Bernard Verlingue – Le service « la Mer » de Mathurin Méheut.

Autour de l’exposition « Mathurin Méheut, arpenteur de la Bretagne », le Musée de Pont-Aven a créé quelques podcasts.
Le conservateur du Musée de la Faïence à Quimper, Bernard Jules Verlingue nous présente le service « la Mer » créé par l’artiste pour la manufacture Henriot.

2022 – Musée de Pont-Aven ©

Les nouvelles publications sur l’artiste Mathurin Méheut (1882-1958).

Les nouvelles publications sur l’œuvre de Mathurin Méheut sont importantes en 2022.
Elles s’inscrivent dans le cadre des multiples évènements de cet été (ouverture du nouveau Musée Mathurin Méheut à Lamballe et l’exposition en cours à Pont-Aven).
Nous faisons pour vous un tour d’horizon de ces livres.


Mathurin Méheut – Arpenteur de la Bretagne

MATHURIN MÉHEUT - Arpenteur de la Bretagne.

MATHURIN MÉHEUT – Arpenteur de la Bretagne
Mylène Allano, Gilles Baratte, Denis-Michel Boëll, Frédéric Bonnor, Denise Delouche, Sophie Kervran, Élisabeth Renault et Anne de Stoop

Éditions FATON – 208 pages – ISBN : 978-2-87-844-327-1 – tarif 29 € – Paru en juin 2022.

MATHURIN MÉHEUT - Arpenteur de la Bretagne.

Artiste majeur du XXe siècle en Bretagne, Mathurin Méheut (1882-1958) a tracé une voie artistique personnelle et originale tout au long de sa vie. De son fulgurant coup de crayon, il nous immerge au cœur de la société bretonne travailleuse et pieuse de la première moitié du XXe siècle. La conscience aiguë des mutations de la société qui l’a vu naître et son talent d’observateur font de lui un précieux témoin.


L’Objet d’Art Hors-séries – Le musée Mathurin MÉHEUT de Lamballe-Armor

L'Objet d'Art Hors-séries n° 161 - Le musée Mathurin MÉHEUT de Lamballe-Armor.

L’Objet d’Art Hors-séries n° 161 – Le musée Mathurin MÉHEUT de Lamballe-Armor

Éditions FATON – 64 pages – ISSN : 9772426009004 – tarif 10 € – Paru en juin 2022.

L'Objet d'Art Hors-séries n° 161 - Le musée Mathurin MÉHEUT de Lamballe-Armor.

Il y a 50 ans, le premier musée Mathurin Méheut ouvrait ses portes au public, à Lamballe, dans la maison du Bourreau, bâtiment du XVe siècle, sous la forme associative. Il aura fallu près de 20 ans pour que l’idée d’un nouveau musée, qui avait germé dans l’esprit de quelques passionnés, voie le jour. Il fallait un peu de folie et de l’audace pour imager un tel musée ! Mais quelle joie! Quel plaisir de pouvoir proposer aux visiteurs un si bel équipement, qui allie valorisation du patrimoine du Haras national et performance technique de conservation et de valorisation des œuvres.


La biodiversité littorale vue par Mathurin Méheut

La biodiversité littorale vue par Mathurin Méheut.

La biodiversité littorale vue par Mathurin Méheut
Textes de Michel Glémarec

Éditions LOCUS SOLUS – 160 pages – ISBN 978-2-36833-396-9 – tarif 27 € – Paru en juillet 2022.

Venu pour six mois à Roscoff en 1910, le grand artiste Mathurin Méheut y restera deux ans, réunissant la somme de ses aquarelles, dessins et croquis dans un ouvrage exceptionnel : L’Étude de la Mer. Chacune de ses œuvres reproduites ici s’accompagne d’un commentaire rédigé par l’océanographe biologiste Michel Glémarec. 140 dessins et planches en couleur, reproduisant plus de 160 espèces, témoignent de la richesse spécifique de ces milieux souvent fragiles.
La qualité scientifique de l’auteur éclaire ce foisonnement illustré et permet d’appréhender un univers marin longtemps demeuré mystérieux.


