Une matinée pour estimer ses faïences le 8 août à Quimper (Le Télégramme).

Journée informations 2020
Les Amis du Musée de la faïence organisent une matinée d’avis et de conseils, sur rendez-vous, le 8 août, de 10 h à 13 h.

Parfois oubliés, les vases, céramiques et services du grenier valent parfois des milliers d’euros. Le 8 août, les Amis du Musée de la faïence, à Quimper, donnent rendez-vous aux propriétaires pour des conseils et avis quant à la valeur de leurs pièces.

Adjugé, vendu ! Les Amis du Musée de la faïence organisent une matinée d’avis et de conseils, sur rendez-vous, le 8 août, de 10 h à 13 h, à Quimper. En l’absence du conservateur de l’association, les estimations ne seront pas chiffrées. Deux férus de faïence seront présents pour une séance d’informations et d’avis. « On veut éviter que ces objets partent à la poubelle et qu’ils soient conservés dans la famille ou ailleurs », détaille Jérémy Varoquier, assistant principal du Musée de la faïence. Amateurs et connaisseurs aux trésors cachés sont invités. « C’est l’occasion de retrouver l’héritage de la grand-mère qui prenait la poussière », sourit-il.

5 332 euros pour la vierge

Les faïences peuvent être de véritables mines d’or. La semaine dernière, l’association a vu partir un service de Mathurin Méheut à 9 176 € et une Grande Sainte-Anne des Bretons à 5 332 €. « Les prix vont de quelques dizaines à plusieurs milliers d’euros. L’important reste la signature. Ce n’est pas une question de marque, mais d’artistes et de pièces », explique Jérémy Varoquier. Les services de table, fabriqués en série, n’ont pas autant de valeurs qu’on pourrait le croire. « Ce sont des très belles pièces qui laissent à penser qu’elles ont beaucoup de valeur. Bien souvent, ça fait des déçus », ajoute-t-il. Parfois cela cache de belles surprises. En 2019, un ensemble de marins a priori sans valeur était signé Jim-Eugène Sévellec. « Le propriétaire était prêt à le jeter, mais sa compagne voulait en savoir plus. Ce qu’ils croyaient être un bibelot était en fait une œuvre d’artiste », se souvient Jérémy Varoquier.

Des estimations masquées

En cas de bonne surprise, les propriétaires sont aiguillés vers les brocantes ou salles des ventes. Cette année, les enchères en ligne ont la cote. La crise du coronavirus est passée par là. « Après le confinement, beaucoup de salles se sont lancées sur internet. Il faut s’adapter au contexte et vivre avec son temps », philosophe Jérémy Varoquier. Comme les salles de ventes, le Musée de la faïence a dû s’adapter aux contraintes sanitaires. « Il faut prendre rendez-vous. Le port du masque est obligatoire et tout le monde devra appliquer du gel avant de toucher les œuvres », explique-t-il. Cette dernière étape est incontournable. C’est par le contact avec l’œuvre que les membres de l’association peuvent apprécier la qualité et l’état de la faïence.

Pratique : Journée d’estimation des faïences, samedi, de 10 h à 13 h sur rendez-vous, 5 euros la séance d’information et la visite du musée. Musée de la Faïence de Quimper. 14, rue Jean-Baptiste Bousquet. Prendre rendez-vous par téléphone : 02 98 90 12 72.

Publié le 31 juillet 2020 par Lannig Stervinou – Le Télégramme ©

L’univers marin de Patrice Cudennec (Côté Quimper).

Patrice Cudennec.
Le travail de Patrice Cudennec est à découvrir jusqu’au 29 juin.

Le peintre, graveur et céramiste, présente Glaz, des tableaux et faïences aux couleurs de la mer, entre le bleu et le vert, réalisées à la manufacture Henriot-Quimper.

L’exposition de Patrice Cudennec, Glaz, une série de faïences aux couleurs de la mer, est le résultat d’une collaboration avec la manufacture Henriot-Quimper. L’artiste pratique la faïence depuis une vingtaine d’années. Le bleu, le vert sont ses couleurs fétiches ce qui ne l’empêche pas d’en utiliser d’autres comme le rose, « pour des scènes plus poétiques ». Patrice Cudennec est connu pour son travail autour de la mer, de la pêche. Il n’est pas rare de retrouver, dans ses œuvres, la même représentation d’un pêcheur, au sourire amical, comme une marque de fabrique.

Cinquante pièces

Pour cette nouvelle exposition, Patrice Cudennec a réalisé une cinquantaine de pièces, la plupart uniques. Il s’est inspiré des formes proposées par la manufacture pour créer ses scènes maritimes et paysages déroulés sur des vases, des plats, un service de table, des tableaux formés de carreaux de faïences « que le doigt peut effleurer ». Langoustes, saumons, langoustines, vues de Quimper, Bréhat, Ouessant, Sein, Roscoff… ornent ainsi les différentes pièces.

Patrice Cudennec profite de cette exposition pour montrer d’autres facettes de son travail, ses tableaux aux couleurs vives et tranchées et son utilisation d’une nouvelle gamme de couleurs à base d’ocre, de jaune, de marron. Elles sont appliquées par touches sur le support puis retravailler pour donner des compositions plus abstraites. L’artiste rend également hommage aux peinteuses de la manufacture en leur consacrant une série d’assiettes où elles sont représentées.

Jusqu’au 29 juin à la galerie de la manufacture Henriot-Quimper, 2 place Bérardier, du mardi au samedi de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 18 h. Entrée libre.

Publié le 12/03/2019 par Sylvie Béchet – Côté Quimper ©

Des œuvres de Patrice Cudennec à la faïencerie Henriot (Ouest-France).

