Les Bigoudens contrastés de Quillivic (Le Télégramme)

Des expos, des regards (15).

exposition 2016

Garçon de Pont-l’Abbé en grès et jeune Bigoudène en faïence, de part et d’autre d’un buste blanc, trois créations de René Quillivic.

Les collections du Musée de la faïence comprennent notamment deux statuettes de jeunes Bigoudens en grès et faïence de Quillivic. Deux pièces à observer à l’exposition « Les femmes et les enfants d’abord ». De part et d’autre d’un buste blanc, plus récent.

D’un côté de la vitrine, la statuette en grès d’un jeune garçon de Pont-l’Abbé, une main dans une poche de costume de tous les jours, l’allure désinvolte. De l’autre, la statuette en faïence d’une jeune Bigoudène endimanchée, au costume riche, le doigt dans la bouche. Ces deux pièces contrastées de René Quillivic (1879-1969) datent des années 1920. Elles ont été réalisées chez HB. Quillivic y a été le chef de file de pas mal d’artistes. Le garçon en grès arbore « un marron, peu commun mais fidèle à la couleur des costumes en velours », signale Bernard Verlingue. « Il y a comme une espèce de patine qui valorise le sujet que Quillivic a représenté avec un mouvement de corps, une curieuse expression dans le visage et les pieds nus, symbole de pauvreté », complète le conservateur du Musée de la faïence. « Quillivic, originaire de Plozévet, était très au fait de la vie quotidienne en Bretagne, même s’il était parti faire des études à l’École nationale supérieure des Beaux-arts de Paris, entre 1906 et 1909 », indique le directeur du lieu. En contrepoint donc, la jeune fille présentée dans un costume de fête, avec ses rehauts d’or. « En version dorée, cette pièce est très rare, elle appartient au musée », précise Bernard Verlingue. Le garçon en grès aussi. Le spécialiste évalue à une bonne cinquantaine le nombre de modèles réalisés par René Quillivic chez HB.

Au visage mélancolique


Il faut dire que le sculpteur a passé beaucoup de temps dans l’atelier de Locmaria. « Il y a produit des pièces uniques pendant la Seconde Guerre mondiale. Il avait d’ailleurs acheté le Jardin médiéval pour s’y faire construire une maison. Mais sa femme, qui était originaire de Carpentras, n’a pas supporté le climat. Il a vendu le jardin. On y trouve encore un bloc de pierre de Loire, conséquent, destiné à accueillir sa statue des deux sonneurs », relate le conservateur. Entre les jeunes Bigoudens, un buste blanc de jeune fille, une spécialité du sculpteur, au visage mélancolique. « Il y avait un côté tragique chez Quillivic. Il a tout de même réalisé une vingtaine de monuments aux morts en Bretagne, avec cette particularité de montrer la douleur des gens qui restent et pas la gloire du soldat », resitue Bernard Verlingue. « Il demandait toujours aux maires qui passaient commande de lui indiquer la famille qui avait le plus souffert de la guerre. Elle lui servait de modèle », illustre-t-il. Le buste blanc a une petite histoire. « Lorsque j’avais préparé l’expo consacrée à Quillivic il y a quelques années, je m’étais rendu dans son ancien atelier, boulevard Montmorency, à Paris, resté à l’identique. Son fils, qui vient de décéder, y vivait également. Parmi tous les plâtres, j’ai retrouvé celui-ci. J’avais demandé au fils l’autorisation de le reproduire. Il avait accepté », sourit le conservateur.

Exposition visible du lundi au samedi, de 10 h à 18 h, au Musée de la faïence. Entrée : 4,50 €. Tél. 02.98.90.12.72.

Publié le 24 août 2016 – Bruno Salaün © Le Télégramme

Suivez-nous sur :