Que valent vos trésors : Un œuf de Pâques à la bretonne (La Nouvelle République).

Brigitte, de Sambin, souhaite connaître l’origine d’un œuf en faïence. Philippe Rouillac, commissaire-priseur, nous donne son avis.

Philippe Rouillac
Me Philippe Rouillac, commissaire-priseur.

La faïence que nous livre notre lectrice prend la forme d’un œuf couvert reposant sur une base tripode. Le fretel, c’est-à-dire la prise qui sert à ouvrir le couvercle, figure un ruban. Le décor est en trois parties : les pieds sont peints de motifs décoratifs bleus, verts et jaunes – la partie inférieure de l’œuf d’une scène populaire dans un fond blanc – la partie supérieure d’un cartouche aux armes de la Bretagne soutenues par deux lévriers et une couronne fantasmée, accostées de rinceaux verts sur fond bleu. La scène populaire figurée présente un homme en costume traditionnel prenant par la main une jeune femme à la coiffe bretonne (une catiole du pays de Rennes) esquissant un pas de danse (?). Cette représentation nous rappelle inévitablement le « genre breton », c’est-à-dire une peinture pittoresque très à la mode dans la seconde moitié du XIXe siècle. La Bretagne est alors rêvée lointaine et intemporelle, îlot métropolitain ayant « échappé à la modernité », on est davantage dans l’idéalisation que dans la caricature que le personnage de Bécassine incarnera quelques décennies plus tard.
Dans « L’Encyclopédie des céramiques de Quimper » (aux éditions de la Reinette)*, l’œuf de Brigitte est présenté page 411 du tome consacré au XIXe siècle.

Oeuf couvert
Œuf couvert – Pieds en forme de pattes de saurien. Sous la pièce marque PB Quimper, v. 1898-1904. H. 305 ; diam. 145. (collection du Musée de la Faïence de Quimper, A380).*

Cette identification d’une forme extrêmement proche, pour une hauteur approximative de 30 cm, nous permet d’attribuer avec une quasi-certitude l’œuf de Brigitte à la manufacture de Quimper. Toutefois, il faudrait vérifier qu’un monogramme « PB », « HB » ou « HR » figure sur la pièce. Ces trois monogrammes correspondent aux manufactures actives à Quimper à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Les fours de Quimper en important de l’argile de Bordeaux ou de Rouen, permettent alors à la ville de devenir le centre céramiste le plus important de l’Ouest. Un artiste, Alfred Beau, met son coup de crayon au service du genre breton, et ses gravures obtiennent un succès qui s’étend au décor des faïences. L’œuf de Brigitte a un décor différent que celui présenté dans l’Encyclopédie, mais ce décor est repris sur des pièces ayant d’autres formes. On comprend donc que les céramistes puisent dans un répertoire de formes préexistantes pour y adapter des modèles qu’ils connaissaient par la gravure.

L’incarnation du genre populaire

Cette œuvre est l’incarnation du genre populaire et de la montée des régionalismes à une époque où la révolution industrielle va peu à peu harmoniser et donc indifférencier tout le territoire national. Il est compréhensible que cette perte à venir des traditions soit compensée par un vif regain d’intérêt pour le régional et ce qui en constitue les particularités. En parfait état, sans fêle ni choc, l’œuf couvert de Brigitte, s’il est de Quimper, pourrait être estimé entre 80 et 150 euros, anticipant par sa naïveté le départ de Paul Gauguin à Pont-Aven à la recherche d’un paradis perdu…

Publié le 08/06/2019 par Philippe Rouillac commissaire-priseur – La Nouvelle République ©

*Encyclopédie des céramiques de Quimper (Faïences – Grès – Terres vernissées) – Tome 2 le XIXème siècle – Philippe Le Stum & Bernard Jules Verlingue – Gilles Kervella (Photographies) – éditions de la Reinette – Novembre 2004 – ISBN 2-913566-29-4.

Suivez-nous sur :
error

Le legs de M. Ronan du Boisguéhenneuc au Musée départemental breton.

