Bulletin d’information de l’association « Faïences de Quimper 1690-1990 » n°1 – Juin 1988.

Emile Just Bachelet

Brochure de 8 pages (noir et blanc).

Sommaire :

  • Jim Sévellec Marjatta TABURET (p 1 à 2).
  • Rencontre avec … Henri PHUEZ, ancien chef de l’atelier « décoration fantaisie » de la manufacture HENRIOTMichel-J ROULLOT (p 3 à 5).
  • QUIMPER : les marques de fabrique avant 1904Michel-J ROULLOT (p 6).
  • Bulletin d’adhésion à l’association « Faïences de Quimper 1690-1990 » (p 7).

Télécharger le document

Association « Faïences de Quimper 1690-1990 » ©

Association Faïences de Quimper 1690-1990.

Association Faïences de Quimper 1690-1990

Nous avions consacré notre dernière gazette aux célébrations de 1990 des faïenceries de Quimper (lien).
L’association « Faïences de Quimper 1690-1990 » est créée en janvier 1988. Trois hommes sont à l’origine de ce projet : Jos Le Grand, Michel-Jean Roullot et Erwan Le Bris du Rest.
De juin 1988 à avril 1993, l’association éditera dix bulletins d’informations.
Nous vous proposons du 5 au 15 novembre 2020 de vous replonger dans ces archives.


Pochette de présentation de l’association.

Rue basse Locmaria - Alfred Beau
  • « Rue Basse Loc-Maria » pièce d’Alfred BEAU Marjatta TABURET (p 1 à 2).
  • L’association, ses butsJos Le GRAND (p 3).
  • La procession de Jim-E. SEVELLECM-J ROULLOT (p 3 à 4).

Télécharger le document

Association « Faïences de Quimper 1690-1990 (2090) » ©

« Ma faïence a-t-elle de la valeur ? » (Ouest-France).

De belles pièces sont sorties des greniers, samedi 8 août 2020, à l’occasion de la matinée organisée par Les amis du musée de la faïence de Quimper (Finistère).

Jérémy Varoquier
Jérémy Varoquier, assistant principal du conservateur du musée de la faïence, présente une pièce unique de la faïencerie Henriot, par l’artiste Guy Trévoux (1920-2011) exécutée entre 1951 et 1954.

Chargés de lourds cabas de vaisselle, les participants sont venus samedi 8 août 2020 au matin chercher des conseils sur des faïences dénichées dans une brocante ou transmises par la famille. En l’absence du conservateur du musée, expert en faïence, aucune estimation n’a été réalisée.

Une quarantaine de rendez-vous avaient été pris et tout au long de la matinée, Les amis du musée de la faïence ont examiné de nombreuses pièces : de jolis plats, des pièces de forme, quelques services, des statuettes de vierges et de saints, des serre-livres…

Amis du Musée et de la Faïence de Quimper
Un des conseillers de l’association « Les amis du Musée de la Faïence » présente 2 belles assiettes de la série « les légendes bretonnes » de PB (Porquier-Beau) de 1930. Assiettes PB Quimper : Yan-Coz chez les diables et Le biniou et les korrigans.

Quelle valeur ?

« Des pièces intéressantes – un pied de lampe de Porquier de la fin du XIXe siècle, une cruche de faïence “Rouen” datée de 1759, quelques Kéraluc décorés par l’artiste André L’Helguen, un très beau plat au décor stylisé de l’artiste Guy Trévoux » (1920-2011) « de chez Henriot, réalisé vers 1950, ont été examinés », » sourit Jérémy Varoquier, assistant principal du conservateur du musée de la faïence.

« Ma faïence a-t-elle de la valeur ? » est la question qui est revenue tout au long de la matinée. Les amis du musée sont là pour renseigner les propriétaires, dater l’objet, attribuer la décoration à un artiste particulier. En fin de matinée, un couple présentant deux assiettes de la série « Les légendes bretonnes » de PB ( Porquier-Beau) réalisées dans les années 1930, et achetées par la famille vers 1955, s’entendait confirmer leur intérêt pour des collectionneurs.

