Les faïences sacrées s’invitent à la Galerie du cloître (Ouest-France).

Les équipes de la Galerie du cloître à Sainte-Anne-d’Auray (Morbihan) sont en pleine préparation d’une exposition qui débutera le 3 juillet 2021. En coulisse, l’heure est au montage et à la mise en valeur de pièces uniques et exceptionnelles.

Xsandra Gérardin
Xsandra Gérardin, chargée de production et communication des expositions à l’Académie de musique et d’arts sacrés installe des panneaux du futur parcours ludique qui permettra aux petits comme aux grands d’évoluer à travers cette exposition.

La Galerie du cloître de la basilique est en pleine effervescence. Xsandra Gérardin, chargée de production ; Cécile Perrochon, chargée des collections et Stéphane Le Hir, régisseur, sont sur tous les fronts. Montages de mobilier, peinture, création de supports transport des œuvres, ils sont de toutes les missions afin d’être prêt pour accueillir les scolaires. « Ce seront les privilégiés pour découvrir cette exposition en avant-première. »

Des secrets de fabrication à l’évolution des formes, l’exposition Esprits de faïence va dévoiler une facette peu connue d’un art breton pourtant mondialement célèbre, celle des faïences de Quimper. Plus de 80 faïences sacrées de Quimper seront à découvrir entre histoire et secrets de fabrication. Des pièces uniques issues des collections de Sainte-Anne-d’Auray, de prêt de la faïencerie Henriot de Quimper ou encore du collectionneur Antoine Maigné qui sera le commissaire de cette exposition.

La vierge à l’enfant et sa jumelle

Les pièces sont rares, souvent uniques comme cette vierge à l’enfant Intron Varya Ros Peden, datée de 1733, signée par Louis La Rosse et classée à l’inventaire des Monuments historique ou encore sa jumelle de 1930. Elles sont réunies pour l’occasion. « Toutes ces œuvres sont emballées de manière à assurer leur sécurité. Elles sont manipulées avec la plus grande attention et protégées dans des vitrines. »

Intron Varya Ros Peden
Les vierges à l’enfant Intron Varya Ros Peden, sœurs jumelles.

Au XVIIIe siècle, la faïence est en plein essor la première manufacture sera la Grande Maison en 1708, dans le village de Locmaria.

La production de la statuaire religieuse se perpétue en série grâce à des moules précieusement conservés avant que la collaboration, au XIXe siècle, entre faïenceries, sculpteurs et peintres, ne favorise de nouveaux décors et de nouvelles formes.

Des artistes bretons

Après une période d’essoufflement, la production repart au XXe siècle. Elle sera relancée grâce aux artistes, souvent bretons, que les manufactures attirent dans une saine émulation artistique : René Quillivic, Fanch Caujan, Robert Micheau-Vernez, Anie Mouroux et bien d’autres seront de cette aventure. « Aujourd’hui, les grandes maisons quimpéroises ont fusionné sous le nom emblématique de Faïencerie Henriot – Quimper. Quelques artistes contemporains collaborent toujours avec cette grande manufacture et perpétuent un savoir-faire vieux de plus de trois siècles. »

Du 3 juillet au 7 novembre 2021, exposition de faïences sacrées, tous les jours de 10 h 30 à 13 h, et de 14 h 30 à 18 h jusqu’au 19 septembre ; à partir du 21 septembre, tous les jours sauf le lundi, de 14 h 30 à 18 h, Galerie du cloître, rue de Vannes, à Sainte-Anne-d’Auray.

Publié le 26/05/2021 – Ouest-France ©

Saint-Antoine de Padoue, le Saint patron des faïenciers – 13 juin 2020.

Aujourd’hui, nous célébrons Saint-Antoine de Padoue, le Saint patron des faïenciers. Il y a 25 ans, le 13 juin 1995 à l’église de Locmaria, était dévoilée au public la statuette réalisée par Marjatta & Jean-Claude Taburet. Marjatta évoque ce souvenir dans le documentaire de Corinne Fortier.

Tébéo ©

#5 Quimper 3 siècles de Faïences – Une semaine en vidéo, du 28 avril au 2 mai 2020 – Musée.

#5 – Quimper 3 siècles de Faïences.

Pour le 40 ème anniversaire du salon « Antiquités Brocante Design », l’association présentait avec la collaboration du Musée de la Faïence, une exposition sous le titre de « Quimper 3 siècles de Faïences ».
Quinze vitrines retraçaient les productions emblématiques des manufactures quimpéroises, du style de Nevers à celui de Rouen, des Vierges, des Saints, du Porquier Beau, aux artistes du 20 ème siècle.

Association des Amis du Musée et de la Faïence de Quimper ©

Le cloître accueille une exposition sur les faïences de Quimper (Le Télégramme).

Bruno Belliot
Directeur de l’Académie de musiques et d’arts sacrés, Bruno Belliot dévoile l’exposition sur les faïences sacrées qui se tiendra dans la galerie du cloître du 16 mai au 1er novembre.

La galerie du Cloître accueille, du 16 mai au 1er novembre, une exposition sur les faïences sacrées de Quimper. Des secrets de fabrication à l’évolution des formes, les visiteurs découvriront une facette peu connue d’un art breton pourtant célèbre. Un parcours inédit proposé par l’Admas. En Bretagne, saintes et saints font partie du quotidien. Leurs effigies veillent sur les chemins, calvaires, fontaines et carrefours. Né sur les bords de l’Odet, au début du XVIIe siècle, cet art du feu a très vite fait la renommée de Quimper. Le village de Locmaria voit éclore, La Grande Maison, sa première manufacture de faïence en 1708. « De l’atelier sortent poteries, vaisselle utilitaire mais aussi des statuettes de Vierges à l’Enfant comme l’extraordinaire Intron Varia Ros Peden, datée de 1733 et signée par Louis La Rosse. Après une période d’essoufflement, la production repart au XXe siècle, avec René Quillivic, Fanch Caujan, Robert Micheau-Vernez, Anie Mouroux. Aujourd’hui, les grandes maisons quimpéroises ont fusionné sous le nom emblématique de Faïencerie Henriot-Quimper.

Publié le 19 février 2020 – Le Télégramme ©

Plus de 80 faïences sacrées présentées à Sainte-Anne d’Auray (Le Télégramme).

faïences sacrées à Sainte-Anne d’Auray
(Photo archives Thomas Perroteau)

Les faïences sacrées seront à l’honneur, à partir du 16 mai, lors d’une exposition au cloître de Sainte-Anne d’Auray (56).

Cette année, c’est l’esprit de faïence qui planera sur la galerie du cloître de Sainte-Anne d’Auray, du 16 mai au 1er novembre. En 2020, l’Académie de musique et d’arts sacrés s’associe au spécialiste Antoine Maigné pour présenter les faïences sacrées de Quimper. Entre histoire et secrets de fabrication, le public découvrira un art breton mondialement connu, bien présent dans les collections de Sainte-Anne-d’Auray. Marie, Anne, Yves, Efflam, Corentin… En Bretagne, saintes et saints font partie du quotidien. Témoignages d’une foi profonde, leurs effigies veillent sur les chemins, calvaires, fontaines, carrefours et rues mais aussi sur les foyers domestiques, sous l’aspect de fragiles statuettes en faïence de Quimper. Plus de 80 d’entre elles seront présentées au public durant près de six mois.

Publié le 13 février 2020 – Le Télégramme ©