Quimper-Henriot s’exporte au château de Kerdurand (Ouest-France).

Dans le cadre du festival d’hiver « Deizioù » organisé par Emglev Bro An Oriant, l’Espace culturel de Kerdurand à Riantec (56) accueille une exposition de la faïencerie Henriot-Quimper du 30 janvier au 18 février 2018.

Dans le cadre des Deizioù.

Affiche de l’exposition des faïenceries Henriot – Quimper du 30 janvier au 18 février 2018 – l’espace culturel de Kerdurand à Riantec.


Dans le cadre des Deizioù, la commune a choisi de mettre à l’honneur un monument de la culture bretonne : la faïencerie Henriot de Quimper.

Photo Ouest-France

François Le Goff, directeur de Quimper-Henriot, détaille pour les visiteurs les étapes de fabrication.

Le président de la faïencerie Henriot-Quimper (appellation qui date de 2011), Jean-Pierre Le Goff, a bien voulu, ce qui est tout à fait exceptionnel, prêter toute une exposition. Elle est présentée dans la salle d’honneur du château de Kerdurand, à Riantec.

Comme à Quimper
C’est en quelque sorte une simulation de la visite de la faïencerie, « comme à Quimper », qui a été installée. Les visiteurs pourront voir un échantillonnage d’œuvres, qui mettent l’accent sur des exemples de réalisations récentes, ou traditionnelles comme le fameux bol breton à oreilles.
Ils pourront aussi parcourir des petits ateliers qui montrent les différentes étapes de la création (moulage, fabrication, décoration, émaillage…).
« Nous avons voulu montrer ce que Quimper-Henriot réalise aujourd’hui, en s’adaptant au goût du jour, aux besoins et aux envies, et avec des formes plus modernes », explique Jean-Pierre Le Goff.

Photo Ouest-France

Toute une table dressée, avec des décors de Claudine Kerbrat.

Une création de Claudine Kerbrat
Les visiteurs ne manqueront pas d’admirer au centre de la salle, une superbe réalisation de Claudine Kerbrat, céramiste, qui a son atelier à Quimper. C’est toute une table qui est dressée, dont le décor de la nappe est exactement le prolongement des décors des différents plats et assiettes.

Toute une œuvre d’art, qui demande une précision dans le placement, avec un décor de fruits de mer, dont des homards… bleus !

Jusqu’au 18 février, exposition accessible gratuitement, au château de Kerdurand, du lundi au vendredi, de 14 h à 17 h 30 et le dimanche, de 15 h à 18 h (fermé le samedi).

Publié le 04/02/2018 – Ouest-France ©

 

Suivez-nous sur :

Claudine Kerbrat, l’art de la délicatesse (Côté Quimper).

Après des années à Paris, elle s’était promis de venir s’installer à Quimper. C’est chose faite et depuis cet été, la céramiste dévoile ses créations dans son nouvel atelier-boutique.

Claudine Kerbrat

Claudine Kerbrat, dans sa boutique rue des Boucheries.

En entrant dans l’atelier-boutique de Claudine Kerbrat, rue des Boucheries à Quimper, on remarque tout de suite l’imposant four à céramique. Et pour cause, c’est bien de porcelaine qu’il s’agit ici, celle bien fine que choisit précisément Claudine Kerbrat pour exprimer toute la palette de son talent.
Elle décline sur des plats, assiettes, pots, vases, carreaux, des univers subtils de la flore à la faune, en passant par les rivages marins. On remarquera une exceptionnelle table basse où toute la finesse du trait de l’artiste a su saisir sur un sable fin algues et coquillages. Unique ! Merveilleusement unique !

Dior et Vuitton

C’est cette qualité élégante que Claudine Kerbrat met au service de qui veut lui passer commande. Libre à chacun de choisir son thème, l’artiste saura l’illustrer avec la même rigueur et la même liberté que celle mise au service des plus grands éditeurs de tissus lorsqu’elle habitait Paris.
Il y a quelques années, cette diplômée des Arts appliqués Duperré œuvrait en effet à Paris. Elle se passionnait pour la création de motifs pour foulards et tissus. Jean-Louis Scherrer l’a encouragée, Dior et Léonard comptaient parmi ses clients. Pour les vitrines de Vuitton, elle a peint de délicates poupées et a collaboré avec des éditeurs italiens, mais aussi des publicistes.

Un poème de Claude Nougaro

Le tissu lui permettait toutes les fantaisies et gammes de couleurs, elle excellait à imaginer les motifs des futurs modèles de la haute couture. Parallèlement, passionnée depuis toujours par les arts de la table, elle s’est lancée dans la peinture sur porcelaine et s’est faite vite remarquer.
Son travail délicat a été exposé au jardin du Luxembourg. Parmi ses admirateurs, Claude Nougaro lui a non seulement passé commande, mais lui a dédié aussi un poème À Claudine.
En 2013, l’envie de venir à Quimper s’est concrétisée avec la perspective d’une collaboration aux faïenceries Henriot. Dans ce nouvel univers, elle a innové, créé des motifs tour à tour bretonnants ou japonisants, imaginé un service de table sur le thème de la mer où, trouvaille géniale, les motifs des assiettes se poursuivent sur la nappe : homards et algues s’étalent, s’emparent des bougeoirs, l’effet est réussi, le service marque les esprits.
Aujourd’hui, Claudine Kerbrat se lance un nouveau défi avec l’ouverture de son atelier boutique et espère dès janvier partager son savoir-faire en proposant des stages.

Infos pratiques
Atelier boutique de Claudine Kerbrat,
13 rue des Boucheries à Quimper.

Publié le 1er Décembre 2017 par Florence Edouard de Massol – Côté Quimper©

 

Suivez-nous sur :