La faïencerie met le labeur en relief (Ouest-France).

Jusqu’au 30 septembre, le musée de la faïence propose « Armor Argoat, la Bretagne au travail », une exposition riche de 310 représentations.

Exposition thématique de l'année 2017.

Bernard Verlingue, directeur du musée de la faïence, ouvre ses portes aux créations menées autour du travail.

Les gens d’ici

L’exposition « Armor Argoat, la Bretagne au travail » donne à voir 310 pièces collectées, au musée de la faïence, jusqu’au 30 septembre prochain.

Du XIXe à nos jours, le travail en mer, et sur terre, a inspiré des créations prolifiques.

Avec pour dominantes les manufactures HB & Henriot et Porquier-Beau, les faïenceries de Quimper ont largement vu la notion de travail insuffler les productions artistiques. Le grand nombre d’auteurs exposés va permettre de découvrir une vision du travail parfois très localisée, ou même très personnelle. Quand l’un tend à évoquer l’éreintement, l’autre focalise son dessin sur le pain, ou autrement encore sur une sorte de repos de guerrier.

Méheut, Moal, Goudie…

« Armor argoat, c’est, en français, la mer et la terre éclaire Bernard Verlingue, le directeur du musée. L’une et l’autre vont nourrir des travailleurs en tous genres à travers les âges » et littéralement « apporter le pain aux bouches » analyse-t-il, ajoutant que « c’est ce travail-là qui est exposé, celui qui paye ».

L’expert en faïencerie vous guide dans une caractérisation intrinsèque à chaque artiste et à chaque pièce, dont le détail ne manque parfois pas de sel.

Scènes de vie d’antan

Du naturalisme des années 20 par Mathurin Méheut, à la réalité d’une bigoudène apportant le casse-croûte à l’heure de l’embarquement par George Renaud, on plonge dans des scènes de vie ayant largement alimenté les productions de céramistes. Plusieurs artistes contemporains posent le ton des années que nous vivons. À l’instar de Paul Bloas, signant distinctement un lamaneur dont il décrit le travail dans une fiche explicative, ou encore de Paul Moal, aussi incontournable pour ses oeuvres que pour un passé d’équipier de chalutier. Mais c’est dans une approche thématique que le musée de la faïence nous fait traverser les âges du travail. Marins d’État, filets et outils de pêche par René-Yves Creston, Henri Bouchard ou Jos Kervella. Débarquement du poisson par Mathurin Méheut et Alexander Goudie…

Le même Alexander Goudie, tout comme Georges Robin ou Robert Micheau-Vernez, se sont aussi tournés vers la période des récoltes. À côté, il y a de la place pour le tailleur et les fileuses, de quoi mettre en vitrine les métiers de la broderie. Dans le thème « Foires et marchés » on trouve, entre le marchand de veau et le marchand de cochon, le médecin de ville et le joueur de bonneteau.

De quoi embarquer le spectateur dans une atmosphère d’antan, avec un attroupement de métiers hétéroclites sur place publique. Gendarme, ramoneur, laitière, curé, bistrotier… Si ces métiers ont nourri les bouches de ceux qui les pratiquaient, ils ont aussi alimenté l’histoire de la faïencerie.

Jusqu’au 30 septembre, exposition temporaire Armor Argoat, la Bretagne au travail, visites guidées tous les samedis, à 15 h.

Publié le 13/07/2017 – © Ouest-France

Suivez-nous sur :

L’assemblée générale 2017.

AG 2017

Le samedi 15 avril 2017, s’est tenue l’assemblée générale de l’association des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper au sein des locaux de la faïencerie Henriot-Quimper à Locmaria.

Mme Annic Constanty (Vice-Présidente) menait la réunion en l’absence de M. Jean-Paul Alayse (Président).

Le bilan de l’année 2016 et les différentes activités de l’association sont exposés par notre secrétaire Geneviève Pageot.

AG 2017

Philippe Théallet intervient pour présenter les différentes étapes de réalisation de la gazette des Amis, qui reste l’élément de liaison privilégié à destination des adhérents.

