Une semaine en vidéo, du 14 au 18 avril 2020 – Artiste.

Semaine artiste en vidéo, du 31 mars au 3 avril 2020.

Notre 4ème semaine en vidéo est dédiée aux artistes.


#1 – Yann KERSALÉ.

En 2013, l’artiste Yann Kersalé croise la route de la manufacture Henriot à Quimper. On retrouve dans cette collaboration sa recherche permanente autour de la lumière. Il crée des luminaires en s’inspirant des coiffes bretonnes.

France 3 ©


#2 – ALATO (Owen POHO & Brieg OLIVIER).

ALATO est un clin d’oeil à l’architecte/designer finlandais Alvar Aalto. Brieg Olivier et Owen Poho s’associaient en 2005 pour créer des articles contemporains pour la table et la maison. Ils présentent dans ce reportage la collection Erminig.

France 3 Bretagne ©


#3 – Pol Le MEUR.

Pour fêter les trois siècles de faïences à Quimper en 1990, l’artiste Pol Le Meur créa des sculptures géantes. Elles représentaient des éclats gigantesques de faïence quimpéroise. L’évènement s’intitulait : « les égarées du sablier » !


#4 – Hervé Le NOST.

Le sculpteur Hervé Le Nost travailla en résidence en 2015, au sein des ateliers de la faïencerie Henriot à Quimper. Il s’approprie les formes des vases Odetta, pour en réaliser des sculptures.


#5 – Mathurin MÉHEUT.

En décembre 2012, une exposition Mathurin Méheut ouvrit ses portes au Musée des beaux-arts de Brest. Elle s’intitulait « Dans le décor ! ». Elle permettait de découvrir les grands décors marins de l’artiste.


Association des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper ©

Suivez-nous sur :

Une semaine en vidéo, du 7 au 11 avril 2020 – Faïencerie.

Semaine faïencerie en vidéo, du 7 au 11 avril 2020.

Nous vous proposons une 3ème semaine en vidéo, sur la thématique de la faïencerie.


#1 – La faïence de Quimper (300 ans de tradition).

On débute avec un reportage récent, où l’on retrouve la fabrication des céramiques chez Henriot Quimper. L’historien Pascal Le Boëdec évoque le quartier de Locmaria, et un passage au Musée de la Faïence en compagnie de Bernard Verlingue.

2016 – France 3 ©


#2 – La faïence de Quimper (un savoir-faire).

Aujourd’hui, on vous invite à découvrir le savoir-faire de la faïencerie Henriot à Quimper.

France 3 ©


#3 – La faïence de Quimper (Henriot Quimper).

Il y a quelques années M. Eric LIGEN, qui était à l’époque secrétaire général de la manufacture. Il présente dans ce reportage les différents métiers de la faïencerie.

Campagnes TV ©


#4 – La faïence de Quimper (Le bol breton).

La thématique du bol breton est souvent abordée par les médias. Dans ce reportage on retrouve une présentation de la faïencerie, et de la commercialisation dans le centre-ville de Quimper.

TF1 ©


#5 – La faïence de Quimper (Henriot Quimper & le designer Mathieu Pung).

Une petite visite du grenier de la faïencerie en compagnie de Jean-Pierre Le Goff, pour découvrir les plâtres et les moules anciens. Puis, le designer Mathieu Pung présente sa réinterprétation du célèbre bol breton.

France 3 ©


Association des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper ©

Suivez-nous sur :

Robert Micheau-Vernez à Malicorne (France 3).

Le Musée de la Faïence de Malicorne présente les œuvres de Robert Micheau-Vernez. L’exposition est visible jusqu’au 11 novembre 2019.

Il est à noter que l’ouvrage de Philippe Théallet, consacré à l’œuvre de faïence de l’artiste est désormais disponible (lien).

Publié le 2 octobre 2019 – France 3 ©

Suivez-nous sur :

Terres de Bretagne : Du pays rennais à la presqu’île de Crozon (France 3).

Visitez les greniers des faïenceries de Quimper, en compagnie de Jean-Pierre le Goff, propriétaire de la manufacture (extrait de l’émission « Des Racines et Des Ailes »).

Publié le 8 septembre 2019 par Emmanuel Roblin – France 3, Des Racines et des Ailes ©

Suivez-nous sur :

Vente aux enchères des œuvres de Fréour (France 3).

Vente de l'atelier Jean Fréour
Les œuvres de Jean Fréour à la salle des fêtes de Batz-sur-mer pour une vente aux enchères.

Jean Fréour était un immense artiste à qui la sculpture doit beaucoup. C’était aussi un être singulier qui travaillait comme un forcené sans désir de vendre ses œuvres ou si peu. Cela explique les centaines de pièces mises en vente.

Plus de 500 pièces, c’est pratiquement le fonds de l’atelier du grand sculpteur qui, en 1955, avait décidé de s’installer à Batz-sur-Mer pour y vivre et pour y travailler. Non loin de Nantes sa ville natale.

Indépendant, libre et inclassable il n’a cessé de sculpter le bronze, le marbre, le schiste, l’ardoise bleue, le granit, l’onix, entre autres matériaux. Ce qui donnait à ses sculptures des ombres et des lumières remarquables et précieuses.

Disciple de Charles Louis Malric et Henri Bouchard il travaillait à la manière des artistes du 19è siècle, un peu comme un ermite. Un travail fortement marqué de régionalisme et d’identité bretonne imprégnée de catholicisme. Sa source d’inspiration ? La femme.

Fréour n’aimait pas se mettre en avant et refusait tout travail journalistique. D’où l’intérêt de ce reportage réalisé en 1972 pour le magazine culturel de télé Pays de la Loire.

Vente très riche et variée

Beaucoup de musées se sont intéressés à cette vente. Des pièces qu’il n’a jamais voulu vendre et qui donc représentaient pour lui l’essentiel de son œuvre. Il faisait peu d’expositions et avaient installé chez lui sa propre galerie d’art. Néanmoins on trouve des œuvres de Fréour en Argentine, au Canada, en Afrique, où Il a eu beaucoup de commandes publiques.

Si, lors de la vente, quelques sculptures sont restées accessibles pour quelques centaines d’euros, la Gitane, elle, est partie à 10 000 euros. Jean Fréour l’artiste ermite qui aurait eu 100 ans cette année, est désormais une valeur reconnue et partagée. C’est aussi à cela que servent les ventes aux enchères.

Publié le 30 juillet 2019 par Evelyne Jousset – France 3 ©

Suivez-nous sur :