De la faïence dans les galettes ! (Le Télégramme).

Le Musée de la faïence de Locmaria a noué un partenariat avec la boulangerie « Pains et kouign », à Kerfeunteun. À compter d’aujourd’hui, chaque galette achetée donne droit à une fève en porcelaine inspirées du créateur Jim Eugène Sévellec ainsi qu’une entrée pour deux personnes au Musée de la faïence.

Alain et Philippe Guéguen & Bernard Verlingue.
Alain Guéguen, fier de présenter ses galettes et les fèves, entouré de M. Verlingue, conservateur du Musée de la faïence et de Philippe Guéguen, gérant de la boulangerie « Pains et kouign ».

Les fèves, en porcelaine (fèves de Clamecy) sont inspirées du créateur Jim Eugène Sévellec (1897-1971) : peintre, illustrateur d’ouvrages, critique d’art, il a exécuté de nombreux ensembles décoratifs pour des hôtels ou restaurants de Brest, Camaret ou Bénodet. Concernant la faïence, Sévellec a été l’un des créateurs les plus prolifiques de l’entre-deux-guerres, en collaboration avec la manufacture Henriot. Il a conçu toute une série de personnages issus de la vie des ports. Chaque galette achetée donne droit à une fève en porcelaine, sur laquelle a été fait un trou en vue d’un éventuel collier, ainsi qu’une entrée pour deux personnes au musée de la faïence (ouvert à partir du 15 avril). La collection de six fèves est également disponible au prix de 12 €.

Pratique
Boulangerie « Pains et kouign », 104, avenue de la France Libre à Quimper. Tél : 02 98 53 04 05. Site :
www.pains-kouign.fr.
Publié le 28/12/2018 – Le Télégramme ©

Suivez-nous sur :
error

Partenariat Pains et kouign & Musée de la faïence pour la fève 2019 (Côté Quimper).

La boulangerie Pains et kouign et le Musée de la faïence de Quimper se sont associés pour créer une fève de galette des rois, s’inspirant de l’œuvre de Jim Eugène Sévellec.

Alain et Philippe Guéguen & Bernard Verlingue.
Bernard Verlingue, conservateur du Musée de la faïence de Quimper, Alain et Philippe Guéguen de Pains et kouign, présentent leur fève 2019.

La boulangerie Pains & kouign, dans le quartier de Kerfeunteun à Quimper (Finistère) a fait appel au Musée de la faïence pour créer sa fève de galette des rois 2019.

« L’année dernière, nous avions travaillé avec le Musée breton, rappelle Philippe Guéguen, à la tête – avec son frère Alain – de Pains & kouign. Nous avons cette fois sollicité Bernard Verlingue, conservateur du Musée de la faïence. Qui a eu l’idée de s’inspirer des œuvres de Jim Eugène Sévellec. »

Bernard Verlingue précise : « Sévellec (1897-1971) est l’un des artistes les plus prolifiques ayant collaboré avec les faïenceries Henriot dans l’entre-deux-guerres. Il a fait des choses très amusantes. »
Cette fève se décline en six versions qui reprennent des motifs différents créés par l’illustrateur : des personnages en costume breton qu’il avait dessinés pour décorer des assiettes. Ils sont reproduits sur un disque en porcelaine.

Les fèves ont été fabriquées en France par Les fèves de Clamecy. Elles sont percées pour être facilement transformées en pendentifs.

Six fèves reproduisant des assiettes de Jim Eugène Sévellec.
La fève de Pains et kouign s’inspire de l’œuvre de Jim Eugène Sévellec.

Invitation au musée

Pour tout achat de galette des rois, les clients bénéficieront par ailleurs d’une invitation pour deux personnes à visiter le Musée de la faïence de Quimper. Il ouvrira le 15 avril sur une nouvelle exposition.

Le bon cadeau est imprimé directement sur le sachet papier qui protège la galette.

Pains & kouign fabrique environ 2000 galettes des rois chaque année (frangipane ou pommes) au cours du mois de janvier. Dont plus de 500 dans les jours qui précèdent l’épiphanie.

Infos pratiques :
Pains & kouign, 104 avenue de la France-Libre à Quimper.
Musée de la faïence, 14, rue Jean-Baptiste Bousquet à Quimper.
Ouvert à partir du 15 avril 2019.

La collection de six fèves est disponible à la vente : 12 euros.

Publié le 27/12/2018 par Martine De Saint Jan – Côté Quimper ©

Suivez-nous sur :
error

Les fèves de Jim Eugène Sévellec à la boulangerie « Pains & Kouign ».