Mathurin Méheut – Itinéraires

Mathurin Méheut - Itinéraires.

Mathurin Méheut – Itinéraires
Textes de Denis-Michel Boëll

Éditions LOCUS SOLUS – 48 pages – ISBN 978-2-36833-411-9 – tarif 12,90 € – Parution le 19 août 2022.

Artiste majeur de l’illustration et de la peinture du XIXè siècle Mathurin Méheut (1882-1958) a été prolifique notamment dans le domaine des arts, de la céramique, des estampes et de la décoration.
De ses études de la mer à ces croquis sur le front pendant la 1ère Guerre mondiale, des céramiques aux dessins sur le motif, l’artiste n’a eu cesse de dessiner le végétal, le monde marin, les paysages puis de les décliner en décors, jusqu’à devenir Peintre officiel de la Marine en 1921.
Ses 5 000 œuvres sont aujourd’hui dans les plus grands musées de France et notamment dans le nouveau musée Mathurin Méheut (ré-ouvert en juin 2022) à Lamballe (22), sa ville natale en Bretagne. Cette petite monographie élégante, joli livre-cadeau sur papier de création, présente de façon succincte Mathurin Méheut et reproduit près de 36 de ses œuvres les plus représentatives de son génie créatif.
Artiste majeur du XXe siècle en Bretagne, Mathurin Méheut (1882-1958) a tracé une voie artistique personnelle et originale tout au long de sa vie. De son fulgurant coup de crayon, il nous immerge au cœur de la société bretonne travailleuse et pieuse de la première moitié du XXe siècle. La conscience aiguë des mutations de la société qui l’a vu naître et son talent d’observateur font de lui un précieux témoin.

Publié le 12 juin 2022 – Éditions Faton & Locus Solus ©


L’exposition « Mathurin Méheut, arpenteur de la Bretagne » commentée par Denis-Michel Boëll

L’émission la « Balade du Week-end » a dédié son programme à la nouvelle exposition du Musée de Pont-Aven : « Mathurin Méheut, arpenteur de la Bretagne »

M. Denis-Michel Boëll (commissaire scientifique) présente l’œuvre protéiforme de l’artiste Lamballais.

Publié le 3 juin 2022 – France Bleu Breizh Izel ©

Mathurin Méheut, arpenteur de la Bretagne (France 3 Bretagne).

Le Musée de Pont-Aven a programmé en 2022, une exposition sur le peintre Mathurin Méheut.
Le commissaire de l’exposition (Denis-Michel Boëll) et la directrice du Musée (Sophie Kervran) présentent le travail de l’artiste.
Une semaine après l’ouverture du nouveau Musée de Lamballe, l’été sera aux couleurs de Mathurin Méheut…

Publié le 24 juin 2022 – France 3 Bretagne ©

À Pont-Aven, dans les pas de Méheut, « arpenteur de la Bretagne » (Le Télégramme).


Jamais le Musée de Pont-Aven n’avait encore consacré d’exposition à Mathurin Méheut, un des peintres phares de la Bretagne de la première moitié du XXe siècle. Du 25 juin au 31 décembre, le peintre « arpenteur de la Bretagne » y sera à l’honneur.

le pardon de Notre-Dame de la Joie, à Penmarc’h
Sophie Kervran, conservatrice du Musée de Pont-Aven, et Denis-Michel Boëll, commissaire scientifique de l’exposition, avec une œuvre de Mathurin Méheut, représentant le pardon de Notre-Dame de la Joie, à Penmarc’h, alors très apprécié des peintres.

« J’arpente mes 15 à 20 km par jour […]. Je découvre chaque jour des merveilles ». Ces mots sont ceux de Mathurin Méheut, peintre prolifique et curieux de sa Bretagne, auquel le Musée de Pont-Aven consacre une exposition pour les six prochains mois.