AG 2017

L’association édite comme chaque année le catalogue de l’exposition thématique 2017 : Armor, Argoat – La Bretagne au travail.

Armor Argoat

Les projets de l’année 2017 seront les suivants :

  • Les journées Européennes du Patrimoine, le 16 & 17 septembre 2017. L’association animera l’événement autour du thème : « les femmes artistes ».
  • Le 40ème salon des antiquités de Quimper du 10 au 12 novembre 2017, ayant pour thème : « la faïence de Quimper ».

Le nouveau site internet de l’association est présenté en avant-première aux adhérents, par le biais d’une vidéo-projection.

AG 2017

Hervé Cossec présente le rapport financier de l’association pour l’année écoulée. Il est vivement remercié par le bureau pour l’ensemble de son travail. Il est remplacé par Patrick Monéger, membre fondateur de l’association.

Après le rapport moral, M. Hervé Maupin président du fonds de dotation du musée, prend la parole. Il rappelle le rôle du fonds et remercie l’association pour son travail d’accompagnement.

Bernard Jules Verlingue, conservateur et directeur du musée de la faïence de Quimper, dévoile le thème de l’exposition de l’année prochaine : Jeanne Malivel (site des Amis).

Guenhaël le Moing est élu à l’unanimité au conseil d’administration de l’association.

N’hésitez pas à nous rejoindre.

AG 2017

Suivez-nous sur :

Le musée de la Faïence rend hommage aux travailleurs bretons (Côté Quimper)

Le musée de la Faïence s’intéresse au travailleurs de la terre et de la mer à travers une exposition intitulée: Armor Argoat: la Bretagne au travail.

Armor Argoat

Bernard Verlingue présente la nouvelle exposition  » Armor , Argoat: la Bretagne au travail »

Charles Maillard, Henriot, Georges Renaud, Paul Moal… Le labeur des travailleurs bretons, qui viennent de la terre ou de la mer, a inspiré bon nombre d’artistes. L’exposition présentée en ce moment au musée de la Faïence de Quimper réunit ses deux univers.

Bernard Verlingue, conservateur au musée de la Faïence de Quimper, n’est pas peu fier des 310 pièces présentées dans le cadre de l’exposition Armor, Argoat, la Bretagne au travail.

L’idée de cette exposition a germé il y a déjà quelques années, comme l’explique Bernard Verlingue « Nous avions parlé de ce projet avec Jean-Paul Alayse, l’ancien directeur d’Océanopolis, il y a près de trois ans. Lorsque le projet a pris forme, nous avons contacté des collectionneurs privés mais aussi le Musée breton de Quimper et le Musée du bateau de Douarnenez qui nous a fourni bon nombre de pièces. Le musée des Beaux-Arts de Brest a également participé ».

Trois siècles de travail

L’exposition couvre trois siècles d’histoire, de la fin du XIXe au début du XXIe siècles et brasse un grand nombre de corps de métiers : pêcheur à pieds, goémonier, meunier, curée, paysan… Les œuvres ornent une multitude de pièces de céramique, toutes très inspirées : service à galette, fresques auparavant exposées à la gare de Quimper, ou encore une étonnante lampe signée Charles Maillard. « Il y a également quelques pointes d’humour, que ce soit dans la scénographie ou à travers les pièces exposées », remarque Bernard Verlingue. Pour exemple, les hommes d’Église ne semblent jamais bien loin des bistrots !

Les scènes de labeur sont restituées dans une scénographie travaillée avec minutie et précision. « Le visiteur devient lui-même témoin d’une époque aujourd’hui révolue », constate Bernard Verlingue.

Cette riche collection permet également de découvrir différentes techniques de création, comme celle utilisée par Georges Renaud, issu de la manufacture HB.

« Il positionnait une toile sur une pâte de faïence afin de marquer l’impression. Puis, les plaques sont ôtées et passées au four, donnant ainsi une impression de toile sur la céramique ».