Flyer de l'opération.

La boulangerie « Pains & Kouign » située à Quimper s’associe au Musée de la Faïence de Quimper, pour la fête de l’Épiphanie.
Vous découvrirez l’une des six fèves reproduisant des assiettes de Jim Eugène Sévellec. Pour une galette achetée, vous bénéficierez de deux entrées gratuites pour visiter le musée à partir du 15 avril prochain. Il vous suffira juste de nous présenter le sachet d’emballage avec l’offre imprimée .
Les fèves sont fabriquées par l’entreprise bourguignonne Fève de Clamecy, une des dernières entreprises du genre en France. Les six modèles seront disponibles à la vente en petit coffret. Toutes les fèves ont été percées pour en faire un pendentif.

Boulangerie « Pains & Kouign »
avenue de la France Libre à Kerfeunteun, Quimper. pains-kouign.fr

Jim Eugène Sévellec, 1897-1971

Très jeune, il montre des prédispositions pour le dessin. Menant ses études à Brest, il en profite pour suivre des cours aux Beaux-Arts de la ville. Mobilisé en 1916, après deux blessures et un gazage, il finit le conflit comme interprète auprès des troupes anglophones. Son prénom, Eugène, posant des difficultés de prononciation pour ces soldats, ils décidèrent de le baptiser Jimmy, qui deviendra Jim, prénom qu’il conservera toute sa vie et qu’il donnera à ses deux fils.

Portrait de Jim-Eugène Sévellec.

Peintre, illustrateur d’ouvrages, critique d’art, il réalise également quelques dessins publicitaires, non sans humour. Il exécute de nombreux ensembles décoratifs pour des hôtels ou restaurants de Brest, Camaret ou Bénodet.
Concernant la faïence, Sévellec est l’un des créateurs les plus prolifiques de l’entre-deux-guerres, en collaboration avec la manufacture Henriot (170 modèles recensés à ce jour). Il conçoit des services de table, des pièces de formes toujours très originales et toute une série de personnages issus de la vie des ports. On lui confie l’exécution de tables d’orientation ou de fresques monumentales bien cachées dans tout le Finistère. Au vu du nombre de pièces qui circulent, ses productions ont été et sont encore très appréciées du public.

Musée de la Faïence de Quimper ©

Suivez-nous sur :
error

Quand les brodeurs inspiraient les faïenciers

3 danseurs Bigouden de l’artiste Robert Micheau-Vernez.

Une des particularités des costumes de Bretagne est la richesse des couleurs des broderies ou des motifs traditionnels qui les ornent. Les faïenciers quimpérois ne sont pas restés insensibles à ce phénomène et ont largement puisé dans ce fonds quasi inépuisable pour décorer leurs pièces. Il s’agit là d’une démarche, certes d’esthétisme pur, mais également une volonté active de retrouver d’authentiques racines bretonnes, s’inscrivant ainsi dans la revivification d’un art décoratif moderne, cher aux Seiz Breur.

La période de l’entre-deux-guerres voit, dans les campagnes, la désaffection du costume traditionnel mais, parallèlement, de nombreux contemporains s’intéressent à cette culture et tentent de la valoriser. L’Union Régionaliste Bretonne luttera pour un maintien, très conservateur, des modes locales. Plus tard, René-Yves Creston portera un regard ethnographique sur ce costume, suivi dans ce domaine par d’autres artistes comme Robert Micheau-Vernez.

Quand les brodeurs inspiraient les faïenciers
Quand les brodeurs inspiraient les faïenciers.

Dès 1918, la manufacture HB crée le décor «broderie», technique nouvelle qui permet de retrouver la notion de relief, mettant en avant la richesse du travail des brodeurs. L’atelier de Pierre Poquet en est l’illustration. Les chefs d’atelier ayant un droit de création, naîtront ainsi de nombreux décors, particulièrement variés, reprenant principalement les motifs bigoudens mais aussi les éléments floraux du costume de Fouesnant. Jean Caër restera plus traditionnel dans le traitement de ses compositions, osant toutefois des emplois de couleurs audacieux.

Devant une telle débauche d’ingéniosité, nous allons tenter de faire un tour de Bretagne du costume à travers la faïence.


Musée de la Faïence de Quimper ©Bernard Jules Verlingue


Le film de l’exposition « Quand les brodeurs inspiraient les faïenciers ».

Suivez-nous sur :
error