Décès de l’artiste Ronan Olier (1949-2020).

Ronan Olier
Ronan Olier (cliché le Télégramme).

L’artiste originaire de Tréboul, Ronan Olier (1949-2020) est décédé. Il avait été nommé Peintre Officiel de la Marine en 2001. En 2012, il avait collaboré avec la manufacture Henriot-Quimper pour créer des assiettes et plats pour les Fêtes maritimes de Douarnenez (Temps-Fêtes), en monochrome bleu. En 2015, la galerie de la manufacture, lui avait consacré une exposition sur la thématique des voyages.

Ronan Olier
Ronan Olier – Men Joliguet – Bréhat.

Nous reproduisons ici, quelques articles publiés dans la presse locale ces dernières années.

Ronan Olier
Signature de Ronan Olier avec l’encre de marine.

De la faïence avec Henriot et Ronan Olier (Le Télégramme).

Ronan Olier 2012
Sur une idée de Julien Celton, Ronan Olier a décoré des assiettes estampillées «Temps-Fêtes Douarnenez 2012» et fabriquées en série par la faïencerie Henriot dirigée par Jean-Pierre Le Goff.

Alors que Temps-Fêtes 2012 arrive à grand pas, l’association lance, cette année, une série de faïences signées Henriot et décorées par le peintre de la Marine Ronan Olier.

C’est un peu par hasard que le peintre de la Marine installé à Tréboul, Ronan Olier, met sa patte dans les Fêtes maritimes et se retrouve surtout à peindre des motifs d’assiettes et de plats fabriqués par la faïencerie quimpéroise Henriot. «Je connais bien le vice-président des Fêtes maritimes Julien Celton qui, lui-même, connaît bien Jean-Pierre Le Goff; patron de la faïencerie», expliquait, hier, dans son atelier, Ronan Olier.

Une série «Temps-Fêtes 2012»

Dès lors, le faïencier a rencontré l’artiste et l’idée de créer une collection pour les Fêtes maritimes de Douarnenez 2012 a fait son chemin. Résultat: «Une série de sept assiettes sur ce thème des Fêtes maritimes et des bateaux». En monochrome bleu, yole («à cause des superbes lignes»), voiles latines («car nous recevons cette année la Catalogne»), chaloupe sardinière, Belle plaisance ou encore bateaux de la Marine, font désormais partie du catalogue du faïencier «en exclusivité pour les Fêtes maritimes 2012», soulignent Jean-Pierre Le Goff et Ronan Olier.

L’artiste et la faïence

Décorer des plats et des assiettes est une première pour le peintre de la Marine trébouliste. Durant plusieurs mois, Ronan Olier est parti travailler dans les ateliers quimpérois avec les peinteuses, pour peindre les modèles de la série. Un «vrai plaisir», disait-il en expliquant que ce travail dans les ateliers lui permettait de «sortir de la solitude de son atelier d’artiste» et «de se retrouver comme en résidence avec d’autres peintres».

«Retour aux sources»

Pour le faïencier, «cette opération marque notre volonté de renouer avec la bonne tradition de la faïence car nous voulons renforcer les liens qui existent entre les artistes et la faïencerie; comme cela se faisait au début du siècle dernier», expliquait Jean-Pierre Le Goff. De même, les faïenceries ont souhaité être présentes aux Fêtes maritimes 2012. Car, «c’est comme un retour aux sources de la faïence, de la mer et de la voile», poursuivait Jean-Pierre Le Goff qui citait l’exemple des «Études de la mer» de Mathurin Méheut.

Dessins originaux

Ces assiettes, estampillées «Temps-Fêtes 2012» sont des pièces originales. Les dessins de Ronan Olier sont uniques. Ils seront reproduits «toujours à la main, par les peinteuses de la faïencerie», et les assiettes seront mises en vente (de 35 € à 37 € selon la quantité), au bureau des Fêtes maritimes, à la faïencerie Henriot et seront proposées sur le site de Temps-Fêtes en juillet. Quant à la couleur bleue très particulière et se rapprochant du bleu de Delphes, «c’est ce que j’appelle le Glaz Pale Marc’h Mazoutig», répond en souriant (et mystérieusement) Ronan Olier.

