Le départ d’Ingrid POUDER, assistante principale au Musée de la Faïence de Quimper.

Le vendredi 27 octobre, s’est tenue une réception pour marquer le départ d’Ingrid POUDER, assistante principale au Musée de la Faïence de Quimper depuis plus de 5 ans.

le vendredi 27 octobre 2017

Elle était entourée de nombreux membres de notre association, du personnel du Musée et de la faïencerie Henriot Quimper, ainsi que de l’agence de communication So HO !.Départ d'Ingrid POUDER assistante principale au Musée de la Faïence de Quimper.Ingrid voulait retourner dans sa région d’origine, près de Valence. Au nom de l’association nous lui souhaitons une pleine réussite dans ses futurs projets.

le vendredi 27 octobre 2017

Ingrid reçoit un pichet en forme de Bigoudène de l’artiste Charles MAILLARD.

Bernard VERLINGUE directeur du Musée, nous a présenté son remplaçant M. Jérémy VAROQUIER.

Après un Master en patrimoine, Jérémy a travaillé pendant 2 saisons au Manoir de Squividan à Clohars-Fouesnant (lieu géré par le Musée breton pour le département du Finistère).

Nous lui souhaitons beaucoup de réussite dans ses nouvelles fonctions.

le vendredi 27 octobre 2017

Jérémy VAROQUIER et Ingrid POUDER, devant le panneau mural aux Polynésiennes de Nicolas PESCE.

Suivez-nous sur :

Pêcheurs, lavandières et ramasseurs de goémon en faïence (Ouest-France)

Du 18 avril au 30 septembre, le Musée de la faïence de Quimper (Finistère) consacre son exposition temporaire à la représentation du travail. Chaque époque, chaque artiste offrent des visions différentes.

René-Yves Creston

L’homme au filet, de René-Yves Creston, présenté par Bernard Verlingue (Jean-Pierre Le Carrou).

La valeur travail. C’est un des thèmes qui a animé la campagne présidentielle. C’est aussi le sujet retenu cette année par Bernard Verlingue, conservateur du Musée de la faïence de Quimper(Finistère), pour l’exposition temporaire 2017. L’exposition brasse les années et les artistes, passe des côtes (Armor) à la campagne (Argoat). « Cette année, l’exposition temporaire présente 310 pièces, soit cent de plus par rapport à l’an dernier. » Et quand on lui demande comment il a sélectionné les faïences exposées, Bernard Verlingue répond avec gourmandise : « Je n’ai pas choisi. »

Travailleurs alanguis

Il a bien fallu le faire, cependant, tant le labeur a inspiré le travail des artistes. Logique : sur une partie des époques couvertes par l’exposition, les loisirs n’existaient pas ! Et pourtant, en observant les pièces de décoration fabriquées par la faïencerie Porquier, vers 1875, on voit surtout des travailleurs et travailleuses alangui(e) s, prenant du bon temps, allongés au bord d’une rivière. Vision bucolique. Les lavandières courbées sur leur dur labeur ramènent à la réalité de l’époque.

Le travail des pêcheurs, des ramasseurs de goémons, tout le petit monde du bord de mer est figuré avec réalisme. L’effort, le courage face aux éléments priment sur le reste. Visage altier d’une goémonière saisi par Alexander Goudie (1998). Lutte contre les vagues pour ramener une bouée au rivage saisie par Charles Maillard. Surprise, il s’agit d’une lampe décorative. Un peu plus loin, le pêcheur au filet de René-Yves Creston, le mouvement de son corps, traduit toute la dureté de la pêche au large.

Des bonheurs et trois « erreurs »

Dans chaque vitrine se cache au moins un bonheur. Et quelques erreurs, glissées volontairement par le facétieux Bernard Verlingue. Trois oeuvres ne représentent pas des paysages bretons. Mais toutes sont issues des faïenceries de Quimper.