Manufacture Porquier-Beau
Grand plat rectangulaire festonné à bord jaune, décor de homard et branche fleurie – 69 cm x 29 cm x 5 cm (Numéro d’inventaire : 2018.2.35.).

Lundi dernier se tenait l’assemblée générale des Amis du Musée départemental breton.

Mme Margareth Le Guellec (conservateur en chef du patrimoine) et Mme Catherine Troprès (Attachée de conservation du patrimoine) ont présenté lors de cette réunion les dernières acquisitions du Musée.

Le legs de M. Ronan du Boisguehenneuc vient enrichir de façon remarquable les collections du département des faïences bretonnes du Musée.

Il comprend 556 pièces, essentiellement consacrées à la production de la manufacture Porquier-Beau.

AG des Amiis du Musée départemental breton.
Mme Margareth Le Guellec (conservateur en chef du patrimoine) et Mme Catherine Troprès (Attachée de conservation du patrimoine).

Alfred Beau (1829-1907) a renouvelé la céramique quimpéroise à la fin du XIXème siècle, comme le souligne Philippe Le Stum (Directeur du Musée) : il est considéré comme l’inventeur du “genre breton”.

Dans la notice biographique de cette nouvelle acquisition, M. P. Le Stum revient sur les circonstances de ce legs et sur le profil de ce généreux donateur :

« Issu d’une très ancienne famille de la noblesse bretonne, Ronan du Boisguéhenneuc (Versailles, 22 juin 1928 – 2 juillet 2017) fit dans l’infanterie métropolitaine une carrière militaire (1950-1979) qui l’amena en Allemagne, en Algérie puis au régiment du Génie où il finit sa carrière. Il a lui-même raconté, dans des Réflexions d’un collectionneur, les circonstances de ses premiers achats et la manière dont il forma en quelques décennies l’une des plus importantes collections privées de céramique quimpéroise, et la plus riche pour les créations de la marque Porquier-Beau sur laquelle il choisit de concentrer ses efforts.

Manufacture Porquier-Beau
Plat ovale festonné, décor breton « Fragment de noce » – 34,5 cm x 26 cm x 2,7 cm (Numéro d’inventaire : 2018.2.300.).

Ses premières acquisitions, un peu au hasard d’une vente publique à Morlaix, remontent à 1966. Elles furent celle d’un précurseur, car il n’existait alors aucun ouvrage de référence sur la faïence quimpéroise. Ce fut seulement en 1979 et 1980 que parurent ceux de Marjatta Taburet et de Michel-Jean Roullot. Le collectionneur reconnaissait avoir beaucoup appris auprès de ces deux auteurs, tant à travers leurs publications que grâce aux relations personnelles qu’il noua avec eux. […]

Il se prit d’une véritable passion pour celle-ci. De fait, dans l’histoire tricentenaire de la faïence de Quimper, elle représente un des quelques épisodes spécialement remarquables. […]

Manufacture Porquier-Beau
Bannette rectangulaire festonné à bord jaune, décor de chèvrefeuille rose et jaune – 44 cm x 26,8 cm x 3,7 cm (Numéro d’inventaire : 2018.2.89.).

Hormis l’ensemble légué au Musée par la famille d’Alfred Beau et quelques rares acquisitions plus récentes, la production de cette figure essentielle de l’histoire des arts décoratifs bretons est assez peu représentée au Musée.
La très généreuse donation de M. du Boisguéhenneuc comble très opportunément cette lacune : il faut insister sur l’exigence et l’expertise avec laquelle il a formé sa collection qui ne comporte pas de doublons.
Il faut aussi admirer la générosité de ce donateur qui semble avoir pris dans le courant des années 1990 sa décision de faire bénéficier le Musée de ses efforts. […]
Selon ses dispositions testamentaires et avec le concours de sa nièce, le Musée a pu ainsi prendre possession avec émotion et émerveillement, de… 556 pièces, toutes de très belle qualité, souvent très rares et même, pour certaines, uniques. »

Philippe Le Stum, Conservateur en chef du patrimoine, Directeur du Musée départemental breton.


