement pour montrer ces « Stratum super stratum » qui ont à voir avec les vagues. Au Musée de la Faïence je retrouve des éléments qui me sont chers.

Racontez-nous un peu de ce temps où naît, sans doute, votre besoin de créer ?

Lorsque nous vivions au Vietnam, mon père était sculpteur statuaire. J’ai touché à tout dans son atelier. J’ai observé. Sa démarche d’artiste m’a intéressée.

Et ensuite ?

En France, j’ai suivi une formation textile et arts plastiques. J’avais un professeur formidable qui aimait la diversité et respectait ma liberté. J’ai créé des tissus pour de grandes maisons, mes planches plaisaient. En 2010, j’ai rencontré la terre, matière qui m’est chère depuis toujours. J’aime expérimenter les formes, inventer. Ce tournant que j’ai pris date peut-être de ce jour où j’ai reçu les outils de mon père. À partir de là, j’ai laissé les choses venir. Puis j’ai été sélectionnée pour un concours en Autriche. Mes œuvres ont été remarquées.

Au musée, on découvre plusieurs facettes de vos œuvres, en particulier celle consacrée au corps humain, parlez-nous en.

Je consacre plusieurs sculptures au corps humain, telle ce « Circum colonne blanche » et plusieurs œuvres sur ce thème. Toutes portent leurs gouttes de lumière comme ces neurones qui ne disent pas leur nom.

Ce dimanche vous rencontrerez des stagiaires ?

J’animerai une visite guidée gratuite à 11 h, un atelier Totem entre 14 et 16 h.
Pratique

Renseignements : 02 98 90 12 72. Musée de la Faïence de Quimper. 14 Rue Jean Baptiste Bousquet. Locmaria.

Publié le 4 septembre 2021 – Le Télégramme ©

#1 Louis Henri Nicot – Une semaine en vidéo, du 28 avril au 2 mai 2020 – Musée.

#1 – Louis Henri Nicot sculpteur Breton.

En 2005, le Musée consacra son exposition thématique au sculpteur breton Louis-Henri Nicot (1878-1944). Il collabora avec la manufacture Henriot.

Le catalogue édité par notre association est toujours commercialisé.

Association des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper ©


L’oeuvre de Louis-Henri Nicot au Musée de la Faïence (le Télégramme).

Bernard Verlingue - Louis Nicot
Bernard Verlingue présente quelques bustes réalisés par Louis-Henri Nicot à qui il consacre, au musée de la faïence, une superbe exposition.

Le Musée de la Faïence consacre son exposition de printemps et d’été 2005 au sculpteur breton Louis-Henri Nicot (1878-1944). Né à Rennes, où il effectue ses études, ce fils de cimentier, convainc difficilement, ses parents de l’inscrire aux Beaux-Arts. Les années qui suivent lui donnent raison, le jeune homme accumule mentions et prix de modelage ou de sculpture.

Louis-Henri Nicot est admis aux Beaux-Arts de Paris en novembre 1902. En 1906, il tente, sans vrai succès, le Grand Prix de Rome, tandis que sa côte monte dans la capitale. Ses premières œuvres, «modernes et élégantes», portent encore les traces de sa formation rennaise. Bientôt, ses marbres, ses bronzes sont salués par la critique.

Photographe aux armées

Il s’installe à Montparnasse où il rencontre ses compatriotes, jeunes militants des nouveaux mouvements régionalistes et nationalistes. En novembre 1912, il rejoint «La Bretagne artistique» qui regroupe sculpteurs, graveurs architectes… d’origine bretonne. Une bourse du gouvernement français lui permet un séjour tunisien d’où il rapporte une superbe céramique, exposée au Musée de la Faïence : «L’Algérienne au singe». Le 2 août 1914, mobilisé au 2 e groupe d’aviation, il devient «photographe aux armées». Durant la guerre il garde des liens avec ses collègues, Pierre Le Noir, Armand Beaufils et Mathurin Méheut.

Sculptures monumentales

Démobilisé, il travaille pour Jules Verlingue, qui vient de relancer la faïencerie HB. Ses «Commères», fumeuses de pipe et autres joueurs de biniou font la joie des amateurs. Parallèlement, Louis-Henri Nicot réalise des sculptures monumentales, souvent destinées aux monuments aux morts. Dans un style complètement novateur, ses bustes, ses statues, taillées dans le granit ou le Kersanton, portent les marques du renouveau artistique. Il meurt en juillet 1944, regretté du monde artistique de 1933. A Quimper, Bernard Jules Verlingue présente la grande diversité de l’œuvre de Louis-Henri Nicot : bronzes, marbres, faïences colorées représentant des groupes de Bretonnes, petites statues aux visages burinés de femmes du Faouët, des Côtes-du-Nord, du Trégor. «Les couleurs, les motifs des châles et des tabliers sont très fidèles», remarque le conservateur.

Evangeline faïence polychrome

Les visiteurs aimeront certainement le beau petit mousse à l’ex-voto ou encore la superbe Evangeline, une faïence polychrome inspirée d’un poème de Longfellow. Le sculpteur a décliné cette figurine de plusieurs façons. L’Evangeline grandeur nature, réalisée en pierre de Kersanton, reçut la médaille d’or au Salon des artistes français de 1933. L’exposition s’agrémente d’un magnifique catalogue, signé Jos Péron, Patrick Monéger et Bernard-Jules Verlingue.

Publié le 11 avril 2005 – Le Télégramme ©

Une semaine en vidéo, du 14 au 18 avril 2020 – Artiste.

Semaine artiste en vidéo, du 31 mars au 3 avril 2020.

Notre 4ème semaine en vidéo est dédiée aux artistes.


#1 – Yann KERSALÉ.

En 2013, l’artiste Yann Kersalé croise la route de la manufacture Henriot à Quimper. On retrouve dans cette collaboration sa recherche permanente autour de la lumière. Il crée des luminaires en s’inspirant des coiffes bretonnes.

France 3 ©


#2 – ALATO (Owen POHO & Brieg OLIVIER).

ALATO est un clin d’oeil à l’architecte/designer finlandais Alvar Aalto. Brieg Olivier et Owen Poho s’associaient en 2005 pour créer des articles contemporains pour la table et la maison. Ils présentent dans ce reportage la collection Erminig.

France 3 Bretagne ©


#3 – Pol Le MEUR.

Pour fêter les trois siècles de faïences à Quimper en 1990, l’artiste Pol Le Meur créa des sculptures géantes. Elles représentaient des éclats gigantesques de faïence quimpéroise. L’évènement s’intitulait : « les égarées du sablier » !


#4 – Hervé Le NOST.

Le sculpteur Hervé Le Nost travailla en résidence en 2015, au sein des ateliers de la faïencerie Henriot à Quimper. Il s’approprie les formes des vases Odetta, pour en réaliser des sculptures.


#5 – Mathurin MÉHEUT.

En décembre 2012, une exposition Mathurin Méheut ouvrit ses portes au Musée des beaux-arts de Brest. Elle s’intitulait « Dans le décor ! ». Elle permettait de découvrir les grands décors marins de l’artiste.


Association des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper ©