L’atelier d’Henri Bouchard – Piscine de Roubaix.

L’oeuvre d’Henri Bouchard (1875-1960) : « marins Bretons » était présente sur l’affiche de l’exposition du Musée de la Faïence de Quimper l’année dernière.

Armor, Argoat - La Bretagne au travail.

Armor, Argoat – La Bretagne au travail.

Depuis un mois, l’atelier de l’artiste a été reconstitué pour la réouverture du Musée « la Piscine » de Roubaix. L’atelier du sculpteur (rue de l’Yvette à Paris) avait été transformé en Musée de 1962 à 2007. Il y a dix ans les oeuvres ont été transférées à Roubaix.


Le passé controversé de l’artiste provoqua une polémique (article du quotidien le Monde). Cet ensemble est cependant le seul atelier conservé en totalité d’un sculpteur de l’entre-deux-guerres.


Revue de presse :

L’atelier d’Henri Bouchard, un modèle du genre pour comprendre la sculpture (La Voix du Nord).

Transféré dans les collections de La Piscine, l’atelier Bouchard est enfin présenté au public dans l’extension du musée. Un exemple très parlant du travail de sculpture et des techniques propres à cet art.

Henri Bouchard.

Des écrans permettront aux visiteurs d’accéder à des explications sur différentes œuvres de l’atelier d’Henri Bouchard. Photo Philippe Pauchet.

Au milieu de toutes les sculptures de l’atelier d’Henri Bouchard, élément majeur de l’extension du musée La Piscine, cet objet imposant questionne. Que vient faire cette espèce de grosse planche de bois, hérissée de clous ? C’est un outil traditionnel de la sculpture, qui permet, sur ces épines de métal, de plaquer la terre que l’artiste va façonner pour réaliser son esquisse. Ce type d’objet, « personne n’en connaît un autre exemplaire », observe Bruno Gaudichon, le conservateur de La Piscine. Et dans la reconstitution de l’atelier d’Henri Bouchard, il tient donc une place prépondérante.

La raison tient au projet même d’extension du musée. « Il y avait dans notre réflexion l’idée d’une grande galerie de sculpture dans laquelle il paraissait indispensable d’avoir une séquence technique : sur l’atelier du sculpteur et les techniques de la sculpture. Nous pensions faire une reconstitution artificielle. Trouver un atelier, on n’y avait même pas pensé mais nous savions que l’atelier Bouchard était un modèle du genre. »

Une occasion formidable

Ce lieu de travail et de création, laissé intact à la mort de l’artiste en 1960 et labellisé Musée de France, aurait dû revenir à la ville de Paris. Mais faute d’accord, et devant la nécessité de vendre les murs, la famille du sculpteur faisait face à deux possibilités. La première, « c’était de transférer à la collection nationale de référence (le Centre Pompidou). Libre à lui ensuite de disperser les œuvres dans différents musées français, ce qui était la fin de l’atelier initial. On perdait une occasion formidable de raconter l’histoire de ces ateliers des grands sculpteurs de monument publics. »

La seconde, décidée en 2006, faisant écho au souhait pédagogique de La Piscine, a été de les transférer à Roubaix, dans une reconstitution fidèle capable de nouveau de plonger le visiteur dans l’ambiance de travail du sculpteur. « Jamais une seconde je n’avais imaginé que cet atelier pourrait venir chez nous », observe Bruno Gaudichon. « La famille et l’association ont complété par des donations, même en numéraire aux Amis du musée, qui ont permis de mieux réaliser le projet. » Il est dans cette extension du musée le complément indispensable de la salle qui présente les outils de la sculpture, qui en présente les différentes techniques.

Publié le 18/10/2018 par Marc Grosclaude – La Voix du Nord ©


France 3 – Émission Spéciale « La Piscine voit plus grand ».

Suivez-nous sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.