Vous pouvez désormais consulter sur internet l’ensemble des pièces composant ce legs sur le site du Musée départemental breton :

Il est également possible de consulter les pièces composant la donation de M. Tony Graviano, dont nous vous avons parlé il y a quelque temps (lien) :

Publié le 04/04/2019 par l’association des Amis du Musée de la Faïence de Quimper.

Suivez-nous sur :
error

Les publications à paraître en cette fin d’année 2018.

Nous avons sélectionné pour vous, une liste de livres à paraître en cette fin d’année.


Jeanne MalivelLes actes de la journée d’étude Jeanne Malivel
Philippe Bonnet, Denise Delouche, Olivier Levasseur, Daniel Le Couédic, Françoise Le Goaziou, Philippe Le Stum, Bernard Verlingue
Préface Gwen Lecoin & Postface Jean-Michel Le Boulanger

Editeur ASIA (André Soubigou Impressions d’Arts) – Collection Jeanne Malivel

ISBN 978-2918202-30-1 – tarif 20 € – Paru en septembre 2018.

Le samedi 29 septembre 2018, l’association des Amis de Jeanne Malivel organisait une journée d’étude (programme). Elle se tenait dans l’auditorium du Musée départemental breton.
Les actes de ce colloque sont désormais disponibles chez l’éditeur ASIA. C’est le quatrième ouvrage publié sur l’artiste cette année. Les auteurs incontournables étaient réunis pour évoquer la vie et l’oeuvre de la cofondatrice du mouvement Ar Seiz Breur.
Ce livre est complémentaire du catalogue édité par notre association pour l’exposition du Musée de la Faïence de Quimper (lien).

MalivelPour l’occasion le Musée départemental breton avait agencé l’espace consacré aux Seiz Breur, par une présentation des oeuvres de Jeanne Malivel.


Méheut - Jean-HaffenLettres de Mathurin Méheut à Yvonne Jean-Haffen
« Je vous le dessine par la poste »

Denise Delouche, Anne de Stoop
Préface de Philippe Le Guillou

Editeur Ouest-France

ISBN 978-2-7373-7913-0 – tarif 30 € – Date de parution : 19 octobre 2018

Cette correspondance s’échelonne de 1926 à 1954. On connaît ainsi 1400 lettres auxquelles s’ajoutent près de deux cents cartes postales, le tout précieusement conservé par Yvonne Jean-Haffen dans sa propriété, aujourd’hui La Maison d’artiste de la Grande Vigne, léguée en 1987 à la Ville de Dinan. Mathurin Méheut détruisait les réponses de son élève, très chère égérie et active collaboratrice, ces échanges épistolaires ayant lieu à l’insu de Marguerite Méheut, l’épouse de l’artiste.
Les illustrations à la gouache sont d’une exceptionnelle qualité, l’image primant toujours sur le texte qui sert de toile de fond graphique.
Cette correspondance, établie par Denise Delouche et Anne de Stoop, en collaboration avec la conservation des musées de Dinan, a une valeur à la fois documentaire et esthétique remarquable. Elle est composée de 150 lettres choisies, et de nombreuses reproductions.


Pierre ToulhoatToulhoat, l’œuvre de métal
Armel Morgant

Editeur Locus Solus – Collection Beaux Livres

ISBN 978-2-36833-200-9 – tarif 25 € – Date de parution : 16 novembre 2018

Pierre Toulhoat (1923-2014) est connu pour sa collaboration avec la manufacture Keraluc. Armel Morgant avait publié la première biographie de l’artiste en 2007 aux éditions Coop-Breizh. Aujourd’hui, il s’attache à présenter son travail du métal.
Toulhoat créa un atelier de bijoux, après avoir collaboré avec la marque Kelt. Il travailla également pour la monnaie de Paris, et exécuta divers travaux (plaques, sculptures, un jeu d’échecs, …).

Suivez-nous sur :
error

Journée d’étude Jeanne Malivel à Quimper le 29 septembre 2018.