Publié le 9 août 2020 – Ouest-France ©

À Quimper, la faïence révèle encore des trésors (Le Télégramme).

Annic Constany
Les amis du musée de la faïence ont renseigné une quarantaine de propriétaires, ce samedi.

Invités chaque année à présenter leurs pièces, les particuliers se sont pressés, ce samedi dans la cour du musée de la faïence. L’occasion de révéler quelques trésors.

Des pièces de vaisselles chinées à un troc et puces, des plats et autres sculptures transmises de génération en génération ou trouvées dans un grenier. Masqués pour cause de crise sanitaire, une quarantaine de collectionneurs et autres héritiers de pièces de faïences de Quimper se sont relayés dans la cour du musée de Locmaria, ce samedi, pour connaître l’histoire de leurs biens et souvent avoir une idée de leur valeur.

« C’est notre rôle », souligne Jérémy Varoquier, l’assistant principal du musée. En l’absence de Bernard Verlingue, le conservateur des lieux, ce sont les amis du musée qui ont orienté les propriétaires de pièces de faïence.

Du Quimper du XVIIIe siècle ?

Tout au long de la matinée, près de 200 pièces sont ainsi passées entre les mains de ces fins connaisseurs. Beaucoup de vaisselle. Mais parfois quelques belles pièces comme ce couple de sonneurs. Son propriétaire est reparti avec un précieux conseil en poche : le numéro de téléphone d’un restaurateur quimpérois. Au-delà du renseignement, l’objectif, pour le musée quimpérois, est « d’éviter la dispersion des pièces et de préserver » ce patrimoine.

« Au fur et à mesure, le conservateur pensait que ça allait se tarir. Mais nous faisons des découvertes tous les ans », se réjouit Jérémy Varoquier. Outre plusieurs pièces d’artistes – Micheau Vernez, Nicot, Fouillen, Keraluc – les amis du musée ont eu de la faïence du XVIIIe siècle entre les mains, ce samedi. « Il pourrait s’agir de « vieux Quimper ». Cela reste à confirmer parce qu’il n’y avait pas de signatures à l’époque ». Des œuvres historiques susceptibles d’entrer dans les collections du musée de Locmaria. Pas par le biais d’achats. Le lieu n’en a pas les moyens. Mais par l’intermédiaire de dons. Les pièces datées de 1769 pourraient ainsi rejoindre le musée.

Publié le 8 août 2020 par Jean Le Borgne – Le Télégramme ©

Faïence : et si vous aviez des trésors dans vos placards ? (France Bleu Breizh Izel).

Journée d’estimation de vos pièces en faïence, ce samedi, au musée de la faïence de Quimper (Finistère). En fouillant dans vos placards, vous trouverez peut-être des pièces très rares… Qui valent parfois cher !

Matinée d'information et de conseil 2020.
Les dernières journées d’estimation ont permis de découvrir des trésors oubliés.

Et si la faïence que vous stockez au fond d’un placard valait de l’argent ? Pour vous aider à déterminer la valeur des objets que vous stockez chez vous, les Amis du musée et de la faïence organisent une matinée d’estimation, ce samedi 8 août.

Pour connaître l’histoire (et la valeur) d’une pièce en faïence, il faut commencer par la retourner explique Jérémy Varoquier, assistant principal au musée de la faïence : « on aura une signature et un numéro de série, qui nous donnera une date ». Il invite tous ceux qui le souhaitent à venir faire estimer leurs pièces : « amenez-nous tout ce que vous avez, on fera le tri et on vous dira ce qui est intéressant ou pas. Ensuite, selon ce que vous voulez en faire, on vous dirigera vers les personnes compétentes ».

Plusieurs milliers d’euros pour certaines pièces

Les pièces de grandes valeurs sont souvent des pièces d’artistes, signées d’une des principales manufactures. Dernièrement, des pièces sont parties à plusieurs milliers d’euros dans une salle des ventes.

Estimation ce samedi matin au Musée de la faïence, sur rendez-vous, 02 98 90 12 72.

Publié le Vendredi 7 août 2020 par Annaïg Haute – France Bleu Breizh Izel ©