Publié le 17/04/2017 par Jean-Pierre Le Carrou – © Ouest-France

Suivez-nous sur :

Une expo sur la Bretagne au travail (le télégramme)

L’exposition temporaire de l’été au Musée de la Faïence, à Locmaria, aura pour thème : « Armor, Argoat, la Bretagne au travail ». À partir du 18 avril, les visiteurs pourront découvrir 310 pièces mettant en scène des travailleurs de la mer et des terres. L’Armor, la mer d’un côté, et l’Argoat, l’intérieur des terres de l’autre. Deux territoires bien distincts avec leurs propres particularités, leurs travaux et leurs métiers. C’est le thème retenu par le Musée de la Faïence pour son exposition temporaire, visible à partir du 18 avril jusqu’au 30 septembre.

Armor Argoat

Bernard Verlingue a réuni 310 pièces de faïence qui évoquent les métiers de la mer et de la terre.

310 pièces exposées

Le conservateur du musée, Bernard Verlingue, est parvenu à réunir 310 pièces, dont certaines uniques, pour cette exposition. « Elles sont soit issues de nos réserves, soit elles proviennent de prêts. On s’est notamment rapproché du Musée du bateau, à Douarnenez ». Les plus anciennes céramiques datent de la fin du XIXe siècle. « À cette époque, commente Bernard Verlingue, il y a eu une très grosse production sur les scènes de la vie courante ». Les artistes s’emparent de ces singularités entre monde de la mer et monde rural pour faire découvrir les métiers, souvent rudes. « Leurs créations, inspirées du quotidien breton, sont des pièces d’usage ou en ronde-bosse, traitées de façon ethnographique, parfois idéalisées et pouvant aussi relever du goût humoristique de l’artiste ».

Scènes de labeur étonnantes

Dans l’une des premières vitrines du musée, des faïences au pourtour ajouré, signées Porquier et datant de 1875, représentent chacune l’un des métiers exercés dans les campagnes. On y reconnaît un sabotier, une lavandière, un brodeur, un faucheur… Ce qui paraît surprenant et prête même à sourire, c’est leur attitude décontractée qui ne traduit pas la dureté du labeur évoqué. Mathurin Méheut a, lui, été inspiré par des pêcheurs à pied. L’un d’eux, daté des années 1920-1930, « porte un haveneau typique du Nord-Finistère », commente le conservateur. Intéressants également, ces deux décors signés Georges Renaud, artiste chez HB à Quimper, qui représentent des scènes maritimes. Bernard Verlingue explique la technique utilisée : « L’artiste posait une toile sur la pâte de faïence pour imprimer le grain de la toile. Elle était ensuite enlevée avant de passer les plaques au four. Cette technique donnait aux céramiques l’aspect d’une toile ». Étonnante aussi, cette lampe de 1930, oeuvre de Charles Maillard, dont le pied est représenté par une barque de pêcheurs en train de s’emparer d’une balise. Dans une salle voisine, les visiteurs reconnaîtront des reproductions des panneaux de faïences réalisés en 1952 par Georges Renault et qui ornaient autrefois la gare de Quimper avant les travaux de rénovation entrepris au début des années 1990.

Visites guidées tous les samedis

Autres oeuvres à observer, ces pièces réalisées dans les années 1930 comme ce morutier de René-Yves Creston ou ce service de galette de Mathurin Méheut. Des oeuvres plus récentes sont également exposées comme ces assiettes de Marjatta Taburet sur lesquelles l’artiste a représenté des métiers de la terre.
Des visites guidées de l’exposition « Armor, Argoat, La Bretagne au travail » seront proposées tous les samedis à 15 h, du 1e r juillet au 2 septembre.

Publié le 10 avril 2017- Cathy Tymen © Le Télégramme

Suivez-nous sur :

Bulletin d’information de l’association n°11 Août 1999

Brochure de 16 pages (noir et blanc, paginé)

Sommaire :

    • Éditorial & Actualités (p 1).

    • Bon anniversaire, Madame (centenaire de Madame Robert Henriot)Michel Jean ROULLOT (p 2).

    • Le Quimper et se prix Serge RODALLEC (p 3).

    • René Le ROUZIC – Peintre, céramiste, affichiste, musicien.Bernard Jules VERLINGUE (p 4 à 11).

    • Olivier LAPICQUE (Biographie) (p 12 à 13).

    • Charles MAILLARD (1876-1973) (p 14).

    • Extrait du catalogue n°1, page 5, manufacture HB Quimper, 1925 (p 15).

      Pour plus de renseignements, veuillez nous contacter.

Suivez-nous sur :