Patrice Cudennec - Photo Ouest-France.
Patrice Cudennec devant trois de ses œuvres, dont un tableau qui représente Locronan.

Le peintre Patrice Cudennec fait son grand retour à la galerie de la faïencerie Henriot, à Quimper (Finistère), après quatre ans d’absence. Son exposition Glaz y sera visible jusqu’au 29 juin.

Il n’y avait pas exposé depuis quatre ans. Mais la collaboration entre l’artiste Patrice Cudennec et Henriot-Quimper ne s’est pas arrêtée pour autant. Le peintre et sculpteur a continué à produire des pièces pour la faïencerie.

Cette année, il signe son grand retour dans la salle d’exposition, jusqu’au 29 juin, avec ses tableaux, dessins et faïences. Une cinquantaine de pièces, uniques pour la plupart, qu’il a peintes pour l’occasion. « J’ai commencé à travailler pour l’exposition en novembre. Pendant tout ce temps, je n’ai pratiquement fait que de la faïence », explique l’artiste.

Le résultat : une collection nommée Glaz, un mot breton qui désigne le bleu-vert de la mer. Une tonalité très présente dans le travail de Patrice Cudennec, pour évoquer « sa » Bretagne, celle des pêcheurs, des ports et des îles.

Un pêcheur, poisson à la main

Sur des pots, l’artiste a peint des paysages. Des ports qu’il apprécie, comme Roscoff ou Binic, ou encore des langoustines et des maquereaux. « Je me fie beaucoup aux formes et aux couleurs. Le rose, par exemple, va bien avec le bleu, c’est poétique. Les formes, ça rappelle l’histoire. »

Sur un vase, Patrice Cudenne a composé un paysage à partir de taches brunes, ocres et jaunes, réparties sur la surface, sur lesquelles il a dessiné une île, celle d’Ouessant. Une œuvre moins « figurative » que les autres, selon les mots du peintre.

Dans la collection, on retrouve évidemment le pêcheur Cudennec. « Ce n’est pas un autoportrait, précise l’artiste. Mais le pêcheur que l’on connaît de moi. » Celui que l’on retrouve souvent dans son travail, presque toujours un poisson à la main.

Des tableaux en carreaux de faïence

Chez Patrice Cudennec, la faïence « ça a été une rencontre, c’est comme si je faisais un tableau ». Son exposition n’est donc pas composée que de vaisselles ou d’objets de décoration. L’artiste a imaginé des tableaux faits de plusieurs carreaux de faïence. « Réunis, ils peuvent faire des fresques, détaille le peintre. On peut les toucher, car j’aime bien y mettre un peu d’épaisseur. » De l’art accessible donc, pour qui viendra voir l’exposition. Ils seront accueillis par quelques mots du peintre : « Écoutez et partagez ma douce poésie colorée, elle est pareille à la mélodie des chants des oiseaux libres, enivrante et joyeuse. »

Jusqu’au samedi 29 juin, exposition Glaz de Patrice Cudennec, dans la galerie de la manufacture Henriot-Quimper, Entrée libre et gratuite.

Publié le 11/03/2019 par Pauline LE MORLEC – Ouest-France ©

Patrice Cudennec. Des toiles et des faïences dédiées aux marins pêcheurs (le Télégramme).

Patrice Cudennec
L’artiste présente un beau service en faïence.

Patrice Cudennec exposera, à partir de mardi, à la Faïencerie Henriot, à Locmaria. Les marins pêcheurs et les poissons de ce peintre, qui a souvent montré son œuvre à la Galerie Sainte-Catherine, sont encore dans bien des mémoires. À la faïencerie, sur ses moyens formats, ils vont, à nouveau, souvent par trois et leurs silhouettes se détachent sur une mer très géométrique pleine de couleurs. Ses belles faïences consacrées aux îles, aux crustacés et autres maquereaux sortant des vagues sont à découvrir.

L’univers de Patrice Cudennec est bleu ou plutôt glaz, cette couleur indéfinissable qui n’existe qu’en Bretagne. Glaz est d’ailleurs le titre qu’il a choisi pour son exposition. Sous leurs larges bérets, les pêcheurs sont rentrés au port, ils regardent presque « amoureusement », le peintre lui-même le souligne, ces poissons aux écailles d’argent qu’ils tiennent en grappes dans leurs mains, qui sautillent autour d’eux. « Il y a une certaine poésie dans chacun de mes tableaux », dit-il encore.

De belles faïences

Ses faïences sont remarquables. Sur des vases de formes originales, il peint les îles bretonnes, Sein, Bréhat…, des villes. On reconnaît Quimper sur l’une de ses pièces. Le décor tend parfois vers l’abstrait mais reste le plus souvent très figuratif. Ses panneaux de faïence semblent répondre à ses tableaux : mêmes pêcheurs, dont les visages se déclinent en gros plan, dans des tons de bleus. L’un d’eux, d’un joli rose, fait exception. L’artiste « utilise » aussi les motifs d’un vase de faïence pour imaginer un décor dans lequel les maquereaux semblent sortir des vagues. Toutes ces œuvres de faïence sont des pièces uniques.

À l’étage, d’autres faïences sont encore consacrées aux marins. Sur l’une d’elles, des matelots et gradés posent en costume. Une première dans l’œuvre de Patrice Cudennec.

Avant de quitter l’exposition, on ne manquera pas d’admirer le tableau consacré aux peinteuses, ces femmes qui, depuis la création de la faïencerie, peignent de fins décors sur les pièces fabriquées ici.

Pratique :
Patrice Cudennec à la Faïencerie Henriot, du 12 mars au 29 juin. Contact : tél. 02 98 90 09 36

Publié le 10 mars 2019 par Éliane Faucon-Dumont – Le Télégramme ©