L’association des amis de Jeanne Malivel organise le samedi 29 septembre 2018, au Musée départemental breton une journée d’étude.

exposition thématique 2018 du Musée de la Faïence de Quimper.

Jeanne Malivel – Le Vieil arbre – 1922 – Gravure sur bois de fil (H. 21 ; L. 15 cm) – Monogramme JM sur le bord gauche – Signée Malivel J., sur le bord droit 19/25 (Collection particulière).

Ce colloque réunit les plus grands spécialistes de l’artiste, et se tiendra en clôture de l’exposition du Musée de la Faïence de Quimper.

Le programme est le suivant :

  • Daniel Le Couédic (professeur émérite Institut de Géo architecture – UBO) – « Jeanne Malivel: les sources confluentes de son engagement ».
  • Denise Delouche (professeur émérite à l’université de Rennes) – « Maurice Denis, préfacier de Jeanne Malivel ».
  • Philippe Le Stum (directeur du Musée départemental breton) – « De quelques gravures sur bois de Jeanne Malivel ».
  • Philippe Bonnet (conservateur en chef du patrimoine, Région Bretagne) – « Les Seiz Breur et l’art sacré: le couvercle des fonts baptismaux de Quintin ».
  • Olivier Levasseur (auteur du livre Jeanne Malivel aux éditions Coop Breiz) – « Ameublement et textiles de Jeanne Malivel ».
  • Bernard Verlingue (directeur du Musée de la Faïence) – « Jeanne Malivel, les arts de la table ».
  • Françoise Le Goaziou (auteur d’ouvrages publiés sur l’artiste par l’association des amis de Jeanne Malivel) – « Une si belle âme : L’œuvre religieuse de Jeanne Malivel ».
  • Gwen Lecoin (présidente de l’association Jeanne Malivel) – « Projets autour de l’œuvre de Jeanne Malivel ».

Les actes de la journée seront prochainement édités par l’association des amis de Jeanne Malivel. Nous vous en parlerons bientôt.

Suivez-nous sur :
error

Don de céramiques de P. Fouillen au musée (Ouest-France).

Tony Graviano & Judy Datesman

Anne Maréchal, déléguée à la culture au conseil départemental, Judy Datesman, Tony Graviano et Philippe Le Stum, conservateur en chef du patrimoine du Musée départemental breton.

Un collectionneur américain a fait don de 80 céramiques de Paul Fouillen au Musée départemental breton. Trente sont exposées.

Vendredi, le Musée départemental breton, présentait une sélection de trente pièces en faïence, réalisées par l’artiste Paul Fouillen, célèbre céramiste dont la période d’activité s’étendit de l’entre-deux-guerres à la fin des années 1950.

« Ces faïences devaient revenir en Bretagne »

Des œuvres qu’il a été possible d’exposer grâce à un homme, Tony Graviano. Collectionneur américain passionné, cet amoureux de l’Art Déco et de la culture bretonne, a rassemblé pendant vingt-cinq ans de nombreuses céramiques, créées par Fouillen, pour ensuite en offrir quatre-vingts pièces au Musée départemental breton.

« C’est un plaisir pour moi de confier une partie de ma collection au musée. J’ai toujours eu le sentiment que ces faïences recueillies au fil du temps devaient revenir en Bretagne, confie le donateur. Notamment pour les générations futures qui se doivent de connaître leur histoire. »

« C’est un don exceptionnel et historique », a réagi Philippe Le Stum, conservateur en chef du patrimoine du Musée départemental breton. « Grâce à notre ami américain, nous avons pu enrichir notre fond consacré à Paul Fouillen et surtout combler des lacunes. Désormais chaque visiteur pourra saisir l’évolution du parcours artistique du céramiste breton. »

Ce samedi, à partir de 14 h, le musée accueillera une séance de dédicaces. Tony Graviano y présentera, Paul Fouillen, les années HB-Quimper. Ouvrage réalisé en collaboration avec Judy Datesman, une commerçante et artiste américaine installée à Quimper depuis une vingtaine d’années.

Publié le 22/09/2018 par Alexandre Martel – Ouest-France ©

Suivez-nous sur :
error