Johnny Onion

Armor, Argoat : la Bretagne au travail est également l’occasion pour les plus jeunes de découvrir des corps de métiers aujourd’hui disparus.

Certains personnages illustres, tel que Johnny Onion, célèbre colporteur d’oignons, sont également parmi les pièces présentées : « Ce personnage est très connu en Bretagne et en Angleterre ! Mais aujourd’hui, les enfants ne le connaissent plus », regrette Bernard Verlingue.

Le musée de la Faïence de Quimper offre un véritable voyage dans le temps, permettant de renouer avec l’histoire de la Bretagne et de ses doyens.

Publié le 21/04/2017 par Aurélie Berlet – © Côté Quimper.

Suivez-nous sur :

Armor, Argoat. La Bretagne au travail

Armor Argoat

  • 2017 – Armor, Argoat La Bretagne au travail

(catalogue de l’exposition – 18 Avril au 30 septembre 2017)

Sous la direction de Bernard Jules VERLINGUE (Jean-Paul ALAYSE, Jacques BLANKEN, Antoine MAIGNÉ, Ingrid POUDER, Philippe THÉALLET, photos : Bernard GALÉRON).

Armor, Argoat, le pays de la mer et celui de la terre à travers leurs métiers en Bretagne, tel est le thème que nous nous proposons d’aborder cette année.

29,7 x 21 cm – 116 pages – ISBN 2-914009-33-X – tarif 20 €

Pour plus de renseignements, veuillez nous contacter.

Suivez-nous sur :

Pêcheurs, lavandières et ramasseurs de goémon en faïence (Ouest-France)

Du 18 avril au 30 septembre, le Musée de la faïence de Quimper (Finistère) consacre son exposition temporaire à la représentation du travail. Chaque époque, chaque artiste offrent des visions différentes.

René-Yves Creston

L’homme au filet, de René-Yves Creston, présenté par Bernard Verlingue (Jean-Pierre Le Carrou).

La valeur travail. C’est un des thèmes qui a animé la campagne présidentielle. C’est aussi le sujet retenu cette année par Bernard Verlingue, conservateur du Musée de la faïence de Quimper(Finistère), pour l’exposition temporaire 2017. L’exposition brasse les années et les artistes, passe des côtes (Armor) à la campagne (Argoat). « Cette année, l’exposition temporaire présente 310 pièces, soit cent de plus par rapport à l’an dernier. » Et quand on lui demande comment il a sélectionné les faïences exposées, Bernard Verlingue répond avec gourmandise : « Je n’ai pas choisi. »

Travailleurs alanguis

Il a bien fallu le faire, cependant, tant le labeur a inspiré le travail des artistes. Logique : sur une partie des époques couvertes par l’exposition, les loisirs n’existaient pas ! Et pourtant, en observant les pièces de décoration fabriquées par la faïencerie Porquier, vers 1875, on voit surtout des travailleurs et travailleuses alangui(e) s, prenant du bon temps, allongés au bord d’une rivière. Vision bucolique. Les lavandières courbées sur leur dur labeur ramènent à la réalité de l’époque.

Le travail des pêcheurs, des ramasseurs de goémons, tout le petit monde du bord de mer est figuré avec réalisme. L’effort, le courage face aux éléments priment sur le reste. Visage altier d’une goémonière saisi par Alexander Goudie (1998). Lutte contre les vagues pour ramener une bouée au rivage saisie par Charles Maillard. Surprise, il s’agit d’une lampe décorative. Un peu plus loin, le pêcheur au filet de René-Yves Creston, le mouvement de son corps, traduit toute la dureté de la pêche au large.

Des bonheurs et trois « erreurs »

Dans chaque vitrine se cache au moins un bonheur. Et quelques erreurs, glissées volontairement par le facétieux Bernard Verlingue. Trois oeuvres ne représentent pas des paysages bretons. Mais toutes sont issues des faïenceries de Quimper.

Publié le 17/04/2017 par Jean-Pierre Le Carrou – © Ouest-France

Suivez-nous sur :