Cent vingt œuvres illustrent cet événement, baptisé « Mathurin Méheut, arpenteur de la Bretagne ». Des toiles, bien sûr, mais aussi des dessins, des sculptures, de la correspondance, et quelques pièces de son Service de la Mer réalisé pour la faïencerie Henriot. Une exposition qui coïncide avec l’ouverture du nouveau musée Méheut, à Lamballe.

l’Institut de géologie de Rennes
Cette vue de la Côte de granit rose est l’une des 24 œuvres peintes par Mathurin Méheut et Yvonne Jean-Haffen pour l’Institut de géologie de Rennes.

« Il s’intéresse à tout ce qu’il voit »

Méheut et la Bretagne, c’est une longue histoire, comme aime la conter Denis-Michel Boëll, commissaire scientifique de cette exposition, qui avait consacré à l’artiste un événement rassemblant 600 œuvres et documents, en 2013, au Musée de la Marine, à Paris. L’histoire de sa naissance à Lamballe, bien sûr. Mais aussi celle d’une redécouverte de son pays quand, en 1910, cet ancien étudiant des Beaux-Arts de Rennes, puis de l’École supérieure des Arts décoratifs de Paris, est envoyé à Roscoff, pour y étudier et dessiner les animaux marins. Il a 28 ans. « Il y reste trois ans. On peut dire qu’il découvre la Bretagne », souligne Denis-Michel Boëll. Outre ses milliers de dessins et ses planches naturalistes, « il participe à la vie locale, poursuit le spécialiste. Il suit les Johnnies, la récolte du goémon, les pardons, fait sa première excursion en Pays bigouden. Il s’intéresse à tout ce qu’il voit ».

Planches naturalistes
Au début de sa carrière, Mathurin Méheut réalise des planches naturalistes, à l’occasion d’un séjour de trois ans à Roscoff.

Après la terrible parenthèse de la Grande Guerre, qu’il illustre avec réalisme, Méheut se réfugie au Pays bigouden, sa base bretonne. « Il revient tous les ans en Bretagne, explique Denis-Michel Boëll. Il travaille alors à Paris sur de nombreux projets. Mais quand il est ici, il court partout, se fait conduire, marche énormément ». Et dessine, avant de reprendre ses travaux en atelier.

En ce sens, Mathurien Méheut est un témoin de cette Bretagne de la première moitié du XXe siècle. Avec un style inclassable, mais qui reste « figuratif, de facture assez classique », concède Denis-Michel Boëll.

Brûlage de goémon
Sophie Kervran, la conservatrice du Musée de Pont-Aven, et Denis-Michel Boëll, le commissaire scientifique de l’exposition, devant une œuvre jamais montrée : une scène de brûlage de goémon nocturne, en Pays bigouden.

Quelques inédits

L’exposition fait la synthèse de cette matière bretonne immense. Les œuvres sont issues de collections publiques et privées. Avec quelques inédits jamais montrés. Comme cette scène de brûlage de goémon en Pays bigouden, de nuit, balayée par l’éclat du phare d’Eckmühl. Ou ce cirque, peint du côté de Logonna-Daoulas, tableau restauré pour l’occasion. La curiosité quasi ethnographique de Méheut est mise en lumière. Ses scènes de pardons, son regard sur les métiers, ses détails de costumes et de coiffes ont valeur de témoignages uniques.

Pardon du côté de Logonna-Daoulas
Cette scène de pardon du côté de Logonna-Daoulas a été restaurée pour cette exposition.

Son travail avec Yvonne Jean-Haffen est aussi esquissé. Avec quelques-unes des lettres illustrées qu’il adressait à sa disciple. Ou cette scène du pardon de Trédaniel peinte à quatre mains. À l’arrivée, ce voyage dans l’œuvre de Méheut est incontournable. Il n’y a qu’à suivre ses pas pour découvrir cette Bretagne, à Pont-Aven.

Pratique : Exposition du 25 juin au 31 décembre. Pour une entrée achetée au musée de Pont-Aven ou à celui de Lamballe, tarif réduit dans l’autre.

Accrochage
Dernières touches à l’accrochage, avant l’ouverture de l’exposition, le 25 juin.

Publié le 17 juin 2022 par Olivier Desveaux – Le Télégramme ©