Publié le 05/06/2012 – Le Télégramme ©


En novembre 2012, l’artiste exposait des faïences originales réalisées chez Henriot-Quimper à la galerie 26 à Paris. Le galeriste, Jean-Luc Couillaud présentait son travail en vidéo.


Le tour du monde scintillant de Ronan Olier (Le Télégramme).

Ronan Olier 2015
Ronan Olier montre un vase sur lequel il a reproduit la scène sénégalaise peinte quelques années plus tôt.

L’exposition Ronan Olier, inaugurée samedi à la galerie de la manufacture Henriot-Quimper est superbe. L’artiste douarneniste a sélectionné des peintures déclinées en faïences aux couleurs chatoyantes où les parfums de l’Orient se mêlent aux embruns de la Bretagne.

Ces trois-là étaient faits pour s’entendre : l’artiste, l’entrepreneur, l’élu ou, au choix le voyageur, le créateur, le passeur ou encore le Douarneniste, trois fois… Ronan Olier, Jean-Pierre Le Goff, Jean-Michel Le Boulanger, réunis samedi matin à la faïencerie Henriot pour le vernissage d’une somptueuse exposition du premier, représentaient bien l’alchimie bretonne évoquée par le troisième, celle qui est résumée par la phrase célèbre d’Eugène Guillevic : « Plus on est enraciné plus on est universel ». Caractère, humour, quête de sens et des sens : les affinités entre les trois étaient évidentes, nourries dans le grand bain de la baie de Douarnenez qu’ils ont en commun. On comprend donc l’émotion de Gwenaëlle Gouzien, qui avait le redoutable privilège de faire l’éloge de l’exposition du jour. « Mon premier discours ! ». L’élue chargée du patrimoine et des métiers d’art s’en est sortie avec élégance. Elle a rappelé brièvement quelques faits d’armes de Ronan Olier : sa participation sous la forme de BD à Charlie Mensuel à la demande de Wolinski en 1976, sa médaille d’or en 2001 pour sa première participation au Salon de la Marine, ce qui lui vaudra la même année de rejoindre son professeur des Beaux-Arts de Quimper Jean Le Merdy dans le corps prestigieux des Peintres de la Marine. Ronan Olier en a profité pour courir le monde sur des bateaux gris. Mais le Douarneniste n’a jamais renoncé à son métier d’enseignant, autre accroche avec la réalité. « Les Cornouaillais voient loin, vont loin et le plus souvent reviennent », a rappelé Gwenaëlle Gouzien. La perche était tendue à un autre Douarneniste inspiré.

Ronan Olier
Ronan Olier – Route de Hanoï vers Halong.

« Henriot Quimper est sur la bonne voie »

« La rencontre du ciel, de la terre, de la mer et du vent fonde la Bretagne dans une alchimie étonnante et Ronan Olier est de ceux qui identifient cette rencontre des immensités, a souligné Jean-Michel Le Boulanger. Ce qui fonde cette identité c’est aussi la relation à l’autre ». Simplicité et humour sont en la matière les armes du peintre. « C’est notre neuvième exposition en quatre ans, a rappelé Jean-Pierre Le Goff. Henriot Quimper n’est pas encore sauvé, mais nous sommes sur la bonne voie. Je suis raisonnablement confiant ». Cette exposition illustre la dynamique croissante de la faïencerie de plus en plus associée aux artistes contemporains. La collaboration avec Ronan Olier a débuté lors des Fêtes maritimes de Douarnenez il y a deux ans. L’artiste s’est pris au jeu de reprendre sur des assiettes, des vases, des bols des tableaux déjà réalisés. Une centaine de pièces uniques sont ainsi exposées à côté des tableaux d’origine. Le visiteur sera emporté par l’exubérance des couleurs de scènes saisies au Cambodge, au Vietnam, au Sénégal, la profondeur tourmentée des ciels et des mers bretonnes, le tout exhalant les senteurs du voyage.

Ronan Olier
Ronan Olier – Le Caïlcédrat.

Publié le 11/05/2015 – Le Télégramme ©

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.